Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mardi 28 mai 2013

LA BÊTE BRUNE BOUGE ENCORE



LA BÊTE BRUNE BOUGE ENCORE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


Manifestation aux Invalides

Les gourous d’extrême-droite ont réussi leur coup. Ils sont arrivés à faire oublier le danger de leurs extrémistes après nous avoir bercés avec leurs chansons pro-israéliennes. Grâce à leurs missionnaires déguisés en conférenciers de luxe, ils ont endormi le monde juif après s’être parés de la robe de bure pro-israélienne. 

 
Missionnaire en robe de bure


Ils ont berné leur monde en réussissant à dérouter le regard vers les islamistes pour se faire oublier de l’opinion publique. Mais ils n’avaient jamais désarmé comme ils viennent de le montrer ce dimanche 26 mai 2013. Sous prétexte de manifester contre le mariage homosexuel, ils ont affiché leur vrai visage d’antisémite.


Fauteurs de troubles



            Il n’y a aucun doute sur l’origine de ces fauteurs de troubles d’extrême-droite car les nombreuses images tournées par les journalistes, souvent au risque de leur vie, font foi. Il ne s’agit pas de rumeurs ou d’accusations tronquées mais d’une réalité difficile à assimiler en France. On a réentendu des slogans des années noires scandés par les militants des Jeunesses Nationalistes et de l’Œuvre Française qui ont organisé le rassemblement après la manifestation : «la France aux français», «Police et journalistes, à la solde de la juiverie internationale».  

            Tandis qu’on pointait du doigt la réalité du danger islamiste en France, des manipulateurs ont banalisé les manœuvres tendant à stigmatiser auprès des juifs le seul danger islamiste, en faisant oublier que les tendances antisémites étaient encore vivantes. Or il y a  une collusion certaine entre islamistes et extrême-droite qui combattent le même ennemi juif, qui pour certains prend le visage du sioniste. On se souvient du Mufti de Jérusalem et de ses troupes mises au service du Führer. Il n’est pas impossible que des militants arabes radicaux du djihad, au passé de délinquant mais embrigadés dans une mosquée animée par un imam radical  ou à la suite d’un séjour en Afghanistan ou en Syrie, s’infiltrent parmi les casseurs d’extrême-droite dans un combat commun.
 


Extrême-droite et islamisme

Van Doorn


De ce fait la frontière entre l’extrême-droite française et européenne et l’islamisme est poreuse. Un dernier exemple vient de nous le démontrer. Arnoud Van Doorn,  député néerlandais d’extrême-droite, a été littéralement touché par la grâce divine et musulmane. Le parlementaire, qui siège sous les couleurs du parti «PVV» dont le leader Geert Wilders se dit islamophobe et pro-israélien convaincu, a annoncé sa conversion à la religion musulmane le 6 mars 2013 : «J'ai toute confiance en Allah pour me soutenir et me guider à travers ces moments».

            C’est pourquoi il faut avoir des doutes sur certains adeptes de la droite française, à qui on n’a rien demandé et qui n’hésitent pas à sauter le pas en se faisant les hérauts de la cause israélienne. À force de nous abreuver de préjugés et de rhétoriques antimusulmans, ils arrivent à obtenir la confiance de certains naïfs, très heureux de compter des non-juifs parmi leurs amis. Ils agissent comme le loup du Petit Chaperon Rouge qui se déguise pour mieux nous surprendre. L’extrême-droite antisémite est toujours vivante et ce ne sont pas les mimiques de Marine Le Pen qui pourront nous en dissuader. Il faut se méfier de tous ceux qui hantent les nébuleuses droitistes et qui se découvrent brutalement pro-israéliens car leurs objectifs sont douteux.

Extrême-droite hongroise


D’ailleurs l’extrême droite hongroise affiche ouvertement son antisémitisme. Plusieurs centaines de membres du parti Jobbik ont pu se rassembler à Budapest, à la veille de l’ouverture du Congrès juif mondial. Avec une mise en scène rappelant des heures sombres en Europe, le chef du Jobbik, Gabor Vona, a déclaré à la tribune : «Nous, les hongrois, sommes spéciaux en Europe. Pas parce que nous sommes la nation la plus antisémite, mais parce que si toute l’Europe est à leurs pieds, si toute l’Europe leur lèche les pieds, nous, nous ne le faisons pas ». 
Ces propos ne peuvent que donner des frissons à la communauté juive de Hongrie et à la communauté juive internationale car le parti Jobbik est la troisième force politique au Parlement hongrois.

C’est pourquoi le combat nécessaire contre l’islamisme ne doit pas faire oublier que la bête bouge encore. Les manifestations de dimanche aux Invalides ont eu au moins l’avantage d’éveiller notre attention. Les antisémites sont présents et actifs. Israël ne peut compter que sur lui-même et sur son armée mais il ne pourra vaincre que s’il y a une union de toutes les forces juives ce qui ne semble pas être démontré avec la dernière élection législative partielle qui a placé la haine comme étendard commun.

Aucun commentaire: