Je n’ai jamais été un militant. Persuadé que tôt ou tard je pouvais être sommé de penser et d’agir contre ma raison, je n’ai formellement adhéré à aucun groupement. En outre, si j’avais fait partie d’un mouvement quelconque, révolutionnaire ou nationaliste, par exemple, j’aurais été de ces militants qui continuent la lutte après la victoire.

Albert MEMMI

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

mercredi 30 janvier 2013

LES JUIFS DE BARACK OBAMA



LES JUIFS DE BARACK OBAMA

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps   
Obama au Kotel

            Le texte sur les «juifs de François Hollande» caracole en tête des articles les plus lus depuis plusieurs mois. Mais malgré son succès, il a valu au site quelques critiques acerbes : «vous citez ceux qui ont  une goutte ou plusieurs gouttes de sang juif comme si cela leur donnait une caution particulière en politique et plus particulièrement dans la politique à l’égard d’Israël. Ce genre de fichier est dangereux et rappelle une triste époque !».


mardi 29 janvier 2013

TOMBOUCTOU PREUVE DE LA LÂCHETÉ DES ISLAMISTES



TOMBOUCTOU PREUVE DE LA LÂCHETÉ DES ISLAMISTES

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps  
                 

            Les islamistes ont montré leur vrai visage. Ils se comportent uniquement comme des lâches, face à une population désarmée en violant les femmes, en tuant les civils et en détruisant les symboles de l’histoire de leur peuple ou de leur pays. Mais ils ne comprennent que la force qui les rend pleutres et soumis. 
             A l’arrivée des troupes françaises à Tombouctou au Mali, les islamistes ont fui, sans tirer un seul coup de feu, car le courage leur manquait  pour affronter des hommes disposant d’armes, comme eux. Les guerriers qui pavanaient quelques jours auparavant à bord de  leur 4x4 Toyota, en arborant leur kalachnikov et leurs ceintures de munitions, se sont évaporés comme une eau non renouvelable dans le désert.


L’IRAN EXPLOITE LE DANGER CHIMIQUE EN SYRIE



L’IRAN EXPLOITE LE DANGER CHIMIQUE EN SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps 

Cet article fera l'objet d'une émission DEBRIEF sur Guysen-Tv le 29 janvier 2013 à 18h30 dans un débat avec Jacques Neriah, colonel de réserve, ancien responsable de l'évaluation aux services de renseignements militaires et ancien conseiller diplomatique d'Ytzhak Rabin.


Scud syrien porteur d'agents chimiques

         Israël était jusqu’alors rassuré. Ses satellites militaires d’observation pistaient tous les déplacements d’armements à travers la Syrie. Des informateurs avaient infiltré les rebelles syriens pour transmettre aux israéliens les positions des hangars susceptibles de stocker des armes chimiques. Des commandos ultra secrets de Tsahal  ont été introduits au sein des zones de combats pour marquer de manière électronique des cibles potentielles, pour mettre à jour les cartes terrestres et pour rapporter à l’État-major les résultats de leurs observations à courte distance. 


samedi 26 janvier 2013

BENNETT : LE RÊVE BRISÉ DU FAUCON BLESSÉ



BENNETT : LE RÊVE BRISÉ DU FAUCON BLESSÉ

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Naftali Bennett et Ayelet Shaked
          
             Le faucon est blessé. Tout lui réussissait jusqu’alors, ou presque, mais son rêve a été brisé dans le tumulte des résultats des élections. La création d’une start-up, qu’il a revendue 145 millions de dollars, a fait de lui l’un des millionnaires de la Knesset, là où beaucoup s’enrichissent justement grâce à la politique. Grâce à ce pactole, il a réussi  à investir l’ancêtre du parti national religieux, en pleine déconfiture avec ses dirigeants vieillis et peu soucieux de redonner vie à un mouvement historique qui a accompagné la création d’Israël avec David Ben Gourion. 
         Alors, Naftali Bennett a géré la prise du parti comme il gère une entreprise, tambour battant. Il savait qu’il n’avait aucune chance de parvenir au sommet au Likoud, où il avait fait ses premiers pas d’homme politique, du moins tant que Benjamin Netanyahou en restait le leader omnipuissant.

jeudi 24 janvier 2013

UNE EGYPTE QUI VERDOIE par Zvi MAZEL



UNE EGYPTE QUI VERDOIE

Par Zvi MAZEL

Ancien ambassadeur d’Israël en Égypte

Fellow of the Jerusalem Center for Public Affairs
copyright © Temps et Contretemps


Il n’y a désormais plus d’opposition parlementaire en Égypte. La constitution très controversée, récemment adoptée par referendum, donne au président les pleins pouvoirs dans le domaine exécutif ; c’est lui qui nomme le premier ministre, les juges de la Cour Suprême et les dirigeants de toutes les institutions d’État.


TRAVAILLISTES : OÙ EST L’ERREUR ?



TRAVAILLISTES : OÙ EST L’ERREUR ?

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

                 
Au dernier décompte Bennett gagnerait un siège au détriment des parti arabes

        L’échec du parti travailliste ne laisse pas d’étonner car il s’agit bien d’un échec puisque le parti arrive en troisième position avec 15 députés alors que les sondages le faisaient frôler la vingtaine pour être en position de peser sur la formation d’un gouvernement du centre-droit. L’analyse à froid permet de déceler plusieurs erreurs.


mercredi 23 janvier 2013

SLATE - LÉGISLATIVES ISRAÉLIENNES : UNE SURPRISE QUI NE RÈGLE RIEN



SLATE - LÉGISLATIVES ISRAÉLIENNES : UNE SURPRISE QUI NE RÈGLE RIEN

Par Jacques BENILLOUCHE

Le virage à droite de l'électorat n'a pas eu lieu, avec une percée des centristes et de légers gains pour les travaillistes. Une période d'incertitude sur la future coalition s'ouvre désormais, et pourrait déboucher sur... la même politique.



A en croire les sondages, la droite et l’extrême droite israéliennes devaient à elles seules frôler la majorité absolue lors des législatives du 22 janvier face à une gauche et des centristes laminés; ce ne fut pas le cas. Il faudra faire le procès des sondeurs qui ont manipulé l’opinion en agitant l’épouvantail d’un glissement du pays à l’extrême droite.

En attendant, essayons d’expliquer l’étonnement de nombreux observateurs pour des résultats qui confirment pourtant que l'opinion publique est partagée de manière égale entre deux blocs antagonistes, la droite et l’extrême droite d'un côté, les travaillistes et le centre de l'autre.

Lire la suite en cliquant sur le lien :

 

DEUX PRIORITÉS DU NOUVEAU GOUVERNEMENT



DEUX PRIORITÉS DU NOUVEAU GOUVERNEMENT

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
             

         Au lendemain des résultats, nul n’est en mesure d'imaginer quel gouvernement sortira de ces élections.  Les négociations vont s’ouvrir entre les partis avec leurs lots de compromis, de chantages et de marchandages liés au système électoral à la proportionnelle intégrale qui ne génère aucune majorité stable. Durant la campagne, les candidats ont presque éludé les deux sujets importants qui intéressent au plus haut point la population israélienne : les problèmes économiques et l’image diplomatique d’Israël à l’étranger. Il s’agit en effet de sujets clivant pouvant mettre en lumière des disparités au sein d’un même parti.


ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES : LE SILENCE PALESTINIEN




ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES : LE SILENCE PALESTINIEN

Par Jacques BENLLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


Lequel allez-vous laisser faire ?

Les palestiniens n’ont pas pris position dans la campagne des élections israéliennes ; ils ont choisi le mutisme car ils pensent qu’elles leur apporteront peu de changement, sinon une aggravation des relations bilatérales. Alors ils préfèrent se défausser sur les partis arabes israéliens qui personnifient la seule démocratie arabe de la région.  Hanan Ashrawi, ancienne ministre de l'Éducation de l'Autorité Palestinienne, a donné son sentiment le 21 janvier en se déclarant inquiète pour l’avenir : «le prochain gouvernement sera une coalition du Likoud avec des mouvements extrémistes défavorables à la création d'un État palestinien et à des pourparlers de paix». 
Le premier ministre du Hamas à Gaza Ismail Haniyeh a déclaré que «les élections israéliennes ne feraient qu'apporter plus d'extrémisme dans le gouvernement israélien». Il a ensuite appelé les palestiniens à former un front uni pour lutter contre l'extrémisme israélien.


mardi 22 janvier 2013

Radio JudaïquesFM : ISRAËL ET LES ETATS-UNIS



Radio Judaïques-FM

ISRAËL ET LES ETATS-UNIS


RADIO JUDAÏQUES-FM-94.8

Journal du 21 janvier 2013

Jacques BENILLOUCHE

au micro de

Eva SOTO

Cliquer sur la suite pour écouter l'émission


lundi 21 janvier 2013

KAHLON : UN COUP DUR POUR NETANYAHOU



KAHLON : UN COUP DUR POUR NETANYAHOU


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps



En raison de la nouvelle actualité, nous republions un article du 15 octobre 2012 qui traçait un portait de Moshé Kahlon.
Benjamin Netanyahou a décidé de nommer Moshe Kahlon à la tête de l'Administration des Terres d'Israël. Le Likoud a déclaré que le but de cette nomination était de réduire considérablement les coûts des logements pour les citoyens d'Israël, et en particulier pour les jeunes couples et les anciens combattants.
Les adversaires du premier ministre assimilent cette nomination à une manœuvre de dernière minute pour redresser la courbe défavorable des sondages. Ainsi la leader du parti travailliste Shelly Yachimovich a déclaré : «La nomination de Kahlon à la tête de l'Administration des Terres d'Israël est un cri depuis l'enfer social que Netanyahou nous prépare dans 48 heures, s'il est élu. Kahlon avait démissionné en signe de protestation contre la politique économique et sociale de Netanyahou, et c'est une preuve de panique de la part de Netanyahou».





Moshe Kahlon, né le 19 novembre 1960 à Hadera, n’est pas connu en Europe et pourtant c’est l’un des hommes politiques israéliens les plus en vue. Député du Likoud, il détient les portefeuilles de ministre des Communications et de ministre de la Santé et des Affaires sociales. Il a été élu pour la première fois député à la Knesset en 2003. Sa réussite a été concrétisée durant les primaires du Likoud où il est arrivé troisième sur la liste des candidats.

samedi 19 janvier 2013

LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES 6/ LES ORTHODOXES EN EMBUSCADE



LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES
6/ LES ORTHODOXES EN EMBUSCADE


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
            
Dhéry, Ishaï et Baroukh Abouhatzera

Tsipi Livni, arrivée en tête des élections de 2009, n’avait pas été choisie pour constituer un gouvernement parce qu’une majorité de députés, 65 députés sur 120, avait confirmé au chef de l’État que Benjamin Netanyahou, allié des orthodoxes, était leur préféré. Le premier ministre désigné se targuait de pouvoir prêter serment dans la semaine suivant les élections. Tout paraissait alors facile mais c’était sans compter sur la versatilité des partis religieux et sur leur capacité de marchandage. 

vendredi 18 janvier 2013

LA VÉRITÉ AU GRAND JOUR D’ALEXANDRE JARDIN




LA VÉRITÉ AU GRAND JOUR D’ALEXANDRE JARDIN

La collaboration en France

Le gouvernement Pétain à Vichy

            
Alexandre Jardin s'attendait aux représailles de sa famille, mais pas à celles de la France tout entière. C'est dans un registre plus dramatique et loin du romantisme que le célèbre auteur de Fanfan a dénoncé le passé controversé de ses proches dans son roman : Des gens très bien. Au-delà des violentes réactions, ce livre grave sur la collaboration des français avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale a eu une influence irréversible sur l'écrivain, qui a désormais pris goût au vrai.

            Merci à André Gotlieb et à son ami Sylvain de nous avoir fait découvrir ce témoignage poignant de vérité sur les collaborateurs nazis français masqués. Voir la vidéo de Alexandre Jardin.

jeudi 17 janvier 2013

LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES 5/ LE PROBLEME IRANIEN



LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES
5/ LE PROBLEME IRANIEN


Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
Ahmadinejad à la centrale de Natanz
               
Le problème du nucléaire iranien est celui qui divise les États-Unis et Israël mais aussi une partie de la classe politique et militaire du pays. Les sondages montrent que la préoccupation majeure des israéliens reste les problèmes économiques et que le problème iranien est placé en dernier. Pourtant, Benjamin Netanyahou a préféré faire de l’Iran son cheval de bataille dans la campagne électorale alors que son gouvernement est tombé pour des divergences sur le budget. Il a assuré ses électeurs que sa priorité était de «stopper» le programme nucléaire iranien : «Il nous reste encore beaucoup de choses à faire. Avant toute chose, nous devons stopper le programme nucléaire iranien, et le temps passe. C'est ma première mission en tant que premier ministre». Il a encore menacé de recourir à une opération militaire contre l'Iran.


mercredi 16 janvier 2013

LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES 4/ LES RELATIONS AVEC LES ETATS-UNIS




LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES
4/ LES RELATIONS AVEC LES ÉTATS-UNIS

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
Obama et Netanyahou au salon ovale
               
Durant la précédente mandature, les relations entre Israël et les États-Unis ont été exécrables. Le courant n’est jamais passé entre Barack Obama et Benjamin Netanyahou. Ils n’ont pu cacher leurs profondes divergences sur l’Iran. En dépit des signes d'apaisement, Washington et Jérusalem restent profondément divisés sur la façon de faire face à la menace nucléaire iranienne. Le nouveau gouvernement israélien, qui sortira de ces élections, aura pour tâche majeur de rétablir les liens amicaux indispensables à la sécurité d’Israël, en intégrant dans la réflexion le fait que le président américain n’est plus lié par une stratégie de  réélection.