LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 30 novembre 2017

Début difficile de prise en mains de Gaza par l'Autorité


DÉBUT DIFFICILE DE PRISE EN MAINS DE GAZA PAR L'AUTORITÉ

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
Rassemblement à Gaza avec drapeaux du Hamas

          Dans le cadre de l’accord de réconciliation signé entre le Fatah et le Hamas, l’Autorité palestinienne prend peu à peu le contrôle civil de la bande de Gaza. Elle a officiellement pris en charge l'administration des postes frontaliers dans le cadre du transfert du pouvoir du Hamas au gouvernement d'union. C’est une première étape, mais il en sera autrement lorsqu’il s’agira de désarmer les milices de la Brigade Ezzedine al Kassem ou celles du Djihad islamique. Ces deux groupes ont, par avance, annoncé qu’ils n’accepteraient jamais de déposer les armes car ils ont pour objectif de concentrer leur combat contre Israël. 

La Chine veut résoudre le conflit israélo-palestinien



LA CHINE VEUT RÉSOUDRE LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            
Xi Jinping s'adressant à la Ligue Arabe

         Contrairement à ses habitudes de rester neutre dans les conflits qui touchent les pays étrangers et ses partenaires économiques en particulier, la Chine a décidé de modifier sa stratégie au Proche-Orient pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien. Elle est d’ordinaire discrète et participe à l’aide des pays défavorisés sans contrepartie politique. Cette nouvelle attitude s’explique par le fait que tout passe à présent par la politique internationale. En fait la Chine semble vouloir contrer la Russie, qui prend de plus en plus de place au Moyen-Orient en installant ses pions inamovibles, mais aussi s’opposer à l’hégémonie américaine alors que l’Europe a décidé de se désengager de la région. Elle doit défendre ses approvisionnements pétroliers indispensables à sa croissance et assurer ses intérêts économiques qui passent par une implication plus étroite dans les conflits de la région.

dimanche 26 novembre 2017

Egypte : Force brutale ou méthode douce



ÉGYPTE : FORCE BRUTALE OU MÉTHODE DOUCE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          On s’étonne bien sûr qu’une armée aussi puissante que l’armée égyptienne, qui a failli battre Israël en 1973, n’arrive pas à venir à bout de quelques milliers de terroristes. Les experts militaires estiment que l’armée égyptienne est suffisamment équipée mais qu’elle exploite mal son armement et ses hommes. Ils invoquent plusieurs méthodes pouvant être utilisées pour vaincre la lèpre djihadiste qui a provoqué la mort de 304 personnes ce 24 novembre. L'attentat, survenu lors de la prière du vendredi dans la mosquée al-Rawdah de Bir al Abed, à 40km à l'ouest d'el-Arish, capitale de la province du Nord-Sinaï, est le plus sanglant après ceux qui ont touché des Chrétiens dans leurs églises. L’armée semble tétanisée devant des actions parfaitement concertées.

L'Iran consolide sa présence en Syrie



L’IRAN CONSOLIDE SA PRÉSENCE EN SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Conseillers iraniens

          La consolidation de la présence iranienne en Syrie prend des proportions inquiétantes et force Israël à tenir compte de cette nouvelle donne stratégique. L’État-major a envisagé depuis longtemps, dans ses cartons, l’option d’une implication plus active en Syrie. Les lignes rouges tracées par Israël pour l’implantation iranienne en Syrie ont été dépassées. Le gouvernement israélien constate que Poutine et Trump négocient derrière son dos la politique de désescalade, sans tenir compte de ses impératifs sécuritaires.

Chronique d'humeur : où est l'armée égyptienne de 1973



Chronique d’humeur

OÙ EST L’ARMÉE ÉGYPTIENNE DE LA GUERRE DU KIPPOUR ?

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Armée égyptienne au Sinaï

        L'armée égyptienne est l'une des plus importantes en Afrique et au Moyen-Orient. L’armée de terre égyptienne dispose d'environ 438.000 hommes et de 479.000 réservistes alors que Tsahal en entier aligne 161.000 hommes. Lors de la guerre du Kippour de 1973, elle avait enfoncé les lignes israéliennes et mis en danger l’existence même du pays qui avait connu les jours les plus sombres et les pertes militaires les plus élevées, 3.020 soldats tués. 

vendredi 24 novembre 2017

Un président égyptien en Israël par Gérard AKOUN



UN PRÉSIDENT ÉGYPTIEN EN ISRAËL

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM
            

          Le 19 novembre 1977, l’avion aux couleurs égyptiennes qui transportait Anouar El Sadate atterrissait en Israël. C’était il y a quarante ans, quatre ans après la guerre du Kippour qui avait fait trembler le pays et coûté la vie à deux mille cinq cents soldats. Dix jours, auparavant, Anouar El Sadate avait prononcé, au Caire devant le Parlement égyptien, un discours qui avait abasourdi les députés en déclarant : «Je suis prêt à aller au bout du monde pour la paix … les Israéliens seraient surpris mais je suis même prêt à aller jusqu’à chez eux, jusqu’à leur Knesset pour discuter avec eux».  Menahem Begin, alors premier ministre avait tout de suite accepté de le recevoir.

jeudi 23 novembre 2017

L'accord palestinien à l'épreuve des djihadistes



 Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          Le Hamas et le Fatah se sont rencontrés, le 21 novembre au Caire, pour débattre des termes définitifs de leur réconciliation. À cette réunion, pas moins de 13 factions politiques ont fait le déplacement pour traiter des sujets délicats et clivants. En dehors du contrôle des frontières qui a déjà trouvé une solution, beaucoup de questions restent en suspens, et non des moindres car il s’agit à présent de désigner un gouvernement provisoire d’union chargé de préparer les élections législatives et présidentielles. Si un accord a été difficilement trouvé entre le Fatah et le Hamas, ce sera encore plus difficile de convaincre les 13 factions d’accéder à l’unanimité.

Les Populistes français sont tombés sur un os



LES POPULISTES FRANÇAIS SONT TOMBÉS SUR UN OS


Par Jacques BENILLOUCHE

                                            Copyright © Temps et Contretemps

            


          Rappelons que le populisme consiste à̀ valoriser le peuple, mais à se servir de lui pour donner un semblant de légitimité́ sociale à une cause qui lui est étrangère. Il se qualifie de populaire par des discours «sociaux» et anti élites face aux victimes de la crise sociale et économique, de type poujadiste. Le populisme du FN s’était exprimé dans les années 1990 lorsque l’analyse des résultats électoraux avait montré que les classes populaires, constituées d’ouvriers, d’employés et de chômeurs, avaient voté Le Pen. En fait le parti a toujours attiré les fractions sociales les plus illégitimes socialement, les sans-diplômes et les faibles économiquement par opposition aux plus riches protégés par leur haute culture de toute idée xénophobe.



La passivité israélienne face aux excès des extrémistes



LA PASSIVITÉ ISRAÉLIENNE FACE AUX EXCÈS DES EXTRÉMISTES

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

          Pour des raisons de bas calculs politiques liés à l’existence d’une coalition gouvernementale hétéroclite de 67 députés sur 120, le gouvernement ne contrôle plus les extrémistes, quand il ne s’agit pas d’une indulgence volontaire. Les religieux orthodoxes sont devenus intouchables tandis que les activistes nationalistes se sentent à l’abri de toute poursuite. Ces deux clans disposent au gouvernement de ministres qui menacent chaque jour de démissionner si des mesures sont prises contre leurs protégés, avec bien sûr à la clé, la chute de la coalition.

lundi 20 novembre 2017

Ligue islamique mondiale par Jean CORCOS


LIGUE ISLAMIQUE MONDIALE : PERESTROÏKA OU CONTINUITÉ ?

Par Jean CORCOS

Jean Corcos est le troisième à droite sur la photo
            
          J’ai eu la chance d’assister à une conférence – donnée devant un auditoire restreint – du nouveau Secrétaire Général de la Ligue Islamique Mondiale, le Docteur Mohammad bin Abdul Karim Al Issa, ancien ministre de la Justice d’Arabie Saoudite. La réunion s’est tenue dans la salle du Conseil d’Administration de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), à une date plus que symbolique puisque c’était le 13 novembre, anniversaire du massacre terroriste de 2015 commandité par le Daesh.

samedi 18 novembre 2017

L'économie d'Israël est pleine de contrastes



L’ÉCONOMIE D’ISRAËL EST PLEINE DE CONTRASTES

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

           
           
          L’économie d’Israël est tellement pleine de contrastes que le pays peut être qualifié à la fois de nation en pleine expansion ou d nation avec une minorité de laissés-pour-compte. Il est vrai que les entreprises de haute technologie détournent l'attention des Israéliens sur certaines réalités économiques masquées par la réussite dans des domaines où Israël détient une grande expertise et un leadership reconnu.

mardi 14 novembre 2017

Le mal européen de la conversion à l'islam



LE MAL EUROPÉEN DE LA CONVERSION À L’ISLAM

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps


Le djihadiste français Maxime Hauchard
            
          Le drame des volontaires djihadistes européens en Syrie a mis en évidence la maladie moderne des conversions à l’islam. Ce qui n’était qu’une simple exception, est devenue un mal qui s’est amplifié et propagé à travers toutes les classes sociales. Les convertis suscitent des fantasmes et surtout des craintes alors que dans le fond, selon plusieurs enquêtes, ils vivent leur nouvelle religion avec beaucoup de problèmes et dans une grande solitude. En effet la conversion à l’islam qui touche près de 2% des musulmans en France, a connu un essor fulgurant avec le succès de Daesh. Parmi eux, les convertis radicalisés ont été capables de commettre les pires crimes au nom de leur nouvelle religion.

samedi 11 novembre 2017

La fiction d'un islamisme modéré en Arabie


LA FICTION D’UN ISLAMISME MODÉRÉ EN ARABIE
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
La Mecque investiture de MBS
           

          La tendance actuelle des intellectuels et des journalistes consiste à faire une distinction entre islam et islamisme sous prétexte que les islamistes sont une minorité extrémiste à ne pas confondre avec le reste des musulmans. Les «Printemps arabes» ont rendu les islamistes fréquentablesà l'instar de ceux de Tunisie. Or, la sémantique doit rester la même et ne pas varier en fonction des situations politiques. Alors, on se cache derrière la richesse du vocabulaire pour qualifier des hommes ou des pays terroristes en fonction de la gravité de leur implication : intégriste, fondamentaliste, salafiste, djihadiste, modéré.


Arabie : MBS compte sur une alliance avec Israël



ARABIE : MBS COMPTE SUR UNE ALLIANCE AVEC ISRAËL
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Le roi Salman, Ben Nayef et MBS

          La révolution de Palais en Arabie saoudite a permis à Mohammed ben Salmane Al Saoud, 32 ans, de devenir prince héritier dans le cadre d’une lutte des clans royaux. Il est également vice-Premier ministre et ministre de la Défense. Cette nomination actait l'élimination progressive du prince héritier précédent, Mohammed ben Nayef, 57 ans, congédié de son poste de ministre de l’intérieur, après deux années tumultueuses de luttes internes qui ont suivi l’accession au trône du roi Salman. La montée en puissance du Prince, qui symbolise les espoirs d'une population jeune attirée par le modernisme, est inhabituelle dans un royaume conservateur habitué à des dirigeants âgés. L’acte final de la révolution de palais vient de s’achever. On s’attendait à un coup d’État contre le Qatar mais c’est au sein du royaume qu’il s’est déroulé.

jeudi 9 novembre 2017

Hamas : Percée politique fulgurante de Yahya Sinwar



HAMAS : PERCÉE POLITIQUE FULGURANTE DE YAHYA SINWAR
Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps
            

          Les Palestiniens étaient à la recherche d’un leader incontesté ; ils semblent l’avoir trouvé en la personne de Yahia Sinwar dont la percée fulgurante au Hamas était imprévisible. C’est véritablement l’homme qui monte aujourd’hui. Personne n’aurait cru qu’un islamiste du Hamas, inconnu il y a quelques mois, pouvait regrouper sur son nom autant de suffrages. On le voit même passer du bureau politique de son parti à la tête du mouvement national palestinien, écartant ainsi tous ses concurrents.

