ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 12 juin 2014

UNE PETITE LUMIERE DANS LA NUIT Par André NAHUM



UNE PETITE LUMIERE DANS LA NUIT

La chronique de André NAHUM




          Avant toute chose, souhaitons d’abord Mazel Tov à Reuven Rivlin, élu hier nouveau président de l’Etat d’Israël. Pour en revenir à la situation politique, Bibi Netanyahou a-t-il commis une erreur en ne reconnaissant pas le gouvernement palestinien issu de l’union de l’OLP et du Hamas ?




Isolement diplomatique



          On peut penser qu’il a eu raison d’adopter cette attitude quand on connait la nature, les objectifs affichés et la charte de ce dernier. Mais la reconnaissance quasi-mondiale de ce gouvernement, la sympathie qu’il a suscitée dans le monde occidental, même auprès des meilleurs alliés d’Israël et l’isolement diplomatique de l’État hébreu qui en résulte peuvent faire penser qu’il aurait peut-être été plus habile d’agir autrement. «Suis le menteur jusqu’à la porte de la maison» dit le proverbe. 
          Face à une société palestinienne dont le but le but suprême avoué ou non, est la disparition de l’État juif et la création d’une Palestine arabe du Jourdain à la mer, Israël avance en ordre dispersé, sans programme, donnant l’impression qu’il navigue à vue au gré des vagues, sans cap défini. Et tant qu’il n’aura pas adopté une ligne politique cohérente pour un règlement possible du conflit il continuera à pédaler dans le vide, alors que l’opinion mondiale, sous l’effet d’une active propagande palestinienne, ne tolérera pas ad vitam aeternam, le statuquo actuel.
          En pratique, deux options s’offrent à lui : Soit annexer purement et simplement les territoires, ce qui amènerait la création d’un État binational sonnant ainsi le glas du sionisme et de l’État juif. Soit faire en sorte que les deux peuples, israélien et palestinien, puissent vivre sereinement côte à côte leur identité nationale, ce qui est certainement la solution la moins mauvaise.


Donner le temps


          Netanyahou semble avoir, peut-être du bout des lèvres, opté pour cette solution, avec sans doute l’arrière-pensée que l’État palestinien qui en résulterait se fédérerait assez rapidement avec la Jordanie. Mais, une fois admis ce principe, il faut comprendre que pour Israël, dans le contexte actuel, un État palestinien de plein-exercice ne peut se faire que par étapes, le temps de se reconnaître et de s’accepter mutuellement, de multiplier les projets communs, de mettre un terme à l’éducation de la haine, de maîtriser le djihadisme et le terrorisme, de rétablir la confiance. Et l’on conçoit fort bien que ni Netanyahou ni aucun premier ministre israélien responsable ne peut donner un blanc-seing immédiat à une coalition qui inclut un Hamas qui persiste à proclamer son désir de poursuivre la lutte armée. 
          Une fois, les principes acquis, il faut savoir donner du temps au temps. Non pour utiliser ce temps à imaginer des solutions farfelues et irréalistes pour ne pas voir les choses en face, mais pour construire réellement ce futur dont on aura posé les bases. Dans le climat d’hystérie, de violences, de terrorisme dans lequel vit la région, quand on apprend que depuis hier par exemple, les terroristes d’Al-Qaida sont maîtres de la province de Mossoul en Irak, transformer les mentalités, faire rêver les gens de réconciliation, de concorde, d’amitié, de paix et de prospérité ne peut être pour l’instant qu’un vœu pieux et un rêve illusoire.


Le pape François cependant veut y croire quand il invite Chrétiens, Musulmans et Juifs à prier côte à côte pour la paix, chacun selon sa langue, chacun selon sa foi, allumant par son audacieuse initiative, une frêle lumière d’espérance dans un monde impitoyable. Comme pour lui donner raison, l’accolade cordiale, dimanche dernier dans les jardins du Vatican,  entre Shimon Peres  et Mahmoud  Abbas ne peut pas n’être que protocolaire et, l’espace d’un court  instant, les deux hommes ont certainement été sur la même longueur d’ondes, ont partagé la même émotion.


          Dieu les aurait-il entendus ? Il ne resterait plus alors qu’à convaincre les hommes.

3 commentaires:

Yéh'ezkel ben Avraham a dit…

La solution proposée a déjà été tentée avec Gaza... On voit ce qu'il en résulte et on constate que - pour les Nations - c'est toujours Israël le "coupable" même quand les terroristes envoient quasi-quotidiennement des kassams sur les populations civiles israéliennes. La seule solution serait d'annexer tous les territoires libérés (après avoir mis hors d'état de nuire TOUS les leaders arabes dits "palestiniens"... un non-peuple) et d'exiger des arabes voulant devenir Isréliens un serment de fidélité où ils reconnaîtront explicitement la souveraineté juive sur l'Etat d'Israël... ce que le Coran et les organisations terroristes leur interdisent!

Albert a dit…

c'est une toute petite lumière, peu perceptible depuis la Knesset, ni depuis Ramalah, mais le symbole est grand.

ces trois personnes, symboles des "frères" monothéistes, viennent de planter un olivier.

je lui souhaite de fortes racines et des fruits d'une grande douceur, à cet arbre symbole de la méditerranée orientale.

Herve23 a dit…

Ce qu'a organisé le pape François est plus que noble.

Mais Pérès et Abbas ne représentent pas les autorités religieuses de leurs pays respectifs.

Le pape François doit cependant persévérer à organiser (à Rome; à Médine et à Jérusalem) des rencontres, des symposiums avec ses alter-égos, Chefs Religieux juif et musulman.

Ces 3 Chefs Religieux devront –après- mener une 'croisade' contre la haine...dans leurs communautés respectives. Nous en sommes bien loin !

Nos CHEFS religieux sont trop condescendants envers les croyances des autres fois.
"Ils" préfèrent nous précipiter en divisions serrées dans des croisades éternelles et ainsi garder leur pouvoir temporel.

Chefs religieux, vous êtes irresponsables.

Merci, pape François, de cette lumière dans vos yeux et votre coeur.
Continuez et vous serez canonisé (peut-être)… de votre vivant ! (lol)