LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

dimanche 31 juillet 2011

LES PREMICES D’UN MAI 1968 EN ISRAËL



LES PREMICES D’UN MAI 1968 EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE



               Ceux qui ont connu l’époque de mai 1968 à Paris font un parallèle avec la situation actuelle en Israël. Cela avait commencé de la même façon. Une petite manifestation de jeunes étudiants, folklorique au départ, qui ne prêtait pas à conséquence pour les autorités, s’amplifie pour toucher toutes les classes de la population et ensuite toutes les villes. Dans les deux cas, le pouvoir semblait sourd aux revendications face à une crise imprévisible en raison même des formes de la contestation étudiante. La sérénité de la vie universitaire avait été perturbée par les formes multiples qu’ont revêtues les actions de contestation.

            La caractéristique commune à cette prise de conscience réside dans la combativité des jeunes qui ne trouvent pas à s’exprimer dans les organisations politiques et les syndicats. Les jeunes, qui jouent un rôle moteur au boulevard Rothschild, ont décidé seuls des formes de lutte appropriées à leurs revendications alors que les politiques ne les contrôlent pas. Les manifestants n’exigent pas une force alternative aux partis et aux syndicats mais une force nouvelle qui tranche avec une certaine apathie générale. Ce terreau fertile risque de nourrir une contestation plus générale lorsque les universités seront rouvertes.

La guerre d’Algérie avait calmé les velléités des jeunes étudiants qui avaient alors un rôle fédérateur parce qu’ils ne voulaient pas attenter à l’unité du peuple français en période de guerre. Aujourd’hui les jeunes israéliens ne veulent pas être accusés de poignarder le pouvoir alors que les frontières restent sensibles, que le terrorisme n’a pas désarmé et que les ennemis d’Israël risquent de se frotter les mains devant un autre visage du mouvement étudiant. Mais ils ont choisi la rue plutôt que les cafétérias universitaires tout comme en France la faculté de Nanterre avait été choisie parce qu’elle représentait alors un véritable ghetto coincé entre un bidonville en cours de destruction et des terrains vagues préfigurant le nouveau quartier de la Défense. Le symbole résidait dans les classes défavorisées voisinant avec la représentation la plus voyante du libéralisme économique implacable.  

Mai 68 avait marqué une rupture : l'illusion d'un discours révolutionnaire face à la volonté pragmatique des individus. Les jeunes voulaient changer leur vie, voulaient participer au partage des richesses et voulaient surtout qu’on les entende.  Mais le traitement des désordres de mai 1968 par le gouvernement français avait débouché sur une grande déception caractérisée par la fin de tout espoir de changement quels que soient les discours des hommes politiques, parfois révolutionnaires, parfois réformistes.

En Israël, les intellectuels ont pris, comme en France le train en marche, par opportunisme et par désarroi de constater leur impuissance théorique devant la revendication des tentes. Ils ne représentent plus le levier propre à toute contestation. Ils ne représentent plus l’élite des sages qui pensent à la place des autres. Ils ont perdu leur influence et leur aura.

Le pouvoir israélien, puissant aujourd’hui parce qu’il gouverne face à une opposition atone, doit comprendre que la nouvelle démocratie, avide de perspectives politiques concrètes, ne peut pas se satisfaire de mots d’ordre creux et de formules stériles. D'ailleurs le gouvernement est touché frontalement puisque Haïm Shani, directeur général du ministère des fiances a démissionné, vraisemblablement à cause de la vague de protestations. Benjamin Netanyahou doit réviser les textes fondateurs de la révolution de mai 1968 pour éviter que la contestation ne débouche sur une révolution lorsque les revendications sont légitimes.  


Sur le même sujet : 


http://benillouche.blogspot.com/2011/07/israel-trouve-sa-place-tahrir.html





vendredi 29 juillet 2011

GUYSEN-TV - FRANCE-ISRAËL : FIN DE L'EMBARGO ?



GUYSEN-TV - FRANCE-ISRAËL : FIN DE L'EMBARGO ?

Débat télévisé du 27 Juillet 2011 entre 

Emmanuel NAVON, professeur de sciences politiques, et 

Jacques BENILLOUCHE 

arbitré par 

Myriam DANAN


         Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a mis fin à des mois de suspense en annonçant, le 21 juillet, qu’il avait choisi Dassault Aviation pour fournir aux forces armées françaises un nouveau drone moyenne altitude longue endurance (MALE) à l’horizon 2014.

         C’est une victoire pour Israël et le groupe français puisque la version française du drone s'inspire du drone israélien Heron TP, en compétition avec la proposition d'EADS qui prônait une solution américaine, le Reaper. La production du drone se ferait en coopération avec l’avionneur Israel Aerospace Industries (IAI) qui produit déjà le Heron TP.

          La décision technique est doublée d'une décision politique puisqu'Israël devient à nouveau partenaire des industries militaires françaises depuis l'embargo décrété par le Général de Gaulle en 1967.


Vidéo Partie/1

Vidéo Partie/2

mardi 26 juillet 2011

KOL-ISRAEL : RELATIONS ISRAEL-TURQUIE



ISRAEL-TURQUIE : UN NOUVEAU DEPART ?



Journal de KOL-ISRAEL du 25 juillet 2011

Caricature de Shalom COHEN du journal Israël Hayom

Jacques BENILLOUCHE 

au micro de

Annie GABBAY




Un document confidentiel émanant du ministère des Affaires étrangères qui a été publié par le quotidien « Maariv » révèle que, malgré les tentatives timides de rapprochement avec Israël, Ankara continue à déployer un activisme anti-israélien.  Mais il pourrait s'agir d'une posture du premier ministre Erdogan qui cherche en fait à renouer les relations avec Israël sans être accusé d'avoir avalé une couleuvre.

dimanche 24 juillet 2011

LA PLUIE ET LES LARMES




LA PLUIE ET LES LARMES

par Jacques BENILLOUCHE





         En hommage à mes amis restés à Paris sous la pluie qui ne cesse de tomber, cette magnifique ballade d’Anne Vanderlove qui chante, elle, des chansons à texte avec des mots et des phrases qui nous brûlent la mémoire.

         Les étudiants des années 1960 à Paris se souviendront ainsi des soirées au club Chez Georges, rue des Canettes, où des chanteurs inconnus accompagnés de leur seule guitare meublaient des soirées nostalgiques sans hurler ni émettre des onomatopées chères à la vague moderne des Amy Winehouse. Ils se saoulaient avec les mots et se droguaient avec le verbe.  Certains sont devenus de grandes vedettes. D’autres sont tombés dans l’oubli. Mais le souvenir reste toujours cuisant.
         
         Dans le même registre, Rachel Arnaud suit aujourd'hui les traces d'Anne Vanderlove. Un immense plaisir pour les oreilles.




lundi 18 juillet 2011

SLATE : Libye, un échec cuisant pour l'Otan





SLATE : Libye, un échec cuisant pour l'Otan
par Jacques BENILLOUCHE

Soldats fidèles à Kadhafi

  Quand les Américains ne veulent pas ou ne peuvent pas, l'OTAN est impuissant. La France et le Royaume-Uni n'ont pas les moyens militaires de leurs ambitions politiques. Ces deux pays vont devoir en tirer les conclusions: se donner d'autres moyens ou disparaître sur le plan géopolitique.




 Les augures avaient prévu un peu vite la chute rapide du colonel Kadhafi. Mais il semble bien que les Dieux militaires aient été avec lui. Barack Obama a transmis, le 14 juillet, au président russe Dimitri Medvedev le relais pour jouer le rôle principal dans les négociations avec Mouammar Kadhafi, sous réserve que la solution adoptée favorise l’avènement d’un régime transitoire. Les deux dirigeants sont convaincus que la guerre est terminée en Libye. Le président américain a ainsi accepté la suggestion russe, contre l’avis des chefs de l’OTAN qui avaient rencontré les dirigeants russes à Sotchi. Une réunion durant laquelle Moscou et l’OTAN avaient affiché leurs divergences. Mais si les Américains ne veulent pas ou ne peuvent pas, l'OTAN est réduit à l'impuissance, une dure leçon quand la volonté politique, notamment française et anglaise, n'a pas les moyens militaires de ses ambitions.....


Lire la suite en cliquant sur le lien :


http://www.slate.fr/story/41193/libye-OTAN-echec-cuisant


D'autres liens dans le monde :


http://www.infodabidjan.net/international/libye-un-echec-cuisant-pour-lotan-une-analyse-de-jacques-benillouche-journaliste/




vendredi 15 juillet 2011

SLATE-AFRIQUE : Quelle place pour les juifs tunisiens ?



SLATE-AFRIQUE : Quelle place pour les juifs tunisiens ?


par Jacques BENILLOUCHE

L'histoire trimillénaire de la communauté juive perdure sous le ciel révolutionnaire. Mais à ce jour, est-elle toujours la bienvenue en Tunisie?

La synagogue de la Ghriba à Djerba

Les juifs tunisiens ont toujours gardé des liens étroits avec leur terre natale, ce qui dans un sens ne manquait pas d'intéresser économiquement le gouvernement tunisien. Des centaines de milliers de touristes, et parmi eux de nombreux Israéliens, consacraient leurs vacances à vaincre la nostalgie d’une terre volontairement abandonnée.

Le pèlerinage de la Ghriba sur l'île de Djerba, la plus célèbre synagogue d'Afrique du Nord, devenait un must tandis que de nombreux entrepreneurs juifs du Sentier, le quartier juif de Paris, ouvraient en Tunisie des ateliers de confection à bas coût pour fournir des emplois vitaux à une population à la recherche de débouchés. Les liens restaient étroits et les officiels n’hésitaient pas à s’en gargariser....

Lire la suite en cliquant sur le lien :


Mon ami André MAMOU m'a suggéré un autre titre pour mon article : 

Tunisie : Après le jasmin, la figue...de barbarie



mercredi 13 juillet 2011

GUYSEN-TV : L'ASCENSION DES FRERES MUSULMANS EN EGYPTE


GUYSEN-TV : 13 Juillet 2011
L'ASCENSION DES FRERES MUSULMANS EN EGYPTE


Le secrétaire général des Frères musulmans, Mahmoud Hussein

Daniel GAL, Ancien Ambassadeur israélien

et

Jacques BENILLOUCHE

au micro de David SEBBAN

Vidéo Partie/1


Vidéo Partie/2







mercredi 6 juillet 2011

RADIO KOL-ISRAEL : LIEBERMAN FACE AUX PALESTINIENS



RADIO KOL-ISRAEL : LIEBERMAN FACE AUX PALESTINIENS 




JOURNAL de 20H du 6 juillet 2011

Jacques BENILLOUCHE

au micro de

Annie GABBAY




Comme les pourparlers de paix sont dans l'impasse depuis plus de deux ans, les Palestiniens ont l'intention de demander à l'ONU de reconnaître leur indépendance en Septembre.


Israël peut répondre aux décisions unilatérales des palestiniens par des mesures unilatérales israéliennes. Le ministre des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a précisé qu'il avait dans ses mains plusieurs options. Quelles sont ces options ?