Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

jeudi 28 novembre 2013

JUIFS DE FRANCE : UNE PANIQUE INJUSTIFIÉE



JUIFS DE FRANCE : UNE PANIQUE INJUSTIFIÉE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


La presse francophone en Israël se réjouit du départ précipité vers Israël de certains Juifs français tandis que la presse de France glose sur cette information. Les quotidiens qui titrent en première page sur ce phénomène n’ont pas une démarche innocente. Ils poursuivent des objectifs politiques sournois : ils veulent appuyer le fait que tout va mal en France puisque, selon eux, même les Juifs fuient. Mais ils cherchent aussi à démontrer que les Juifs ne s’assimilent pas et qu’ils se considèrent comme étrangers puisqu’ils quittent le pays à la première occasion, surtout lorsque des raisons fiscales justifient leur décision. Les motivations de ces journaux sont loin d'être claires et certains utilisent les Juifs pour régler leur compte avec le gouvernement.

mardi 26 novembre 2013

L’ACCORD AVEC L’IRAN NEUTRALISE ISRAËL PENDANT SIX MOIS



L’ACCORD AVEC L’IRAN NEUTRALISE ISRAËL PENDANT SIX MOIS

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
             

          Barack Obama et les Occidentaux vont peut-être réussir à neutraliser Israël pendant les six mois que dure l’accord intérimaire avec l’Iran. Sauf à se couper des États-Unis et des nations européennes, Benjamin Netanyahou ne pourra pas intervenir contre les usines nucléaires iraniennes pendant cette période. 

RADIO KOL-ISRAEL : L’ACCORD SIGNÉ AVEC L’IRAN


RADIO KOL-ISRAEL : L’ACCORD SIGNÉ AVEC L’IRAN

Journal du 24 novembre

Jacques BENILLOUCHE

Au micro de

Emmanuelle ADDA
Cliquer sur la suite pour écouter l'émission

lundi 25 novembre 2013

SCEPTICISME EN ISRAEL SUR L’ACCORD AVEC L’IRAN



SCEPTICISME EN ISRAEL SUR L’ACCORD AVEC L’IRAN

Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps


Un accord intérimaire a été signé entre la République islamique d’Iran, les États-Unis, la Chine, la Russie, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne. Pour la première fois en plus de dix ans, l'Iran a accepté de réduire son programme nucléaire, d’arrêter notamment son armement nucléaire en échange d'un allégement limité des sanctions qui paralysent son économie.

samedi 23 novembre 2013

AYRAULT SEUL DANS L'ARÈNE Par Marianne ARNAUD



AYRAULT SEUL DANS L'ARÈNE

Par Marianne ARNAUD
copyright © Temps et Contretemps

Tapis rouge pour François Hollande en Israël

François Hollande, ayant pris goût aux applaudissements en Israël, ce qui le change agréablement des lazzis qu'il recueille du nord au sud de la France lors de ses déplacements, a décidé en grand secret - Bercy n'a pas été consulté – de se retirer dans sa tour d'ivoire élyséenne et d'envoyer Jean-Marc Ayrault, en première ligne, à la rencontre de ce peuple récalcitrant prêt à en découdre avec le Pouvoir, pour le moindre impôt ou la plus petite taxe supplémentaires qu'on voudrait encore lui imposer.

LES TRAVAILLISTES CORRIGENT LEUR ERREUR DE CASTING



LES TRAVAILLISTES CORRIGENT LEUR ERREUR DE CASTING

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
         
         
           
          À l’occasion des primaires qui ont eu lieu le 21 novembre, le parti travailliste israélien a élu, à une large majorité de 58%, Yitzhak Herzog comme nouveau président. Il corrige en fait l’erreur de casting qui avait mis Shelly Yacimovich à la tête du parti. Elle paie ainsi l’échec d’Avoda aux dernières élections du 22 janvier 2013 lorsque le parti n’avait récolté que 11,39% des voix pour 15 sièges. 


L’échec du parti travailliste avait beaucoup étonné car il s’agissait bien d’un échec. Le parti était arrivé en troisième position alors que les sondages le faisaient frôler la vingtaine pour être en position de peser sur la formation d’un gouvernement du centre-droit. Plusieurs erreurs ont été commises en effet.

vendredi 22 novembre 2013

ISRAËL SCRUTE L’ACTION DES GROUPES TERRORISTES AU SINAÏ





ISRAËL SCRUTE L’ACTION DES GROUPES TERRORISTES AU SINAÏ

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Bus, qui transportait des soldats égyptiens, calciné à El-Arish, le 20 novembre 2013

 L’Égypte a subi l’attaque la plus meurtrière dans la péninsule du Sinaï depuis l’arrivée du nouveau régime. Cela pose à la fois le problème de la présence des terroristes d’Al-Qaeda et des relations avec le Hamas à Gaza. Le bilan est lourd puisque onze soldats égyptiens ont été tués et 37 blessés dans un attentat à la voiture piégée près de la ville d'El-Arish alors que les soldats voyageaient dans un convoi sur la route qui mène à Rafah.

  Trois groupes de djihadistes, installés au Sinaï, agissent de manière autonome tout en faisant allégeance à Al-Qaeda. Ils appliquent la même idéologie faite d’actions violentes et sanguinaires. Ils se distinguent peu les uns des autres mais gardent une volonté de brouiller les pistes et d’accroitre leur efficacité. 

jeudi 21 novembre 2013

BILAN MITIGÉ DE LA VISITE FRANÇOIS HOLLANDE






BILAN MITIGÉ DE LA VISITE FRANÇOIS HOLLANDE

Jacques BENILLOUCHE
.
Est l’invité du journal de
.
Eva SOTTO

François Hollande à la Knesset

François Hollande était arrivé en Israël avec plusieurs handicaps. Il devait combler le fossé existant entre les politiques israéliennes et françaises. Il rêvait de rétablir l’idylle historique des années 1950-60 avec les socialistes dans les domaines militaire, nucléaire et industriels. Or dans ces trois domaines, la collaboration avec la France avait pris un tel retard que la mission de François Hollande semblait désespérée. Au terme de sa visite, le bilan reste cependant mitigé.

Cliquer sur la suite pour écouter l'émission et voir un extrait du discours de François Hollande devant la communauté française

mercredi 20 novembre 2013

SLATE : L'IRAN DONNE UN COUP DE CHAUD AUX RELATIONS FRANCO-ISRAÉLIENNES



SLATE : L'IRAN DONNE UN COUP DE CHAUD AUX RELATIONS FRANCO-ISRAÉLIENNES

Par Jacques BENILLOUCHE



Il y a dix jours, le déplacement en Israël de François Hollande, sur invitation du Gouvernement et du président Shimon Pérès, ne se présentait pas sous les meilleurs augures. Le président français ne dispose pas d’un capital de sympathie dans le pays, encore moins parmi la communauté francophone. Aucun contentieux réel n’existe entre les deux pays. Leurs relations sont certes indifférentes à défaut d’être stratégiques. Mais le dossier iranien sera sans nul doute l’occasion de les réchauffer.

dimanche 17 novembre 2013

LES ENJEUX DE LA VISITE DE FRANÇOIS HOLLANDE EN ISRAËL



LES ENJEUX DE LA VISITE DE FRANÇOIS HOLLANDE EN ISRAËL

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
                 
Nétanyahou à l'Elysée
          François Hollande arrive en Israël le 17 novembre en visite d’État sur invitation du gouvernement et du président Shimon Pérès. On ne peut pas dire que son déplacement se présentait sur un bon augure compte tenu de la menace du président de la Knesset, Yuli Edelstein, de ne pas le recevoir à la Knesset s’il ne s’adressait pas aux députés. Le problème a été réglé. Le président français ne disposait pas d’un capital de sympathie en Israël, encore moins parmi la communauté francophone qui avait voté à 82% pour Nicolas Sarkozy et qui, chose étonnante, montre aujourd'hui sa volatilité après tant de critiques publiées sur tous les sites Internet.

vendredi 15 novembre 2013

ARAK : LA FILIÈRE OUBLIÉE DE LA BOMBE IRANIENNE Par Jean CORCOS



ARAK : LA FILIÈRE OUBLIÉE DE LA BOMBE IRANIENNE

Par Jean CORCOS
copyright © Temps et Contretemps
            
          Jean Corcos, qui a été dans une précédente vie ingénieur dans le domaine nucléaire, domine les problèmes qui hantent aujourd’hui les dirigeants politiques internationaux. Il estime que les médias publient «trop d'approximations ou d'erreurs sur le sujet». C’est pourquoi, sans être trop technique, il essaie d’être précis pour nos lecteurs. Ce texte de vulgarisation, très clair et très abordable à tout néophyte, permettra de dissiper les fausses idées transmises par les médias. Cet article permet de démontrer que les Iraniens tentent d’enfumer les Occidentaux avec leur taux d’enrichissement alors que le danger mortel se situe à Arak, qui ne figure pas au programme des négociations. 

Usine nucléaire d'Arak



Jusqu'à la rupture, temporaire, des négociations entre l'Iran et le groupe des grandes puissances dit «P5 + 1», pratiquement personne n'avait évoqué la future centrale à eau lourde d'Arak. Aussi bien dans les grands médias nationaux que sur les sites communautaires juifs, tout le monde ne parlait que de l'enrichissement de l'uranium dans les usines de Natanz, puis de Fordow, évaluant les pourcentages d'enrichissement déjà atteints, les quantités de matière fissile obtenues, et en déduisant de manière mécanique le nombre de bombes atomiques que la République Islamique pouvait produire. 

MARGE DE MANŒUVRE ÉTROITE POUR BENJAMIN NETANYAHOU



MARGE DE MANŒUVRE ÉTROITE POUR BENJAMIN NETANYAHOU

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Constructions dans les implantations

Benjamin Netanyahou a annulé l’ordre de construction de 20.000 nouveaux logements en Cisjordanie en demandant à son ministre du logement Uri Ariel «de reconsidérer toutes les étapes pour évaluer le potentiel de planification dans les implantations». Il a déclaré que ce projet « dénué de sens était une action qui crée une confrontation inutile avec la communauté internationale à un moment où nous faisons un effort pour la persuader de parvenir à un meilleur accord avec l’Iran».

Cliquer sur la suite pour voir la vidéo de Kerry en Israël