ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 14 mai 2016

Armée et démocratie en Israël


ARMÉE ET DÉMOCRATIE EN ISRAËL
Par Jacques BENILLOUCHE
copyright ©  Temps et Contretemps


                

      Yom Hazikaron, ce 10 mai 2016, est le jour de la commémoration des 23.447 soldats tombés pour la défense d’Israël depuis sa création.  Il s'agit d'honorer ceux qui ont donné leur vie pour que les Israéliens puissent, en toute sécurité, vivre la leur. Israël est considéré comme un pays à part car son armée est populaire et constituée en majorité de conscrits. Il y règne l’une des plus grandes démocraties parlementaires du monde parce que, historiquement, les Juifs ont souvent souffert en exil d'être écartés des arcanes du pouvoir en étant qualifiés de sous-humains. Le soldat israélien est imbriqué dans le peuple et le peuple est solidaire de son armée.



Yaïr Golan

          La controverse, qui a été lancée à la suite de la déclaration du chef d’État-major adjoint Yaïr Golan connu pour son franc-parler, relance l’attitude de l’armée dans le processus démocratique d’Israël. Il avait déclaré que la Shoah devait «nous pousser à réfléchir sur la nature de l’homme, même quand cet homme est nous-mêmes. S’il y a quelque chose qui m’inquiète dans les commémorations de la Shoah, c’est de voir les processus nauséabonds qui se sont déroulés en Europe en général, et plus particulièrement en Allemagne, il y a 70, 80, 90 ans et de voir des signes de cela parmi nous en cette année 2016. Nous devons débattre de notre capacité à extirper les graines de l'intolérance, de la violence, de l'autodestruction et de la détérioration morale». Il faisait bien sûr allusion aux mouvements extrémistes juifs en Israël qui agissent de plus en plus ouvertement en Israël, avec une certaine impunité. Pour Arie Avidor, ancien ambassadeur d’Israël : «Tsahal devient l'ultime gardien d'une conscience morale laissée à l'abandon par un gouvernement défaillant voire complice à l'égard de l'extrême-droite». 

Obéissance au pouvoir politique


            Mais l’une des règles de la démocratie occidentale est l’obéissance des militaires au pouvoir civil. Dès lors que des élections démocratiques mènent des représentants du peuple à la Knesset, la loi de la majorité s’applique et le gouvernement librement élu détient les pouvoirs que la Constitution ou les Lois Fondamentales lui confèrent. Il existe certes, en Israël en particulier, une porosité qui entraîne des anciens hauts gradés à devenir ministres de la Défense et des conflits répétitifs car les attributions se chevauchent.


           La plupart des démocraties occidentales ont pallié ce risque en confiant la Défense à un civil qui décide en dernier ressort des options militaires proposées par l’État-Major, compte tenu des implications diplomatiques que l’armée n’est pas censée connaître. Il est vrai que la jurisprudence d’Ariel Sharon, qui a désobéi à ses chefs durant la guerre de Kippour, plane toujours sous forme d’exemple pour ceux qui veulent contester des décisions militaires et même politiques. Mais c’est une exception qui ne doit pas se reproduire si les chefs militaires sont choisis parmi les meilleurs, pour ne pas dire parmi les génies.
 Les chefs militaires en 1955
            Mais en Israël, l’armée est prise en otage par des hommes politiques qui veulent l’instrumentaliser à des fins partisanes. L’inconscience de certains dirigeants les pousse parfois à prôner la désobéissance, en particulier à l’occasion du désengagement de Gaza décidé par le pouvoir civil. Le meilleur moyen de casser l’unité  d’un corps institutionnel exceptionnel se paie alors très cher et les plaies restent béantes. Pourtant le principe est simple à assimiler : Le politique décide et le militaire obéit car la majorité parlementaire impose sa loi. Tout refus ou contestation mène inévitablement à l’anarchie. Dans le cas contraire le putsch des généraux guette à l’instar de celui qui a divisé les français en Algérie en 1961. Les dirigeants politiques ont la responsabilité de ne pas engendrer des soldats "perdus".
 Algérie, le putsch des généraux d'avril 1961

Langue de bois

A l’occasion d’une interview à la télévision, le chef de file du parti  Habayit Hayehudi,  Naftali Bennett, avait maladroitement affirmé qu’en tant que major de réserve de l’armée, il refuserait d'évacuer les implantations ou les avant-postes s'il recevait des ordres en ce sens durant sa période de réserve. Il a ainsi soulevé un tollé dans lequel se sont engouffrés ses adversaires. Ces propos dénotent un manque d’expérience politique dans un monde traditionnellement voué à la langue de bois de rigueur.  Par manque de "rodage" politique, il s’est trouvé face à une presse à la recherche de scoop jusqu’à le pousser à la faute. Habitué à la franchise devant les investisseurs ou le gendarme de la Bourse, il ne s’est pas rendu compte que la question fût piégée avec des résonnances politiques.  N’est pas diplomate qui veut. Trop occupé à s’adresser à l’aile la plus à droite du Likoud, il s’est laissé aller à des confidences trop franches.
Naftali Bennett
            Naftali Bennett s’est trouvé contraint de démentir ou d'atténuer des propos maladroits, tenus dans la fougue du direct d’une émission de télévision où il faut savoir tourner sa langue avant de s'exprimer. Il était trop occupé à capter l'attention d'un maximum de nouveaux électeurs. Il a donc nié avoir appelé à l'insubordination : «L'ordre d'arracher de sa terre un village arabe ou une localité juive est une atteinte vitale aux droits de l'Homme les plus élémentaires. C'est un dilemme trop dur. Je prie de tout mon cœur pour qu'un tel ordre ne soit plus jamais donné, mais s'il n'y a pas le choix, je le dis clairement : un soldat doit exécuter les ordres de l'armée». Dont acte. Il a corrigé le tir mais il n’effacera pas le doute sur son éventuel comportement en cas de décisions douloureuses imposées par le gouvernement.