mardi 7 novembre 2017

Les Druzes du Golan face au choix entre Israël ou la Syrie



LES DRUZES DU GOLAN FACE AU CHOIX ENTRE ISRAËL OU LA SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
          
Défilé druze pour la Syrie

          Les Druzes du Golan avaient défilé le 17 avril 2017 pour commémorer la journée de l’indépendance syrienne en portant des portraits de Bachar El-Assad et en scandant des slogans anti-israéliens. Malgré l’annexion du plateau du Golan, qu’ils refusent de reconnaître, ces Druzes ont voulu conserver en majorité la nationalité syrienne alors qu’Israël leur offrait d'acquérir la citoyenneté israélienne : «Nous conservons notre identité syrienne et nous voulons suivre la voie de la résistance nationale». Il ne faut y voir aucun entêtement ni aucune animosité mais une ambiguïté liée à leur doctrine nationaliste.  

lundi 6 novembre 2017

La France participe au plus grand exercice aérien en Israël



LA FRANCE PARTICIPE AU GRAND EXERCICE AÉRIEN EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps


Blue Flag 2013
       L'exercice Blue Flag 2017, le plus grand exercice aérien international dans l’histoire des forces aériennes israéliennes, verra la participation des États-Unis, de la Pologne, de l'Italie, de la Grèce, de l’Inde, de la France et de l'Allemagne. Les exercices, baptisées Drapeau bleu, couleurs nationales israéliennes, sont bisannuels et ont lieu depuis 2013. L'Inde, la France et l'Allemagne participent pour la première fois aux manœuvres organisées par Israël tandis que l’on notera l’absence remarquée de la Turquie, longtemps l’alliée la plus fidèle dans la région, qui n’est plus en odeur de sainteté en Israël.

Le Mossad a informé Hariri par le canal saoudien



LE MOSSAD A INFORMÉ HARIRI PAR LE CANAL SAOUDIEN
Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            
          Il n’est plus un secret pour personne que le Mossad a infiltré au Liban tous les groupes politiques du pays. Après la pénétration du monde chrétien et druze du pays, il a réussi à infiltrer les plus hauts échelons des partis sunnites et chiites et même l’armée. Il est donc normal qu’il accède à des sources confidentielles sur ce qui se trame au Liban. Le Hezbollah est la cible de toutes les surveillances. Des informations sur un éventuel attentat contre Saad Hariri sont parvenues aux dirigeants israéliens qui ont estimé devoir informer rapidement le premier ministre libanais, même si les relations entre les deux pays sont tendues.


Liban : Quelle mouche a piqué Michel Aoun



LIBAN : QUELLE MOUCHE A PIQUÉ MICHEL AOUN ?

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            

          Hasard ou prémonition, cet article a été publié la veille de la démission du premier ministre Hariri. On y trouvera quelques pistes pour comprendre sa décision. Des rumeurs font état de la volonté d'Hariri de ne pas retourner au Liban et de prendre la direction de son domicile parisien. Cela expliquerait pourquoi cette annonce a été faite à l'étranger.         

          Le président libanais Michel Aoun s’est senti obligé de faire de la surenchère verbale alors qu’il n’a pas les moyens de ses propos. Il prétend «qu’Israël ne serait pas en mesure de gagner une guerre contre le Liban» alors qu’Israël n’a jamais eu le projet d’attaquer ce pays sans défense. Certes, l’espace aérien libanais est traversé par l'aviation israélienne pour surveiller les camps du Hezbollah et les transferts d’armement à la milice mais, aucune frappe n’a touché les intérêts libanais. Au contraire, ces deux pays ont toujours une communauté de destin, celle d’une minorité dans un environnement musulman. Bachir Gemayel l’avait compris puisqu’il avait pris l’initiative de nouer des relations avec Israël avant d’être éliminé sur ordre des Syriens le 14 septembre 1982.