Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

samedi 23 mars 2019

Mini-révolution à Gaza contre le Hamas



MINI-RÉVOLUTION À GAZA CONTRE LE HAMAS

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps

            

          Les manifestations qui se déroulent depuis quelques jours à Gaza n’ont rien de politiques mais elles sont justifiées par la détresse économique de la population qui proteste contre le Hamas dans tout le territoire. Les émeutiers s’élèvent contre le coût de la vie élevé, le chômage et les nouvelles taxes imposées par le Hamas. Ils arborent des pancartes «nous voulons vivre». Déclenchées depuis le nord de la bande, les manifestations se sont propagées à l’ensemble du territoire. Les forces de l’ordre, en uniforme et en civil, ont réprimé les manifestations avec une extrême violence. Des manifestants ont été arrêtés ainsi que des journalistes qui couvraient les événements.



            Le Hamas a reporté sur Mahmoud Abbas la responsabilité de la situation économique dramatique et a organisé des contre-manifestations contre l’Autorité de Ramallah. Les dirigeants de Gaza ont imposé une chape de plomb sur ce qui se passe réellement. Ils contrôlent encore la situation qui pourrait dégénérer à tout moment. Les informations parviennent par bribes grâce aux réseaux sociaux. Le Hamas pourrait trouver un échappatoire en canalisant la colère contre Israël en favorisant la violence dans les «marches du retour». Pour l’instant les médias de Gaza accusent un groupe secret de jeunes perturbateurs qui appellent les Gazaouis à «descendre dans la rue pour exiger une vie de respect et de liberté». On ignore qui est derrière ce groupe accusé en fait d’être une émanation du Fatah.
Violence à Rafah au sud

            Les événements ont débuté le 11 mars dans le camp de réfugiés de Jabalia au nord de Gaza après que, le 10 mars, les forces de sécurité aient dispersé une réunion au domicile de Jihad Al-Arabeid. Huit personnes assistant à la réunion avaient été arrêtées. Dans l’après-midi du 14 mars des Palestiniens ont alors manifesté sur l’une des places de Jabalia. Les forces de l’ordre ont alors ouvert le feu pour disperser la manifestation. Le 16 mars 2019, un Palestinien a été blessé alors qu'il tentait de s'immoler par le feu dans le quartier d'Al Falloujah du camp de réfugiés de Jabalia en raison de ses difficultés financières.

            De fortes manifestations ont eu lieu à Deir Al-Balah avec des affrontements avec la police faisant plus de vingt blessés chez les policiers. A Khan Younes, des pneus ayant été enflammés, la manifestation a vite été réprimée à coup de matraques et de pistolets mitrailleurs.
            Le Hamas, qui avait initialement tenté de minimiser la portée des événements, a réagi de manière agressive et a fait preuve d'une grande violence à l'encontre des manifestants. Par réaction, des écoles et des centres commerciaux se sont mis en grève pour protester contre la répression.

Hazem Qassem

            Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que l'Autorité poursuivait sa politique consistant à «affamer les habitants de la bande de Gaza parallèlement au siège imposé par Israël». Un autre porte-parole, Fawzi Barhoum, a déclaré que les événements dans la bande de Gaza avaient révélé la laideur de l'Autorité palestinienne. Il a ajouté que la tactique de l'AP visant à étrangler la bande de Gaza et à exploiter ses difficultés pour atteindre ses propres objectifs avait échoué.
Yahya Musa, haut responsable du Hamas, a estimé que toute personne avait le droit de manifester et d'exprimer son opinion, et qu'il incombait aux forces de sécurité de les protéger. Il a ajouté que le Hamas avait suggéré à plusieurs reprises que la population forme une direction collective pour la bande de Gaza, mais avait rencontré un refus. 
Ahmed Yusuf

Le haut responsable du Hamas, Ahmed Yusuf, a précisé qu'il était du côté du groupe de jeunes qui pouvaient réaliser ce qu'ils souhaitaient. Les responsables de la bande de Gaza, selon lui, devraient pouvoir répondre à toutes les demandes. Il a rencontré un certain nombre de jeunes de la bande de Gaza qui avaient précisé qu'ils ne protestaient pas contre la «résistance», mais que le Hamas devait comprendre que sa politique d’impôts imposés aux civils était erronée.

Les Palestiniens ne comprennent pas la répression qui s’est abattue contre les manifestants et exigent que tous les détenus soient libérés. Le Djihad islamique palestinien a pris fait et cause pour les manifestants en dénonçant l'attaque perpétrée par les forces de sécurité et en la qualifiant de violation de la liberté des Palestiniens et de leur droit de manifester. Son porte-parole, Musab al-Brim, a déclaré que son organisation s'opposait à la répression des manifestations et a appelé à la tenue d'un débat national pour résoudre la crise.
Hussein al-Sheikh

Du côté de Ramallah, l’Autorité soutient évidemment les manifestants et dénonce la répression. Saëb Erakat, secrétaire du comité exécutif de l'OLP, a vivement critiqué les attaques violentes menées par les forces de sécurité du Hamas contre les manifestants et affirmé qu'ils violaient le droit des manifestants de vivre dans le respect. Hussein al-Sheikh, président de l'autorité des affaires civiles de l'AP, a déclaré que les dirigeants palestiniens étaient en contact avec un certain nombre de «pays influents» pour les amener à intervenir d'urgence et à faire pression sur le Hamas pour qu'il cesse de recourir à des mesures violentes à l'encontre des manifestants.

Le Fatah a lui-aussi exprimé son soutien aux manifestants et appelé les instances internationales à faire pression sur le Hamas pour qu'il soit possible d'organiser des manifestations sans être tenu par la force. Le porte-parole du Fatah, Atef Abu Sayif, a dénoncé les attaques des forces de sécurité du Hamas contre les manifestants, affirmant qu'elles constituaient une violation flagrante de toutes les lois et des principes nationaux contraires. Il a appelé les organisations de défense des droits humains à enquêter sur les violations. Le porte-parole du Fatah, Usama al-Qawasmeh, a déclaré que le Fatah investissait des efforts pour protéger les Palestiniens dans la bande de Gaza et soutenir la «révolution des affamés», à la fois sur le plan économique et dans les médias.

En raison de la censure imposée aux médias, il est impossible de prévoir l’évolution de la situation. Mais dans les autres pays arabes, les «manifestations de la faim» ont toujours dégénéré. La question pour Israël est de savoir s’il intervient pour influer sur la situation économique dramatique ou bien s’il laisse la situation pourrir pour faire tomber le régime islamique. Il n’est pas certain que cela soit dans son intérêt de voir l’Autorité palestinienne revenir à Gaza avec le risque de remettre sur le tapis le principe d’un grand État palestinien à Gaza et en Cisjordanie.

1 commentaire:

patrick silberberg a dit…

nouvel angle de vue de la situation a Gaza. Estce que la presse etrangere sur place et qui filme regulierement voire agite les manifestants, sera prete a temoigner et nous montrer des reportages de l interieur?
On va surement accuser israel d affamer Gaza.