ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 14 avril 2015

ARABES ET ORTHODOXES : CITOYENNETÉ ET LOYAUTÉ



ARABES ET ORTHODOXES : CITOYENNETÉ ET LOYAUTÉ
Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps



La citoyenneté des députés ne se traduit pas uniquement par la détention d’une carte d’identité nationale mais par des actes symboliques qui manifestent leur loyauté vis-à-vis de l’État d’Israël. Les députés à la Knesset ne peuvent pas se considérer comme des citoyens lambda, libres d’agir selon leurs convictions. Ils représentent un État qui attend d’eux, certes de voter et de respecter la loi, mais aussi de se conformer avec loyauté vis-à-vis de lui. Ils ne peuvent pas profiter de la générosité de la Knesset qui leur attribue rémunérations, indemnités, et avantages matériels sans contrepartie morale et les devoirs qui s’y rattachent. Les députés israéliens sont parmi les mieux payés du monde occidental.




C’est pourquoi une réelle clarification est nécessaire pour encadrer le comportement des élus. Le règlement intérieur doit être modifié pour sanctionner les dérives contre un État généreux, pouvant aller jusqu’à l’exclusion définitive et la perte des droits civiques. On a le droit de critiquer un gouvernement mais on ne peut se permettre de contester l'existence d'un pays où l'on vit. 


          Des lacunes existent dans l’encadrement et le comportement des députés. Des textes manquent qui permettent ensuite à la Cour suprême, toujours décriée parce qu’elle est garante du respect des lois votées par la Knesset, de fonder certaines décisions. Sont visés en l’espèce les députés arabes et les députés juifs orthodoxes qui paradoxalement se rejoignent dans la négation de l’État d’Israël. 



          Cela a commencé le jour de la réception organisée par le président de l’État, Réouven Rivlin, en l’honneur des chefs des partis représentés à la Knesset. Dans la photo officielle, trois responsables ont ostensiblement refusé d’arborer à leur boutonnière l’œillet traditionnel terminé par un ruban représentant le drapeau d’Israël. Les responsables des partis juifs orthodoxes et le leader des partis arabes se sont trouvés unis, une fois n’est pas coutume, dans le déni d’existence de l’État juif. Les uns parce qu’ils estiment que seul le Messie est qualifié pour créer une entité étatique juive et les autres parce qu’ils condamnent l’existence même d’une «entité sioniste». Le grand rabbin Shalom Cohen du parti Shass a été jusqu'à qualifier l'Hatikva d'hymne «idiot».

Rabbin Cohen

Aujourd’hui le judaïsme orthodoxe est en train de virer vers un antisionisme inquiétant confirmé par des faits irréfutables. «Lorsque l’État d’Israël reviendra à la Torah, nous célébrerons Yom Haatsmaout» se défendent ces adeptes rigoureux du Livre Saint. Les rabbins orthodoxes ont supprimé de la liturgie les prières, le Hallel, qui étaient habituellement récitées le jour de l’Indépendance parce qu’ils refusent de considérer ce jour comme exceptionnel pour une fête qui n’a pas lieu d’être à leurs yeux. Les livres de prières ont été calés pour soustraire aux fidèles le symbole même de l’État d’Israël. 

Ainsi la bénédiction faite à l’État au moment de l’ouverture du tabernacle a été purement et simplement supprimée de la liturgie. Celle relative à Tsahal a été modifiée insidieusement pour supprimer toute référence au symbole étatique de l’armée. Dieu ne bénit plus «les soldats de l’armée de défense d’Israël» mais «il bénit les soldats d’Israël», formule vague qui supprime toute référence à l’existence d’un État. Alors que dans le monde, et en France en particulier, une prière spéciale est dite dans toutes les synagogues pour bénir les autorités politiques du pays, elle ne s’applique pas dans les synagogues orthodoxes. Et pourtant le comble veut que certains de ces orthodoxes soient nommés à des postes ministériels pour légiférer.
Prière juive pour la République française

Les Arabes sont dans le même déni de l’État qui les accueille. Il est vrai que, par maladresse, juste avant la fermeture des bureaux de vote, Benjamin Netanyahou avait lancé un appel pour inciter les partisans du Likoud, son parti, à aller voter car «le pouvoir de la droite est en danger. Les électeurs arabes arrivent en masse aux urnes». Il s’en était d’ailleurs excusé : «Je sais que mes déclarations ont offensé certains citoyens israéliens et des membres de la communauté des Arabes israéliens. Cela n'a jamais été mon intention. Je présente mes excuses pour cela».
Deri serre la main du chef de la liste arabe mais ne porte pas l'oeillet comme son voisin Yoav Galant

Les citoyens israéliens ont le droit d'exprimer leurs convictions car c'est le principe même de la démocratie mais le comportement des députés arabes doit être digne pour ne pas se distinguer de leurs collègues juifs. Il est inadmissible qu’à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session de la Knesset, les députés arabes quittent ostensiblement la salle au moment où l’hymne national israélien est chanté. Ils justifient leur attitude par le fait que l’Hatikva est un «symbole sioniste» qui ne concerne pas le public arabe. Juridiquement ils ont raison car aucune loi ne leur impose de respecter l’hymne national et dans ce sens, c’est une lacune à combler par le législateur. 
Azmi Bichara

D’autre part certains députés, hier Azmi Bichara et aujourd’hui Haneen Zoabi agissent contre les fondements de l’État d’Israël en insultant ses dirigeants. Aucune loi d’exception ne peut être soulevée tandis que la Cour suprême reste désarmée parce qu’elle n’est pas responsable du vote des lois mais de leur respect à la lettre. Le député Azmi Bichara voyageait dans tous les pays arabes ennemis d’Israël avec la faculté de transmettre des informations sécuritaires fondamentales. Il a gardé son poste de député durant longtemps jusqu’à choisir ensuite l’exil. Il revendiquait à haute voix son droit de représenter un pays «qui n'a pas été créé pour lui». Militant des jeunesses communistes, il participait à la parade commémorant l'indépendance d'Israël en refusant de porter le drapeau hébreu mais en arborant le drapeau rouge. L’Université hébraïque de Jérusalem l’avait admis alors qu’il contestait ouvertement l’État qui la finançait. Il se déclarait ouvertement l'héritier de l'égyptien Gamal Abdel Nasser, l'ennemi le plus acharné d'Israël. En tant que député il n’a jamais affiché dans son bureau la photo officielle du président de l’État mais celle du raïs. Il se justifiait en affirmant : «Nous n'avons pas choisi d'être citoyens israéliens, mais menons une vie israélienne et non palestinienne. Cet État n’est pas le mien». Oui, mais il émargeait à son budget.
Haneen Zoabi

Plus proche de nous, aujourd’hui, les actions de Haneen Zoabi ont été jugées conformes à la loi par la Cour suprême qui n’avait pas de textes à opposer à ses actes controversées alors qu’elle était membre de la Knesset. Elle a participé en 2010 à la flottille pour le Hamas en toute impunité parce qu’aucune loi ne lui interdisait de se trouver sur un bateau qui cherchait à briser le blocus de Gaza. En 2014,  durant l'opération Bordure protectrice, elle avait justifié le recours au kidnapping par des Arabes qui ne «sont pas des terroristes. Même si je ne suis pas d'accord avec eux, le fait est que ce sont des gens qui ne voient pas d'autre moyen de changer leur réalité et qui se sentent contraints à de tels expédients». Cette déclaration eut lieu cinq jours après l'enlèvement de trois jeunes Israéliens par des Palestiniens. Elle fût alors exclue pour six mois de la Knesset pour incitation à la violence mais cela ne l’a pas empêchée d’y revenir et d’y d’être réélue le 17 mars 2015.
Le député Jabareen et sa femme à la Knesset

Ces députés contestataires servent d’exemples douteux aux nouveaux députés arabes qui se sentent obligés de suivre leur chemin politique. Il en est ainsi de Yousef Jabareen qui a quitté la salle plénière au moment de l’hymne national. Et pourtant il est redevable à cet État qui l’a mené au poste de député. Il lui a offert des cours à l’université de Haïfa jusqu’à l’obtention d’un doctorat en droit et lui a ouvert les portes à un poste de Maître de conférence. Il touche à présent un salaire de député de l’État, après avoir reçu des émoluments d’enseignant mais il persiste à refuser de reconnaître cet État qui l’a financé et le finance. Il se permet d’affirmer avec culot que «l'État d'Israël est discriminatoire envers ses citoyens arabes en ce qui concerne les services religieux et éducatifs, l'allocation des terres et les budgets de développement». Et pourtant il est censé ne pas ignorer que la langue arabe est une des langues officielles du pays.
Il veut bien être député à la Knesset mais : «Comme l'hymne national, je refuse tous les rituels sionistes. Ce que les Juifs considèrent comme l'indépendance, les Arabes palestiniens considèrent comme la Nakba, leur catastrophe nationale. Je considère la participation d'un Arabe dans les cérémonies sionistes comme très problématique». Mais il lui suffisait de ne pas se faire élire.

Alors il est difficile de comprendre le paradoxe de ceux qui ont pu faire librement des études en Israël, qui y travaillent et qui, une fois député, crachent dans la soupe en estimant devoir s’opposer fermement aux fondements de l’État où ils vivent. Avigdor Lieberman n’avait peut-être pas tort pas tort lorsqu’il voulait exiger le vote d’une loi instituant qu’il «n'y a pas de citoyenneté sans loyauté». Cette loi devrait au moins s’appliquer en priorité aux députés de la nation.

4 commentaires:

Vince a dit…

Est-ce confirmé qu'Aryeh Deri n'avait pas mis sa boutonnière ?

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Vince

J'ai rajouté une photo d'Arie Déri qui serre la main du chef de la liste arabe alors qu'il est assis à côté du député de Kulanu, Yoav Galant, qui arbore l'oeillet bleu et blanc

Benjamin a dit…

je partage votre citation, celle de monsieur Lieberman: "exiger le vote d’une loi instituant qu’il «n'y a pas de citoyenneté sans loyauté»."

je partage votre pensée, monsieur Benillouche, cracher dans sa soupe et la manger ensuite, ne fait pas preuve de droiture de pensée. dans les entreprises, on trouve aussi des personnes qui appliquent cette règle.
cela fait des êtres aigris, dans la critique permanente, peu constructif, voire destructeurs.
des êtres sans morale, sans conviction, sans honneur, dans la paresse intellectuelle, des frustrés qui n'ont pas ni courage, ni sens du collectif. quand vous les fréquentez sur un certain temps, ils vont donnent rapidement le "bourdon", et vous commencez à les méprisez.
Israël doit gérer ce problème assez classique, et gérer ces personnes à la cupidité sans convictions, l'Etat juif et démocratique trouvera des solutions...

Bernard ALLOUCHE a dit…

Très bonne vue d'ensemble d'une situation lamentable qui est la faiblesse de toutes les démocraties. Comment combattre ces détracteurs ces contestataires profitant pleinement du régime qu'ils rejettent.
La démocratie à ses travers mais pour autant doit on s'en détacher. Plus elle sera forte mieux elle combattra ses sangsues.
Bernard allouche