LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

lundi 30 avril 2018

Le débat sur l'efficacité des frappes alliées



LE DÉBAT SUR L’EFFICACITÉ DES FRAPPES ALLIÉES
Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
            
base syrienne d'Al-Chaayrate après les frappes américaines

          Un grand scepticisme règne sur l’efficacité des frappes alliées contre la Syrie qui sont interprétées plutôt comme une action symbolique que comme une mesure punitive. Chacun des protagonistes a sa propre perception de la victoire et il donne l’impression de vouloir sauver la face de l’autre. Pourtant l’attaque était justifiée par l'utilisation par la Syrie d'armes chimiques. 

La fin du déni par Gérard AKOUN



LA FIN DU DÉNI

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM

            

          Trois cent personnalités issues de divers horizons, politiques, littéraires, artistiques ont signé un manifeste paru dans le Parisien daté du dimanche 22 avril 2018 pour dénoncer «l’antisémitisme musulman» un «nouvel antisémitisme» qui provoquerait, le conditionnel est de la journaliste du Monde qui rapportait l’information, «une épuration ethnique à bas bruit» dans certaines zones d’Île de France à l’encontre des familles juives.

dimanche 29 avril 2018

Israël songe à l'exploit de 2007 contre l'usine nucléaire en Syrie



ISRAËL SONGE À L’EXPLOIT DE 2007 CONTRE L’USINE NUCLÉAIRE EN SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps

           
La centrale nucléaire syrienne
            
          Israël tremble rétroactivement à l’idée que la Syrie aurait été en mesure, aujourd’hui, de disposer de l’arme nucléaire s’il n’était pas intervenu en 2007. La décision difficile avait été prise par le gouvernement israélien en accord avec les Etats-Unis, pour détruire le réacteur syrien, avant sa mise en fonctionnement. L'opération militaire Orchard fut exécutée par l'armée de l'air israélienne le 6 septembre 2007, vers minuit, contre un immeuble de Deir ez-Zor en Syrie.


Une Europe à poils de loup par Jean SMIA



UNE EUROPE À POILS DE LOUP

Le billet d'humeur de Jean SMIA

            
          Il est facile de constater à quel point l’évolution islamiste d’Erdogan se calque de plus en plus sur les idéaux des Loups Gris. Pour ceux qui ne savent pas qui sont ces derniers : C’est une organisation armée ultra-nationaliste turque, néo-fasciste, anti-communiste, anti-grecs, antikurdes, anti-arméniens, homophobe et antisémite.

jeudi 26 avril 2018

La Malaisie, base de formation militaire du Hamas



LA MALAISIE, BASE DE FORMATION MILITAIRE DU HAMAS

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
         
Fadi Al-Batsh
          On commence à en savoir un peu plus, non pas sur l’assassinat le 21 avril 2018 de Fadi Al-Batsh qui n’est pas encore élucidé, mais sur les éventuelles motivations des assassins en raison des relations étroites entre la Malaisie et le Hamas. Une certitude cependant, cet ingénieur électricien, expert dans la construction de fusées, était membre à part entière du Hamas et actif au sein des groupes islamistes en Malaisie. 

mardi 24 avril 2018

Natalie Portman et Israël par Michèle MAZEL



NATALIE PORTMAN ET ISRAËL



            

         Créé en 2013, et peu connu du grand public, le prestigieux prix «Genesis», parfois qualifié de Nobel juif, est censé récompensé «les êtres humains exceptionnels qui représentent les valeurs juives dans leurs contributions au bien de l'humanité». L’ont reçu par le passé Michael Bloomberg, Michael Douglas, Itzhak Perlman et Anish Kapoor. Cette année, le prix – et ses deux millions de dollars –  devait être remis à l’actrice Natalie Portman pour son activisme social et ses œuvres caritatives.


L'effet Trump s'estompe, Israël déchante



L’EFFET TRUMP S'ESTOMPE, ISRAËL DÉCHANTE

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps
            

          L’élection de Donald Trump avait été perçue comme l’arrivée du Messie en Israël car il était censé garantir la sécurité du pays, en particulier face à l’Iran. Or la baudruche s’est dégonflée pour laisser place à une réalité décevante. Le président qui bombait le torse hier, rase les murs aujourd'hui. Certes la gouvernance américaine s’est trouvée désorganisée par les nombreux changements des titulaires des postes au plus haut niveau, poussant l’administration Trump et le président lui-même à improviser, mais cela était la preuve qu’ils n’étaient pas préparés à leur victoire. 

Qui était Fadi Al-Batsh ?


