Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

samedi 16 février 2019

RADIOJ : Les primaires du Likoud


Israël élections avril 2019

RADIOJ - REGARD SUR LES ÉLECTIONS ISRAÉLIENNES

Les primaires du LIKOUD

Une émission de Dov ZERAH 
avec Jacques BENILLOUCHE




          Les primaires du Likoud ont eu lieu le mardi 5 février. Les résultats incitent à quelques remarques générales. Les grognards de Netanyahou, les inconditionnels, toujours prêts à le défendre contre la police et les juges, ont perdu du terrain et parfois même totalement éliminés à des places au-delà de la 30°. Pour eux il s’agit d’une véritable ingratitude. En revanche ses rivaux Israël Katz et Gideon Saar sont en tête et se préparent à prendre la relève le cas échéant. Le grand fidèle Guilad Erdan a réussi la performance de se hisser à la 4° place. En fait, Netanyahou va vivre au sein du Likoud une sorte de cohabitation à la française avec des rivalités exprimées au grand jour.


L'intégrale de l'émission

Quand il dirigeait le secrétariat du Likoud Katz avait voulu mettre Netanyahou à l’écart  en sapant son pouvoir en modifiant les règles pour l’empêcher de nommer les cadres du parti et de décider des budgets internes. Netanyahou lui a alors laisser le choix entre retirer ce texte ou démissionner. Katz préféra le portefeuille des transports et rentra dans le rang car il n’était pas homme à envisager un putsch contre son chef. Il était trop légaliste et surtout peu courageux. Aujourd’hui il occupe la première place dans le parti dans une sorte de revanche.
Gideon Saar avait atteint la première place aux élections de 2013 après avoir occupé les postes prestigieux de ministre de l’Éducation et de l’Intérieur mais il avait été bridé par Netanyahou. Alors en septembre 2014, il avait en pleine gloire décidé de quitter le parti pour 30 mois sabbatiques. Il est revenu au parti le 3 Avril 2017 pour se préparer aux primaires. Netanyahou atout fait pour lui interdire ces primaires sous l’accusation fausse qu’il avait l’intention de planifier un putsch au sein au parti pour le déloger du poste du Premier ministre.
            Cette liste des primaires comporte plusieurs lacunes. D’ailleurs les militants historiques ne reconnaissent plus le Likoud de Menahem Begin parce que le parti a pris un virage idéologique en éliminant plusieurs figures historiques, Benny Begin. Ces militants accusent leur parti qui était nationaliste, libéral et laïc de flirter avec l’extrême droite et les  religieux.
          Il y a à peine 3 femmes dans les 21 premières places, neuf dans les 40 premières. Alors la parité est à l’image des partis orthodoxes. Les minorités ne sont pas représentées puisque le seul député druze et ministre Ayoub Kara a été éliminé.
Le Likoud, incarnait jadis la revanche des classes moyennes séfarades contre l’élite ashkénaze de gauche, ce qui a permis à Begin de renverser les travaillistes en 1977. Or sur les 17 premiers candidats on trouve 13 Ashkénazes.
Miki Zohar, de père marocain et de mère  tunisienne, risque son poste à la 29° place. Si David Amsalem est 18° et David Bitan est en danger à la 25° place.
          Quant aux francophones, ils sont inexistants. Il existe ce qu’on appelle la "protectia" car certains candidats francophones n’ont pas été retenus parce qu’ils n’avaient pas 16 mois d’inscription alors que Yoav Galant, transfuge de Koulanou, a eu droit immédiatement à une place dans la liste.
Netanyahou qui était certes entourés de quelques militants peu recommandables mais dévoués, n'a plus son cordon sanitaire efficace qui le protégeait. Mais les résultats des primaires ont été tellement décriés par ceux qui ont été écartés que des soupçons de fraude ont été soulevés par des candidats dans plusieurs villes, poussant le premier ministre à exiger un contrôle général des élections et un recomptage des voix.


Aucun commentaire: