Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 24 juillet 2018

Les Mousquetaires du roi et la démocratie par Jean SMIA



LES MOUSQUETAIRES DU ROI ET LA DÉMOCRATIE

Le billet d'humeur de Jean SMIA


Ainsi, bien que des heures d’antenne aient été meublées par les différents «spécialistes de service» appelés en renfort par le «bureau de com» de l’Élysée, il apparaît que la déférente soumission des médias interdit de poser certaines questions, bien que nous ne soyons pas (pas encore) sous le régime d’Erdogan.
Ces questions sont pourtant simples et logiques :







- Concernant ce qu’il s’est passé à la Contrescarpe :
            1/ Qui décide de la nature de la mission à exécuter par les chargés de mission ?
            2/ Quel était l’objet de l’ordre de mission qui était exécuté à la Contrescarpe ?
            3/ Pour cette mission à la Contrescarpe, combien de chargés de mission et leurs noms ?

- Concernant l’appartement de fonction :
            1/ Qui attribue les logements de fonction et en regard de quels critères ?
            2/ Qui a fait en sorte qu’une demande soit prioritaire sur d’autres candidatures antérieures ?
            3/ Mêmes questions sur les voitures de fonction avec chauffeur : qui les attribue et selon quels critères ?

Passe au second plan le fait qu’ «on» nous prenne pour des c… lorsqu’ «on» nous affirme que la sanction la plus grave jamais prononcée à l’encontre d’un chargé de mission est une mise à pied de 15 jours sans salaire, en nous taisant que cette sanction sera applicable entre l’an 2040 et 2090.
Bien évidement, tous les rapaces de la récupération politique trouvent là une aubaine pour se mettre sur le devant de la photo, alors que plus personne n’accorde le moindre crédit à leurs bavardages. Mais si on leur accorde de l’antenne, c’est uniquement pour souligner qu’il y a pire que ce qu’on a.
 Cependant cette affaire reste symptomatique de deux choses très graves:
- d’une part la dérive populiste et antidémocratique de beaucoup de gouvernements, dont le nôtre.
- d’autre part elle confirme l’existence de cette espèce de relation incestueuse entre exécutif et médias : l’un dictant à l’autre ce qu’il faut dire ou taire afin de moduler l’opinion.
Ces techniques de modulation de l’opinion, ce n’est pas un fantasme de paranoïaque, on a vu qu’elles existent à propos des élections américaines, à propos du Brexit, elles sont, aujourd’hui, le plus grave péril que les démocraties n’ont jamais eu à surmonter.
En effet, qu'il s'agisse de radicalisation ou d'élections, les techniques de désinformation restent les mêmes: seul l'objectif diffère. Sans disposer d’informations conformes à la réalité : plus personne ne pourra jamais se forger un avis.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Les Mousquetaires du Roy nous mettent d'emblée sur la piste de cet autre favori, Concino Concini - fait Maréchal d'Ancre par la Reine-Mère, Marie de Médicis - dont le jeune Roi Louis XIII, 16 ans, réussira à débarrasser la France. Cette success-story et sa fin tragique, nous a été contée cette semaine par Stéphane Bern, à la télévision.

Mais que Benalla se rassure, il ne devrait pas, en principe, subir le même sort que son illustre prédécesseur.

http://www.historia.fr/carte-blanche-à-franck-ferrand/lassassinat-de-concini