LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 3 décembre 2020

La recomposition du paysage politique en Israël

 

LA RECOMPOSITION DU PAYSAGE POLITIQUE EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps


            

          Les sondages qui sont publiés en Israël n’ont aucune valeur politique car ils ne tiennent pas compte de l’évolution de l'échiquier politique, autant à gauche qu’à droite, sans compter que les listes définitives de candidats ne sont pas encore établies. Par ailleurs il reste encore un doute sur la tenue réelle de ces élections car la dissolution de la Knesset doit passer par trois votes et nous ne sommes pas à l’abri de surprises car Benjamin Netanyahou n’a pas encore dit son dernier mot, sachant qu'il a plusieurs tours dans son sac. S’il accepte le vote du budget pour 2020/2021, comme il s’y était engagé dans les accords de coalition, alors le gouvernement de coalition poursuivra son existence jusqu’au prochain incident ou conflit. D'ailleurs Gantz a voté à reculons pour la dissolution tant il savait que des nouvelles élections ne résoudraient rien.


Nucléaire iranien, nouvelle donne par Francis MORITZ

 


NUCLÉAIRE IRANIEN, NOUVELLE DONNE


Par Francis MORITZ

Le Guide suprême l'Ayatollah Ali Khamenei, en compagnie du président Hassan Rohani et du commandant de la force du Quds Ismail Qaani 

          Berlin a déjà mis la pression sur l’équipe du président élu, en vue d’une reprise rapide des négociations sur le nucléaire iranien, d’autant qu’il y a déjà plusieurs mois que Joe Biden avait déclaré son intention dans ce sens, une fois élu. L’industrie allemande, confrontée à une baisse de régime importante, exerce une pression considérable, en espérant une reprise rapide et lucrative des commandes. L’Allemagne doit toutefois faire face à deux obstacles sérieux, une nouvelle vague de sanctions décidées par le Donald Trump et un Sénat élu à majorité républicaine. De sorte que ces sanctions impacteront la totalité du secteur pétrolier iranien, rendant la vie du pays encore plus difficile qu’elle n’est actuellement.

mardi 1 décembre 2020

L'effet Biden assombrit le Moyen-Orient par Michèle MAZEL

 


L’EFFET BIDEN ASSOMBRIT LE MOYEN-ORIENT


La chronique de Michèle MAZEL



          La nouvelle administration n’est pas encore en place mais tout le monde a compris que les jeux sont faits : l’ère Trump touche à sa fin. Bien sûr, beaucoup de choses peuvent encore se passer au cours des quelques semaines à venir. Trump a démontré qu’il était imprévisible.  Est-il en train de méditer un dernier acte à la Samson ? Le déclenchement d’une attaque de grande envergure sur les installations nucléaires de l’Iran ? 


Radio Judaïca Bruxelles : Gantz n'a aucun intérêt à voter la censure

 

RADIO JUDAÏCA BRUXELLES

GANTZ N’A AUCUN INTÉRÊT À VOTER LA CENSURE

Jacques BENILLOUCHE au micro de

Miri MAMAN


         La crise au sein du gouvernement israélien dure depuis trop longtemps et le blocage de la situation ne peut s'éterniser dans une atmosphère de fausse entente. Aucune collaboration n’existe entre Netanyahou et Gantz qui est d'ailleurs exclu des grandes manifestations à l'étranger, chacun agissant de son côté. Il est donc normal que l’abcès soit crevé alors que les protagonistes politiques tirent trop sur la corde. Le refus du vote du budget n’est qu’une péripétie d’un combat qui dure en fait depuis la création du gouvernement d’union nationale, plutôt un gouvernement d’inertie nationale.

Cliquer sur la suite pour écouter l'émission


lundi 30 novembre 2020

Fiction sur l'élimination en Iran d'un savant nucléaire

 


FICTION SUR L’ELIMINATION EN IRAN D'UN SAVANT NUCLEAIRE


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

Ce récit est une œuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.



Depuis le 1er mai 2018, des changements organisationnels, voulus par le chef d’État-major de l'époque, Gadi Eizenkot ont été effectués au sein d’Aman, la direction des renseignements militaires en Israël en prévision d’une situation qui se tend de plus en plus au Moyen-Orient. Ces réorganisations ont été planifiées de longue date pour tenir compte des conséquences des Printemps arabes et de la révolution technologique à l'ère d'Internet et des réseaux sociaux. Aman est la branche du renseignement de l’armée israélienne qui travaille en collaboration avec le Mossad, responsable de la collecte de renseignements à l'extérieur de l'État d'Israël. 


Coup terrible contre le programme nucléaire iranien

 

COUP TERRIBLE CONTRE LE PROGRAMME NUCLÉAIRE IRANIEN

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

Mohsen Fahrizade

Depuis quelque temps des télévisions israéliennes et des médias peu professionnels n’ont cessé d’affirmer qu’une action militaire contre l’Iran était dans les tuyaux américains et que même Tsahal avait mobilisé ses troupes.  Les titres ont été à l’avenant : «Israël : l'armée prête à une éventuelle attaque américaine contre l'Iran avant la fin du mandat de D. Trump». Ce n’est plus de l’information mais de la recherche de scoops douteux. Ces journalistes semblent ignorer qu’une action éventuelle ne s’annonce pas mais se lance dans le secret total car la surprise est un élément fondamental de la réussite d’une opération militaire. Il s’agit souvent, pour ces journalistes aux ordres, de créer la panique en Israël pour détourner l’attention sur les réels problèmes du pays et pour les partisans de Trump de masquer sa défaite. Tsahal a été d’ailleurs contraint d’intervenir pour calmer les esprits en expliquant que rien n’était planifié. Pour l’armée le sensationnalisme n’est pas de mise quand il s’agit de la sécurité d’Israël.


Les Israéliens jugeront Joe Biden sur l'Iran

 

LES ISRAÉLIENS JUGERONT JOE BIDEN SUR L’IRAN

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

Accord de Vienne 2015
   

     Il n’est un secret pour personne qu’Israël a toujours été opposé à l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien, signé le 14 juillet 2015 par les pays du P5+1 (États-Unis, Russie, Chine,  France et Royaume-Uni, auxquels s'ajoute l'Allemagne), ainsi que l'Union européenne et l'Iran. Au temps de Barack Obama, l’Iran imposait ses vues au monde occidental soumis à un chantage économique d’abord puis terroriste ensuite. Lorsque Donald Trump est arrivé au pouvoir, sa première décision fut de se retirer de cet accord et de mener une politique conforme aux objectifs d’Israël. Il était alors en totale identité de vue avec Netanyahou qui estimait que les mollahs au pouvoir en Iran ne pouvaient être encouragés à poursuivre leur politique néfaste.


ARTICLES DE LA SEMAINE Cliquer l'image pour lire

 

ARTICLES DE LA QUINZAINE : Cliquer l'image pour lire

 

INTERVENTIONS TELEVISION RT : Cliquer l'image pour voir l'émission

   

ARTICLES DU MOIS : Cliquer l'image pour lire