Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 18 juin 2018

Conséquence pour Israël du sommet Etats-Unis et Corée du Nord



CONSÉQUENCES POUR ISRAËL DU SOMMET  ÉTATS-UNIS-CORÉE DU NORD

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps

          
          Le sommet historique entre Donald Trump et Kim Jong-un aura certainement un impact sur le programme nucléaire iranien. La Corée du nord ne représente aucun danger pour les frontières israéliennes. Plus de 9.000 kilomètres la sépare d’Israël. S’il ne s’agit pas de menace directe, en revanche ses projets de développement de missiles à longue portée et ses projets nucléaires sont étroitement liés aux efforts belliqueux de l'Iran et du Hezbollah. Il faut d'ailleurs rappeler que le réacteur nucléaire, détruit en Syrie le 6 septembre 2007 par Israël, avait été une réalisation de la  Corée du Nord.


Réacteur syrien détruit

Tout désarmement de la Corée du nord et toute annulation de son programme nucléaire aura bien sûr une incidence sur la construction de missiles iraniens et sur ses installations nucléaires. Selon des informations sécuritaires, le sommet spectaculaire qui s'est tenu à Singapour avait été préparé de longue date avec les dirigeants de la Corée du Nord, contrairement aux idées reçues
Donald Trump avait été perçu par les Coréens comme une opportunité car il n’avait pas les travers d’un diplomate et qu’il pouvait se montrer pragmatique. Il était le seul capable d’imposer aux Américains une solution pacifique. Les intérêts des deux pays se sont croisés à Singapour pour marquer l'histoire. Il reste cependant que les observateurs politiques sont sceptiques sur une solution à long terme pour le désarmement de la Corée du Nord car rien de concluant n'a été finalisé, et que tout reste entre les mains de Donald Trump et Kim Jong-un.

Les relations entre Israël et la Corée du Nord sont détestables. Kim Jong-un a menacé «d’effacer Israël de la surface de la terre si elle intervenait encore sur les bombardements en Syrie ou interceptait un survol en territoire syrien». La Corée du Nord a rejoint la Russie, la Chine et l’Iran pour aider la Syrie tout en menaçant d’utiliser l’arme atomique : «Israël doit freiner sa mauvaise habitude d’attaquer les autres quand il est mis au coin et doit répondre aux demandes internationales de parvenir à la paix et la dénucléarisation du Moyen-Orient».
La Corée du Nord avait fustigé Donald Trump pour sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël en le qualifiant de «gâteux et de mentalement dérangé». Pyongyang avait exprimé son «ferme soutien et sa solidarité avec les peuples palestinien et arabe dans leur combat pour leurs droits légitimes». Mais cela, c’était avant le sommet historique.
L’Histoire nous démontre cependant que les relations n’ont pas toujours été mauvaises et qu’Israël avait raté l’occasion de nouer en 1993 des relations diplomatiques avec la Corée du Nord. Les Américains s’y étaient opposés, par une déclaration du 14 août 1993; ils n'avaient pas eu alors le nez assez fin. 
A l’époque, la Corée du Nord avait de gros besoins financiers pour sauver son économie et nourrir son peuple. Israël s’était proposé de lui envoyer ses experts agricoles pour dynamiser ses cultures et ses experts médicaux pour assurer la santé de la population. Israël voyait ainsi un moyen d’empêcher, en contrepartie, les Nord-Coréens de fournir des missiles modernisés de longue portée à l'Iran. 
Eitan Bentsur en Corée en 1992

Selon Eitan Bentsur, directeur général adjoint du ministère israélien des Affaires étrangères : «La position américaine est certainement une des insatisfactions et des réserves concernant les contacts avec la Corée du Nord. Mais cela s'ajoute à la reconnaissance que l'offre de missiles Rodong en Iran présente un danger très grave».
Eitan Bentsur avait rencontré des responsables nord-coréens à Pyongyang et à Pékin pour les convaincre de ne pas vendre de nouveaux missiles Rodong-1, également connus sous le nom de missiles Scud-D, à l’Iran. La décision de poursuivre les négociations appartenait au premier ministre Yitzhak Rabin et au ministre des Affaires étrangères Shimon Peres. Bentsur avait prévenu qu’en cas de refus d’Israël, les Coréens prendraient la décision d’expédier dès octobre des missiles, d'une portée d'environ 1.130 kms.
Rodong-1

La Corée du Nord fournissait des missiles Scud non seulement à l'Iran, mais aussi à l'Irak et à la Syrie. Pour Bentsur : «L'objectif numéro un d'Israël était d’éviter la livraison de missiles en Iran». La presse israélienne avait aussi publié des détails concernant l'accord d'investissement israélien pour la vente à Israël, en espèces, d'une mine d'or nord-coréenne devant être reconstruite suite à sa destruction pendant la guerre de Corée. Il s’agissait d’un investissement d'un milliard de dollars qu’Israël comptait faire souscrire à des Juifs de la Diaspora. En retour, les Coréens avaient accepté de reconnaître immédiatement Israël et d’entretenir des relations normales et étroites.
Mais les États-Unis s'étaient opposés aux contacts entre Israël et la Corée du Nord, tant qu’elle refusait d'autoriser l'inspection étrangère de ses sites nucléaires. Les Coréens tenaient absolument à une collaboration avec Israël. Mais malgré l’acceptation de Pyongyang de suspendre son retrait du traité nucléaire, le secrétaire d'État Warren Christopher avait refusé de donner à Shimon Peres le feu vert. Une dernière réunion entre responsables nord-coréens et israéliens à Pékin avait causé un malaise à la fois à Washington et à Téhéran.

Cependant l’affaire n’a pas pu être conclue car l'agence de surveillance nucléaire des Nations Unies avait accusé la Corée du Nord de continuer à restreindre l'accès à deux sites nucléaires et avait déclaré qu'un accord sur les inspections complètes semblait bloqué. Des experts de l'Agence internationale de l'énergie atomique étaient revenus d’une visite d'une semaine en Corée du Nord et avaient déclaré qu'ils n'avaient été autorisés qu’à effectuer que des travaux de maintenance sur les équipements de surveillance des usines. En fait, les installations étaient soupçonnées d'être utilisées dans le cadre d'un programme de production d'armes nucléaires. Bentsur avait été chargé de dire aux Coréens que les pourparlers avaient été gelés.
Mais Israël avait cependant gardé ses contacts puisqu’il continuait à exporter de l’or vers la Corée malgré l’interdiction imposée par l’ONU en 2006. La résolution 1718 du Conseil de sécurité de l’ONU avait été adoptée en réponse au programme de la Corée du Nord visant à développer des armes nucléaires. Celle-ci interdit les exportations de produits de luxe vers cette nation asiatique secrète dirigée par Kim Jong-Un. David Houri, directeur du service des exportations au sein de l’administration fiscale israélienne, avait évalué le transfert d’or vers la dictature asiatique comme équivalant à une somme de 400.000 dollars sur les dernières années.
À partir de 2011, Israël envoya, en plus de l’or, des livres et des implants dentaires vers la Corée du Nord ainsi que des produits médicaux et de la nourriture. Depuis 2014, cet horizon s’était encore restreint aux seuls médicaments et nourriture, mais il n’était plus question d'or. David Houri avait, de sa propre initiative, empêché plusieurs départs d’or vers le pays de Kim Jong-Un parce que ces exportations représentaient selon lui «une honte» pour l’État hébreu. Depuis, tout produit destiné à quitter le sol israélien vers la Corée du Nord est soumis à une autorisation du ministère de l’Économie.
Il n'est pas certain que la Corée du Nord ait eu l'intention de signer un accord, ni aucune garantie qu'elle l'aurait respecté. Eitan Bentsur, âgé aujourd’hui de 80 ans, considère son échec avec philosophie : «Le problème, c'est qu'il a été dit qu'il n'y avait pas de partenaire au sujet de cette initiative. Mais nous avions déjà dit qu’il n'y avait pas de partenaire à propos de Sadate, et nous avons été frappés par la guerre de Yom Kippour. Il y avait une certaine opportunité en Corée alors qu'un tyran mourrait et qu'un autre tyran se préparait à s'installer, et nous l'avons manqué. Et maintenant, la Corée du Nord menace la paix mondiale». 
Il est évident qu’on ne peut pas refaire l’Histoire mais peut-être que les événements auraient été différents aujourd’hui, si Israël n’avait pas été soumis au diktat des Américains imposant de rompre tout contact avec la Corée du Nord. En revanche, quelques années plus tard, Trump a été plus réaliste.

Aucun commentaire: