ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 22 octobre 2013

NETANYAHOU MISE SUR LA GUERRE DES CLANS EN IRAN



NETANYAHOU MISE SUR LA GUERRE DES CLANS EN IRAN

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


Israël se montre très méfiant quant aux négociations sur le nucléaire entre les États-Unis et l’Iran. Le ton conciliant de Barack Obama est à la base de l’amertume affichée par les dirigeants israéliens qui font preuve ouvertement de scepticisme sur la réalité du changement de politique envisagé par le nouveau président Hassan Rohani. 
Sylvain Shalom, ministre de l’énergie et du développement régional, constate que «dans le monde, on ne voit dans le dossier iranien qu’une question de niveau de vie, alors que pour Israël il s’agit d’une question de survie». Il ne comprend pas que les raisons économiques priment sur toutes les autres questions, même sur les questions sécuritaires. 



Optimisme non partagé


Laurent Fabius et le ministre iranien Zarif


Les Américains semblent faire preuve d’un optimisme qui n’est d’ailleurs pas partagé par le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, qui pense qu’en ce qui concerne la reprise des pourparlers à Genève les 7 et 8 novembre, «la prudence est de mise et il est trop tôt pour en tirer des conclusions».  Un proche de Benjamin Netanyahou a estimé que «les Américains sont aux anges alors que les Iraniens n’ont rien cédé». Les Israéliens sont persuadés que la volonté de changement d’Hassan Rohani sera confrontée à la réalité des faits car seul le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, détient le pouvoir sur les dossiers sensibles stratégiques de l’Iran.

Mais les Israéliens s’appuient sur les informations qui leur parviennent pour justifier  leur réticence. Le combat entre deux clans au pouvoir a atteint le paroxysme. Jusqu’alors les rivalités étaient camouflées dans le combat commun contre les sanctions internationales mais la perspective de leur levée engendre ouvertement une rupture entre les clans Khamenei et Rafsandjani. Ce dernier avait été ouvertement le parrain d’Hassan Rohani à l’élection présidentielle. 
Rafsandjani et Khamenei

Ces deux clans s’opposent sur un plan idéologique. Israël pense qu’ils finiront par créer une rupture irréversible qui compliquera la tâche de Rohani en l’obligeant à jeter du lest. Le Guide suprême a en effet peu accepté les négociations directes avec les États-Unis parce qu’elles constituent un coup de canif dans l’idéologie islamique et qu’elles l’obligent à plus de souplesse avec les Américains. Mais de nombreux membres conservateurs proches d’Ali Khamenei, et non des moindres, qui étaient fondamentalement opposés à ce dialogue, ont basculé dans le camp de Rafsandjani en créant une situation de conflit larvé.

Il en est ainsi du parlementaire conservateur Ahmad Tavakkoli, membre du Majlis, du conseiller du commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique iranienne (CGRI) et membre de Conseil du discernement Mohammad-Hossein Saffar-Harandi, et du  porte-parole du Parlement, Ali Larijani. Ils ont basculé dans l’autre camp, celui de Rafsandjani, quelques semaines après avoir manifesté des positions idéologiques fermes contre tout dialogue avec les États-Unis. Ils défendent à présent une révision de la position politique iranienne vis-à-vis des Occidentaux.
Ali Larijani

En effet Ahmad Tavakkoli  a affirmé que «Obama a capitulé devant d’Iran et a reconnu son droit nucléaire». Mohammad-Hossein Saffar-Harandi «ne nie pas le fait que nous devons dialoguer avec les États-Unis». Enfin Ali Larijani a enterré sa position initiale : «Nous pouvons entretenir des liens avec les États-Unis».

Washington s’est tourné vers Ali Larijani en nouant le dialogue via une interview avec Associated Press. Heureux d’être redevenu l’interlocuteur de Washington, il s’est distingué de Rohani en évoquant la décision du régime de rester sur la dernière offre des 5+1 et comme preuve de sa sincérité, de remettre à l’AIEA les stocks d’uranium enrichi dépassant ses besoins civils. Larijani avait contredit Rohani. Ce dernier n’a rien dit car le clergé, en mauvaise forme, était resté calme en espérant que cet apaisement plaise à Washington et entraîne un allègement des sanctions, ou du moins, entraîne la levée des dernières sanctions comme la restriction de visas.


Tiraillements internes


Les Israéliens sont convaincus que les tiraillements entre les deux clans vont encore s’amplifier.  Ils en veulent pour preuve la critique affichée du Guide suprême à l’égard de certains aspects de l'offensive diplomatique du président Hassan Rohani à l'ONU : «Une partie de ce qui s'est passé lors du voyage à New-York était déplacée, bien que nous fassions confiance à nos responsables. Nous sommes pessimistes envers les Américains, et nous ne leur faisons pas confiance. Le gouvernement américain n'est pas fiable, il est dédaigneux, irraisonnable, et ne tient pas ses promesses». 
Commandant des gardiens de la révolution

Le fait que le commandant des Gardiens de la Révolution, la force d’élite du régime et son épine dorsale, ait abondé dans le même sens donne à penser qu’il n’y a plus de consensus général.  Mais les proches de Rohani tentent de tempérer les critiques de l'ayatollah Khamenei. Selon le commentateur  Saeed Leylaz : «il ne faut pas oublier que sans sa permission l'initiative diplomatique du président Rohani n'aurait pas été possible».

Les Israéliens voient dans la charge systématique d’Ali Khamenei  contre eux et les Américains un moyen de dévoiler le vrai visage des Iraniens : «L'administration américaine est un gouvernement envahi par le réseau sioniste international, et doit s'aligner sur l'usurpateur Israël». Barack Obama de son côté a convenu que «Rohani n'était pas le seul décideur, il n'est même pas l'ultime décideur»
Ces déclarations apportent un certain optimisme  à Benjamin Netanyahou qui est certain que le président américain n’est pas en désaccord avec Israël sur le calendrier nucléaire de l’Iran. Il compte sur quelques grains de sable apportés par les partisans de Khamenei dans les rouages de la diplomatie d’Hassan Rohani pour confirmer la justesse de la position israélienne.

Aucun commentaire: