ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 11 octobre 2014

L’ATTITUDE ABERRANTE DES CHRÉTIENS DU LIBAN



L’ATTITUDE ABERRANTE DES CHRÉTIENS DU LIBAN

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

Patriarche Raï

Malgré toutes les exactions commises par les Islamistes contre les Chrétiens d’Orient, la position politique des Chrétiens libanais est sinon aberrante, au moins inexplicable. De plus en plus de voix chrétiennes, qui semblent avoir eu à choisir entre la peste et le choléra, à défaut d’adopter une attitude neutre, appuient le Hezbollah pourtant entièrement engagé militairement auprès du régime syrien. Le Patriarche Raï, dont les positions sont mitigées vis-à-vis des Israéliens, n’hésite pas louer l’efficacité des miliciens du Hezbollah.



Deux clans politiques
Alliance du 14 mars

Il existe au Liban deux clans politiques opposés. L’Alliance du 8 Mars, composée des partis chiites et des Druzes, est fidèle à son rapprochement avec les islamistes libanais. A l'opposé, la position de l’autre clan ne cesse d’étonner, celui de l’Alliance du 14-Mars, coalition politique libanaise regroupant les personnalités et mouvements politiques qui ont pris part à la Révolution du Cèdre suite à l’assassinat, le 14 février 2005, de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri. 
Ce mouvement comprend en effet la majorité des partis chrétiens, des partis sunnites, en particulier le parti sunnite de Saad Hariri, les Forces libanaises de Samir Geagea, le parti Kataëb d’Amine Gemayel, le parti libéral de Dory Chamoun, le bloc national de Carlos Eddé, la gauche démocratique de Elias Atallah. Le CPL du général chrétien Michel Aoun, passé avec armes et bagages dans le giron syrien, s’est séparé de ce rassemblement.
Armée libanaise

Certains de ces dirigeants, qui auraient dû stratégiquement et idéologiquement se rapprocher d’Israël en tant que minoritaires dans un environnement musulman, se rangent à présent aux côtés du Hezbollah sous prétexte qu’il est, selon eux, le seul à protéger le Liban contre les terroristes d’Al-Qaeda. On se demande ce que fait dans ce contexte l’armée libanaise dont c’est le rôle et la responsabilité sauf à être qualifiée d’armée d’opérette.

Une Église engagée

Raï avec les leaders chrétiens

En revanche la position de l’Église est loin d’être ambiguë. Dans une attitude paradoxale, elle soutient à fond le combat du Hezbollah chiite. Des témoins d’une réunion avec le patriarche Raï ont rapporté les termes de son intervention au siège patriarcal de Bkerké : «Si les chrétiens étaient interrogés aujourd'hui sur leur avis au sujet des développements, ils répondraient tous que sans le Hezbollah, l'État islamique serait à Jounié». C’est un bon point donné aux terroristes. Certes quelques personnalités chrétiennes n’abondent pas dans ce sens mais la majorité d’entre elles acquiescent, par lâcheté ou par opportunisme, parce qu’elles veulent oublier les exactions commises par les milices au nom d’Allah.
Le chef F.L (Forces libanaises), Samir Geagea, a estimé que «l'attaque menée par des éléments armés dans le jurd de Brital et Nabi Sbat prouve une nouvelle fois l'extrême nécessité d'une décision du gouvernement, qui obligerait le Hezbollah à se retirer de Syrie, si bien sûr le souci du gouvernement de protéger le territoire libanais est sérieux». Quelques membres du mouvement du 14 mars s’insurgent par ailleurs contre l’idée d’une protection des frontières libanaises par le Hezbollah.
Samir Geagea

Selon certaines sources la position du patriarche Raï reflète l’état d’esprit qui règne auprès des Chrétiens des villages frontaliers de la Syrie, dans la Bekaa et au Liban-Nord. Ces derniers jugent que le Hezbollah, déployé aux frontières, constitue une ligne de défense qui protège leurs villages et leur terre contre les attaques des terroristes. Même à Deir al-Ahmar, une localité maronite de la Bekaa, considérée comme un fief des F.L, les habitants ne cachent pas leur soutien aux miliciens du Hezbollah qui, selon eux, empêchent les djihadistes de déferler vers leur village, sans personne pour les arrêter.
Finul

En fait les Chrétiens réagissent ainsi par dépit parce qu’ils ne se font plus d’illusion sur une protection internationale. Ils étaient persuadés que «seule une présence internationale serait susceptible de protéger le Liban». L’illusion est due au fait qu’aucun pays au monde n’est prêt à déployer des troupes face aux terroristes de l'E.I et du Front al-Nosra. Même la «coalition internationale», dirigée par les États-Unis, a limité son action contre Daesh à une campagne aérienne, dont les effets sont sujets à caution. Les Occidentaux n’envisagent d’ailleurs pas l'élargissement du rôle de la Finul installée au Sud-Liban qui a prouvé son inefficacité  à chaque fois que des troubles étaient déclenchés entre belligérants. D’ailleurs leur statut est ambivalent puisqu’ils ne peuvent ni se défendre et ni attaquer. Les Casques bleus ne constituent pas une armée. Leur rôle consiste dans le «maintien ou le rétablissement de la paix et de la sécurité internationale» mais l’expérience a prouvé qu’ils désertaient le champ de bataille au premier coup de feu tiré.


Mais il est un fait à l'actif des Forces Libanaises car, à chaque fois que le Liban se sent en danger, seul le nationaliste Samir Geagea exprime une attitude courageuse à l’encontre de la majorité des Chrétiens satisfaits d'une inertie et d’un statu quo qui garantissent leurs privilèges, sinon leur vie. Grâce à eux le Hezbollah est promu au rang se sauveur de la nation libanaise

6 commentaires:

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

Ayant connu des chrétiens libanais exilés à Paris, à Toronto et à Lyon autre part, je ne suis jamais étonné vu que certains d'entre eux sont carrément antisémites et défaitistes. Je l'ai constaté en tant que condisciple à la fac en tant qu'étudiant, et en tant que prof à l'institut catholique, ayant des élèves prêtres dans mes classes.

Antonella Bizzari a dit…

Je sais que de nombreux Libanais sont très préoccupés par les islamistes. Les choses changent. Cela dépend de ce qu'ils croient alors quand vous voyez la réalité vous changez d'avis. Ils vivent avec les islamistes dans une entreprise commune et il est logique qu'ils soient influencés par leur pensée et opinion, il suffit de voir ce que disent leurs médias. Mais il y a une chose qu'aucun chrétien ne peut jamais être profondément enraciné dans le fil islamique.

Gérard Des BASTIDESE a dit…

Toujours pris entre le sabre et le goupillon....un vrai chemin de croix.

Nabil a dit…

Mon cher Jacques,
Cela fait des années que je suis fidèle à ton blog que j'apprécie de par sa profondeur, sa sobriété et sa pertinence.
C'est la première fois que j'interviens.
Concernant la position des chrétiens du Liban que tu juges aberrante, je m'inscris totalement en faux.
Tu es bien placé pour savoir que les "chrétiens " du Liban ne sont pas une entité homogène.
Ils sont devenus depuis bientôt 20 ans, une minorité qui a un rôle politique qui n'existe que de par la survivance d'un modèle constitutionnel devenu bien obsolète.
Au fur et à mesure que les années passeront, ils seront de plus en plus marginalisés, par quelque chose d'inéluctable qui s'appelle la démographie.
Aussi, comme tu le dit si bien, ils doivent faire des choix, non pas gagnants-gagnants, mais perdants-perdants. Il ne s'agit pas du tout d'un jeu mathématique à somme nulle. Il ne peut qu'être perdant. Comme tu le dis, entre la peste et le choléra, il ne peut y avoir de bon choix.
Alors, ils se tournent vers ce qui leur apparaît le plus pragmatique.
Nous savons tous les deux qu'Israël fait des éruptions d'urticaire quand il s'agit de Hezbollah. Et pour cause, rappelons-nous 2006 quand les dirigeants de ton cher pays ont bombardé joyeusement le mien, mais pas exactement là où il fallait, et le revers qui s'en est suivi quand il s'est agit des combats d'homme à homme, subséquents sur le terrain.
Les enquêtes et la purge qui s'en est suivie, auprès de l’état major israélien en font foi.
Alors, que doivent faire ces malheureux chrétiens "aberrants"? Se tourner vers Israël? Je le considère, avec beaucoup de charité, comme une aimable plaisanterie.
Tu sais aussi bien que moi que les racines du mal sont ailleurs.
Les États-Unis, dont le fil rouge politique est la pérennité des intérêts d'Israël dans cette région ont mené une politique qu'on aurait pu qualifier de pathétique , si elle n'avait coûté tant de vies.
Les palestiniens au Liban (en complicité avec les monarchies pétrolières) c'est eux, la guerre Iran-Irak, la déplorable invasion de l'Irak, et j'en passe.
Que doit faire ce pauvre Liban, et les citoyens libanais, chrétiens et musulmans confondus?
Pourquoi l'armée libanaise, efficace, et j'insiste, n'est elle pas équipée? Non l'armée libanaise, n'est pas une armée d'opérette, elle a un ÉQUIPEMENT d’Opérette. On me rétorquera par l'argument de la crainte que cet armement sera détourné au profit du Hezbollah.
Que sont devenus les armes d'un montant de 3 milliards de $ destinées à l'armée libanaise et qui devaient, il y quelques semaines être allouées sous l'égide franco-saoudienne?
D'ailleurs, vous me direz avec beaucoup de sérieux que le Liban n'a pas d'existence propre puisque son gouvernement est partiellement composé de membres du Hezbollah.
Et le serpent se mord la queue pour ne pas changer.
Les uns et les autres subodorons des choses. Mais de là à établir l'origine du mal, il nous faudra beaucoup d'humilité.
Alors, puisque telle était ma réaction de départ, laissons les chrétiens du Liban à leurs aberrations.
Mais prenons garde tous face à ce péril islamo-suicidaire qui est une vraie bombe atomique.
Salutations mon cher Jacques et bonne fêtes à toi et ta famille.


Jacques BENILLOUCHE a dit…

Cher ami, Cher Nabil,

Merci pour ce commentaire de qualité qui vient d’un Libanais, meurtri certainement. Il éclaire nos analyses parfois simplistes, un peu brutales et souvent loin de la réalité. Il est bon, de temps en temps, d’être remis sur le droit chemin et j’accepte ton raisonnement et ton analyse, venant évidemment de quelqu’un de concerné, avec beaucoup de déférence parce qu’ils sont sincères et non violents et qu’ils ne reflètent aucune haine.

Ce qui manque aux Libanais et au Israéliens c’est le dialogue, le dialogue direct mais malheureusement la politique politicienne vient s’interposer par des acteurs néfastes qui ne voient que leurs intérêts. Je retire avec beaucoup de sincérité ce que j’ai écrit à tort sur l’armée libanaise qui mérite certainement mieux que mon commentaire et j’espère que les Occidentaux entendront ton cri du cœur.

Beaucoup d’amitiés et à bientôt.

Avraham NATAF a dit…

Les chrétiens libanais restent divisées en groupuscules et l'individu a peu de choix entre croire que l'orage va passer, quitter le Liban ou même se convertir à l'Islam.
Pauvres libanais qui cherchent à continuer à vivre en paix au milieu des guerres civiles