Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

LE BEST-OF DES ARTICLES LES PLUS LUS DU SITE

 

samedi 2 mars 2019

Un président irakien à Paris par Jean CORCOS



UN PRÉSIDENT IRAKIEN À PARIS

Par Jean CORCOS



Une conférence de presse du nouveau président de la République d’Irak, s’est tenue le 25 février dans la salle de conférence de l’IFRI (Institut Français des Relations Internationales). Élu en septembre 2018, Barham Saleh avait déjà fait une tournée dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Mais sa visite à Paris, où il a naturellement eu un entretien avec Emmanuel Macron, était importante comme il devait nous le dire, vu le soutien militaire de la France à la lutte contre Daesh.



Justement, son exposé portait sur : «Le nouvel Irak après Daesh». Peut-on parler d’une victoire définitive ? Pour rappel, l’État islamique ou Daesh, fondé en 2014, avait très vite contrôlé de vastes zones à cheval entre la Syrie et l’Irak, où il avait même conquis la ville de Mossoul – capitale régionale de deux millions d’habitants -, mais aussi la province de Kirkouk dans le Kurdistan irakien. La reconquête s’est faite difficilement à partir de l’année suivante jusqu’à fin 2017. Mais cependant, l’État islamique conserve encore le contrôle de très petites zones désertiques. Barham Saleh a confirmé la victoire contre Daesh, tout en se montrant prudent : le terrorisme a-t-il dit, n’est jamais vaincu à 100%, par ailleurs l’écrasement en Syrie n’est pas encore total.
Qui faut-il remercier pour cette victoire ? Le président irakien, bien que lui-même kurde, estime que cela résultait de l’effort conjoint de l’armée nationale, des milices associées et aussi des forces du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK) autonome. C’est un tout autre discours que les auditeurs de Judaïques FM avaient pu entendre en juin dernier, de la part du représentant à Paris du GRK, Ali Dolamari [1]. A l’entendre donc ce sont les peshmergas kurdes qui ont supporté le plus gros de la bataille contre le Daesh, d’abord en tenant le choc, puis dans la reconquête, très coûteuse en vies humaines et en destructions, de la ville de Mossoul.


Barham Saleh a précisé que les relations entre Bagdad et Erbil s’étaient améliorées : pour rappel, suite au referendum d’indépendance mené au Kurdistan irakien en septembre 2017, le gouvernement central de l’Irak – qui est un État fédéral – allait en représailles établir un blocus du GRK, qui dura quelques mois, et surtout envoyer l’armée (en fait essentiellement des milices chiites) reconquérir la ville de Kirkouk, et la moitié du territoire de la zone autonome. Le président irakien n’est donc pas entré dans les détails, mais son élection a été présentée comme le moyen de renouer les fils du dialogue entre la zone autonome et le pouvoir central [2]
Mais revenons à l’origine kurde du président. Il est né en 1960 à Souleymaniye, dans la zone dominée par l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), le parti concurrent de celui au pouvoir à Erbil, le Parti Démocratique du Kurdistan (PDK), celui dirigé par la famille Barzani et qui depuis des décennies a plutôt rêvé d’une indépendance totale. L’UPK, parti auquel a adhéré très jeune Barham Saleh, a toujours eu des positions à la fois plus proches de l’Iran – les Occidentaux ont joué la carte du PDK – et surtout en faveur d’un État fédéral : le premier président de la République irakienne était le leader de l’UPK, Jalal Talabani, puis le second un autre kurde du même parti, Fouad Massoum. 
Le nouveau président de la République a lui-même, si on consulte sa biographie [2], navigué entre des postes de gouvernement à Erbil – où il fut premier ministre pendant deux ans – et à Bagdad, où il occupa divers postes. Notons aussi le jeu d’équilibre communautaire défini tacitement dans l’Irak fédéral, les deux communautés les plus nombreuses – arabes chiites et sunnites – laissant le poste plutôt honorifique de président de la République à la communauté kurde.

Adil Abdul-Mahdi à gauche

Barham Saleh a beaucoup évoqué l’économie. L’Irak voit sa population augmenter d’un million d’âmes par an, 70% ont moins de 30 ans. Il faut reconstruire un pays qui a été ravagé par divers conflits, créer des emplois, et ce n’est pas un hasard si le premier ministre actuel, Adil Abdul-Mahdi, est un économiste d’ailleurs formé en France. Pour lui aussi, la population est épuisée par 40 ans de conflits : guerres imposées par Saddam Hussein qui a envahi les pays voisins, guerres menées par les coalitions contre lui, guerre intérieure entre Kurdes et Arabes, années de terrorisme après l’invasion américaine de 2003, et enfin guerre contre le Daesh. D’après lui aussi, ces guerres ont isolé le pays qui aspire maintenant à avoir des relations apaisées avec tous ses voisins : «Nous ne voulons pas être mêlés à d’autres conflits» a-t-il dit, dans une allusion transparente au bras de fer entre l’Iran et les Monarchies du Golfe. Par contraste, il a évoqué le très grand succès de la dernière foire de Bagdad, qui a reçu deux millions de visiteurs, ainsi que les nombreux projets d’infrastructures – oléoducs, autoroutes, aéroports – devant relier l’Irak à ses voisins. Pour lui aussi, quand on voit comment l’Europe a su se relever des ruines de la Seconde Guerre Mondiale, il n’y a aucune raison pour que les Irakiens n’y parviennent pas.
Bien entendu, le sujet des relations avec l’Arabie et l’Iran devait être central dans les questions qui ont suivi. «Comment établissez-vous la balance entre les deux ?» devait demander en premier Thierry de Montbrial, président de l’IFRI. La réponse fut sans surprise : «nous avons besoin de bonnes relations avec tous nos voisins pour reconstruire le pays». Curieusement, c’est à peu près le même discours qu’avait tenu le représentant du Kurdistan à Paris [1], évoquant même le rôle positif de la Turquie au moment du blocus imposé par Bagdad, ce qui avait évité l’asphyxie de la région. «Nous ne pouvons pas négliger l’Iran, avec qui nous partageons une longue frontière commune» devait simplement répondre Barham Saleh au journaliste Georges Malbruno, qui souhaitait des précisions. Il ne répondit pas, non plus, à une question dans l’auditoire à propos des milices chiites armées par Téhéran. Pour l’Irak officiel, donc, l’alignement sur «l’axe Iran-Syrie-Liban», souvent évoqué dans les médias internationaux, n’est pas une réalité : l’avenir nous dira donc si cela se confirme, mais on a vu aussi des pays voisins d’Israël – Égypte, Jordanie – eux aussi se fatiguer des conflits. On est donc en droit d’espérer que les Irakiens ne se laisseront pas entraîner dans un conflit téléguidé par Téhéran.
Le président irakien devait aussi, dans un autre échange, donner une vue assez originale sur le fameux conflit sunnites-chiites : pour lui, ce n’est pas le clivage essentiel au Moyen-Orient ; pour lui, il y a toujours eu dans le voisinage trois grands centres de pouvoir, l’Arabie autour des Lieux saints de l’islam, l’Anatolie devenue la République Turque, et la Perse qui a toujours été là : l’Irak est entre les trois, État tampon par la géographie et qui doit rester neutre. Il a ainsi évoqué la folie de Saddam Hussein, qui se présentait comme le rempart «arabe» contre l’ennemi oriental.
D’Israël, bien sûr, il ne fut pas question du tout ; Bagdad refusant toute normalisation alors que des relations informelles existent avec Erbil. Note d’espoir, pourtant, lorsque Barham Saleh évoqua Ur, berceau d’Abraham – et donc, a-t-il dit, de toutes les fois monothéistes -, et qui pourrait voir une rencontre au sommet des représentants de toutes les religions.

[1]  https://www.youtube.com/watch?v=jcqQ37Ty2MY

[2] https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/barham-saleh-un-president-pour-recoller-les-morceaux-entre-bagdad-et-les-kurdes_2037989.html

Aucun commentaire: