Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

lundi 25 mars 2019

Le Sahara occidental et l'Algérie par Alain PIERRET



LE SAHARA OCCIDENTAL ET L’ALGÉRIE

Par Alain PIERRET

Ancien Ambassadeur de France


Au dernier recensement effectué par les Espagnols à la veille de leur départ, en 1976, le Sahara occidental comptait 73.500 habitants. Un quart de siècle après, on estimait à plus de 150.000 les Sahraouis qui avaient dû fuir leur patrie. Aujourd’hui, selon les sources, on en évalue le nombre global à au moins 650.000. Si l’on ne croit pas en la génération spontanée, comment en est-on arrivé là ? Simplement parce que l’Algérie, d’une part refuse obstinément de compter les «réfugiés» hébergés dans les camps de Tindouf, d’autre part veut faire prendre en compte tous ceux qui habitent le Sud du Maroc, voire la Mauritanie septentrionale. Ce faisant, elle peut ainsi accueillir sous ce «vocable» une partie de sa propre population nomade et la nourrir à bon compte sur l’aide internationale, ce qui contribue à en attirer toujours davantage.



Alexandre  Ribot

Seul un recensement général sous contrôle indépendant permettra de connaître l’origine géographique, voire tribale, des populations et ainsi, de fixer les bases d’une réelle négociation. Pour sa part, Alger s’y est toujours refusé. Il est vrai que le premier président de la «République arabe sahraouie démocratique» récemment décédé venait de Marrakech. Il ne parlait d’ailleurs pas l’espagnol, comme me l’avait dit Javier Perez de Cuellar, secrétaire général des Nations Unies. Son successeur ne semble pas davantage envisager un tel dénombrement.
Sans remonter à l’expédition de Djouder Pacha, renégat espagnol passé au service du chérif marocain, qui lui permit de s’emparer de Tombouctou en 1591 ou encore à l’expédition de René Caillié en 1828, il est évident que toute cette partie du Sahara occidental a été plusieurs siècles durant, sinon sous souveraineté, à tout le moins sous une forte autorité du Maroc.
Plus près de nous, le sultan voyait un acte d’hostilité dans l’occupation en 1891 de l’oasis d’El Goléa par nos troupes. Le 26 octobre, Alexandre Ribot, ministre français des Affaires étrangères, déclarait à la tribune de la Chambre : «Je puis dire […] que le gouvernement français n’a pas hésité à signifier au Maroc, de la façon la plus claire et la plus catégorique, qu’il ne tolèrerait de sa part aucun acte de souveraineté sur ces territoires qui rentrent dans la zone naturelle de l’influence française».

Touriste au Sud marocain à l’été 1952, la prudence me fut recommandée lorsque je me rendis à Taouz : «Attention, au-delà c’est la France». Nommé sous-préfet d’In Salah au lendemain du putsch d’avril 1961, j’ai eu la surprise de découvrir que les Cheurfa [1], importante fraction d’Aoulef, faisait toujours allégeance au roi du Maroc, commandeur des croyants. Cette oasis se trouve à 700 kilomètres à l’est de Tindouf, confirmation s’il en était besoin que, jusqu’à sa conquête par les troupes françaises, toute cette région était sous influence marocaine.
Il est donc paradoxal de voir que sur ce dossier les Algériens s’efforcent depuis 40 ans de tirer avantage de la colonisation française, puisqu’il n’y avait jusqu’en 1962 aucun État indépendant portant le nom de ce peuple que Ferhat Abbas avait en vain cherché dans les cimetières de la côte, a fortiori au-delà des montagnes de l’Atlas saharien. L’Algérie n’est donc pas la mieux placée pour s’ériger en défenseure impartiale du Sahara dit occidental. Retour ironique de l’histoire, ce qu’elle recherche en réalité est l’établissement sur ce territoire d’un protectorat qui lui assure un accès à l’Océan atlantique et un subordonné docile contre son voisin Marocain.

[1] Au singulier, chérif, descendant de Mahomet, à rapprocher de chérifien, qualificatif appliqué au roi du Maroc.



Aucun commentaire: