LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 25 août 2022

Netanya, Ashdod et Raanana se vident des francophones

 


NETANYA, ASHDOD ET RAANANA SE VIDENT DES FRANCOPHONES


Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps


            

        C’est un phénomène nouveau que l’on n’a pas connu depuis longtemps, depuis l'alyah des années 1960/70 ; de nombreux immigrants français sont contraints de retourner en France, leur pays d’origine. Ce n’est pas la première fois que nous tirons le signal d’alarme sur la situation de familles dont les moyens se détériorent sous deux effets, le taux de change de l’euro qui était il n’y a pas longtemps encore à 3,90 shekels et qui est tombé à 3,25. La grande masse des retraités qui touchent leur retraite en France en euros ont perdu plus de 20% de leur pouvoir d’achat. Si l’on ajoute l’augmentation des prix qui devient presque incontrôlable, le compte n’y est plus. Certes, ceux qui ont planifié à long terme en devenant propriétaires d’un appartement ne sont pas concernés par la hausse des loyers mais ils sont forcés de compter leurs sous tous les mois.



Raanana 81m² 3.000.000 chekels (925.000 euros)


Les Français qui ont vendu leur appartement à Créteil, Charenton ou Fontenay ne peuvent pas acheter l’équivalent dans une banlieue proche. Même les propriétaires de Levallois, nouvelle banlieue chic, ne peuvent se loger avec l’équivalent en Israël sauf à la rigueur à Ashkelon qui reprend d’ailleurs des couleurs.  Il vaut mieux oublier la région de Tel-Aviv où les prix sont devenus inabordables. Il est vrai que Airbnb est passé par là et que les propriétaires ne veulent plus louer à long terme préférant gagner plus, sans compter que les hôtels sont touchés par cette clientèle qui a fui. Il suffit pourtant, comme en Espagne d’interdire Airbnb et surtout de forcer les hôtels à réviser leurs prix à la baisse s’ils ont un meilleur remplissage.

            Il fut une époque où les retraités à faible revenu s’installaient en Israël car la vie était moins chère et le soleil brillait. Mais ce n’est plus le cas ; Israël est devenu le pays des riches, des nouveaux riches surtout. Quant à la hausse des prix, il existe beaucoup d’experts économiques plus compétents que les journalistes pour trouver des solutions immédiates. La seule mesure qui doit être appliquée est la baisse du taux de TVA sur les produits alimentaires et de première nécessité à 5% compensée par une hausse à 20% sur les autres produits. Les gouvernements prétendent que cela grèverait leur budget et mettent en avant les besoins militaires. En fait, ils craignent un bouleversement qui mettrait en danger les monopoles alliés et les banques qui décident de la politique économique à la place des ministères. Israël n’a jamais gagné autant d’argent et les caisses de la Banque d’Israël explosent de devises qui, le cas échéant pourraient être prêtées aux autorités du pays. Avigdor Lieberman se glorifie que le budget n’est pas seulement en équilibre mais en excédent. Mais à quoi sert de s’asseoir sur un tas d’or lorsque des pans entiers de la population ne bouclent plus leur fin de mois.



Quant à l’immobilier on se perd en conjectures. Aucun immeuble social n’a été construit depuis l’époque des travaillistes et d’Amidar alors qu’en France chaque Mairie doit consacrer 20% de ses constructions à du logement social. Il suffit d’imposer quelques logements sociaux dans tout immeuble construit, le premier étage par exemple. Mais on continue à engraisser les monopoles immobiliers qui, à force d’indigestion, pourraient subir l’équivalent de la crise américaine des "subprimes" de 2009. L’État pourrait confier des terres domaniales à des organismes sociaux de construction qui feraient baisser d’un coup les prix des logements de 30%, soit l’équivalent du prix du terrain. Cela implique de s’opposer aux monopoles immobiliers, dont certains se goinfrent au dépend de la population.

Immigrants ukrainiens


Mais le nouveau problème est la question des nombreux retours des Français qui réintègrent leur pays d’origine où la vie est moins chère, où les avantages sociaux sont constants, où ils peuvent se loger pour un prix très raisonnable et où le gouvernement aide beaucoup en ces périodes difficiles. Ils le font discrètement car ils en honte après avoir claironné leur retour à la terre promise. A Paris, un trois-pèces se loue à 1.500 euros, moins de 4.000 shekels soit la moitié des prix des loyers dans la périphérie des grandes villes. Des familles de Netanya, de Raanana, de Jérusalem, d’Ashdod et de Tel-Aviv retournent avec leurs enfants à leur point de départ car en travaillant, ils ne peuvent pas subsister même en rognant sur la nourriture. Le nombre de colis distribués aux «pauvres» par des associations caritatives est en très forte expansion. Et l’Agence juive reste muette sur ce point et continue sa propagande. Pire, elle cache aux futures arrivants la réalité de la vie dans le pays. Elle continue à faire la promotion d’un Israël idéal qui n’existe plus depuis longtemps. 

Il est vrai qu’Israël ne manque pas d’immigrants et qu’il peut se passer des Français considérés comme râleurs. 12.175 immigrants sont arrivés d’Ukraine et 18.891 de Russie en l’espace de cinq mois. Les Russes et les Ukrainiens sont bien contents de sauver leur peau en Israël. Les Français peuvent donc repartir. Sur 3.000 nouveaux immigrants chaque année, le retour d’un millier reste négligeable pour le pays.

Fred Coscas


Le guide Frédéric Coscas, qui n’émarge dans aucun parti, et qui ne peut être taxé de mauvaise foi, a explosé dans un texte qui a eu peu d’écho :

«Aujourd'hui il y a un phénomène très grave et non maîtrisé par le gouvernement israélien et l'Agence juive, c'est la chute de l'euro face au shekel. Personne autour de nous ne veut monter maintenant. C'est trop cher de venir vivre ici. Et pire, des centaines de Français, notamment des retraités, rentrent en France. Tel-Aviv, Netanya et Jérusalem sont vides. Le coût de la vie augmente de façon exponentielle et les revenus des gens diminuent. C'est un désastre et apparemment personne ne s'en soucie. Ni l'Agence juive ni le gouvernement israélien. Pendant ce temps, les banques et les investisseurs s'enrichissent. On nous dit qu'on ne peut rien faire, que c'est la loi du marché. C'est un mensonge... Nous pouvons agir. Le problème est que 5 ou 6 familles dirigent vraiment le pays et elles se divisent toutes et bloquent toute avancée vers la compétition. La Banque d'Israël est pleine d'argent mais ne le distribue pas au peuple. L'Agence juive d'abord. Il faut 1/ Permettre dès le départ des programmes d'aide aux immigrés qui sont en Israël pour les empêcher de revenir en France 2/ Faire pression sur le gouvernement pour modérer la chute de l'euro 3/ Augmenter les budgets de l'aliyah et aider les familles à trouver un logement avec aide au loyer pendant plusieurs années (se loger en Israël est une tâche impossible). Est-ce que l'une de mes connaissances tiendra compte de mon cri d'alarme. Je suis dans le doute. Je ne suis pas une personne de réseau mais une personne amoureuse de mon pays uniquement... Mais, j'ai jeté une bouteille à la mer, on verra maintenant».

On n’y peut rien parce qu’Israël est un pays égoïste et que la vie est dure pour tout le monde à l’exception des 10% de privilégiés qui voient leur situation s’améliorer de jour en jour. En cette veille d’élections, il serait temps que les partis mettent en avant leurs programmes économiques parce qu’il y a deux millions d’Israéliens qui souffrent et qui sont défavorisés. La crise est déjà partiellement chez nous car, signe significatif, les startups licencient. Ce n’est pas encore la panique mais le signe que de nombreux emplois vont disparaitre à moyen-terme. Face à la crainte d’une «bulle», plus de 500 licenciements en 24 heures. AID Genomics a transféré son centre de R&D à l'étranger, limogeant 400 personnes ; Asurion a fermé son centre ; des milliers d'employés ont perdu leur travail, ces derniers mois. L'entreprise de cybersécurité Tufin a licencié 55 personnes. Selon les chaines de télévision, plus de 3.000 employés du secteur high-tech ont été limogés ces derniers mois, et la moitié seulement en juillet 2022. Cela risque d'entrainer des drames familiaux.

Aid genomics


On ne comprend pas les politiques gouvernementales car il existe un problème sérieux d’utilisation des fonds publics. La banque Centrale d'Israël n’effectue pas le travail pour lequel elle est mandatée, consistant à mettre ses fonds à la disposition de la collectivité, en particulier quand l’inflation rode alors que les financiers sont optimistes quant à la croissance globale de l'économie. Le produit intérieur brut a augmenté de 6,8% au deuxième trimestre de 2022. L'excédent budgétaire depuis le début de 2022, recettes supérieures aux dépenses, est de 34,4 milliards de shekels (10 milliards d’euros) alors que tous les pays européens sont en déficit. Il est normal que cet excédent budgétaire, ce trop perçu, soit redistribué sous une forme à convenir.

Les réserves de change d'Israël à la fin du mois de juillet 2022 s'élevaient à 197,841 milliards de dollars, soit une augmentation de 4,031 milliards de dollars par rapport à leur niveau à la fin du mois précédent. Par comparaison, la France détient 249 milliards de dollars. Et pendant ce temps, les prix des logements bondissent de 18%, tandis que l'inflation pourrait atteindre 5,2% en 2022. Ces chiffres sont irréfutables car ils proviennent des services de l’État.

L'augmentation des taux d'intérêt de la Banque d'Israël, passés de 0,75% à 2%, va alourdir les montants des remboursements de crédit immobilier de plusieurs centaines de shekels par mois.

Allumer les feux de détresse est mal vu en Israël. Certains considèrent la démarche comme une volonté de décourager l’alyah. Pourtant, il est normal de mettre les futurs immigrants devant la réalité qui les attend en Israël pour éviter les drames sociaux qui se traduisent souvent par des déséquilibres familiaux, des divorces et des ruines financières.  

73 commentaires:

Marc HASSAN a dit…

Malheureusement, vous avez raison, vous décrivez la société tél que les touristes ne voient pas. Je crains que la situation se détériore davantage après les élections. Sera ce le retour des années 80 sur le plan économique ?

Anonyme a dit…

Je suis en phase avec votre analyse.

José GARSON a dit…

Excellent article. La situation est devenue irreversible. Avec ces émigrants de Russie et d'Ukraine, nous ne compterons plus. Le pays bascule lentement. Cela sera bientot Mafia du haut contre Mafia du bas.
On en tirera les conséquences.

bliahphilippe a dit…

La vérité est dite! Triste. Rien à reprendre de l'édifiant article que vous nous livrez. Pour ajouter au tableau Le secteur le plus social d'Israel disparait. La plupart des kibboutz ne parviennent plus également à maintenir l'équilibre de la redistribution au profit de leurs membres qui y travaillent.
Ex entre autres : celui de Migdal OZ dans le Gouch Etsion récemment rendu à la privatisation .Les habitants de longue date ont pu conserver leur logement, mais ont perdu leurs ressources. Ils doivent sortir du cocon collectif pour trouver un emploi à l'extérieur dans les conditions de la vie "capitaliste". Des compteurs deau et d'électricité privés viennent d'etre posés. Le vieil Israel solidaire des années 1970 n'existe plus. A une époque les Israéliens disaient aux touristes : "venez on a besoin de vous".Plus aujourd'hui!
Cette situation ne pourra durer longtemps sans danger.
L'Alyah de pays riches devra subir une forte baisse -si tant est qu'il y'en a eu beaucoup lorsque c'était encore possible!!-sauf à venir de pays en guerre ou dans la misère comme vous l'écrivez si justement.Mais ne risque t'il pas d'y en avoir beaucoup pour compenser celle de la France qui de toutes façons na jamais brillé par ses excès immigrationnels ...en Israel s'entend!!
L'armée, le fleuron d'Israel risque de voir sa motivation diminuer si les jeunes qui y sacrifient des annees savent qu'ils n'ont pas d'avenir .
Les solutions peuvent elles "accoucher" d'un parti politique?
La médiocrité des débats (lorsqu'il y'en a ) sur le thème social est accablante.Cela ne présume rien de positif dans l'immediat.
Seules consolations : la crise est mondiale. Israel est un pays riche .Il peut minorer des catastrophes sociales parce qu'il en a les moyens à défaut de la volonté.
Est ce que ce sera longtemps le cas de pays européens encore excessivement généreux en matiére de redistribution alors qu'ils sont aussi emportés par la tourmente inflationniste et l'incertitude?
Qui peut imaginer faute d'industrie compétitive (à part l'Allemagne) qu'ils pourront continuer à semer leur manne à crédit en aggravant leur déficit?
Pour terminer sur une note dhumour bien : un ami ayant fait l'alyah au cours de l'année 1995 se rend chez le banquier pour ouvrir son compte.
Le banquier lui demande :-"mais pourquoi venez-vous maintenant? La situation est difficile"!
-Le client lui rétorque : "mais dites moi quand la situation a été facile?
Réponse désabusée du banquier aprés réflexion : Euh..'elle n'a jamais été facile"!
Plaignons-nous certes, certe restons optimiste : demain peut etre bien pire!!
A suivre....

Meïra a dit…

Sur le fond cet article décrit la réalité de la société israélienne qui ne concerne pas seulement l’Alya des Francophones qui retournent en France, mais également la jeunesse et les couches moyennes de la population qui même avec deux salaires ne parviennent plus à acquérir un bien. Cependant ma question est plus générale et concerne l’Euro dont la chute concerne toute la zone affectée en Europe et dont on ne voit pas la fin. Alors quitter Israël pour retourner en France est-ce vraiment la solution…?

Anonyme a dit…

Vous avez tout dit, malheureusement c’est une triste réalité abettan

Abensour a dit…

Excellente et nécessaire analyse M. Benillouche, et je suis également d'accord avec les propos de Marc Benchimol.
J'ajoute que la hausse des taux d'intérêt à 2% va rendre l'accès au crédit plus difficile pour les nouveaux acquéreurs (jeunes couples notamment) qui seront contraints de se rabbatre sur la location. Et cela va donc mécaniquement contribuer à pousser encore plus haut les prix des loyers, creusant toujours un peu plus l'écart entre les possédants et non-possédants, avec pour corollaire la destruction en cours de cette cohésion sociale qui faisait jadis la fierté de ce pays.

Yaakoc NEEMAN a dit…

... et dire que quand nous avons fait notre alyah, l'euro était à 5,25 shékels ! Ce qui se passe est la conséquence de l'adoption par Israël de l'ultra libéralisme. Je suis en train de relire l'excellente biographie de Ben Gourion par Michael Bar-Zohar. Le fondateur de l'Etat avait une authentique ambition socialiste. Il faudrait retrouver le sens des fondamentaux du sionisme et des valeurs juives : la solidarité, l'amour du prochain, être satisfait avec ce qu'on a. Il faut espérer qu'une guerre ne sera pas nécessaire pour cela.

Anonyme a dit…

Par la médiatisation de ses projets touristiques ,au gigantisme de ses projets immobiliers , et cela au détriment d’une politique sociale appropriée , Israël est devenu un pays abordable pour les grosses fortunes . Ceux qui ont gouverné et qui gouvernent actuellement ,afin de mener à bien la politique de reconversion de l’économie vers les nouvelles technologies ,le commerce, le tourisme, le font pour attirer des capitaux et des entreprises … Israël n’est pas intéressé par l’afflux de nouveaux immigrants et ne fait rien pour les intégrer ou les assimiler .. l’objectif est la prospérité économique et le reste on s’en …. C’est une triste réalité et bravo à Frédéric pour son analyse pertinente et authentique !

Anonyme a dit…

C’est sur les journaux israéliens qu’il faut alerter, c’est les plateaux de TV qu’il faut envahir et alerter, ici entre Français c’est ajouter le silence à la souffrance.
Désolé, l’article est une bombe, mais sans mèche

JDS a dit…

Israël est fier d’être le pays le plus faiblement endetté de l’Ocde mais quelle bêtise le jour où une crise systémique touchera l’ensemble des économies du monde entier Israël pourra toujours rappeler qu’il était le meilleur élève de la classe mais à quoi bon. Italie, Usa, France font tourner la planche à billet et se rassurent avec le too big too fall. Si l’un de ces pays crashe les économies de bouts de ficelle israélienne ne peseront pas loird. Aujourd’hui daire passer l’endettement de 60 à 80% en ayant une réelle politique sociale c’est un minimum à demander aux gouvernants.

Un nouveau migrant qui vit très bien à Tel Aviv et qui ne repartira pas pour des raisons financières mais plutôt pour protester contre la stupidité de la politique sociale du pays.

Anonyme a dit…

Ca suffit !
il est grand temps de revenir aux valeurs des pères fondateurs et à celles de la Torah de l’amour du prochain.
En faisant la sourde oreille, les grands decideurs politicoeconomiques se mettent eux mêmes en danger, en laissant à terme le pays devenir invivable alors même qu’il est en guerre permanente avec quelques voisins.

Anonyme a dit…

On espère que non si c’est pour en arriver là !!! Quand on pense à tous ceux qui sont tombés durant les guerres, sans même évoquer certains de nos parents ou grands parents qui en quittant leur pays natal d’Afrique du Nord ont souffert de l’exil ( beaucoup de tentatives de suicides)

Anonyme a dit…

Sur le fond cet article décrit la réalité de la vie en Israël qui n’existe pas seulement pour les Olim de France mais sur l’ensemble de la société qui subit, notamment les classes moyennes et la jeunesse, des difficultés de joindre les deux bouts ou bien d’acquérir un appartement ou payer un loyer de plus en plus excessif.
Cependant je me pose une autre question que celle de la yerida des francophones, celle de la chute vertigineuse de l’Euro en Europe dont on ne voit pas la fin, accompagnée de la guerre en Ukraine qui risque de s’étendre et ses conséquences sur l’économie en général. Alors quitter Israël et ses difficultés pour retourner d’où on vient est ce vraiment la solution…?

Anonyme a dit…

L'expérience du kibboutz intégrateur a été abandonnée hélas. Elle représentait une tentative de vie solidaire.Trois générations y coéxistaient.On a préféré laisser le capitalisme sauvage s'en prendre au logement, et toutes les mesures "contre le blanchiment" orchestrées par les banques d'une façon brutale a permis aux promoteurs et autres spéculateurs de faire de juteuses affaires (pourquoi pas ?) Mais en laissant de la population sur le pavé.

Anonyme a dit…

Bjrs on a compris qu’il a bcp de problèmes que sa soit matériel spirituel vu qu’avec tt se passe avec le gouvernement malheureusement. J’ai bh 5 enfants qui ont l’alun mariés donc qu’il l’a fait il y 5 mois bh. Cm vous dites la vie est très chère cm le loyer qui augmente lorsque le propriétaire le souhaite. Ce qui n’est pas normal. Mais ils veulent tous rester dans leur pays et o III i s’est notre pays ils ont l’armée Chirout leoumie des études travail dur pour subvenir à leur besoin bh. Lorsqu’on voit les mulsuman ont des aides appartenant des voitures pk eux. Les lukrenins on ne sait mm pas si ils juifs (sans racistes) eux aussi viennent quand ils veulent et peuvent. Vous croyez que ses faciles la France on a de moins en moins d’aide mais Bn on ne se plaint pas. Alors les laisser les jeune Les retraité vivre tranquillement et aider les plutôt de dire retourner en France et bh tt les juifs de tt les pays viendront en Erets Israël bh. AM ISRAEL HAY

Anonyme a dit…

Comme tout phénomène qui se nourri de sa propre inertie, le développement économique d’Israel repose sur sa capacité à attirer vers lui les cerveaux et la finance ou l’inverse…
Mais cet état ne dure que s’il peux être alimenté de l’extérieur (immigration, attractivité, retour au source et besoin des autres états ) si celui-ci se réduit alors se tarira par lui-même… ne laissons pas Israël gonfler comme un ouragan et finir comme une brise parce que une infime partie de la population attise le vent pour aller toujours plus vite!
Aimons Israël pour ce qu’il a été et qui doit le demeurer : une terre pour tous les juifs du monde.

Anonyme a dit…

Une chose est certaine, les produits de première nécessité doivent avoir un taux de TVA de 5%, c’est à dire les produits alimentsires!!!!!

Anonyme a dit…

Tout à fait d’accord

Anonyme a dit…

Moi je suis rentré et j ai repris goût à la vie après des années a penser à me pendre tant le coût de la vie et la pression financière rend les gens over stressé ( sujet abordé par personne ) pourtant il suffit de se balader pour se rendre compte de l agressivité et l angoisse des Israéliens surtaxés , surmenés et surtout sans week end ni vacances . Je rajouterai même oui j ose des fêtes angoissante car souvent trop longues et ne permettent en rien de décompresser au contraire personne ne vous force a les faire à certes mais même si vous les faites pas c est des jours d un ennui mortel ou on peux entendre ses voisins s engueuler même les chats dehors de font chier a mort!
Ma ville C était un peu comme Tchernobyl j ai attendu 15 ans que les conditions s améliorent senti bloqué au pied du mort , limité j était pour ma banque comme un linge sale ... Lessivé....

Mais ici on peu faire des choses , on peux rêver , je ne renie rien je ne suis pas ingrat j aime tjr mon pays mais je suis bien ici.

Georges Kabi a dit…

Je vis en Israel depuis 46 ans. J'ai vecu tous les drames, toutes les crises economiques (de l'inflation a 600% jusqu'a la situation actuelle ou l'economie est essentiellement basee sur les filous.
Je suis retraite d'une entreprise israelienne. La retraite est convenable, et peut-etre est-ce une betise, mais je n'ai jamais achete a credit. Ma femme et moi croyons dans la situation ou lorsqu'il n'y a pas d'argent, alors on achete rien. Et pourtant mes enfants ne sont pas morts de faim. Bien au contraire. Nes ici, is sont diplomes des universites israeliennes, travaillent dur, mais ganent bien leur vie.
Mais je ne veux pas peindre la situation politique, sociale et economique d'une teinte rose. Mes enfants resteront en Israel. Mes petis-enfants probablement pas. Et ce n'est pas a cause de l'economie, mais de la pression sociale ou la moitie du pays subvient aux besoins de l'autre moitie. Et comme aucune solution n'a ete vraiment trouvee, ils chercheront leur bonheur ailleurs jusqu'a la prochaine Shoah. D'un sioniste extremiste, je suis devenu un homme desabuse,, meme si pas mal de gens s'enrichissent actuellement. On a parle ici des kibboutzim. Parmi eux, il y en a qui sont milliardaires. Je peux donner des exemples. L'immobilier n'est pas destine aux couches sociales defavorisees mais aux riches qui investissent pour ensuite louer. Je connais des Israeliens qui possedent des dizaines d'appartements, loues chacun 6 a 10,000 shekels le mois, et ces gens la vivent comme des rois. La minorite nationale est plainte par le mnde entier. Connaissez-vous un seul Arabe israelien qui vit a l'etranger? Leur veritable niveau de vie n'est pas reflete parles statistiques gouvernementales, car les Arabes israeliens sont en fait nos Juifs, alors qu'a l'occident les Juifs sont hais pour leur competence. Le nombre de voitures de sports italiennes ou allemandes est considerable. Elles sont conduites par deux categories de gens: les Arabes et les filous. Ne m'accusez pas de racisme, je vis dans une region ou la majorite de la population est arabe. Un jeune arabe etudiant la medecine devendra medecin a l'age de 27 ans. Un jeune Juif le deviendra a 30-31 ans (la difference c'est que les premiers ne font pas l'armee). Le resultat est simple. Tsahal manque d'effectifs. Lesfamilles riches envoient leurs enants a l'etranger fsaire leurs etudes. La plupart ne reviennent pas. Alors Natnaya, Raanana et autres paradis fiscaux se vident, mais c'est encore pire dans la plupart des autres villes israeliennes. Pourquoi Avner Netanyahou etudie au MIT aux USA et pas au Technion a Haifa? Le jeune frere de Bibi est medecin aux USA. Et Bibi nous traitent de tous les noms d'oiseaux! Je ne connais pas une seule famille israelienne qui n'ait pas un "delegue" a l'etranger, y compris dans la famille de ma femme et dans la mienne! Et l'aliya russe et ukrainienne est une illusion. Ces gens amenent leurs vieux parents, les abandonnent ici, et partent vers des cieux plus accueillants. Liebermann ne fait qu'omne chose: ll entretient ces gens et ceux ci votent pour lui de facon aveugle,

Anonyme a dit…

Belle réponse sans queue ni tête monsieur; avez-vous relu votre texte avant de le valider ?

Anonyme a dit…

Bonjour
Cet article me conforte dans ce que je disais déjà à mon oncle en 2016 à Netanya et que ma famille ne voulait pas entendre…
Quelle tristesse, des juifs qui poussent d’autres juifs dehors dans la gueoula par cet irrépressible goût du luxe et des prix incontrôlés….
Et dur le plan spirituel n’en parlons même pas c’est Sodome et Gomorrhe un pays qui ne respecte plus ni pauvre ni veuve ni orphelin
C’est insupportable notre peuple n’a rien appris au fil du temps.

Cab a dit…

Ville d escrot et de voleurs à fuir… honte de mon pays la vie en France est 100 fois meilleurs aucun respect y’a que l’oseille qui compte aucune patience dans tout faut s’énerver au quotidien….et des dépenses inutiles pour un kiff dérisoire…

Anonyme a dit…

Je retourne après 10 ans

Anonyme a dit…

Israel devient un pays classique. Les juifs sont en train de scier la branche sur laquelle ils se sont assis aux prix d’immenses sacrifices de leurs aînés. Attention aux retours de bâton.

Anonyme a dit…

Bravo.....on ne quittera pas le bateau malgre la vie chere mais les jeunes....c est une autre histoire

Anonyme a dit…

Comment être millionnaire en Israël ? Partir milliardaire ! C’est marrant mais cette blague je l’ai en tête depuis toujours. Finalement Israël a toujours été trop chère… mais c’est vrai qu’Israël a toujours ce statut de pays refuge pour nous les juifs du monde entier. On y enterre nos morts en priorité, et on espère y vivre un jour.même si on est bien en diaspora. Un pays de fous pour les fous que nous sommes…en sommes

Anonyme a dit…

Quitter Israël pour la France, c'est Quitter la proie pour l'ombre, l'omllil faut , ou l'ombre de cette est la chute de L'EURO,qui faiblit face la montée du shekel,je pense que le gouvernement va travailler sur ce probleme pour ggarder ses olim chez eux,

Anonyme a dit…

Dommage qu’ils repartent mais c’est de la faute du gouvernement .tout est arnaque dans ce pays .les russes ou les ukrainiens ni t pas le choix et en plus israel est dix mille fois mieux que ces pays mais pour les français c’est pas pareil ils ont vendus leurs biens et venir en Israël et ils doivent repartir pour vivre mieux ailleurs et c’est leur droit .

Anonyme a dit…

Je suis a 100% d'accord avec ce monsieur...

Anonyme a dit…

Le seul pays ou un juif peut vivre c est en israel avec ou sans argent....

Marie Rouach a dit…

Je comprends que si l euro remonté ces français reviendront? Les français qui viennent à la retraite pour profiter du soleil auraient du choisir le Maroc ou une autre destination ou l euro et le dollar ont encore de la valeur. On ne vit pas en Israël pour le soleil mais parce Qu on est juif et Qu on s’y sent en sécurité. Les français qui retournent vivre en France parce que la bas il y a des aides sociales ….ne vivront pas mieux Qu ici. La vie s annoncé très chère en France et l antisemitisme croit, . Je pense à tous ces israéliens qui voient ces français se lamenter et qui ont travaillé toute leur vie, combattu à l armée, eux, leurs enfants et leurs petits enfants, et qui surmontent les difficultés qui ne sont pas nouvelles. Israël n a jamais été dans de si bonnes conditions économiques et sécuritaires , socialement il a des efforts à faire mais nous ne sommes pas un état distributeur d aides sociales et malheur à nous si nous le devenions…. Quand on vient en Israël à l âge de la retraite alors que toute sa vie on a vécu ailleurs on a le droit d’y vivre sûrement pas celui de se plaindre. Qu ont ils donné au pays pour demander des comptes ? Évidemment il a des familles françaises qui sont venues par idéal et celles là ont tout le respect et le droit de se plaindre. Le système de santé en Israël est un des meilleurs du monde et même la France tente de sauver son système santé en i saturant une médecine de ville à l israélienne… aucun effort d adaptation, que des plaintes pour ma part je leur dis Bon retour à sarcelles Créteil et autres territoires occupés ….de plus publier anonymement c est d une lâcheté !

Anonyme a dit…

J'ai bien connu Fred lorsqu'il était étudiant à Jussieu. Toujours à dire à voix haute ce que beaucoup pensent à voix basse...
Il est temps que cela change !
A l'horizon, de nouvelles élections qui vont de nouveau gaspiller l'argent public alors que la pauvreté est bien installée en Israël.
Les "dirigeants" obnubilés par leur propre nombril n'ont que faire de nos états d'âme.
Les états unis à l'israélienne sont malheureusement trop bien installées pour que cela change !

Anonyme a dit…

Depuis les années 2000 on nous pousse à rentrer en heretz aujourd’hui j ai l impression qu on nous met a l épreuve une de plus pour rentrer . tous vos commentaires sont pertinents donnez moi envie d avoir envie !!!! Hachem est partout alors mon hertz Israël je l ai projeté ailleurs même si j ai mes parents un bien immobilier je suis partagée
Perso pas pour le moment c est trop compliqué

Anonyme a dit…

Dommage pour les personnes qui ont décidé de retourner et je vous parle en connaissance de cause . j’en suis à ma troisième Alya . Déjà il faux avoir un endroit où habiter en arrivant À moins de compter sur les aides , si on arrive a les obtenir car la liste des demandeurs est longue et tout le monde est prioritaire comme on me l’avait dit à la mairie quand j’avais besoin d’un logement avec 3 enfants . Mais ce n’est pas une vie d’être tout le temps assistés . A moins d’avoir de quoi se retourner où retrousser ses manches pour avoir un bon travail qui rapporte tout de suite. Je vous souhaite bonne chance pour votre retour.

Abensour a dit…

Il ne s'agit pas d'assistanat comme certains le disent ici, mais de redistribution de l'argent public (le nôtre donc). Quand le gouvernement le veut vraiment, il le peut. 50 milliards, oui milliards, avaient été trouvés par le Trésor israélien pour ramener Ra'am au gouvernement et obtenir son approbation du budget en novembre dernier.

Anonyme a dit…

Israël, au début était un pays dont l'économie était calquée sur celle des USA principalement.
Aujourd'hui, nous sommes dans une société hyper capitaliste avec une poignée de personnes ayant établi des fortunes rapides grâce à la vente de technologies via leurs start-up.
Cette économie, qui est aujourd'hui en souffrance, car les retombées financières des investissements ne sont tj pas au rendez-vous vont faire apparaitre des fermetures en série et des licenciement de masse.
La bulle technologique explosée va automatiquement amener à l'écaltement de la bulle immobilière.
Israël est donc entrée dans le cycle économique mondial.
Soit le gouvernement devient plus intelligent et va mettre en place les mécanismes nécessaires pour absorber au maximum les effets et rétablir une meilleure assiette de redistribution des richesse pour tous, soit le pays va subir un tsunami économique dont il sera très difficile de se relever.

Anonyme a dit…

Si les ukrainiens et les russes ont fuit leur pays à cause de la guerre à qui les israéliens ouvrent grands les portes et qu’ils remplacent les européens. Qu’HM nous protège d’une guerre car j’ai une bonne idée de ceux qui vont déserter le pays très rapidement dans ce cas là…!

Anonyme a dit…

Moi je pense. que tout comme la loi du retour pour un juif il doit y avoir une loi pour obliger l'état à fournir un toit à chaque famille juive. Et des,aides alimentaires conséquentes. En ces temps de guerre ou bientôt nous n'aurons plus quisrael pour nous réfugier, il serait temps q ce pays fasse tout pour nous garder. Mais Israel a vendu son âme à tous les pays arabes possibles, devant l'argent...plus rien ne compte. Tel est avouons le le problème. SI les mouvements Lgbt n'avaient pas autant d'argent Tel aviv ne serait pas devenue Sodom et gomor. Mais hachem tient ses comptes..

Anonyme a dit…

je suis d'accord. je ne pars pas

Anonyme a dit…

Rami Levy acheter en ligne

Anonyme a dit…

vrai mais a Raanana et alentours ils ont vote pour le gouv actuel

The Shmul a dit…

L'euro s'effondre, la faute a ses politiques technocrates pédants et court termistes.
Le Monde change et devient de plus en plus difficile. Israel absorbera ces difficultés.
A nous, Francais de faire encore plus d'effort d'intégration.
Apres 7 ans d'Alyah, un constat personnel sur la situation du Pays.
Les anciennes générations, celles des guerres de Kippour et suivantes, se sont enrichies et ont oubliées les valeurs fondatrices du pays. Les yeux rives sur les rendements boursiers et immobiliers elles ont assimilées les valeurs consuméristes du monde occidentale. Ils croient désormais que ce qu'Israel a accompli est grâce a eux et partiellement l'aide de D.
Les jeunes générations, par mimétisme sont obnubilés par l'argent facile et rapide (crypto, exit...).
Des anciens, conscients que nous allons dans le mur, cherchent a rétablir l'équilibre, de revenir au fondement mais le manque de leader et de vision complique la tache.
L'espoir d'un retour aux valeurs du Judaïsme, Justice et charité, ne peut se faire sans l'apport des Olims de France. Il faut continuer a monter, se structurer politiquement et envoyer un homme fort au responsabilité. Les russophones ont Lieberman, les africains ont leurs Hommes ou femmes. Les Francais, personne, seulement des divisions ridicules.
Il faut que ca change.

Anonyme a dit…

3 ème alya! Quel courage vous avez

Anonyme a dit…

Ce n’est pas vrai. On peut être très heureux ailleurs, et la majorité des juifs du monde ne vit pas en Israël. L’Etat organise le racket de ses concitoyens en jouant précisément sur l’idée qu’ils n’ont pas d’autre choix que d’être la. Il est temps de leur dire stop, et pour cela, une seule solution: voter avec les pieds.

Georges Kabi a dit…

Quand j'ai fait mon aliya, je me suis dit que je ne retournerais en France qye pour des visistes famiales. Mes parents vivaient encore. Mais en arrivant en Israel a l'aeroport de Lod, on me donna un petit pwcule et j'eus l'impression de recvoir une gfle. Je n'ai jaias ete au chomage. Mes copains en France se moquaient de moi car je refuss=ais cette solution trop aisee. Aussi en Israel, j'ai commence a travailler dans une usine, a la deuxieme brigade de midi a minuit.L'usine appartenait aux kibboutzim de la region. Puis je partis dans une autre usine, ou j'y ai balaye (jai un master de la Sorvonne). C'est vrai, je n'ai balaye qu'un jour, puis pendant 3 ans j'etais laborantin, pour devenir comptable etablissant les bulletins de salaire. Ca a dure 3 ans. Puis je fus nomme responsable des assurances de l'usine entiere.
En parallele, on me confia la gestion du paiement des impots indirects (TVA, taxe d'achat, douanes, etc). Jy ai travaille 3 ans, enfin une place se liberait dans service export-import, et avec ma maitrise de plusieurs langues (francais, anglais, allemand, hongrois) et la comprehension d'autres langues (langues scandinaves, neerlandais, espagnol, portugais, italien, roumain, mes diplomes en comptablite et en assurance, je dins rapidement le responsable de ce departement. L'import-export de l'usine se montait a 500 millions de dollars. Otre la logistique, je faisais aussi du marketing, j'ai voyage. En 2002, je fus abusivement licencie. C'est vrai on m'assura de recevoir une retraite totale alors qu'il memanquait 7 ans et avec les compensations a propos de de licenciement, mes economies, je vis une vie decente. Ce n'est pas le mat de cocagne, mais ce n'est pas non plus des aides alimentaires ou sociales. Bref, j'ai fait ma vie en Israel, pret a toutes les avanies, aux reconversions professionnelles frequentes, mais aussi aux prises de decision importantes, je n'avais que 2 personnes dans la hierarchie au dessus de moi, j'estimais avoir reussi, marie (j'etais celibataire a mon aliya), pere de deux enfants (l'une travaillant dans l'industrie pharmaceutique, l'autre ingenieur en informatique) grand-pere de 4 petits-enfants. Je rale de temps en temps, comme un Francais. Ca amuse mon entourage. Je suis volontaire dans une association de retraites et je joue au bridge ailleurs.
On me dit souvent que j'ai fait une integration "russe", ne crachant sur aucun boulot, recevnt des remontrances mais aussi des compliments. Je suis arrive en Israel avec un groupe d'une cinquantaine de personnes. J'ai quitte ce goupe 4 mois apres mon aliya lorsque j'ai compris que la plupart des membres du groupe le consideraient comme un "Club Med'".
De ces 50. une dizaine vivent en Israel, soit apres avoir quitte le groupe (la gtande majorite), soit en faisant une 2e, voire meme une 3e aliya.) C'est une vie quelconque, ca aurait pu etre la meme chose ailleurs. Israel n'est pas favorable aux Francais, surtout par racisme. Pour un Israelien, un Juif francais, cela ne peut-etre qu'un Juif nord-africain, qui s'est enrichi frauduleusement en France. Que ce soit le cas de l'immense majorite des olim de l'ex-URSS, ne gene personne. Apres tout, Israel a ete invente et construit par des Russes. Moi, je vois les choses un peu differemment. D'abord parce que j'ai connu la commuunaute juive de France, dans son immense majorite a-sioniste, voire meme anti-sioniste.
Dans mon annee d'aliya, arriverent moins de 500 de France. Probablement 480 sont retournes
Et puis il y a eu l'aliya des retraites dans les annees 2000, suivie par l'aliya d'une nouvelle generation sioniste, mais aussi tres religieuse. Moi, je suis a part et je ne mele pas de l'inegration des olim. Il y a des volontaires et des professionnels pour cela.
A propos, je ne suis pas un client de Rami Levy.

Anonyme a dit…

Mais si il y arrivera, et en grand. Ce sont ceux qui attendent tout de l'Etat qui se retrouve a Ben Gourion pour un retour un peu honteux, ou grandement antisioniste.

Anonyme a dit…

John fidgerald KENNEDY
NE VOUS DEMANDER PAS CE QUE LE PAYS PEUT FAIRE POUR VOUS
MAIS DEMANDEZ VOUS CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE POUR VÔTRE PAYS.

Anonyme a dit…

il serait plus judicieux d’arrêter de subventionner. ceux qui veulent nous jeter à la mer et à qui nous versons des milliards de shequel. a la place de les données à nos nécessiteux. arrêter de leurs fournir. de l’eau du l’électricité. des emplois. cela ne les empêche pas de nous bombarder.

Anonyme a dit…

On fait sa Alya avec Émouna ( foie) reste en Israël parce que D... à choisi cette terre pour Son peuple . Il y a eu des difficultés de survie au début de la création de l'état aujourd'hui c'est l'économie .chaque génération et ces problèmes. Personnellement je pense et je suis convaincu que c'est un mérite d'habiter en Israël hélas le trie se fait .

Anonyme a dit…

92 ans. Je suis en Israël depuis 2 ans; je pensais être à l’aise pour finir mes jours avec ma femme 91 ans. Mais la location 4 pièces est à 8000 chequels; le supermarché hors de prix, ainsi que tout.
Pour les médicaments, le reste à payer est le double du restant après tiers payants en France.
Pour les soins rien a dire mais les petits médicaments sont à payer directement ( on ne va pas chez le médecin pour du paracetamol, du coton ou du sparadrap.
En un mot, j’étais un Français aisé ; maintenant je suis obligé de faire attention et de compter avec la dégringolade de l’euro: 4 à mon arrivée et 3.2 ce jour.
Trop vieux pour repartir!!

Anonyme a dit…

Analyser une situation demande de l'analyser dans son ensemble..il y a de très bons côtés en israel c'est plus que sur..les arguments sionistes n'ont plus lieu d'être...israel est un pays comme les autres avec ses défauts démesurés mais avec des qualités incommensurables et inexistantes ailleurs..mais il y a des problèmes réels qui sont ceux notamment de la redistribution des richesses engrangées par l'état....nous avons l'obligation de nous interroger à ce sujet et nous avons l'obligation de le manifester et de le rappeler à nos gouvernants...car nous avons un devoir qui est celui justement de laisser la porte ouverte à tous les juifs retraites ou non qui veulent venir en israel et non pas aller au Maroc ou ailleurs comme vous le dites et nous avons le devoir de construire notre pays pour permettre à nos petits enfants de rester ici avec des gouvernants dont un de leurs objectifs selon les commandements de notre Torah est la prise en compte de leurs citoyens défavorisés...si non vers quelle société nous nous dirigeons...??

Anonyme a dit…

Quand on se rend en Israël en qualité de touriste nous ne nous rendons pas compte de toutes ces difficultés...En dehors de prix extrêmement élevés. Il faut prévoir le double de budget qu'une semaine sur la côte en France. Quelle tristesse ! c un pays magnifique mais qui est loin désormais de la terre promise et c bien dommage

Anonyme a dit…

Pourquoi ne pas envisager un parti social démocrate sioniste qui soit à la fois intercommunautès et citoyens. Des juifs votent pour des juifs en rétablissant les priorités sociales sans négliger les contraintes sécuritaires.

Anonyme a dit…

J habite Eilat hé bcp de olim aujd veulent quitter israël pourtant Eilat es bcp moins cher que toutes les villes d israël mes comme tous ils souffrent la vie devient très dur ici aussi il a bcp de gens très pauvres qui heureusement compte sur les kibboutz hôtel qui donne la nourriture aux associations pour eux hé croyais moi ils sont très nombreux j y travaille hé je les vois tt les jours hé bien cela fait peur

Anonyme a dit…

J'ai connu cette époque au kibboutz hayelet hashahar dans ma jeunesse... dorénavant je vis sur la Réunion dans l'océan Indien.... Israël est bien loin mais en effet si cher!

Anonyme a dit…

Pas de solution avant les élections
Entre temps celui qui souhaite partir doit partir
On doit changer le modèle électoral si non le pays ne peut pas être gérer
La France est un pays tranquille pour les juifs français
Avec une belle retraite française on ne peut plus vivre en Israël

Georges Kabi a dit…

Anonyme vivant a la Reunion: j'ai connu quelqu'un (une metropolitaine) de Champigny (94) vivant a la Reunion. Son prenom: Catherine, son nom de jeune fille Bashera.

Anonyme a dit…

Vraiment trop calqué sur le modèle nord américain ... Le fric, le fric et le fric ! Abominable et dommageable

Anonyme a dit…

Je suis monté en israel il y a 35 ans, j'ai connu toutes sortes de situations ,des hauts et des bas, tous mes enfants ont fait l'armée dans des unités combattantes, aujourd'hui malgré mon sioniste et mon amour de mon pays, je pleure, je pleure de voir ce qui se passe, politiquement, économiquement, socialement, je pleure de voir mes enfants , presque tous diplômes, souffrir de cette situation économique, de ne pas pouvoir finir le mois, mais je sais qu'il y a une tranche de la population israélienne, qui vit très bien, qui ne partage le gâteau, et je me dis pourquoi, je les ai emmener ici, alors que je constate que toute la communauté avec laquelle on vivait en France, vivent heureux, sans soucis, sans pressions, sans antisémitisme (c'est ce qu'ils affirment), viennent en israel chaque année profiter de notre beau soleil, j'ai plus l'âge et pas la force de quitter mon pays, parce que je l'aime, et surtout parce qu'il m'a tout pris , tous les biens et l'argent que j'ai emmener avec moi, je n'ai plus rien, je ne peux aller nul part , je vis du malheureux Bitouah leumi et d'une retraite de France qui était confortable et qui ne l'est plus, et si mes enfants veulent partir , je n'aurai pas ma force de les retenir
Que D.... aide notre peuple et qui nous donne des gouvernants qui seront capables de comprendre ce qui se passe réellement

Anonyme a dit…

Le problème n’est pas Israel et son Shekel fort mais la France et son Euro qui s’échangeait il y a dix ans 5 shekel pour 1 Euro et 1.50$pour un Euro
Vive la gauche et les logements sociaux pour les pauvre migrants africains ou la police et les pompiers sont accueillis comme le font les arabes Israéliens à coup de pierres et de cocktails molotov !!!
Et ça n’est que le début le la dégringolade Européenne

Anonyme a dit…

JE VOUS JOINS CI DESSOUS CE QUE M'a répondu un petit RABBIN CONNU à Jérusalem lorsque je lui ai fait part du départ de français .. NO COMMENT : "mieux vaut soufrir de pauvrete sur sa terre et avec son peuple meme avec des escroc au pouvoir que d etre un etranger parmi les goyim et finalement etre devore par l assimilation. les probleme nous les connaissons et notre role est d ameliorer la situation dans notre etat et non pas de fuire"

V. Jabeau a dit…

Pays très cher du fait des monopoles, des partis et des hommes politiques qui n’agissent que si on les paie. Le système politique ne rend pas service à la population. C’est effectivement un système mafieux. Le pire c’est que beaucoup le savent, mais rien ne change.

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Critiquer les termes de l'article est tout à fait acceptable mais insulter l'auteur de manière anonyme est un manque de courage flagrant. Faire une interprétation fausse du contenu est tout aussi inadmissible. Les insultes anonymes ne sont pas publiées. A bon entendeur, salut!

Anonyme a dit…

Malheureusement vous avez raison

Anonyme a dit…

Ma seule consolation est que les deux millions de gens qui n’arrivent plus à boucler les fins de mois, Français et autres, sont tous des gens qui votent pour le Likoud, parti de droite qui est la cause et la source de leur détresse. Les Israéliens choisissent quand même un peu pour cette misère.

Anonyme a dit…

Juste préciser a un des anonymes que l euro est la monnaie européenne et pas seulement Française

Anonyme a dit…

Votre constat est vrai: ça devient difficile de boucler les fins de mois pour les retraités et plus généralement pour ceux qui ont des entrées en devises étrangères et des dépenses en shekel.
Il y a cependant beaucoup d erreures dans votre article( le montant des réserves de la banque centrale, la définition de son mandat, la Dynamic inflation/taux d intérêt/croissance etc... Est à revoir...)

Anonyme a dit…

Vous avez raison mais pourquoi les français continuent de voter pour Bibi qui a toujours fermé les yeux sur les monopoles ?

Les français ne s'intéressent pas à la vie politique israélienne.

Il faut voter pour des personnalités autres comme Prof. Yaron Zelekha פרופ' ירון זליכה https://www.hakalkalit.org/ qui prônent le changement économique et la justice sociale.

Anonyme a dit…

Ce n est pas exact ça court en alerte au vu de la vie chère et de l euro personne ne peut le dire en vérité les restaurants et cafés et plages bondées faut demander au consulat de France les vrais chiffres
Sachez qu un logement à paris et banlieue est devenu très élevé que les aides ne concernent que les personnes au smic c est à dire bas revenus rien n est facile c est une période difficile pour le monde entier Electricite doublée en France!!!

André SERROR a dit…



Plusieurs de mes amis me demandent de traiter le sujet des familles qui, après avoir entrepris leur Alya, quittent Israël.
Je n’ai pas le nez collé sur les statistiques pour évaluer de façon certaine si 50 ou 100 familles ont quitté le pays.
Néanmoins, quand il m’arrive de passer à Natanya, à Tel Aviv ou à Ashdod, j’ai toujours autant de mal à trouver une table au café ou au restaurant.
Ça parle toujours aussi fort et l’ambiance est loin de retomber.
Mais puisque la chose m’est demandée, je vais développer.
En premier lieu, je prétends depuis toujours qu’on ne réussit une Alya qu’à la seule et unique condition d’être connecté à ACHEM.
Dire être connecté à ACHEM ne fait pas de moi un extra-terrestre.
Être connecté c’est de dire qu’on a atteint le but de sa vie.
C’est avoir atteint le lieu de la promesse.
Pour l’accepter, il faut se remémorer les étapes de notre vie, remonter à nos parents et si possible plus haut encore.
Il est vrai qu’un euro qui passe de 5 puis 4 et maintenant 3,3 ne facilite la vie de personne.
Mais difficile ne veut pas dire invivable.
Bien sûr que nous avons du mal à remplir nos filets à provisions.
Bien sûr que nous recherchons les endroits les moins chers.
Mais “Israël invivable”: non.

Sans doute que nous n’irons plus passer Shabbat à l’hôtel.
Sans doute que les séjours à la Mer Morte, à Tibériade ou à Eilat seront moins fréquents.
Mais que voulez-vous?
Nous avons grandi dans l’espoir d’être un jour regroupés sur cette terre.
Il y a 75 ans, des familles entières sont venues ici!
Elles ont affronté les pires dangers.
Et nous allons nous plaindre de la qualité de nos tomates?

D’aucuns vont s’imaginer que je suis à la tête d’une fortune.
Pas le moins du monde!
Nous sommes tous logés à la même enseigne.

Ma grande inquiétude serait plutôt dirigée vers ceux qui aimeraient passer le cap mais ne peuvent pas.
Car le sionisme, c’est avant tout prendre en charge et aider tout juif à rejoindre sa terre.
Il est urgent de rétablir tout ce qui semble bancal.
Les petits tracas ne deviennent de gros soucis que lorsqu’on se complaît à les amplifier.
Ne soyons pas les émules des explorateurs.
Suivons l’exemple de Josue et Caleb.
Que nous soyons inscrits dans le Livre de la Vie.
René Seror

Philippe Scheimann a dit…

Changer de place, changer de chance: לשנות מקום לשנות מזל
Il y a des endroits bien moins chers en Israel qu'a Netanya et autres pour ceux qui veulent continuer a y vivre.
Il faut bouger et se bouger, ce qui effectivement plus complique a 75 ans qu'a 35.

Cela veut dire aller en "peripherie" loin du "centre".
Par exemple, venir en Galilee ou il n'y a que 14 % de Juifs compares a la majorite arabe.
Dans une ville comme Kyriat Shmonah, on peut trouver a louer pour moins de 3000 shekels un appartement. K.Shmona est aussi maintenant le centre de la foodtech" pour ceux qui aiment...
Ce n'est pas le grand luxe mais c'est Israel et comme ecrit Andre Serror, c'est etre connecte :-)

Il y a encore beaucoup d'options pour ceux qui sont prets a trouver des alternatives.