ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 3 octobre 2013

INCITATIONS À LA PROLIFÉRATION Par Jean SMIA



INCITATIONS À LA PROLIFÉRATION

Par Jean SMIA
copyright © Temps et Contretemps

Conseil de sécurité de l'ONU
    
          Puisque la Société des Nations, rebaptisée ONU, n'a pas l’intention de faire respecter ses résolutions, il ne reste plus aux pays qui se sentent menacés qu'à se procurer des armes nucléaires. Puisque maintenir son adhésion au traité de non-prolifération revient à se soumettre à celui qui décide d'en posséder pour dominer ses voisins.

Car si les longues et sempiternelles gesticulations diplomatiques laisseront tout loisir à l'Iran de terminer son programme, il n'y a aucun raison que ces pays inquiets abandonnent la défense de leurs frontières à une assemblée d'irrésolus qui donnent l'impression d’être payés au temps passé à bavarder.





Prêts à l’emploi


Je veux juste m'assurer que vous n'utilisez pas d'armes chimiques


      Or jusqu'aujourd'hui, pour posséder l'arme nucléaire, il fallait se la fabriquer soi-même. Cependant, ce n'est pas l'unique façon d'en avoir. Comme toutes les armes : il suffit pour cela qu'un pays suffisamment avancé technologiquement leur fournisse l'arme et son vecteur, prêts à l'emploi.

   C'est ainsi qu'une des réponses d’Israël à la surdité de la communauté internationale serait d'en livrer à tous les pays qui se sentent menacés par un Iran nucléaire : les pays du Golfe, l’Égypte, la Turquie, la Jordanie... Rétablir l’équilibre des forces par l'instauration d'une nouvelle terreur nucléaire sera la réponse logique à la molle passivité de cette organisation que le Général de Gaulle avait en son temps très justement qualifiée de «machin».

    Cette éventualité, qui n'est pas si utopique, devrait pouvoir remettre les dirigeants de notre planète, plus particulièrement ceux de Russie et Chine, devant l'obligation d'une réactivité autre que celle de leurs habituels petits calculs de zones d'influence, car ces armes nucléaires disséminées seront plus proches de leurs propres frontières que de celles des États-Unis ou de l'Europe.

Il est des jeux dans lesquels il ne peut y avoir que des perdants et personne n'est  volontaire pour commencer ce genre de partie.

Aucun commentaire: