ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 14 mai 2013

LES MARRANES Par Maryse CHOUKROUN



LES MARRANES : 400 ANS D'ANGOISSE ET DE TERREUR

Par Maryse CHOUKROUN
Historienne
copyright © Temps et Contretemps

Cérémonie secrète de marranes - tableau de Moshe Maimon

Le marranisme est un phénomène unique par son ampleur et sa durée dans toute l'histoire du judaïsme. Il est l'aboutissement d'une suite d'événements et de situations inhérentes à l'histoire du judaïsme ibérique.
Voir la vidéo


                                         Cliquer sur le triangle noir pour lancer la vidéo



Une histoire agitée depuis l’origine



Arrivés au 1er siècle comme esclaves à la suite des armées romaines, après la chute de Jérusalem, les juifs sont affranchis en l'an 212 par l'empereur Caracalla. Au IVème siècle, les Wisigoths envahissent la région. Lors de la conversion de leur Roi Recared au catholicisme, au VIIème siècle, toute la population est sommée d'embrasser la foi chrétienne. Les juifs ayant refusé, ils connaissent les premières grandes persécutions. Menacés d'avoir les deux yeux crevés, (symbole de leur aveuglement devant la vérité de la croyance chrétienne), les historiens estiment à 90.000 le nombre de ceux qui auraient accepté la conversion. Les autres se réfugient dans les montagnes jusqu'à l'invasion des Maures au VIIIème siècle.

À partir du IXème siècle, l'Empereur Charlemagne, entreprend la conquête systématique de la Péninsule. Les juifs se retrouvent à nouveau en pays chrétien. Durant les trois siècles suivants, on peut dire que leur situation est vivable. La philosophie, la poésie, les sciences s'épanouissent. C'est ce que certains historiens ont qualifié «l'âge d'or du judaïsme espagnol». On retrouve tout naturellement des juifs à des postes élevés dans des charges publiques et honorifiques, ce qui ne va pas sans susciter des envies, et des jalousies aigües.
Le concile de Latran impose le port de la rouelle

Mais cette situation va changer du tout au tout avec l'arrivée du nouveau pape Innocent III. En 1215, il réunit un Concile à Latran et promulgue pour tout le monde chrétien les plus virulents dogmes antijuifs :

1) Les juifs devront vivre dans des quartiers séparés fermés par de hauts murs : ghetto, juiveries, juderias ou calls suivant les pays.

2) Dès que les juifs sortent de leur quartier, ils sont obligés de porter des signes distinctifs qui les font reconnaitre des chrétiens : un chapeau pointu en Europe de l'Est ou, en Espagne, une longue cape de bure appelée gramelle avec une rouelle cousue sur la poitrine (rond jaune sur fond rouge, mélange du jaune infamant et du rouge évoquant le sang de Jésus).
Port de la rouelle

3) Et plus grave, ce Concile décrète que les juifs sont un peuple déicide, phrase répétée dans les églises régulièrement. Cette proclamation ne fut annulée que lors de Vatican II en 1965.



Épidémies



Au milieu de toutes ces brimades et humiliations, les juifs vivent et survivent. Au milieu du XIVème siècle, trois épidémies de peste se déclarent à partir de 1348. L'Europe entière est touchée. Les morts se comptent par dizaines et par centaines de milliers. Les juifs, vivant dans des quartiers séparés avec leurs propres puits, en observant les règles d'hygiène (mikvé, netilat Yadaim) et la cacherout, furent moins atteints que les autres habitants. De là à penser qu'ils avaient empoisonné les puits des chrétiens, il n'y eut qu'un seul pas qui fut très vite franchi.

Les pestes avaient fait de très nombreux morts et la démographie de la Péninsule était tombée en chute libre, d'où un manque de bras dans toutes les branches artisanales, et plus particulièrement dans l'agriculture. À ce problème se surajouta des années de très grand froid qui détruisirent les récoltes entrainant la famine en Espagne durant plus de dix ans. La révolte grondait dans les campagnes. Des moines, tout spécialement formés, allaient de villages en villages pour détourner le mécontentement des paysans contre le gouvernement, et le diriger contre les juifs, ceux par qui tous leurs malheurs arrivaient. Il fallait éradiquer l'Espagne de tous ses juifs, non pas en les tuant, mais en les convertissant. Seul, un refus total devait provoquer leur mort.



Début des massacres

Torquemada premier inquisiteur espagnol


Le courroux grandissait, s'enflait, et à la fin du mois de mars 1391, une vague incontrôlée de massacres s'abattit sur la Péninsule, détruisant tout sur son passage, du sud vers le nord. Admirablement orchestrée au départ par l'évêque de Séville, ces pogroms avaient pour but soit, en ayant même recours à la force, de convertir les juifs, soit de les supprimer. C'est donc aux cris de «à feu et à sang» et «la conversion ou la mort» que la foule déchaînée envahit tous les quartiers juifs. Dans la région de Séville, 4.000 juifs furent tués en quelques jours ; à Cordoue, tout le quartier fut réduit en cendres. Les juiveries de Barcelone, de Majorque, de Lérida, Saragosse et bien d'autres plus petites, furent rayées de la carte. Les juifs qui refusaient d'embrasser la foi chrétienne furent brulés sur des buchers improvisés ou passés au fil de l'épée.

Des témoignages parlent du sang dévalant les ruelles, des hurlements d'hystérie de la populace déchainée, des juifs tirés par les cheveux jusqu'à des fonts baptismaux dans lesquels ils étaient plongés par la force, pour être convertis. Devant le déchaînement de la foule en furie, nombreux furent les juifs qui pensèrent que le seul moyen de s'en sortir et de survivre était d'accepter une conversion, persuadés que l'ordre allait bientôt être rétabli, et qu'ils pourraient reprendre le cours normal de leur vie d'ici quelque temps.

En l'espace de cinq mois, temps durant lequel ces massacres firent rage, on estime à 50.000 le nombre des juifs morts en Espagne, et à 250.000 celui des convertis. C'est un phénomène unique dans toute l'histoire du judaïsme. Mais il ne s'arrêta pas avec la fin de ces exactions.



Conversions forcées


Tolède : synagogue Santa Maria la Bianca devenue église


Les hauts dignitaires de l'Église se montrèrent fort déçus par les résultats. Ils avaient espéré une arrivée en masse, pour ne pas dire totale, des juifs dans le giron du catholicisme. Voyant qu'ils n'avaient pas obtenu par la force les résultats escomptés, ils décidèrent d'essayer la persuasion. Dès 1401, il fut décidé que tous les juifs devaient être amenés dès l'âge de 7 ans, si besoin par la force, deux fois par semaine dans les églises pour écouter les sermons virulents des Frères Prêcheurs, Dominicains et les Franciscains. Le plus célèbre d'entre ces moines, mais aussi le plus fanatique, fut le Frère Vincent Ferrier, qui, par des discours enflammés détruisait systématiquement les arguments du Talmud. En 1411, il entra dans la grande synagogue de Tolède, en plein office de Shabbat, brandissant une immense croix, et la transforma immédiatement en église Santa Maria la Bianca.
Frère Vincent Ferrier

Pour convaincre un peu plus les hésitants, on interdit aux juifs la plupart des métiers. C’est à partir de cette époque qu'ils furent réduits à pratiquer l'usure, alors qu'en même temps on promettait monts et merveilles à ceux qui se convertissaient. Durant tous ces événements, très nombreux furent les juifs qui virent dans la conversion une échappatoire plus ou moins provisoire à tous leurs malheurs. Mais la réalité, hélas, fut toute autre.

Les convertis se divisaient en trois groupes :

- Ceux qui décidèrent de changer de vie totalement et qui, oubliant leurs origines devinrent de bons et sincères chrétiens.

- Ceux qui, craignant qu'on mette en doute leur nouvelle foi, ou, pour éviter des représailles, firent du zèle et devinrent les plus grands et les plus dangereux antijuifs.

- Enfin les autres, les plus nombreux, qui, croyant que la crise n'était que passagère, voulurent en cachette rester fidèles à la foi de leurs ancêtres, et continuer à pratiquer le judaïsme.



Crypto-juifs



Ils furent appelés les marranes, ou plutôt, comme on le dit maintenant, les crypto-juifs (ceux qui pratiquent le judaïsme en secret). Le mot marrane est très péjoratif. Il signifie, dans le patois castillan «porc» ou plutôt «cochon». Il fut donné par les espagnols aux nouveaux convertis, d'une part en signe de mépris, et d'autre part, parce que certains de ces nouveaux convertis mettaient des morceaux de porc à sécher à leurs fenêtres pour montrer qu'ils s'étaient bien intégrés.

En se convertissant, obligation leur était faite de changer d'identité :

- Soit ils choisissaient la traduction de leur prénom hébreu : ainsi Haïm devint Vidal, Mazel Tov se transforma en Astruc ou Bonastruc, Sitruk et Yom-Tov en Bonjorn.

- Soit ils gardaient la première lettre symbolique pour préserver le souvenir de leur prénom juif : Abraham donna Arnaud, Andres, Barouh, se transforma en Bendit, Benedict. Isaac donna Ignace ou Isidore, et Jacob devint Jacques ou Jaime, etc...

Comme nom de famille :

- Soit, ils prenaient leur métier : nous connaissons tous les Sastre, les Herrero, les Ferrer, ou Sapatero.

- Soit, ils se contentaient de leurs origines géographiques: les Catala, les Zwili, les Catalayud, les Gueron, Sarragosse, Rossellini etc....

- Parfois même, obligés avant de se convertir à vivre dans des espaces restreints ou dans une même rue, ils finirent par s'appeler, Delaporte, Sasporta (en Catalogne), De la Calle, les Carrer ou les Carrera etc...

- Ceux qui manquaient d'imagination dans ces moments d'épouvante, prenaient ce que le religieux qui les convertissait leur suggérait, à savoir, le prénom du saint du jour, mais surtout le nom du Roi. Combien sont devenus des Martinez, Sanchez, Fernandez ou Perez.

- Enfin, les derniers, ceux qui voulaient faire du zèle et choisissaient des noms de famille tels que Santa Maria, Dos Santos, Iglésias, Santa Cruz, Delacruz, Delacroix etc... Dès qu'ils étaient convertis, ces nouveaux chrétiens, étaient séparés de leurs anciens coreligionnaires.
Alexandre de Rhodes prêtre jésuite d'origine marrane



Enseignement de masse



Durant une période de deux ans, ils étaient pris en charge par les dominicains éduqués à cette intention. Entassés dans des lieux isolés, nommés, à Barcelone, la place des Renégats, ou dans d'autres villes simplement rue de la conversion (comme à Perpignan par exemple), on leur enseignait leur nouvelle religion. Obligés de suivre tous les offices quotidiens, d'écouter les leçons, les discours et les sermons, d'aller à confesse régulièrement, la base de l'enseignement consistait à leur inculquer la crainte du mensonge en les menaçant des affres de l'enfer. Peu à peu, ces nouveaux convertis devinrent des fidèles comme les autres ou du moins, la majorité d'entre eux paraissait l'être.

Admis alors dans la société chrétienne, ils essayaient de s'intégrer et de se fondre pour se faire oublier. Lorsque leur fortune, à nouveau refaite, le leur permettait, ils essayaient de s'acheter une identité, c'est-à-dire de s'allier à des chrétiens bien vus dans la société, mais sans ressource, ce qui était très fréquent dans la petite noblesse. Ceux-ci n'hésitaient pas à se mésallier pour redorer leur blason. Et c'est dans un de ces cas que le marranisme va être découvert.

Un ancien juif, fort riche, converti, vivait depuis peu au milieu des chrétiens. Il avait une jolie fille promise à un jeune noble espagnol. Or, un soir, alors que ce dernier s'était rendu en cachette dans sa chambre, la mère frappa à la porte. Affolée, la jeune fille cacha son amoureux dans l'immense cheminée. Comme presque partout dans les demeures, les cheminées étaient superposées, et le son montait facilement. Or par malheur, c'était la veille de Pessah, et ce jeune homme fut le témoin auditif d'une scène qui le laissa sans voix. Stupéfait, il alla sur le champ tout rapporter à son confesseur.



Autodafé


Tribunal Inquisition

La découverte de la persistance de la religion juive chez les convertis, provoqua une émotion intense au sein de l'Église. Il fallait extraire au plus tôt cette gangrène de leur âme, et pour cela, il fallait découvrir les coupables, les faire avouer et les châtier d'une façon exemplaire en public pour provoquer la peur et même l'effroi chez ceux qui auraient voulu les imiter. Les évêques de tout le pays persuadèrent les souverains d'installer l'Inquisition,  tribunal religieux, qui cherchait, arrêtait, «questionnait» (euphémisme pour ne pas dire torturait), condamnait et exécutait elle-même les sentences. Cette institution était totalement indépendante du pouvoir royal. La principale source de renseignements ne pouvait être que la délation provoquée par la jalousie, ou la crainte de l'enfer. Tous les convertis furent soupçonnés. Le moindre faux pas pouvait les mener aux buchers.

Ces bûchers ou autodafé (du portugais acto da fé, acte de foi) dressés sur les places publiques et allumés dans une mise en scène spectaculaire dont le but était de frapper les esprits. «La terreur doit provoquer la dénonciation pour certains, et pour les autres, le retour définitif et sincère au catholicisme». La terreur régnait dans les villes et les villages, s'engouffrait dans les rues et les ruelles, envahissait les demeures. Chaque voisin, chaque membre du personnel, chaque jeune enfant pouvait sans le vouloir, à n'importe quel moment, dénoncer ces crypto-judaïsant durant des séances de confesse qui étaient régulièrement imposées. Lors de ces séances, les curés avaient une liste de questions précises à poser, et il suffisait que quelqu'un hésite avant de répondre pour envoyer en prison sans délai le suspect, ou plutôt le présumé suspect, avec toutes les conséquences que cela impliquait, c'est-à-dire la «question», faible mot pour désigner la torture. La torture menait aux aveux, les aveux condamnaient au bûcher.

Les marranes devaient donc agir dans le plus grand secret. Ils se réunissaient la nuit, dans des caves aménagées sous leurs demeures. Ils devaient se méfier de tout et de tous. Ils attendaient que les fils aient 16 ans pour leur révéler leur secret et les initier. Privés de livres religieux, coupés des pratiques, il ne leur restait, pour rester fidèles à la foi de leurs ancêtres que l'étude plus approfondie de l'Ancien Testament, éventuellement, la récitation du Shema, et les jeûnes. Les jeûnes finirent par devenir la pratique la plus courante car la moins dangereuse, ainsi que le respect des morts, même si l'enterrement avait été catholique, ils jeûnaient pour les huit jours, ils jeûnaient pour le mois etc...



Initiation secrète



Les mères initiaient leurs filles, juste avant leur mariage. Comptaient surtout, le prélèvement de la Hala, l'allumage d'une bougie pour Shabbat, qu'elles mettaient dans le fond d'une jarre que l'on fermait, et le respect, au maximum de cette journée. Les prêtres avaient donc une liste très longue, établie par le curé de Los Palacios, de questions précises sur les habitudes ou les détails de la vie quotidienne qui pouvaient révéler une appartenance au judaïsme. Ces questions étaient posées régulièrement lors des confessions. Cette liste avait été réalisée au début pour trahir les judaïsant, or par effet de boomerang, elle servit bien plus à initier des marranes qui auraient eu tendance à méconnaître certaines coutumes. Et donc, involontairement, elle a servi à la continuité du marranisme.

Quelques exemples de questions : cuisinaient-ils le vendredi pour le samedi puis ensuite mangeaient-ils ce qu'ils cuisaient le samedi ? La mère de famille jetait-elle un peu de pâte dans le feu en pétrissant? Trempaient-ils la viande avant de la faire cuire ? Changeaient-ils de linge de corps le samedi ou le dimanche ? Mangeaient-ils du pain non levé à la période de Pâque ? Étouffaient-ils les volailles ou les égorgeaient-ils avec un couteau spécial? Le père bénissait-il son fils en lui mettant la main sur la tête ou en lui faisant le signe de croix sur le front ? Se lavaient-ils le visage en rentrant de la messe ? (après qu'on leur eût fait le signe de croix sur leur front).

Autant de faits et gestes paraissant anodins mais qui pouvaient envoyer quelqu'un sur le bûcher. La vie des marranes, au cours des siècles fut faite de craintes, de peur, de suspicion. Il fallait que leur foi première soit profonde pour résister au temps, à l'oubli, aux subterfuges et aux simulacres. Seule, et pour cause, la circoncision n'était pas pratiquée. Mais s'il leur arrivait, un jour, de pouvoir quitter la Péninsule ibérique si inhospitalière, leur premier acte était de se faire circoncire ; et nombreux sont les témoignages des XVIIème et XVIIIème siècles sur ce point, et particulièrement en Hollande ou dans les îles des Caraïbes.



Baléares sanglants



C'est aux Baléares que le marranisme a été le plus fort. Là-bas, on ne les appelait pas les marranes mais les Xuetes, terme peut-être plus infamant encore dans le patois local. Le seul fait de vivre dans des îles rendait leur situation intenable.

Après les sanglants massacres de 1391, il ne resta plus aucun juif aux Baléares. Très peu nombreux furent ceux qui purent s'enfuir vers Alger où ils fondèrent la première communauté juive. Tous les autres, pris au piège, furent obligés de se convertir et nombreux furent ceux qui se judaïsèrent en secret. L'Inquisition majorquine se montra des plus implacables. Les descendants des nouveaux chrétiens devaient vivre dans des rues spécifiques et actuellement, six siècles plus tard, on nomme encore leurs descendants: «ceux de la rue», «los de la calle ». Ils vivent encore entre eux, se marient entre eux, on les montre encore du doigt. Jusqu'à ces dernières années, les descendants de ces Xuetes, ceux que la populace appelle encore comme cela, racontent que le vendredi soir, ils évitent de lever les yeux vers le ciel pour ne pas être accusés de compter les trois étoiles qui leur permettraient de réciter un «Shema», ou le samedi de craquer une allumette!

Jusqu'à l'arrivée du roi Juan-Carlos, ils étaient inscrits dans les registres d'État-civil, comme «descendant de juif converti». À l'époque de Pessah, ces Xuertes cuisinaient une pâte sans levain, qu'ils étalaient en la découpant en cercle qu'ils farcissaient avec de l'agneau, des épices, des fruits secs et du persil. Le tout était haché, le gâteau refermé et cuit au four. Ainsi, le cérémonial entier de Pessah était respecté. Les mallorquinas judaïsant appelaient cela une «coca».



Traditions culinaires



Ce qui est extraordinaire dans le marranisme, c'est cette fidélité naïve et sincère au judaïsme, qui a traversé le temps, les générations et les espaces. Apprise dans la crainte et le plus grand secret, passée de génération en génération, la pratique d'une religion s'est transformée en traditions culinaires, en coutumes familiales, en habitudes personnelles et parfois presque en superstitions.

Pourquoi certaines espagnoles au-dessus de tout soupçon de judaïsme cuisinent-elles des beignets une semaine avant Noël ? Pourquoi d'autres trempent-ils le doigt dans du vin renversé sur une nappe le samedi soir, et pourquoi ajoutent-ils «cela porte bonheur » ? Pourquoi certaines vieilles femmes ne coudraient ou ne broderaient pour rien au monde le samedi ?

Cette vie d'angoisse, de peur, de crainte, a duré des générations, s'est étendue sur des siècles. L'inquisition réussissait à détecter des dizaines d'années, des siècles après le départ des juifs, des lambeaux de judaïsme ancrés dans la mémoire de certains. L'inquisition cessa effectivement de s’appliquer en 1834. Près 400 ans d'angoisse et de terreur, 400 ans durant lesquels ces hommes et ces femmes risquèrent quotidiennement leur vie pour que perdure la fidélité de l'appartenance de leurs ancêtres au judaïsme.

http://www.parolevolee.com/index.php/accueil/articles/item/165-les-marranes-400-ans-d-angoisse-et-de-terreur


6 commentaires:

Roger VIELVOYE a dit…

Cher monsieur, j'ai beaucoup apprécié votre insert relative aux marranes, chose que j'ignorai . J'ai de nombreux amis juifs et me suis rendu 3 fois en Israël, pays que j'admire. Cordialement.

Ahouva TAÏEB a dit…

Merci pour la leçon d'histoire ...... à ne jamais oublier

Ahouva TAÏEB a dit…

Je connais un des "Xuetes" qui vit maintenant en Judée Samarie depuis le début des années 70, il est Rabbin et Sofer Stam

Anonyme a dit…

Informations intéressantes mais de nombreuses erreurs ou coquilles sur les vocables castillans ou autres. La synagogue de Tolède est Sta M La Blanca, par ex. (Ce n'est pas un vocable italien. ) etc...

Anonyme a dit…

vraiment très interressant, merci.
je m'appelle soria je suis catholique d'origine espagnole et originaire d'algerie.je pense être un descandant de marranes ou du moins de conversos (convertis). j'aurais aimé savoir si avant l'inquisition il existait des soria ou si ce nom de ville a était attribué à cette époque au conversos. je n'arrive pas a savoir. si tel était le cas cela voudrait dire que je suis automatiquement un de leur descandant.merci

Anonyme a dit…

Ma grand mère maternelle s'appelait Sanchez cela veut il dire qu'elle est descendante de juifs converti ?