ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 29 mai 2016

Le caporal, le général et le manipulateur par Gérard AKOUN



LE CAPORAL, LE GÉNÉRAL ET LE MANIPULATEUR

Par Gérard AKOUN

            

          Un caporal, ignorant de la chose militaire, Avigdor Lieberman va remplacer Moshe Yaalon, un brillant général, comme ministre de la défense au sein du gouvernement israélien. On nous avait toujours expliqué que ce poste devait revenir à un homme qui bénéficiait d’une bonne expérience militaire, un ancien chef d’État-major ou un général. Les deux grands partis israéliens s’efforçaient d’attirer dans leurs rangs cette perle rare, dés qu’elle avait quitté le service actif, pour occuper ce poste capital pour la protection de l’État. A priori, cette décision  pouvait être  accueillie comme une bonne nouvelle, cela aurait pu signifier  que le calme régnait  aux frontières d’Israël, que le danger d’une confrontation avec ses voisins avait été écarté et qu’Israël pouvait  enfin se permettre de nommer à ce poste, un civil,  comme cela est habituel dans la majorité des pays développés.


            
Yaïr Golan

Malheureusement, la nomination d’Avigdor Lieberman n’est pas due à un changement du contexte militaire dans lequel se trouve l’État d’Israël, mais à une «combinazione» comme diraient nos amis italiens, de Benyamin Netanyahou, pour élargir sa majorité et pour écarter de sa route Moshé Yaalon, le leader de l’aile modérée du Likoud qui pouvait devenir  un dangereux concurrent lors des prochaines élections au sein de ce parti. Le ministre a démissionné, avec fracas de son poste, en dénonçant la dérive extrémiste du Likoud, dont on peut observer les effets néfastes au sein de Tsahal.
            Il a soutenu le chef d’État-major adjoint, Yaïr Golan, qui avait fait allusion aux mouvements extrémistes juifs en déclarant : «nous devons débattre de notre capacité à extirper les graines de l’intolérance, de la violence, de l’auto destruction, et de la détérioration morale….». Ce n’est pas le premier responsable politique, dont Netanyahou se débarrasse parce qu’il lui fait de l’ombre, mais tous, jusqu’à présent  s’étaient éloignés sans faire de vagues comme Gideon Saar, tout dernièrement. Moshe Yaalon est d’une autre trempe, on entendra encore parler de lui.
            Le premier ministre va donc pouvoir élargir sa majorité, elle sera de 66 députés au lieu de 61 sur 120 mais l’image qu’Israël donne de lui à l’étranger n’en sera pas améliorée pour autant. Israël Beteinou, le parti d’Avigdor Lieberman, est le plus à droite sur l’échiquier politique et son chef  traîne une image sulfureuse. Certaines de ses déclarations, ses menaces belliqueuses, outrancières  en rétorsion d’actes terroristes  comme  bombarder le barrage d’Assouan, tuer des dirigeants du Hamas à Gaza, décapiter les terroristes  font penser à Vladimir Poutine qui semble être son maître à penser, mais, bien sur, sans les moyens du Tsar russe. Lieberman a organisé un concert de soutien au soldat franco israélien inculpé d’homicide par la justice militaire.

            Les rapports entre les chefs de l’armée et le ministre dont ils vont dépendre risquent d’être pour le moins tendus. L’ancien ministre Ehud Barak, mais aussi ancien chef d’État-major  estime que : «le pays est infecté par les graines du fascisme». Par son accord avec Benyamin Netanyahou, le futur ministre de la défense a obtenu, quasiment, en Cisjordanie, le rétablissement par les tribunaux militaires de la peine de mort, pour les attentats anti-israéliens. Il faudra, quand même, qu’une loi soit votée dans ce sens par la Knesset pour que la peine de mort soit prononcée en Israël.
            Benyamin Netanyahou a, grâce à cet accord, affermi sa coalition, il ne sera plus soumis au chantage d’un ou deux députés, mais sur le plan international  l’image d’Israël s’est dégradée. Le premier ministre peut bien déclarer : «Un gouvernement large continuera de lutter pour un processus diplomatique avec les palestiniens  et le fera avec les pays de la région» il se heurtera à  un scepticisme généralisé de la part des Américains comme de la part des Européens, y compris de l’Allemagne. Comme l’a déclaré Manuel Valls au cours de son séjour en Israël, «l’arrêt de la colonisation est un impératif, car on ne peut vouloir à la fois discuter de la paix,  être sincère dans les négociations et continuer dans le même temps, à pratiquer le fait accompli sur le terrain». Les pressions diplomatiques vont se faire de plus en  plus fortes sur les Israéliens mais aussi sur les Palestiniens pour exiger une reprise des négociations qui ne soit pas un simulacre.


2 commentaires:

Aaron a dit…

Israël n'est pas le pays des "bisounours"....
Quant au sinistre Valls, son déplacement dans ce pays est une tentative de "racolage" de voix.Piège grossier à l'image de l'individu.

Georges KABI a dit…

Je ne suis pas entierement convaincu de la necessite d'un ex-general a la tete du Ministere de la Defense. Ben Gourion cumulait cette fonction avec celle de Premier Ministre, Son experience militaire etait quasiment nulle et pourtant il mena sa barque adroitement. Shimon Peres a aussi ete un brillant Ministre de la Defense sans probablement savoir tirer au fusil, et meme Amir Peretz et ses jumelles bouchees est le promoteur du systeme Kipat Barzel.
Moshe Dayan a ete un Ministre de la Defense desastreux, aussi bien au moment de la Guerre de Six Jours que de la Guerre de Kippour. Bar-Lev etait megalomane, et Ariel Sharon un manipulateur aussi habile que Bibi.