QUI ÉTAIT FADI AL-BATSH ?
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps




           
          Fadi Al-Batsh, assassiné le 21 avril 2018 par deux assaillants dans la capitale malaisienne Kuala Lumpur alors qu'il se rendait à une mosquée pour les prières de l'aube, est un universitaire palestinien de 35 ans, père de trois enfants.  Il était le deuxième imam de la mosquée. Il n’avait pas qu’une fonction ecclésiastique. Professeur en ingénierie électrique, il vivait en Malaisie depuis 10 ans. Selon le vice-premier ministre malaisien, Ahmad Zahid Hamidi, ce chercheur palestinien était un expert dans le domaine de l’énergie et des missiles.

lundi 23 avril 2018

Michèle MAZEL



MICHÈLE MAZEL


           
          
          Michèle Mazel, née à Poitiers, est licenciée de la Faculté de Droit et diplômée de Sciences-Po Paris, où elle a connu son époux Zvi, ambassadeur d’Israël, qu’elle a accompagné dans toutes ses missions. De 1969 à 1973, Zvi Mazel a été premier secrétaire à Antananarivo, à Madagascar, puis attaché à l'ambassade d'Israël à Paris jusqu'en 1977.  De 1980 à 1982, il a servi à l'ambassade d'Israël au Caire. En 1989, il a été nommé ambassadeur en Roumanie et en 1996, il est retourné en Égypte en tant qu'ambassadeur pendant cinq ans. Il a terminé sa carrière comme ambassadeur en Suède jusqu'en 2004. Michèle Mazel a donc l’expérience d’une femme de diplomate, ce qui lui donne une légitimité pour parler des affaires diplomatiques.


Poutine, Erdogan, Rohani : le nouvel ordre au Moyen-Orient



POUTINE, ERDOGAN, ROHANI : LE NOUVEL ORDRE AU MOYEN-ORIENT

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps


            
          Les frappes aériennes américano-franco-britanniques, contre l'infrastructure des armes chimiques de Bachar El-Assad, ne présagent d’aucune modification de la stratégie de Donald Trump dans la région. Il maintient intacte sa décision de retirer les forces américaines du Moyen-Orient et de perdre définitivement la Syrie en y abandonnant à leur sort tous les groupes d’opposants qui se battent avec courage pour leur liberté.


samedi 21 avril 2018

Diplomatie et bonnes manières par Michèle MAZEL


          

         
          Michele Mazel, ancienne élève de Sciences Po où elle a connu son époux Zvi, ambassadeur d’Israël, qu’elle a accompagné dans toutes ses missions. De 1969 à 1973, il a été premier secrétaire à Antananarivo, à Madagascar, puis attaché à l'ambassade d'Israël à Paris jusqu'en 1977.  De 1980 à 1982, il a servi à l'ambassade d'Israël au Caire. En 1989, il a été nommé ambassadeur en Roumanie et en 1996, il est retourné en Égypte en tant qu'ambassadeur pendant cinq ans. Il a terminé sa carrière comme ambassadeur en Suède jusqu'en 2004. Michele Mazel a donc l’expérience d’une femme de diplomate ce qui lui donne une légitimité pour parler des dessous des affaires diplomatiques.
            Dans ce billet d’humeur, Michèle Mazel revient sur le mini incident intervenu au Sénégal lorsque la femme de l’ambassadeur français, Valérie Bigot, qui organisait une réunion des conjoints diplomatiques, a téléphoné à l’israélienne Jenny Hirschson, femme de l’ambassadeur, : « Je vous conseille de ne pas venir car il est inconfortable pour beaucoup de gens de vous avoir présents, votre présence est problématique, tout le monde n'aime pas Israël ». Madame Hirshon a préféré renoncer à assister à un événement où elle n'était pas la bienvenue.
            Madame Bigot, qui a longtemps séjourné en Israël devait pourtant connaître la susceptibilité israélienne dans ce domaine.


DIPLOMATIE ET BONNES MANIÈRES

vendredi 20 avril 2018

L'unité d'élite Maglan la plus sollicitée contre l'Iran et la Syrie



L’UNITÉ D’ÉLITE MAGLAN LA PLUS SOLLICITÉE CONTRE L’IRAN ET LA SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps


            
Exercice dans une ville de Gaza reconstituée

          Tsahal dispose de plusieurs unités d’élite qui sont souvent mises à l’honneur pour avoir réussi des dizaines de missions classifiées. Parmi les bataillons, l’unité d’élite du Commandement de la Région Centre, Maglan, est spécialisée dans les missions et les opérations en territoire ennemi. Elle vient d’être d’ailleurs récompensée pour des années d’activité opérationnelle au-delà des frontières. L’unité a participé à d’innombrables actions très secrètes au profit d’Israël bien sûr et de ses alliés en particulier.

mercredi 18 avril 2018

Jour du souvenir : soldats morts au champ d'honneur


JOUR DU SOUVENIR : SOLDATS MORTS AU CHAMP D'HONNEUR

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
23.646 soldats morts

          Quand on assiste à la remise publique de galons militaires, on est toujours impressionnés à la vue de ces jeunes, à peine sortis de l’enfance mais déjà solides et robustes. Ils acquièrent vite le sentiment national qui leur donne l’assurance de défendre leur pays contre des États voyous prônant l’anéantissement d’Israël. On les croit intoxiqués sous l’effet du sionisme alors qu’en fait, par fierté, ils savent ce que l’État attend d’eux. La peur n’a pas prise sur eux.

mardi 17 avril 2018

Les frappes et les pertes humaines en Syrie ne plieront pas l'Iran



LES FRAPPES ET LES PERTES HUMAINES EN SYRIE NE PLIERONT PAS L’IRAN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Six des sept morts iraniens de la base T4

          L’Iran a communiqué les pertes qu’il a subies après la frappe sur sa base T4 en Syrie, dans les environs de Palmyre. Sept officiers du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne (CGRI), dont un colonel responsable du projet des drones, Mehdi Dehqan, ont été tués dans un raid aérien attribué à Israël mais non confirmé par Tsahal. Cette frappe serait une réponse au drone iranien armé d’explosifs, infiltré le 10 février 2018 dans l’espace aérien israélien.

La droite rejoint les deux extrêmes aux côtés d'Assad



LA DROITE REJOINT LES DEUX EXTRÊMES AUX CÔTÉS D’ASSAD
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
         
Cellule de crise pendant les frappes
          Il est de tradition que, lorsque la France intervient militairement au-delà de ses frontières, toutes les factions françaises soutiennent sans réserve l’action des forces armées, par élan nationaliste. Or cela n’a pas été le cas pour les opérations des alliés contre Bachar El-Assad. La participation de la France aux frappes contre la Syrie met en évidence un nouveau clivage dans l’opinion française qui ne se scinde plus entre droite et gauche, mais entre pro-occidentaux et pro-arabes. Ce n’est pas un hasard si les opposants aux frappes se trouvent dans les milieux extrêmes, à droite comme à gauche, parmi les plus radicalisés mais ce qui est nouveau, parmi les Républicains aussi.



Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont frappé la Syrie



LES ÉTATS-UNIS, LE ROYAUME-UNI ET LA FRANCE ONT FRAPPÉ LA SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

            
Le secrétaire à la défense James Mattis et le General Joseph Dunford

          Après une période d’hésitation ou de préparation technique, les États-Unis ont frappé les sites d'armes chimiques syriens, en collaboration avec le Royaume-Uni et la France. L’annonce a été faire par Donald Trump lui-même : «J'ai ordonné aux forces armées américaines de lancer des frappes de précision sur des cibles associées aux capacités d'armes chimiques du dictateur syrien de Bachar el-Assad. Le but de la campagne est d'établir un puissant moyen de dissuasion contre la production, la propagation et l'utilisation d'armes chimiques».

samedi 14 avril 2018

Syrie : rhétorique militaire et pragmatisme



SYRIE : RHÉTORIQUE MILITAIRE ET PRAGMATISME

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

                   

          Quand une affaire n’est pas traitée à chaud, elle se dégonfle car, au-delà de la rhétorique militaire, les parties mettent de l’eau dans leur vin et le pragmatisme finit par entraîner un équilibre de la terreur en Syrie. Le problème n’est pas de trouver des cibles pour des frappes militaires mais de définir les bons moyens pour minimiser les risques qui ne manquent pas dans cette région. 


Israël refuse toute présence iranienne en Syrie



ISRAËL REFUSE TOUTE PRÉSENCE IRANIENNE EN SYRIE

Par Jacques BENILLOUCHE
 Copyright © Temps et Contretemps

            
Base T4 en Syrie

          Dans une interview à un quotidien israélien à l’occasion des fêtes de Pessah, le chef d’État-major de Tsahal, Gadi Eizenkot, avait révélé qu'Israël avait mené des centaines d'actions offensives en 2017 pour empêcher le renforcement du Hezbollah et la possession de missiles de précision capables d'atteindre des cibles en Israël. Il a précisé qu’aucune confrontation n’est attendue avec le Hezbollah cette année et qu’Israël empêchera l'Iran d'approcher de ses frontières. 

mercredi 11 avril 2018

SLATE - La discrimination d'Etat à l'encontre des Juifs séfarades à la création de l'Etat d'Israël



SLATE - LA DISCRIMINATION D'ÉTAT À L'ENCONTRE DES JUIFS SÉFARADES À LA CRÉATION D'ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE

            L'ouverture d'archives révèle au grand jour l'existence, dans les années 1950 et 1960, d'un plan officiel des autorités israéliennes pour contrôler l'installation des Juifs d'Afrique du Nord.

A Yerouham dans le Neguev où les Marocains ont été contraints de s'installer

            Il aura fallu soixante-dix ans pour qu'en Israël, les archives s’ouvrent et les langues se délient. Des faits, racontés par les protagonistes mais souvent démentis par les autorités, sont devenus une réalité douloureuse de l’histoire de l’immigration juive en Israël dans les années 1950-1960.
            À la création de l’État d’Israël, sur injonction des dirigeants sionistes historiques –et notamment du premier d’entre eux, David Ben Gourion, le pays imposa une discrimination officielle à l’égard des Juifs originaires d’Afrique du Nord.