ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 26 février 2015

LE DÎNER DU CRIF Par André NAHUM



LE DÎNER DU CRIF

La chronique de André NAHUM



Les deux faits saillants du dîner annuel du CRIF qui s’est tenu lundi dernier à Paris sont d’une part, le très important discours du président de la république et d’autre part la brouille entre le CFCM et le CRIF. Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur, a fait savoir en effet, en milieu d’après-midi, qu’il ne viendrait pas. Tout comme Mohammed Moussaoui, le responsable de l’Union des mosquées de France (UMF).




Le discours de François Hollande était clair, net, précis. Il s’engage en substance à lutter contre l’antisémitisme, demande aux Juifs de ne pas être tentés par l’exil et affirme que les antisémites n’ont pas leur place dans notre pays. On ne peut rien dire de plus ni de mieux, mais maintenant les actes doivent suivre les mots. Il ne s’agit pas seulement de nous protéger, de mettre des policiers ou des soldats devant les synagogues ou les écoles juives, de punir sévèrement les coupables de violences et leurs complices ; il faut agir en amont, par l’éducation, par la fermeture des lieux de cultes qui diffusent la haine des Juifs, par des  mesures énergiques pour mettre un terme aux radicalisations dans les prisons, par la reprise en mains des quartiers qui se mettent hors les lois. C’est un travail long et difficile, mais il est indispensable, sinon, c’est paroles, paroles, paroles.

Concernant le, boycott de ce dîner par des dignitaires musulmans, il était motivé par les propos tenus le matin-même sur Europe1 par  Roger Cukierman, président du CRIF, disant que les auteurs des violences anti-juives étaient des jeunes Musulmans. Certes, le jour et le lieu étaient peut-être mal choisis, mais, s’il y a eu maladresse, que je déplore, il n’en demeure pas moins que, comme dit le proverbe arabe, on ne peut pas cacher le soleil avec un tamis. Les faits sont les faits. Ceux qui ont massacré des journalistes, des policiers et des Juifs, l’ont fait au nom d’Allah, au nom du Coran, tel qu’ils l’interprètent en tous cas.
Le fait qu’une petite minorité de jeunes soient antisémites et se livrent à des actes condamnables ne nous empêche pas d’avoir le plus grand respect et les relations les plus cordiales avec nos concitoyens musulmans qui, comme nous, ne cherchent qu’à vivre en paix.

       L’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, qui n’a pas décliné l’invitation du CRIF et a assisté à ce repas  le sait bien quand il déclare : «Ce n’est pas le moment de polémiquer dans ces moments que la France traverse. Il faut renforcer au contraire le vivre ensemble».
On ne peut nier qu’un grave mouvement djihadiste, terroriste et farouchement antisémite  traverse le monde musulman et qu’il a aussi des adeptes dans notre pays. Le président de l’Égypte, le maréchal Al Sissi, musulman de stricte observance, en est parfaitement conscient, le combat de toutes ses forces et va encore plus loin. Il y a quelques semaines,  à l'Université Al-Azhar, il a mis l’accent sur les maux de l'islam en général, sans parler uniquement du seul islam radical, appelant tous les musulmans à une révolution religieuse afin de renouveler leur foi. Il a exhorté les Musulmans  à ne pas se comporter selon «les interprétations destructrices du Coran et de l'islam détestées par le reste du monde».
À sa suite, le Cheikh Dr. Ahmed al-Tayyeb, le grand imam de cette Université du Caire, s’est livré hier à un discours historique à La Mecque, en Arabie saoudite, exhortant ses coreligionnaires à réformer l'enseignement religieux et à freiner l'extrémisme. Ces éminentes personnalités peuvent-elles être taxées d’islamophobie ?

Hier, sur le perron de l’Élysée, Dalil Boubaker et Henri Cukierman se sont serré la main. Ils savent que dans la difficile période que nous traversons, nous sommes dans le même bateau et que Musulmans, Chrétiens et Juifs, nous menons le même combat pour sauver nos libertés et notre civilisation.


1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Cette crise de nerfs judéo-musulmane a certainement laissé pantois plus d'un Français de souche (oh pardon !)
Heureusement - et tout est bien qui finit bien - notre Président dans sa grande magnanimité, héritée tout droit des manifestations si bien organisées du 11 janvier, a su trouver les mots pour réconcilier le Juif et le Musulman sur le dos du "Français de souche".