LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 28 juin 2021

Les fournisseurs d'armes d'Israël

LES FOURNISSEURS D’ARMES D’ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 

F16 israélien

           
 

        Israël se fournit en armement auprès de plusieurs pays étant entendu que les États-Unis sont les plus gros fournisseurs. Entre 2009 et 2020, les Américains ont fourni plus de 70% des armes selon l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri) qui ne mentionne que les armes conventionnelles. Israël se fournit auprès des Américains Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, General Dynamics, Ametek, UTC Aerospace et Raytheon.

 

Gouvernement et Cabinet de sécurité 2021

 


GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN 2021



          Le pouvoir exécutif de l'Etat est assuré par le gouvernement (cabinet des ministres), chargé d'administrer les affaires intérieures et extérieures, y compris les questions de sécurité. Ses pouvoirs politiques sont très étendus et il est autorisé à agir dans tout domaine non dévolu par la loi à une autre autorité. Les ministres doivent tous être des députés à la Knesset, de nationalité israélienne et résider en Israël.

Télé allemande, les Juifs du vendredi soir par Francis MORITZ

 


TÉLÉ ALLEMANDE, LES JUIFS DU VENDREDI SOIR


Par Francis MORITZ

 

 

Télé allemande, Talk show les Juifs du vendredi soir

Provocation, transgression, explication, controverse, comment ne pas se poser toutes ces questions. Il y a de quoi être très surpris d’apprendre que la télévision allemande a commencé la diffusion depuis le 18 juin, le vendredi soir, d’un Talk- show intitulé Friday Night Jews. Il faut replacer cette émission inédite et à priori insolite, dans son contexte, celui d’une petite communauté juive de 200.000 membres dans un pays de 83 millions qui a été le berceau du nazisme et portera longtemps le poids des six millions de victimes juives, sans oublier les millions d’autres, quand bien même certains dans l’extrême droite et parfois au sein d’autres forces politiques, essayent de remplacer le narratif du pays par un autre moins lourd en responsabilités face à l’histoire.


dimanche 27 juin 2021

Ebrahim Raïssi, ordonnateur des exécutions massives


EBRAHIM RAÏSSI, ORDONNATEUR DES EXÉCUTIONS MASSIVES


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 



 


            Les ultra-conservateurs ont gagné les élections présidentielles en Iran avec près de 62% des voix dès le premier tour, mais avec un taux de participation de 48%, le plus faible de l’histoire du pays. La victoire d’Ebrahim Raïssi ne faisait aucun doute puisqu’il est très proche de l’Ayatollah Khamenei et que ses principaux adversaires ont été anormalement disqualifiés, ce qui a poussé le camp réformiste à s’abstenir de voter. Né le 14 décembre 1960 à Mashhad, ce religieux et homme politique peu charismatique est directeur de Astan-e Qods-e Razavi, la puissante fondation de charité qui gère le mausolée de l'imam-Reza à Machhad ainsi qu'un immense patrimoine industriel et immobilier. Depuis mars 2019, il est chef du système judiciaire iranien et vice-président de l'Assemblée des experts. Il prendra ses fonctions de président à la fin du mois d’août.

  

L'inquiétude des ultra-orthodoxes

 


L’INQUIÉTUDE DES ULTRA-ORTHODOXES


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 


           

Netanyahou entouré des chefs orthodoxes

         En raison de leur présence indispensable au sein de l’ancienne coalition, les partis religieux orthodoxes faisaient la pluie et le beau temps en imposant leurs exigences au sein d’un gouvernement indulgent à leur égard au point qu’ils étaient devenus des faiseurs de roi politiques. Les choses ont changé pour eux puisque le nouveau gouvernement a mis à l’ordre du jour des mesures plus restrictives à leur égard. Leur situation économique risque à présent de pâtir car les ministres orthodoxes avaient coutume de puiser dans les caisses de l’État de nombreux fonds pour financer leurs écoles talmudiques par le biais de subventions souvent exagérées.


samedi 26 juin 2021

Affrontement par Claude MEILLET

 

AFFRONTEMENT


Par Claude MEILLET

 


        À part un irréductible, dentiste distingué, arcbouté devant une alternance qu’il proclamait obstinément illégitime, les quatre autres participants à cette réunion restreinte échelonnaient leur opinion de la bienveillance mesurée à l’adhésion enthousiasmée. Jonathan pouvait cependant le constater. Tous, dans le refus, dans l’attente, dans l’espoir, tous reconnaissaient dans le remplacement du one-man show Bibiste par une équipe multicolore, plus qu’une alternative politique. Non plus un éternel jeu politique déconnecté. Un retour vers le futur du monde réel. Désastre généralisé annoncé par l’irréductible, chance de traitement de chacun des problèmes de la société israélienne pour les quatre optimistes. A une condition dit l’un de ces quatre, vieux professeur retraité mais toujours alerte. À condition d’affronter, enfin, la question clé. La question à cent ans. La question palestinienne.


Aux Etats-Unis, boom des conversions au judaïsme Par Francis MORITZ

 


AUX ÉTATS-UNIS, BOOM DES CONVERSIONS AU JUDAÏSME


Par Francis MORITZ

 


Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? C’est la question qui vient aux lèvres. On a souvent évoqué les conversions à l’islam, mais très rarement celles au judaïsme. Dans un pays où des suprématistes s’attaquent à toutes les minorités, où le racisme est latent, où l’antisémitisme est réactivé, où des synagogues sont attaquées, vouloir devenir Juif est une gageure. Les premières constatations font état de plus de candidats à la conversion que dans le passé et surtout, pour d’autres raisons que le mariage avec un conjoint juif.


jeudi 24 juin 2021

Sénat de Rome et Knesset de Jérusalem par Daniel HOROWITZ

 

SÉNAT DE ROME ET KNESSET DE JÉRUSALEM

Par Daniel HOROWITZ

      Avertissement : toute ressemblance entre cet article et l’actualité politique ne peut être le fruit du hasard.



«Julius Caesar» est une tragédie de Shakespeare qui relate la conspiration contre Jules César, son assassinat et la guerre civile qui s’ensuivit. Au début de la pièce, on voit César au sommet de sa gloire après avoir triomphé de ses ennemis, à l’extérieur comme à l’intérieur. Il est le maître de Rome et dispose de pouvoirs exceptionnels. Ses rivaux craignent qu’à la prochaine réunion du Sénat, il ne se fasse couronner, et ne mette ainsi fin à la République.  Brutus, que César considère pourtant comme son fils, projette avec d’autres sénateurs de l’assassiner à la première occasion. Au jour dit, à peine arrivé au Sénat, César est poignardé en pleine séance par Brutus et ses acolytes, et s’effondre dans une mare de sang.


mercredi 23 juin 2021

Afflux de candidats pour le leadership du Likoud

 

 

AFFLUX DE CANDIDATS POUR LE LEADERSHIP DU LIKOUD


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 

          

             


      Sages comme une image pendant de longues années, les dirigeants du Likoud s’expriment à présent au grand jour pour prendre le leadership du Likoud. Netanyahou est à peine parti que les esprits se réveillent sans scrupules pour participer à la curée, la cérémonie de mise à mort politique de Netanyahou. Longtemps placés sous carcan et réduits au silence par le Lider Maximo, ils n’ont pas attendu pas que le corps soit froid pour prendre part au combat pour la nouvelle direction d’un parti qui risque d’exploser tant les antagonismes sont puissants. Pendant douze années, ils sont restés muets de crainte d’être sanctionnés et de perdre leur ministère. À présent, on donne l’intention à certains, libérés de la tutelle d’un chef incontesté, de prendre leur liberté et de rejoindre Gidéon Saar, le militant courageux qui a seul osé défier le chef suprême jusqu’à lui enlever toute chance de se maintenir au pouvoir.


RADIOJ-Fin de l'épopée Netanyahou, un nouveau gouvernement stable


RADIO-J journal du 14 juin 2021

FIN DE L’ÉPOPÉE NETANYAHOU, UN NOUVEAU GOUVERNEMENT STABLE

J.BENILLOUCHE au micro de Steve NADJAR


            

          Il y a quelques semaines, personne n’aurait parié un shekel sur le départ de Benjamin Netanyahou. On connaissait le personnage capable de sortir toujours un nouveau lapin de son chapeau pour se maintenir au pouvoir car il misait sur la faiblesse humaine des hommes politiques, toujours à la recherche d’honneurs. Mais malgré ses efforts de dernière minute, il n’a pas réussi. Malgré les ouvertures offertes par l’ancien premier ministre, plus personne n’a voulu croire dans ses promesses jamais respectées. La déception de Netanyahou était grande au point qu’il n'est pas intervenu lors du désordre organisé par ses fidèles au moment du discours d'investiture de Bennett à la Knesset. Un seul mot, un seul geste de sa part face à ses amis du Likoud aurait été digne pour mettre fin au brouhaha inadmissible et anti démocratique des députés vaincus.

Cliquer sur la suite pour voir l'émission

samedi 19 juin 2021

Sacralité ou respect dû à la fonction par Maxime TANDONNET

 

SACRALITÉ OU RESPECT DÛ À LA FONCTION


Par Maxime TANDONNET


          Depuis que M. le président a été giflé par un individu dans la Drôme, les termes de «sacralité» ou de «respect dû à la fonction» prolifèrent. De ce qu’on entend, ce n’est pas l’homme qui était visé, mais la fonction présidentielle. À contre-courant, je m’élève contre cette conception. Dans une monarchie, le corps du roi est sacré. En République, le chef de l’État est un homme comme les autres. Sa personne n’a rien de sacré. Il n’incarne pas une fonction – définie par l’article 5 de la Constitution – il la remplit, il l’exerce. Il n’incarne pas non plus la Nation – ce sont les duces ou les caudillos qui prétendent incarner un peuple, pas les chefs de l’État républicains.


Tout comme Trump, Netanyahou n'exclut pas de revenir

 


TOUT COMME TRUMP, NETANYAHOU N’EXCLUT PAS DE REVENIR


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 

      Le gouvernement BENNETT a eu la confiance de la Knesset par 60 voix contre 59.


     Après douze années de pouvoir sans partage, Benjamin Netanyahou est contraint par la Knesset à mettre fin à son règne, laissant au nouveau gouvernement la tâche immense de soigner une nation totalement malade par la division. Ses opposants ont chanté et dansé devant la résidence du premier ministre mais le combat commence réellement à l’entrée en fonction du nouveau gouvernement qui devra faire face à plusieurs défis. Malgré son génie politique, Netanyahou n’a pas réussi, après les élections israéliennes du 23 mars, à constituer un gouvernement à sa mesure. Quatre tentatives se sont soldées par des échecs car la haine s’est instillée au sein d’une droite, pourtant majoritaire dans le pays, rongée par les dissensions.


L'armée libanaise, dernier rempart avant fermeture par Francis MORITZ


L’ARMÉE LIBANAISE, DERNIER REMPART AVANT FERMETURE 

                         Par Francis MORITZ

 

General Joseph Aoun Chef de l'armée libanaise

Dans la situation plus que dramatique dans laquelle se trouve son pays exsangue financièrement, dont la situation politique déjà complexe en temps normal est désormais hors de contrôle, le général Joseph Aoun pourrait devenir le sauveur qu’attendent les Libanais. Face à l’incurie de la classe politique tout entière, il prendrait la place de son homonyme le président Michel Aoun que le sort du pays ne semble pas préoccuper. On connaît ses liens avec la milice Amal et avec le Hezbollah et le souci qu’il porte aux intérêts de son gendre Gibran Bassil et ministre de l’Énergie, de l’eau et des affaires étrangères, notamment en charge du port de Beyrouth lors de l’explosion.  A moins de faire preuve de cynisme, au cinéma on évoquerait une affaire de famille ou le Parrain. Hélas, ce sont les Libanais qui en sont les victimes.


mercredi 16 juin 2021

Gouvernement "d'union nationale" en Israël ? par Daniel HOROWITZ

 


GOUVERNEMENT «D’UNION NATIONALE» EN ISRAËL ?


Par Daniel HOROWITZ

Chefs de la coalition

La coalition sur le point d’accéder au pouvoir en Israël se présente comme un gouvernement «d’union nationale».  Mais en réalité une telle configuration ne s’impose que dans des situations extrêmes, quand il y a danger imminent identifié comme tel par un consensus populaire. Cela implique que les différences idéologiques soient mises de côté, de manière à en appeler à l’union sacrée et à souder ainsi le peuple face à une menace existentielle.


Naftali Bennett, premier ministre sous curatelle

 


NAFTALI BENNETT, PREMIER MINISTRE SOUS CURATELLE

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps 


          Naftali Bennett sera nommé le 13 juin 2021 premier ministre mais en réalité le pouvoir sera entre les mains du leader de Yesh Atid qui dispose à la Knesset du plus grand groupe de députés et qui, avec le soutien de Benny Gantz, sera l’homme fort du gouvernement. Il sera en fait sous une sorte de curatelle au sein d’une équipe multicolore. Sans être hors d'état d'agir lui-même, il sera conseillé ou contrôlé dans certains actes du gouvernement. C’est d’ailleurs pour cela que Lapid a accepté de céder sa place, par efficacité. D’ailleurs un signe ne trompe pas, Yaïr Lapid a lui-même constitué le gouvernement dans ses moindres détails, dans le cadre du rôle que lui a attribué officiellement le président Rivlin. Certes Bennett a imposé sa marque dans le choix de certains ministres mais il était trop minoritaire pour être le maitre d’œuvre de la coalition. Le but recherché par l’opposition sera toutefois atteint : renvoyer Netanyahou vers les bancs de l’opposition.


samedi 12 juin 2021

Mutisme sélectif par Claude MEILLET

 


MUTISME SÉLECTIF


Par Claude MEILLET

 


      Il ne connaissait ni le phénomène, ni son nom. Il s’y reprit d’ailleurs à deux fois pour saisir l’un et l’autre. Le phénomène d’abord. Des enfants qui ne parlent pas ? Oui, sauf à quelques personnes, ou sauf dans des situations particulières. Le nom ensuite. Mutisme électif. Non, sélectif, mutisme sélectif. Une forme de maladie, donc. Rare, passagère. Mal élucidée, qui fait que la guérison dépend du seul «malade», qui un jour, décide de parler sans plus sélectionner. L’imagination de Jonathan, stimulée à la fois par la découverte de cette étrangeté et par son erreur de compréhension de son nom, l’entraîna vers un territoire qui lui était plus familier. Électif le projeta dans l’univers de la société politique. Il proposa à l’amie qui lui faisait cette découverte d’éclairer ce champ d’intérêt habituel à la lumière originale du mutisme sélectif. 

Un gouvernement israélien de gauchistes

 


UN GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN DE GAUCHISTES


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

 


            

          À la suite de la décision finale de Naftali Bennett de ne pas rejoindre Netanyahou, un nouveau gouvernement a été constitué par Yaïr Lapid avec pour premier ministre Naftali Bennett. C’est une première historique qu’un parti disposant seulement de 6 députés soit appelé à prendre la direction politique du pays. Selon la sémantique habituelle de la Droite, tout gouvernement non dirigé par le Likoud est obligatoirement qualifié de gauchiste. En fait, il s’agit d’un gouvernement d’union avec toutes les sensibilités représentées dans un but d’efficacité en éliminant tout intérêt personnel, la Droite et le Centre étant ensembles majoritaires.


vendredi 11 juin 2021

La France et ses djihadistes par Francis MORITZ

 

LA FRANCE ET SES DJIHADISTES


Par Francis MORITZ

 

Djihadiste isérois tué en Syrie

La France répugne à trop parler de ses djihadistes au moment où les nuages s’accumulent au Mali, où les bienfaits de l’opération Barkhane semblent marquer le pas, contrairement aux déclarations de l’État-Major, et devenir un poids de plus en plus lourd à porter surtout depuis «le coup d’État dans le coup d’État». Un malheur n’arrive jamais seul, on déplore plus de 138 victimes dans le nord du pays. C’est l’opération la plus meurtrière à ce jour. Ignorer le problème ne permet cependant pas de le faire disparaître. En France, selon des informations déjà publiées, 80 auraient été libérés en 2020 et pour 2021 on parle de 70 libérations, une cinquantaine en 2022 et une trentaine en 2023. Dans l’État de droit qu’est la France, une peine purgée vaut quittance envers la société. On peut à bon droit être inquiet de la suite.


jeudi 10 juin 2021

RADIOJ - Le nouveau gouvernement israélien

 

RADIOJ- MATINALE DU 3 JUIN 2021


LE NOUVEAU GOUVERNEMENT ISRAÉLIEN


Jacques BENILLOUCHE au micro d’Olivier ISSEMBERT

 



Yaïr Lapid et Naftali Bennett ont finalisé la constitution du gouvernement qui sera présenté à la Knesset. Les partisans de Netanyahou sont aujourd’hui en deuil car leur leader a été éliminé de la gouvernance alors qu’il était l’idole de toute une classe politique, voire leur Dieu. L’opposition peut s’estimer fière d’avoir réussi l’impossible, à savoir rassembler toutes les sensibilités politiques du pays : droite, centristes, gauche et parti arabe. L’alternance se met enfin en place car les Israéliens étaient las de ces élections à répétition et ils ne se voyaient pas retourner aux urnes. C'est le seul élément qui les rapproche. Dans une dizaine de jours, la Knesset se prononcera à la majorité de 61 députés.


mardi 8 juin 2021

En Israël, jour de deuil ou jour de joie

 


EN ISRAËL, JOUR DE DEUIL OU JOUR DE JOIE

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps


Lapid, Bennet, Abbas

            

          Aujourd’hui c’est jour de deuil en Israël pour certains et pour d’autres, jour de gloire. Jour de deuil parce que Netanyahou a été éliminé de la gouvernance alors qu’il était l’idole de toute une classe politique, voire leur Dieu. Jour de gloire parce que l’alternance se met enfin en place. Mais une certitude, pour toutes les tendances, les Israéliens étaient las de ces élections à répétition et ils ne se voyaient pas retourner aux urnes. C'est le seul élément qui les rapproche.  

 

Naftali Bennett, miraculé politique

 

NAFTALI BENNETT, MIRACULÉ POLITIQUE


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

           


          Il y a peu de temps encore, personne n’aurait parié un shekel sur la nomination au poste de premier ministre de Naftali Bennett. Il était inconcevable qu’un leader de parti, ayant obtenu 7 sièges sur 120 à la Knesset, soit choisi par ses pairs pour occuper le poste suprême. Intrinsèquement il n’avait pas la carrure d’un premier ministre car il n’arrêtait pas d’osciller d’un bord à l’autre de l'échiquier politique. Il manquait de charisme et inconvénient suprême, il avait du mal à prendre des décisions fermes, préférant se comporter en girouette tournant en fonction du vent politique. Alors qu’il s’était éloigné de ses amis naturels, l'alibi de Gaza lui a permis de retourner à son clan d’origine, l’extrême-droite, mais il s’y était trouvé à l’étroit en compagnie de Bezalel Smotrich et d’Itamar Ben Gvir, des hommes aux convictions irréductibles.


Hamas-Israël, l'histoire globale, le jour d'après 3/3 Par Jean CORCOS

 



HAMAS-ISRAËL, L’HISTOIRE GLOBALE, LE JOUR D’APRÈS


3/3     

Par Jean CORCOS


          Après les volets diplomatique et militaire, voici le dernier et plus difficile sujet, l’aspect politique. J’ai bien conscience d’aborder un terrain glissant, tant il est difficile de rester sur une approche objective. Chacun a sa sensibilité, chacun prend le choc de l’actualité à travers les préjugés de sa propre identité, et en l’écrivant j’espère bien dépasser les filtres juif, arabe et neutre. Le signataire de ce qui suit est donc d’abord un Français juif, même si on peut le lire à l’envers. Bien d’autres choses me définissent aussi, comme s’auto-décrivait avec beaucoup de finesse Amin Maalouf dans «Les identités meurtrières» : un ingénieur, qui croit au principe de réalité avant le principe de désir ; un observateur assidu du conflit, que des dizaines d’années auront rendu moins naïf ; et enfin – propos de moins en moins acceptés ici -, l’héritier d’un certain nombre de valeurs, que je refuse de jeter à la poubelle en soutenant aveuglement les plus extrémistes, juifs de la Diaspora ou israéliens.


De Gaza à Tunis par Albert NACCACHE

 

DE GAZA À TUNIS


Chronique d’un papy flingueur Albert NACCACHE


Manifestation de solidarité avec la Palestine Tunis le 19 mai 2021


Le 21 mai, un cessez-le-feu a été conclu entre le Hamas et Israël, mettant fin à une courte mais intense guerre de 11 jours. Comme c’est toujours le cas, le Hamas a aussitôt proclamé sa «divine victoire», aussitôt suivi par tous les Arabes, musulmans et islamo-gauchistes que compte la planète. La Tunisie n’est pas en reste car elle demeure l’un des pays arabes les plus engagés sur la question palestinienne.

Ainsi pendant la manif du 19 mai 2021 Des slogans tels que «Le peuple veut la criminalisation de la normalisation», «Palestine libre, sionistes dehors !» ont été scandés par les participants qui ont envahi l’avenue Mohammed V munis de drapeaux tunisiens et palestiniens. Au premier rang de la marche, le secrétaire général de l’UGTT, main dans la main avec le bâtonnier de l’ordre des avocats, les dirigeants du parti islamiste Ennahda et d’autres politiques et représentants des organisations nationales. La cause palestinienne est un des rares sujets à faire l’unanimité parmi les différentes composantes du paysage politique tunisien.