Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

jeudi 21 mars 2019

L'Egypte bascule dans le camp russe pour son armement



L’ÉGYPTE BASCULE DANS LE CAMP RUSSE POUR SON ARMEMENT

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps
            
Réunion Obama-Sissi

          L’effet Obama désastreux ne s’est pas estompé avec l’arrivée de Donald Trump qui n’a pas réussi à rassurer l’Égypte pour ses fournitures en armement militaire. La Russie s’est donc immédiatement insérée dans la place vide laissée par les Américains parce qu’elle ne pose aucune condition au gouvernement égyptien sur sa façon de gérer le pays. Le président Barack Obama avait décidé de geler une aide de 195 millions de dollars en raison de mauvais résultats en matière de démocratie et de libertés civiles.


Trump-Sissi

L'administration américaine de Donald Trump avait décidé de débloquer cette aide mais cette mesure a été tardive. Un responsable du département d’État américain avait justifié cette mesure : «En reconnaissant les mesures prises par l'Égypte au cours de cette dernière année en réponse à des inquiétudes précises des Etats-Unis, et conformément à nos efforts pour renforcer encore davantage ce partenariat, l'administration a décidé de permettre à l'Égypte d'utiliser les 195 millions de dollars. Les Etats-Unis restent déterminés à renforcer leur relation stratégique avec l'Égypte face à des objectifs communs en matière de sécurité et de contre-terrorisme». La susceptibilité du président Al Sissi avait été mise à l’épreuve et il a immédiatement frappé à la porte russe qui ne lui pose aucune condition pour lui vendre des armes.
L’Égypte et la Russie avaient signé vers la fin 2018 un contrat de deux milliards de dollars pour la fourniture d’une vingtaine d’avions de combat multi-rôles Sukhoï SU-35. La livraison est prévue dans les années 2020-2021.
SU-35

Le Sukhoï Su-35 est un chasseur multi-rôle créé dans le but d'accroître les capacités offensives du Su-27 et de lui donner la possibilité de détruire tant les cibles aériennes que les cibles de surface. La furtivité de l'appareil est aussi légèrement améliorée pour certains angles d'évolution. Il dispose d'un puissant radar à balayage électronique à l'avant, l'Irbis-E, capable de détecter et de traquer 30 cibles jusqu'à 400 km de distance. Il possède également un radar de queue moins puissant. Il possède aussi un système de recherche passif, sous la forme d'un capteur optronique (OLS-35) située sur le nez de l'appareil, en forme de boule, qui permet également de repérer des cibles difficilement détectables aux radars.
Les capacités offensives du Su-35S se composent d'un canon Griazev-Chipounov de 30 mm, approvisionné de 150 coups, et de 12 points d'emport permettant un large éventail de munitions : missiles air-air R-27, RVV-AE, R73 mais aussi bombes lisses et guidées, roquettes, pods de guerre électronique, réservoirs supplémentaires, missiles de croisière.

Le Su-35 a fait ses preuves en Syrie où il a mené des missions de combat contre Daesh et les rebelles anti-gouvernementaux. La Chine a été le premier client étranger en novembre 2015 avec une commande de 24 appareils pour un montant de 2,5 milliards de dollars.  L’Indonésie a été le deuxième pays à signer un contrat portant sur 11 appareils avec livraison dès 2019.  
Les relations entre le Caire et Washington se sont détériorées après le renversement par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013. Les États-Unis avaient alors décidé de bloquer leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars. Comme pour le cas de la France qui avait imposé un embargo des livraisons d’armes à Israël en pleine guerre de 1967, l’Égypte a compris qu’il lui fallait réduire sa dépendance vis-à-vis du seul fournisseur américain. Al-Sissi a donc exigé de son armée une diversification de ses sources d’approvisionnements en armement.

Il est quand même étonnant que les marchands d’armes faites pour tuer, les marchands de mort, veuillent se donner bonne conscience en imposant une bonne conduite et une certaine morale à leurs clients. Ils veulent contrôler l'usage qu'ils font de leur armement. La Russie, qui ne s’embarrasse de telles circonvolutions, a donc remplacé les Américains au pied lever. Dès 2015, les Égyptiens ont acheté pour 3,5 milliards de dollars des missiles anti-aériens S-300VM4, 46 chasseurs Mig-29M d’une valeur de 2 milliards de dollars, et des hélicoptères Kamov Ka-52 pour un milliard de dollars. L’Égypte est un client perdu pour les États-Unis avec toutes les conséquences politiques que cela entraîne. Mais si l’achat des SU-35 est confirmé officiellement, l’Égypte pourrait être sanctionnée pour avoir commercé avec les militaires russes.  

Armée égyptienne

Avec ces derniers achats, l’Égypte sera à la tête de l’une des plus grandes forces armées du Moyen-Orient avec une grande diversification qui la rend indépendante. Entre 1982 et 2013, l'armée de l'air a reçu 240 F-16 américains, en 2015-2017 24 chasseurs français Rafale et à présent des MiG-29M et des SU-35 russes. L’Égypte aura ainsi fini de moderniser son armée de l'air qui pourra rivaliser avec toutes celles du Moyen-Orient.


3 commentaires:

denis sabrié a dit…

Chalom...,

Comment fait l'Egypte pour acheter à coup de milliards un tel armement..?
Ont ils du pétrole..?, à ma connaissance non
Le tourisme..(en chute libre depuis les derniers attentats..)
Les américains les subventionnent..pas pour acheter Russe ou français..!
Alors ou est le miracle..?

Unknown a dit…

Facile. Suffit de rien investir ds la sante, l'education , les transports etc..
L'armee en Egypte a tjrs ete le pilier du regime , tant qu'on la chouchoutait.

Serge Israël FRATI a dit…

Il ne faut pas prendre à la légère l’armee égyptienne, déjà en 1973 lors de la guerre de Kippour elle avait infligé des pertes énormes à Tsahal, il faut imaginer les progrès qu’ils ont dû accomplir en 48 ans, heureusement qu’ils sont alliés à Israël aujourd’hui, Obama fut une catastrophe pour Israël et tous ses amis dans la région, certes les USA avaient continué à fournir une aide annuelle à Israël de 3,5 Milliards de dollars, mais celle ci était conditionnée, Israël devait l’utiliser à des achats d’armements américains, je précise cela pour faire savoir à ceux qui prétendent qu’Obama à beaucoup aidé Israël, il n’a rien fait de plus mais il en a fait surtout moins et ce, jusqu’après la défaite des démocrates avec Hillary contre Trump, il n’avait pas hésité à ne pas mettre son veto sur une condamnation des implantations juives en Judée-Samarie au Conseil de Sécurité, cela restera à jamais un acte on ne peut plus, anti-israélien, il faut dire qu’il ne risquait plus rien et n’avait plus besoin de l’appui que lui avaient donné ces juifs américains démocrates du genre Bernie Sanders et autres, des naïfs et des incompétents !