Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

vendredi 8 juin 2018

SLATE - Faut-il construire une île artificielle pour aggrandir Gaza ?



SLATE - FAUT-IL CONSTRUIRE UNE ÎLE ARTIFICIELLE POUR AGRANDIR GAZA ?

Par Jacques BENILLOUCHE

            En Israël coexistent deux écoles: celle de la guerre irréductible contre Gaza et celle de l’optimisme consistant à envisager le moins pire avec le Hamas.


            Le cessez-le feu est intervenu assez rapidement à Gaza. Le Hamas et le djihad islamique n’ont pas pu tirer un grand profit de la «marche du retour», manifestation organisée par les Palestiniens du 30 mars au 15 mai, au cours de laquelle 113 manifestants ont été tués. Mais la confrontation a été volontairement limitée et l’hypothèse d’une réoccupation de la bande de Gaza par Israël est revenue sur la table. Il existe pourtant une solution diplomatique.



            La dernière guerre n’était pas prévisible parce qu’elle a été imposée au Hamas par son concurrent dans la région, le djihad islamique, armé et financé par l’Iran. En effet, au début du mois de mai, les services de renseignement israéliens avaient informé leur gouvernement que, face à de profondes divisions internes, le Hamas était à la recherche d’une issue honorable pour résoudre la crise économique désastreuse dans laquelle est plongée Gaza. Bien avant les événements, le Hamas était demandeur d’un cessez-le-feu à long terme à Gaza pour obtenir un assouplissement du blocus, l'approbation de projets d'infrastructures et éventuellement un échange de prisonniers. Israël n’avait pas donné suite.

Cliquer sur le lien pour lire la suite sur Slate.fr




2 commentaires:

Philippe BLIAH a dit…

Comme quoi le terrorisme peut etre payant lorsqu'on dispose d'importants soutiens financiers et politiques.

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Ayant tout de même compris qu'il s'agissait de "construire" et de "recherche d'une issue honorable pour résoudre la crise économique désastreuse dans laquelle est plongée Gaza", je me permets de rapporter ici l'extrait d'un article intitulé : "Un siècle entre sionistes et Arabes" publié par V.A. sur sa page HISTOIRE où après avoir rappelé que dans son roman d'anticipation "Altneuland", Theodor Herzl précise : les musulmans palestiniens seront des citoyens à part entière du nouvel État et participeront à une prospérité générale, Michel Gurfinkiel poursuit ainsi :

"En 1913, Daoud Barakat, rédacteur en chef du quotidien égyptien Al-Ahram, observe dans un éditorial : "Il est absolument indispensable qu'il y ait une entente entre sionistes et Arabes. Les sionistes sont nécessaires à la région : le capital qu'ils apporteront, leurs connaissances, leur intelligence et l'esprit industrieux qui les caractérise contribueront sans aucun doute à la régénération de la région.""

J'espère n'avoir pas fait un hors-sujet.

Très cordialement.