LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 21 octobre 2021

La Tunisie paie son acharnement contre Israël

 

LA TUNISIE PAIE SON ACHARNEMENT CONTRE ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps




            Le Liban et la Tunisie étaient réputés pour leur modération à l’égard d’Israël au point de penser qu’ils seraient les premiers candidats à signer un accord de paix. Aujourd’hui ils figurent parmi les pays les plus haineux contre Israël sous l'alibi fallacieux qu’ils défendent la cause palestinienne. Ils persistent dans leur volonté de vouloir être plus royaliste que le roi, quitte à jouer contre leurs intérêts. Contrairement aux autres pays arabes, dont le Maroc, qui ont noué ou renoué des relations diplomatiques avec «l’entité sioniste», ces deux pays sont au bord de l’effondrement et certainement en pleine banqueroute. C’est le lot de tous ceux qui ont voulu se distinguer dans le conflit israélo-palestinien alors que, depuis longtemps, les Palestiniens sont sortis de l’agenda des pays arabes qui ont d’autres chats à fouetter. 


Israël doit-il et peut-il sauver le Liban par Francis MORITZ

 

ISRAËL DOIT-IL ET PEUT-IL SAUVER LE LIBAN ?


Par Francis MORITZ

 

Najiib Mika premier ministre du Liban

Lorsque la maison du voisin brûle, peut-on rester stoïque ? Le Liban, était un beau pays qu’on appelait la Suisse du Moyen-Orient. Il y avait des jours et des nuits. C’est le passé. Désormais ce beau pays est entré dans une nuit sans fin. Les parrains d’hier se montrent impuissants ou indifférents. La répartition des pouvoirs entre féodaux politiques et le Hezbollah a fonctionné jusqu’à ce que la corruption en vienne à bout. Les Libanais ont découvert que la classe dirigeante est une des vedettes des Pandora Papers avec 346 noms. Les hauts responsables y sont tous présents, dont le premier ministre Najib Mika, l’un des hommes les plus riches du pays, qui a déclaré : «La richesse ne s'accumule pas forcément au détriment du bien public».


Les terroristes récidivistes sont des morts en sursis

 


LES TERRORISTES RÉCIDIVISTES SONT DES MORTS EN SURSIS


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

Medhat al-Salah, 54 ans,

            

          Israël n’accepte de libérer des prisonniers palestiniens que s’ils s’engagent par écrit à ne plus participer à des actions terroristes. Le cas échéant, ils risquent de trouver la mort sur leur chemin. La grande majorité s’estime souvent lésée d’avoir payé pendant que d’autres, parmi les leurs, s’enrichissent à leurs dépens. La leçon leur aura suffi et ils entrent souvent dans le droit chemin pour compenser les années inutiles perdues en prison. Parfois aussi, la cohabitation avec les autorités pénitentiaires leur ouvre les yeux sur la réalité israélienne mais aussi les pousse à la réflexion sur leurs dirigeants. La peine de mort pour assassinat de civils juifs n’existe pas dans l’arsenal judiciaire d’Israël à la seule exception d’Adolf Eichmann qui a été pendu. Alors la condamnation à de lourdes peines de prison reste la sanction suprême. Mais Israël est sans pitié avec les libérés récidivistes. Leur cas est traité par une haute commission sécuritaire, présidée par le premier ministre, qui entend les responsables sécuritaires et donne la parole à un membre israélien du ministère de la justice chargé d’assurer la défense de l'accusé. La procédure judiciaire secrète est ainsi parfaitement respectée pour rester dans les principes légaux.  


ARTICLES DE LA SEMAINE : Cliquer l'image pour lire

 

ARTICLES DE LA QUINZAINE - Cliquer l'image pour lire

 

ARTICLES DU MOIS - Cliquer l'image pour lire