ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 27 février 2015

CRIF- CFCM : MÊME COMBAT ? Par Gérard AKOUN



CRIF- CFCM : MÊME COMBAT ?

Par Gérard AKOUN



Les propos tenus par Roger Cukierman sur Europe-1 lundi matin, alors que dans la soirée devait se dérouler le dîner annuel du CRIF auquel participait le président de la république, étaient choquants, malvenus et pour le moins maladroits dans la période difficile que, Français de toute obédience, nous traversons. Les représentants du CFCM, le conseil français du culte musulman, se sont sentis insultés et ont refusé d’assister, comme ils le faisaient chaque année, à ce dîner. Roger Cukierman a d’ailleurs été obligé, en préambule à un discours déjà rédigé, de faire une déclaration dans laquelle il corrigeait ou atténuait ce qu’il avait déclaré au cours de son interview.



Irréprochabilité


Le président du CRIF avait fait  une distinction étonnante en matière d’antisémitisme, au sein du Front National, entre Marine Le Pen à laquelle il décernait un brevet d’irréprochabilité, et son parti dans lequel se trouvaient «tous les négationnistes, les vichystes, les pétainistes, un parti qu’il jugeait infréquentable» Il en oubliait le père, le président d’honneur du Front National dont les saillies scandaleuses n’ont jamais été condamnées par la fille.
Le soir, Roger Cukierman faisait amende honorable en ajoutant qu’il ne fallait pas voter pour le Front National. Mais ce qui avait le plus choqué les Musulmans dans son interview était d’avoir mis sur le même plan le Front National et les Musulmans en déclarant que «le Front National est un parti qui, aujourd’hui ne commet pas de violences. Toutes les violences, aujourd’hui, il faut dire les choses, sont commises par de jeunes musulmans. Et bien sûr c’est une toute petite minorité de la communauté musulmane mais ils font un mal considérable et il faut que les musulmans eux-mêmes se mobilisent pour contrer cette toute petite minorité». 

Le président du CRIF a de nouveau été obligé de se corriger, de préciser qu’il n’avait voulu ni  «amalgamer ni  stigmatiser» mais «mettre l’éclairage sur le fait que tous les terroristes qui ont commis des meurtres dans la période récente se réclamaient de l’islam». Ce qui est incontestable et les Musulmans dans leur très grande majorité les condamnent.

Violence

Il faut nommer les choses, c’est évident mais il faut aussi trouver le mot juste et «violence»  était un mot  trop faible pour qualifier les actes des djihadistes, assassins de Juifs en France et en Europe qui se réclament de l’islam pour commettre leurs crimes. Par contre, il correspond parfaitement à ces actes délictueux, de plus ou moins grande intensité, qui vont  de l’insulte aux coups, que commettent des jeunes d’origine musulmane ou arabe à l’encontre de membres de la communauté juive, sans qu’ils soient désavoués ou condamnés au sein de leur communauté. C’est le fait, bien entendu, d’une petite minorité, mais elle a réussi  à rendre la vie impossible aux jeunes Juifs dans les écoles, dans les rues de certaines banlieues, mais aussi à Paris, au point d’obliger les parents à déménager ou du moins à retirer leurs enfants de l’école publique pour les mettre dans des écoles privées, juives de préférence.
Heurts à Sarcelles le 20 juillet 2014, au cours desquels une synagogue et une épicerie casher ont été attaquées

Les violences antisémites, ces violences au quotidien,  ont augmenté de plus de 100 %  entre 2013 et 2014. Plus de la moitié des actes racistes en France sont des actes antisémites alors que la population juive est évaluée à un pour cent. En lisant ces chiffres, on peut comprendre que certains envisagent de s’exiler le plus souvent à leurs corps défendant.
Les Français musulmans sont aussi victimes du racisme, non plus seulement d’un racisme rampant qui s’exerce, entre autres, au niveau de l’emploi ou du logement, mais de violences dont le nombre, pour le seul mois de janvier est égal à celui de 2014. Malheureusement, forts d’expérience en la matière, nous savons que la parole antisémite est toujours suivie de la parole raciste, que s’attaquer aux Juifs, d’où que vienne l’attaque, c’est ouvrir une brèche dans les fondements de la République.

En  recevant hier à l’Elysée Dalil Boubakeur, le président du CFCM et Roger Cukierman le président du CRIF, François Hollande a voulu hâter leur réconciliation car  il ne fallait pas laisser, le fossé s’élargir entre eux. Dalil Boubakeur a déclaré en sortant de l’entrevue : «Nous avons tenu à apporter un apaisement, plus que nécessaire aux fidèles de nos deux communautés, pour qu’ils puissent partager le vivre ensemble, dans l’égalité, dans le respect et dans la même vision de la Nation», et Roger Cukierman d’ajouter: «Nous sommes dans le même bateau, nous menons ensemble le même combat. Nous combattons ensemble les mêmes maux que sont le racisme et l’antisémitisme et nous continuerons à le faire, ensemble».


2 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Et pas un mot pour combattre les antifas d'extrême gauche, dont il est avéré qu'au moins le meneur des antisémites profanateurs du cimetière de Sarre-Union fait partie.

Avraham NATAF a dit…

Qui pourrait croire que Mr Cukierman s'en prenait au Musulmans modérés du CFCM, son vocabulaire visait les assassins du Djihad, ceux qui les suivent et pour qui il n'y a pas de vocabulaire recherché. les Musulmans sont aussi parmi les premières victimes de tous les excès du djihad qui kidnappe des chrétiens syriens et pourquoi?