ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 25 juillet 2014

UNE RIPOSTE DISPROPORTIONNÉE ? Par Gérard AKOUN



UNE RIPOSTE DISPROPORTIONNÉE ?

Par Gérard AKOUN

Judaïques FM
   
Mobilisation des réservistes

Depuis ma chronique de jeudi dernier, le conflit entre Israël et le Hamas n’a malheureusement pas cessé de s’envenimer. Le nombre de victimes n’a cessé d’augmenter, tant chez les Palestiniens que dans les rangs de Tsahal. Bien entendu, le nombre beaucoup plus important de victimes palestiniennes pousse les médias français et internationaux à mettre en exergue le caractère «disproportionné» de la riposte israélienne. Je voudrais faire le point sur ce qualificatif que l’on entend ou que l’on lit trop souvent, notamment dans les médias français.

Cliquer sur la suite pour écouter la chronique



Nombre de victimes

La disproportion, il faut le reconnaître, existe bien évidemment dans le nombre de victimes. En s’attaquant à Israël, en lançant des milliers de roquettes ou de missiles sur son territoire, les dirigeants du Hamas n’ignoraient pas que le gouvernement israélien ne pourrait faire trop longtemps preuve de retenue, et qu’il riposterait avec la plus grande vigueur pour défendre ses citoyens. Ils ont pourtant, en toute connaissance de cause, choisi la guerre, refusant même les propositions de cessez-le-feu de l’Égypte. Ils portent donc une très lourde part de responsabilité dans le nombre de victimes palestiniennes.

Pourquoi n’y a-t-il quasiment pas de victimes civiles en Israël alors que les roquettes sont bel et bien faites pour tuer? C’est parce qu’Israël fait tout ce qui est techniquement et humainement possible pour protéger ses citoyens. Le Hamas, lui, n’a pas construit le moindre abri, mais un réseau de tunnels extrêmement dense, une vraie ville sous la ville, pour y stocker son armement et être en mesure de frapper au cœur du territoire israélien. C’est ainsi qu’il a utilisé l’argent qu’il a reçu de l’union européenne (c’est-à-dire de nous tous), ou de certains pays arabes, cet argent qui était normalement destiné à la construction de logements décents, d’hôpitaux et d’écoles.
- Il n'y a aucune raison à continuer à envoyer des roquettes, nous avons Dôme de fer
- Nous aussi 

Le Hamas n’a visiblement que faire du nombre de victimes à Gaza. Pire : il utilise ces victimes pour se faire valoir aux yeux de l’opinion internationale. Cette stratégie est payante : il n’y a qu’à voir le nombre de manifestations pro-palestiniennes auxquelles nous assistons notamment en France.

Objectifs différents

Du point de vue politique : J’ai entendu certains commentateurs ou responsables politiques certifier que le Hamas pourrait modérer ses positions et devenir un jour, comme l’OLP, un interlocuteur engagé dans le processus de paix avec Israël si ce dernier lui tendait la main. C’est oublier simplement que la nature et les objectifs des deux organisations sont différents : le Hamas est une organisation islamiste issue des Frères musulmans, et a pour objectif clairement affirmé la destruction pure et simple de l’État d’Israël, qu’il voudrait remplacer par un État islamiste.
Tandis que l’OLP de Yasser Arafat, organisation nationaliste, a toujours affirmé sa volonté de créer sur toute la Palestine, en lieu et place de l’État d’Israël, un État démocratique et laïc dans lequel juifs, musulmans et chrétiens auraient les mêmes droits. Une proposition, bien entendu, inacceptable pour Israël. Mais qui explique qu’aujourd’hui, l’OLP ait fini par adhérer à la solution de deux États. Le mouvement islamiste radical qu’est le Hamas, ne peut, sauf à se renier en abandonnant son objectif religieux, se résoudre à l’existence d’un État juif.
Les brigades Al-Qassam à Gaza

Le conflit finira bien par s’interrompre, mais nous savons tous que la solution ne peut être que politique. A Israël de savoir profiter de l’affaiblissement, militaire, régional et international du Hamas pour proposer une sortie de crise prenant en compte certaines revendications des Gazaouis. Benjamin Netanyahou saura-t-il relancer sérieusement le processus de paix avec l’Autorité palestinienne et son président Mahmoud Abbas, sans pour autant les disqualifier aux yeux de l’ensemble des Palestiniens ? C’est à cette condition que cette guerre n’aura pas été vaine.

2 commentaires:

AMMONRUSQ a dit…

Bien mais c'est encore et toujours Israël qui doit écouter les pauvres du Fatah,mare aussi de leur envoyer toujours de l'argent qui ne serve pas au peuple mais à la bande de salopards qui les manipules !

Claude a dit…

Claude a dit...
Mon cher Gérard,
N'oublions pas le scandale du sang contaminé, dans lequel a trempé en 1991, notre cher ministre des affaires étrangères actuel, qui plus de vingt ans après se déplace dans le monde pour faire valoir une voix que plus personne n'écoute !
Nous nous serions en prison à vie !!
Par ailleurs, s'il était vraiment à la hauteur de la situation qui nous préoccupe aujourd'hui, il y a belle lurette qu'il aurait demandé une intervention de casques bleus de l'ONU pour constater les exactions du Hamas qui continue de déstocker ses missiles sur Israël, missiles et tunnels d'incursion sur notre territoire !
Et dans un deuxième temps, intervenir d'une façon drastique auprès des états qui fournissent toutes ces armes à ces rebelles...
Kery, Ban Kimoun, Fabius, s’adressent encore à ce pusillanime de Mahmoud Abbas qui n'a plus son mot à dire.
En conclusion, bravo à "Fablius" !!