Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

jeudi 7 février 2019

Radio Judaïques : Primaires du Likoud



Israël élections avril 2019
Radio Judaïques 
PRIMAIRES DU LIKOUD

Jacques BENILLOUCHE
Au micro de
Eva SOTO

      

          Les primaires du Likoud ont eu lieu  le 5 février 2019 pour désigner les candidats aux élections du 9 avril 2019. Les militants devaient choisir 12 noms seulement sur une liste de 142 candidats. Les places sont alors attribuées selon le nombre de voix obtenues par chaque candidat.


Cliquer sur l'image ci-après pour entendre l'émission


Avant d'aborder les résultats finaux, quelques remarques cependant. Ces primaires tendent à mettre en évidence la démocratie au sein du parti mais on compte plusieurs ratés dues au fait du Prince. Les votants et les candidats doivent avoir au moins 16 mois d’inscription au parti. Mais pour quelques semaines de moins, Guilad Sharon le fils d’Ariel n’a pas été retenu tant est intense la haine que porte Netanyahou à l’égard de celui qui l’a battu en 1999 et qui a quitté le parti le 21 novembre 2005 pour créer Kadima. Le fait du Prince a aussi voulu que le transfuge de Koulanou, Yoav Galant, a lui été admis aux primaires après quelques semaines seulement d’adhésion au parti.
Par ailleurs 14 membres du Nouveau Likoud, une faction interne opposée à Netanyahou, ont été accusés d’être des infiltrés de gauche. Un procès d’intention leur a interdit de participer aux primaires. Enfin Netanyahou s’est réservé les places 21, 28 and 36 pour y placer les candidats de son choix qui bénéficieront de sa faveur.
Les Francophones n’ont pas eu droit à une place réservée aux nouveaux immigrants et ont été éliminés avant les primaires à l’instar de Benjamin Lachkar; le seul en lice est Fernand Cohen-Tannoudji qui n’a eu droit à aucune solidarité de la part de ses amis français. Il y a peu de chance qu’il soit élu à une place éligible.
Gideon Saar

Enfin Gideon Saar, le rival officiel de Netanyahou, a de peu échappé à la relégation malgré l’accusation fantaisiste de comploter contre lui avec le président de l’Etat Réouven Rivlin. Mais il arrive à la troisième place après le président de l’assemblée nationale Yuli Edelstein et Israël Katz ce qui met Netanyahou à l’abri. En effet certaines rumeurs tendaient à avaliser l’idée que le président de l’Etat ne désignerait pas Netanyahou pour constituer le gouvernement mais le premier arrivé aux élections primaires.  
Chers amis, il n'y a pas de place pour tout le monde

On sait d’ores et déjà que certains députés seront exclus de la prochaine Knesset : Oren Hazan, Yehuda Glick, Nava Boker, Anat Berko, Avraham Neguise, Yaron Mazuz et le ministre druze Ayoub Kara, tous placés au delà de la 30° place. Ce n’est pas une grande perte pour Oren Hazan, le député vulgaire et sulfureux, ancien tenancier de casino en Bulgarie,  qui s’était fait remarquer par des prises de position sexistes et insultantes à l’égard d’une députée handicapée. C'est triste pour Ayoub Kara qui représentait la communauté druze à la Knesset.
Pour la petite histoire, la place numéro 29 fait parler d’elle. En effet, réservée au district de Tel Aviv, elle est l’objet d’une bataille serrée entre l'ancien chef de bureau de Netanyahu, David Sharan, soupçonné de corruption dans l'affaire des sous-marins (cas 3000), et Michal Shir, un proche allié de Gideon Sa'ar. Un combat par seconds couteaux interposés. 



On connaît dès à présent le trio de tête constitué de Yuli Edelstein, Israël Katz et Gideon Saar et les suivants Guilad Erdan et Miri Regev. On constate que plusieurs adversaires de Netanyahou, qui n'ont jamais caché vouloir être calife à la place du calife, sont arrivés en tête. 
Un classement temporaire donne la liste de ceux qui seront certainement membres de la prochaine Knesset. Il s'agit de résultats partiels non définitifs et non agréés par la Commission électorale. La première place finale est bien sûr réservée à Benjamin Netanyahou :




1.    Benjamin NETANYAHOU
2.     Yuli EDELSTEIN
3.    Israël KATZ
4.     Gilad ERDAN
5.     Gideon SAAR
6.     Miri REGEV
7.     Yoav GALANT
8.     Nir BARKAT
9.     Yariv LEVIN
10.  Gila GAMLIEL
11. Avi DICHTER
12. Zeev ELKIN
13. Tzahi HANEGBI
14. Ofir AKOUNIS
15. Tsipi HOTOVELY
16. Haim KATZ
17. Youval STEINITZ
18. David AMSALEM
19. Idan PINCHAS (District Shfela)
20. Amir OHANA
21. Réservé Netanyahou
22. Ofir KATZ (District Galilée)
23. Etty ATTIA (District Dan)
24. Yoav KISH
25. David BITAN
26. Fondation BARAK
27. Shlomo KARAI (District Negev)
28.  Réservé Netanyahou
29. Miki ZOHAR
30. Avraham NEGOSA (Nouvel immigrant)
31. Michal SHIR (District Tel-Aviv)
32. Mulla PATIN (non juif)
33. Katy CHETRIT
34. May GOLAN
35. Uzi DAYAN












Il n'y a pas de grande surprise dans cette liste de candidats, Cependant un bémol avec le rang réservé aux leaders séfarades qui étaient persuadés, depuis Menahem Begin, que leur place était au Likoud. A part Miri Regev, d’origine marocaine, les autres sont relégués loin dans la liste et émargent après la 14° place. Alors ceux qui se targuent de considérer le Likoud comme un parti pour Séfarades seront bien déçus. Les électeurs séfarades de droite risquent de rejoindre le parti qui leur fera la part belle et en particulier Gesher mené par Orly Levy-Abécassis, transfuge du parti d'Avigdor Lieberman. 
Par ailleurs l'absence totale de parité est anachronique : seulement trois femmes figurent parmi les 20 premières places. Il s'agit d'une régression totale en Israël qui donne l'impression qu'on a affaire à la liste d'un parti religieux orthodoxe.





Aucun commentaire: