ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 1 août 2014

ISRAËL-GAZA : VERS UNE LUTTE SANS MERCI



ISRAËL-GAZA :  VERS UNE LUTTE SANS MERCI 

Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps
            
       

          Pour le gouvernement israélien, la retenue ne semble plus de mise. Le nombre de soldats morts s’accroit tous les jours, 56 au 30 juillet, et conduit à l’euphorie les dirigeants du Hamas terrés dans leurs bunkers et fiers que leurs hommes fassent preuve d’audace destructrice avec des pièges explosifs installés dans les maisons de civils. Tsahal vient de s’en donner les moyens puisque, selon le porte-parole militaire, 16.000 réservistes supplémentaires ont été mobilisés portant leur nombre à 86.000 : «L'armée a émis 16.000 ordres de mobilisation supplémentaires afin de permettre aux troupes sur le terrain de se rafraîchir». Cela donne à penser que l’on s’achemine vers un conflit de très longue durée.



Nouvelle tournure


Cabinet de sécurité

            La destruction des tunnels étant une question de jours, les combats vont s’orienter vers les hommes du Hamas et leurs dirigeants. De nouvelles décisions ont été prises en ce sens par le cabinet de sécurité des huit principaux ministres. Si des centaines de combattants du Hamas ont été éliminés, leurs commandants se cachent dans leurs bunkers souterrains. Le chef israélien de la région sud, le général Sami Tordjman, d'origine de Marrakech, a annoncé que les combats allaient prendre une nouvelle tournure à présent que la majorité des tunnels ont été découverts. Mais il reste encore prudent car de nouveaux passages souterrains pourraient exister en dehors des zones de combat.
Sami Tordjman

            On pourrait se poser la question pourquoi l’armée n’a pas orienté son action sur deux objectifs : les tunnels et les postes de commandement du Hamas ? La réponse du général Tordjman a fusé : «L'armée agit selon les directives opérationnelles décidées par le niveau politique» ce qui tend à accréditer l’idée que le gouvernement temporise au risque de mettre en danger la vie de ses soldats.  Certes Israël n’est pas maître de ses décisions qui dépendent des pressions plus ou moins fortes des puissances occidentales, uniquement inquiètes du nombre de victimes civiles à Gaza. Par ailleurs, il n’est pas question de se mettre à dos un allié de marque en la personne du président égyptien Al-Sissi qui, après beaucoup d’hésitation, a accepté de jouer le rôle de bons-offices pour trouver un consensus sur un cessez-le-feu.
Mechaal- Abbas

Mais Khaled Mechaal, dans son exil doré et fort de l’appui inconditionnel du Qatar, reste intransigeant sur les conditions imposées, inacceptables par Israël. Le cabinet a été unanime : «L'armée israélienne est chargée de poursuivre son offensive puissante contre le Hamas et d'autres organisations terroristes dans la bande de Gaza et d’achever la destruction de tunnels terroristes. Cette action a un impact significatif sur le terrain et fracasse une ressource stratégique dans lequel le Hamas a investi années ». 

Mansuétude israélienne


Haniyeh, Deif et Al-Zahar

Mais la question est ouvertement posée sur la mansuétude israélienne à l’égard des dirigeants du Hamas qui pourtant ont été facilement repérés. Ismaël Haniyeh, Mohamed Deif, chef des Brigades Ezzedine al-Qassam,  et Mahmoud Al-Zahar continuent à tirer les ficelles depuis leur abri. Certes de nombreux responsables militaires de plusieurs zones ont été éliminés mais le commandement suprême du Hamas est intact. Pourtant le 14 novembre 2012, à l’occasion de sa confrontation avec Gaza, Tsahal n’avait pas pris de gants puisqu’il avait éliminé le deuxième chef militaire du Hamas Ahmed Jabari, chef des brigades Ezzedine al-Qassam. Son assassinat ciblé avait été suivi par l’élimination de plusieurs commandants supérieurs militaires et  de commandants régionaux du Hamas. Ainsi Nizar Rayan, agent de liaison entre les forces terroristes et le commandement politique, ainsi que Siad Siam, ministre de l'intérieur, ont été tués par l'armée israélienne. 

          Les chefs actuels du Hamas et du Djihad islamique sont cernés dans leurs bunkers dont ils cherchent à sortir pour se réfugier parmi la population civile. Pour l’instant l’aviation n’a cassé que des pierres en bombardant les habitations vides de ces leaders qui échappent à la vision des drones ou qui sont simplement épargnés pour raison politique.

Tsahal agit actuellement par paliers successifs qui suppriment l’effet de surprise et qui donnent le temps au Hamas de se défendre et de se protéger dans des abris souterrains.  Il est vrai que la frappe d’un bunker ne peut s’envisager sans victimes civiles imbriquées dans le réseau de tunnels. Par ailleurs les Israéliens manquent d’informations précises. Le Hamas a imposé le silence radio total à ses troupes empêchant les services de renseignements de puiser leurs informations sur l’ennemi. Il ne prend la parole que pour narguer les Israéliens comme le fait abondamment Mohamed Deif. 
Le Hamas, avec l’aide des conseillers iraniens, avait pris des mesures efficaces de défense. Il a décentralisé le commandement autour de six chefs régionaux qui peuvent agir de manière autonome. Les communications entre ces régions se font par le système obsolète de lignes de téléphone par fil enfouis sous terre tandis que les téléphones mobiles, plus facilement repérables, ont été interdits.
Mohammed Deif

Le cabinet de sécurité se réunit le 31 juillet dans l'après-midi, pour prendre les dernières décisions. Il semble bien qu’il soit poussé par la majorité de la classe politique à prendre des mesures extrêmes d’intensification des combats. Le centriste Yaïr Lapid a menacé le commandant militaire du Hamas, Mohammed Deif : «Tu es un homme mort donnant ainsi le signal d'une élimination des dirigeants du Hamas. La mobilisation d’une nouvelle tranche de réservistes est le signe que l’armée a obtenu les moyens pour mener une guerre sans merci. 

Mais déjà les premières mesures ont été suivies d'effet.  Israël avait plusieurs fois menacé le Hamas de ne pas utiliser les lieux de culte pour entreposer ses roquettes. L'aviation israélienne a donc bombardé 40 mosquées à Gaza, le 30 Juillet, dans la plus vaste opération contre les institutions religieuses du Hamas qu’elle avait épargnées jusqu'à présent. Au total, au moins 50 mosquées ont explosé avec leurs stocks de roquettes et d’armement.


Le gouvernement vient d’autoriser l’armée à utiliser pour la première fois le nouveau drone  Hermes 900 UAV en raison de ses performances très utiles dans ce combat. En effet l'avion peut voler sans arrêt pendant 30 heures à une altitude de 30.000 pieds, le tout en effectuant la surveillance, la collecte de renseignements et les intercommunications militaires. Il peut porter jusqu’à 300 kg d’armement.

4 commentaires:

Pat Quartier a dit…

Merci pour votre cohérent travail de résumé au milieu de tant d'informations éparpillées sur cette guerre.
Des question devront sérieusement se poser :
-celles à l'échelon politique qui n'ignorait pas ou ne pouvait ignorer en tout cas depuis l'affaire Gilad Shalit le danger de ces tunnels.
-Celles de la passivité ou du silence du gouvernement d'Israel face aux responsabilités du Qatar quant au financement terroriste du Hamas ... et de ses conséquences pratiques au niveau des dommages de guerre à payer à l'Etat d'Israel.

Anonyme a dit…

Monsieur Bennilouche.

Mon propos est hors sujet de votre article.
Je vous lis depuis longtemps, et même si je ne partage pas parfois vos analyses, je continue à lire les articles que vous publiez.
Mais je dois vous dire-et je me promettais de vous écrire depuis longtemps- que je suis très surpris que votre blog "recommande" d'aller visiter celui du "Journal de Personne". Sans mettre en cause la qualité artistique des textes, et des scénarios de l'auteure,ses messages marquent une empathie certaine pour la cause palestinienne qui est choquante sur un site qui est censé défendre la cause sioniste et Israël.
Cette démarche qui consiste à "favoriser" et à faire de la publicité pour un site qui affiche la couleur pro-palestinienne sous sous un habillage humanitaire est pour moi difficile à admettre.
Merci de votre réponse.
Bien à vous.
Daniel Zittoun

Jacques BENILLOUCHE a dit…

@Daniel Zittoun

1. Le journal de Personne ne figure plus parmi nos chroniqueurs

2. Le lien vers son site a été supprimé depuis plus d'un mois.

C'est dommage pour elle car elle avait beaucoup de talent mais elle dû être influencée par quelqu'un de peu recommandable.

Merci de votre remarque

Anonyme a dit…

Merci pour votre réponse.
Désolé de n'n'avoir pas remarqué que ce lien ne figure plus sur votre site.Preuve s'il en est que mon attention ne s'est plus porté volontairement vers ce blog depuis la guerre.
Sauf aujourd'hui où par simple curiosité,j'ai voulu voir.
Dommage pour elle comme vous dites, mais c'est la loi du genre.
En espérant que tout cela finisse dans les meilleures conditions pour Israël, mais je ne vous cache qu'ici en France, nous sommes de plus en plus inquiet pour notre devenir à moyen terme, pour nos enfants et petit-enfants.
Cordialement.