LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE, cliquer sur l'image pour lire l'article


 

jeudi 30 mai 2019

L'affirmation indienne par Dov ZERAH



L’AFFIRMATION INDIENNE

Le point économique de  Dov ZERAH



Modi

Un événement est largement passé inaperçu dans une Europe travaillée par ses vieux démons nationalistes et xénophobes, l’exceptionnelle victoire aux dernières législatives indiennes du premier ministre Narendra Modi et de son parti nationaliste hindou du Bharatiya Janata (BJP). Sa première victoire de 2014 s’appuyait sur deux ressorts :

Européennes : début d'un poker-marathon par BAZAK



EUROPÉENNES : DÉBUT D’UN POKER-MARATHON

Par BAZAK

La grande partie est engagée. On prévoyait déjà en Europe une poussée des populo-nationalistes qui auront ensemble environ 70 députés. Restera pour eux à trouver un mode d’alliance. Ce qui est loin d’être acquis quand on connaît leurs différences. La surprise vient de la très forte poussée des Verts, notamment en Allemagne où ils deviennent le deuxième parti et en France la troisième force. Ils auront près de 70 députés mais au Parlement moins de 10%.


Victoire du populisme français et de Macron




VICTOIRE DU POPULISME FRANCAIS ET DE MACRON

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
       

          Les élections européennes de 2019 ont consacré la victoire du populisme français. Le populisme, doctrine toujours employée dans un sens péjoratif avec une connotation de démagogie, désigne des discours et des courants politiques qui font appel aux intérêts du «peuple». Il prône son recours en opposant les intérêts du peuple à ceux de l’élite qu'il prend pour cible de ses critiques. Le populisme s’incarne toujours à travers une figure charismatique soutenue par un parti acquis à ce corpus idéologique.

lundi 27 mai 2019

Le gouffre par Maxime TANDONNET



LE GOUFFRE

Par Maxime TANDONNET


Que dire de plus du résultat des élections européennes en France ? Ils ne font qu’amplifier la sensation d’impasse ou de chaos inévitable dans lequel le pays s’est engagé : obsession de la réélection élyséenne à n’importe quel prix, y compris celui de tous les désastres, triomphe de l’extrémisme démagogique et sans aucune issue, inconscience des électeurs, bêtise généralisée, conquérante.

Shaked- Lieberman, un duo détonnant



Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps



   On commence à comprendre les véritables raisons de l’intransigeance d’Avigdor Lieberman qui refuse en fait de participer au nouveau gouvernement. Il a rejeté le dernier compromis proposé par Agoudat Israël au sujet du projet de loi contesté sur l’incorporation des étudiants des écoles talmudiques. Il l’a interprété comme un «geste visant à faire pression sur lui». Il sait qu’on lui offre un strapontin sans aucun pouvoir réel car c’est la nature de la gouvernance Netanyahou qui est en cause. Il a déjà vécu pareille situation dans laquelle le premier ministre refusait de déléguer en verrouillant toutes ses initiatives. 


Mobilisation de l'opposition israélienne contre Netanyahou



Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
       
          Il est rare qu’une partie de la population israélienne s’exprime de manière aussi visible dans les rues de Tel-Aviv et de Jérusalem pour s’opposer à l’érosion démocratique du pays. Des Israéliens s’inquiètent de la volonté du gouvernement d’affaiblir le système judiciaire sous prétexte que la justice veut traduire Benjamin Netanyahou en justice. Le premier ministre dispose encore d’un délai jusqu’au 29 mai pour proposer son nouveau gouvernement qui peine à se constituer face aux exigences, démesurées et parfois et contradictoires, des mini partis.

Les Palestiniens et les occasions ratées



Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
       

          On ne remontera pas à l’année 1947 lorsque les Arabes ont refusé le plan de partage israélo-arabe qui aurait permis alors la création d’un État palestinien. L’Histoire est jalonnée de cas répétés où l’intransigeance, voire l’inconscience, a mené à un vide absolu. Ils n’ont pas compris qu’il était stérile de s’opposer frontalement aux États-Unis même s'ils ont un a priori favorable vis-à-vis des Israéliens. La décision de boycotter la conférence économique à Bahreïn, dans le cadre du «deal du siècle»  est un non-sens.

Un air étrange et malsain par Maxime TANDONNET



UN AIR ÉTRANGE ET MALSAIN

Par Maxime TANDONNET


Jordan Bardella (RN), Nathalie Loiseau (LREM), François-Xavier Bellamy (LR), Yannick Jadot (EELV), Manon Aubry (LFI) 

Il flotte sur la France, à la veille des élections européennes, un air du temps particulièrement étrange et malsain. La vie politique française est dominée par une hypocrisie qui fait froid dans le dos. Plus le «camp du bien» au pouvoir gesticule, se contorsionne, hurle au nationalisme, au populisme et au fascisme, plus il fait monter le parti lepéniste dans les sondages. Il le sait. Il n’est pas assez bête pour ne pas le savoir. Donc il le sait. Quel peut en être l’objectif ? Celui de désigner son adversaire favori pour 2022, l’adversaire attitré qui pourrait seul lui permettre de se maintenir cinq années de plus sous les ors des palais de la République malgré le rejet viscéral du pays.

Liens entre dirigeants palestiniens et Hezbollah



LIENS ENTRE DIRIGEANTS PALESTINIENS ET HEZBOLLAH

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
     
Issam Khourani et mahmoud Abbas

          Les services de renseignements viennent de révéler l’existence de liens avérés entre l’Autorité palestinienne et des officiels du Hezbollah. En particulier, le fils de Mahmoud Abbas, Yasser Abbas, a fourni des passeports diplomatiques palestiniens à des hommes d’affaires libanais membres du Hezbollah. Ces hommes d’affaires participent en fait à des réseaux de financement du terrorisme, de blanchiment d’argent, de virements de fonds illégaux et de corruption.

Gouvernement : fin du scénario de dramatisation



GOUVERNEMENT : FIN DU SCÉNARIO DE DRAMATISATION

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Orthodoxes

          Le premier ministre a suffisamment joué de dramatisation pour qu’à quelques jours de la date butoir, tout rentre dans l’ordre. Les partis politiques ont accepté de cacher sous le tapis certaines de leurs exigences car le temps presse. Benjamin Netanyahou n’a pas d’autre choix que de respecter certaines des doléances des leaders de la future coalition. Alors, il a donné l'impression que la situation était bloquée pour mieux rebondir.

vendredi 24 mai 2019

Europagate : On ne danse plus la valse à Vienne par BAZAK


EUROPAGATE : ON NE DANSE PLUS LA VALSE À VIENNE
Par BAZAK

Hanz-Christian Strache

   Déjà plusieurs jours après l’Ibizgate, l’actualité est en marche, tout va très vite. La scène s’est passée à Ibiza, en 2017. L’alcool coule à flot. Hanz-Christian Strache, le leader du parti d’extrême droite FPÖ, vice-chancelier autrichien, est affalé sur un canapé, à côté d’une blonde voluptueuse, présentée comme la nièce d’un oligarque russe. Il a demandé à la jeune femme de lui obtenir un financement pour sa campagne électorale. En échange, il promet à l’homme d’affaires russe de lui faire obtenir des contrats publics ainsi que des parts d’un grand tabloïd autrichien pour lui favoriser une bonne couverture.
Cliquer sur la suite pour voir la vidéo

jeudi 23 mai 2019

L'effet des sanctions américaines sur le Hezbollah



L’EFFET DES SANCTIONS AMÉRICAINES SUR LE HEZBOLLAH

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            

         Les sanctions américaines ont beaucoup d’effet sur l’économie iranienne qui est au bord de l’asphyxie. C’est le but recherché pour mettre à genoux les dirigeants iraniens afin qu’ils acceptent de modérer leurs exigences en matière de nucléaire.  En droit international il est un principe de base des relations internationales : la souveraineté de tous les États, qui implique le droit exclusif d’exercer certaines compétences. Les États-Unis peuvent donc tout à fait décider d’interdire à leurs entreprises de commercer avec l’Iran. Mais ils ne peuvent pas interdire unilatéralement aux autres entreprises d’autres États de le faire. Hassan Rohani dénonce la «guerre économique» menée par Washington.

Israël : réforme du pouvoir judiciaire en marche



ISRAËL : RÉFORME DU POUVOIR JUDICIAIRE EN MARCHE

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps

Netanyahou et la présidente de la Cour suprême  Esther Hayut

On ne comprend pas très bien la finalité des mesures que le gouvernement compte prendre pour réformer le pouvoir judiciaire. En fait, par comparaison avec la France, le Conseil Constitutionnel serait dissous et l’on mettrait en avant le Conseil économique et social. En Israël, il est ainsi question de transformer la Cour Suprême en organe purement consultatif à l’instar du Conseil installé au Palais d’Iéna. Ses décisions ne seraient plus obligatoirement applicables et n’auraient aucun pouvoir contraignant. Le risque est énorme de supprimer le seul contre-pouvoir en Israël qui serait soumis à la seule volonté de la majorité Knesset. On ignore de quoi sera fait demain.

Elections européennes : les damnés de la terre par BAZAK



ÉLECTIONS EUROPÉENNES : LES DAMNÉS DE LA TERRE

Par BAZAK

Immigrants des Balkans
Faute d’une vision claire et à long terme sur la question de l’immigration, on assiste à une confrontation frontale sur la doctrine à appliquer entre deux groupes ; l’un essentiellement constitué par les pays d’Europe centrale, des Balkans et des pays Baltes auxquels se sont joints l’Autriche et l’Italie, résolument opposés à l’immigration avec quelques nuances ; l’autre groupe où se retrouve les autres pays plus «ouverts» plutôt partisans d’une politique des quotas. Dans sa version actuelle l’espace Schengen aura vécu.

mercredi 22 mai 2019

La grande moquerie nationale par Maxime TANDONNET



LA GRANDE MOQUERIE NATIONALE

Par Maxime TANDONNET



Jusqu’où les Français sentent-ils à quel point on se moque d’eux ? Cette campagne des Européennes atteint les sommets de la mystification et de la moquerie. Le thème de l’Europe est l’objet de la pire des impostures et des caricatures. Les deux particules qui dominent les sondages et écrasent l’actualité malgré des taux d’adhésion dérisoires (moins de 10% du corps électoral) n’ont de cesse que de manipuler l’opinion.


lundi 20 mai 2019

Le conflit politique se ravive entre orthodoxes et laïcs




Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps
            
Gouvernement 2015 avec femmes floutées

          La difficulté pour Netanyahou de constituer son gouvernement met en évidence le conflit latent entre nationalistes laïcs et religieux orthodoxes, accusés de vouloir imposer leur loi à l’ensemble du pays en privilégiant l’étude de la Torah à la défense du pays. Avigdor Lieberman, ferme dans ses convictions, traîne les pieds pour entrer dans la coalition et s’est fait le porte-drapeau des laïcs. Effectivement, la très grande majorité de son électorat est constituée d’anciens habitants des pays de l’Urss qui ont subi un lavage de cerveau anti-religieux pendant la période noire du communisme. Il a déjà connu une cohabitation au sein du précédent gouvernement mais il a dû ferrailler contre ceux qui veulent dispenser d’armée les étudiants des écoles talmudiques.


Le ministre juif tunisien René Trabelsi joue gros à la Ghriba



LE MINISTRE JUIF TUNISIEN RENÉ TRABELSI JOUE GROS À LA GHRIBA

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright © Temps et Contretemps


René Trabelsi joue gros cette année car il doit relever le défi annuel du pèlerinage de la Ghriba, célébré les 22 et 23 mai 2019, qui mesure tous les ans l’évolution de la fréquentation touristique en Tunisie. La synagogue de la Ghriba, dans l’le de Djerba au sud de la Tunisie, constitue l'un des principaux marqueurs identitaires des Juifs, l'une des dernières communautés juives vivantes du monde arabe. Le pèlerinage a lieu à l'occasion de la fête juive de Lag Ba'omer.

dimanche 19 mai 2019

La surprise turque par Dov ZERAH



LA SURPRISE TURQUE

Le point économique de  Dov ZERAH



Victoire à Ankara

Au grand étonnement de beaucoup, le parti islamo-conservateur, proche des Frères musulmans, du Président Recep Tayyip Erdogan, a perdu fin mars les élections municipales, et plusieurs grandes villes dont les deux capitales, la capitale politique Ankara, et la capitale économique et culturelle Istanbul.