Menace sur la démocratie

            Benjamin Netanyahou, fin politique, n’a pas raté l’occasion de donner une leçon à ce «jeunot» qui le provoque à toutes les réunions du Cabinet de Sécurité au point qu'il envisage de le remplacer par les Travaillistes. Son parti fait double emploi avec le Likoud avec qui il partage les mêmes électeurs et la même idéologie. Le premier ministre a donc fustigé ceux qui désobéiraient à l'armée en cas d'évacuations d'implantations en Cisjordanie : «Celui qui défend l’insubordination ne servira pas dans mon cabinet. Les discussions sur le refus d’ordonnance étaient très graves. Le bien-être d’Israël dépend du respect de Tsahal». Cette mise en garde s’adressait aussi  aux membres de son parti comme à ceux, à l'extérieur comme Moshe Feiglin, qui préconisaient également le refus des ordres de Tsahal d’évacuer les implantations.

            Certains prétendent que le soldat n’est pas tenu d'exécuter des ordres pouvant être considérés comme excessifs. Cela est valable dans un régime dictatorial où un seul homme, parfois à la limite de la folie, impose ses directives. En Israël il y a plusieurs garde-fous. Netanyahou ne décide pas seul puisque ses propositions doivent obtenir l’agrément de la majorité des voix ministérielles, ou le cas échéant la majorité du Cabinet de Sécurité constitué des huit principaux ministres. Et si le gouvernement dérape, il peut être repris par la Knesset qui a pouvoir de le renverser si elle estime ses actes non conformes à l’intérêt du pays. Le peuple a toujours le dernier mot.
 Cérémonie au Kotel
            L’armée est trop précieuse en Israël pour qu’elle soit impliquée dans les joutes oratoires des dirigeants politiques. Son éclatement pour des motifs purement politiques ne ferait le jeu que de ses ennemis. L'avenir d'Israël dépend de la crédibilité que le peuple exprime à l'égard de Tsahal.


    

6 commentaires:

Fernand COHEN-TANNOUDJI a dit…

il y a d'autres jours dans l'annee pour parler "morale"...j'ai soutenu Meir Dagan quand il a parle "morale"...sur ce coup la, j'ai plus de mal, tant sur la forme, le timing et le fond, son ecart est du essentielement a l'absence totale de strategie politique exterieure et interieure...donc les generaux se prennent pour des ministres et les ministres pour des generaux....je partage l'avis de Jacques B, concernant le respect absolu de Tsahal, mais sur ce coup..ce general ..il a vraiment deraille ..et j'espere que l on ne le payera pas tous les ans le jour de la Shoa dans la presse etrangere pendant de nombreuses annees...

Georges KABI a dit…

Jacques, on voit bien ta dexterite journalistique, mais il faut etre souvent direct, d'autant plus que les principaux cadres de Tsahal font partie de l'aile extremiste du sionisme-religieux. Et ces gens la ont un agenda politique tres clair qu'ils ne cachent meme pas!
Ce n'est pas un hasard si les atteintes contre les Arabes des territoires n'aboutissement a pratiquement rien. Tout le monde connait l'identite du coupable des assasinats montrueux commis contre la famille Dawabshe, mais tout le monde se tait.
Le franc-parler de Bennett n'est pas un hasard. C'est repetitif. Cet homme, son parti et ses electeurs veulent voir un Etat dont la Constitution serait la Halakha et ou les decisions ultimes confiees a une assemble de rabbins. Celui qui s'oppose a cette conception est automatiquement traite de "gauchiste" et on lui promet une fin prochaine. En bref, on a icii un Daesh juif!

Moshe Bar Eli a dit…

Kol Hakavod Tsahal
Aujourd'hui c'est le cœur qui parle
Vivre cette veille du Yom Hazikaron en Israël, au moment de la sirène de 20h est un des moments le plus émouvant qu'un juif, religieux, laïc et même agnostique ou athée peut ressentir. C'est incroyablement fort.
"Le cadavre est couché mais l'idée reste debout"
Il est à noter que ce 10 mai 2016 est en France le jour de la commémoration de l'Esclavage. Or Juifs et Noirs avons été esclaves et sommes aujourd'hui Bnei Horim
Immense respect et gratitude pour tous ceux qui sont tombés pour que nous vivions
Longue vie à Israêl
Am Israel Haï

Nono a dit…

Le commentaire de Georges Kabi est un parfait exemple de calomnie. Il applique le vieux principe de tous les propagandistes, celui de la généralisation et de l'emploi systématique du "On" . Sa comparaison avec Daesh est indigne et stupide.

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Tout ce discours actuel sur "l'obéissance des militaires au pouvoir civil" en démocratie, ne masque-t-il pas cet amalgame qui se propage en Occident, et y compris jusqu'en Israël, qui voudrait faire des Musulmans de 2016 les Juifs des années 30 ?

Très cordialement.

andre a dit…

Un texte émouvant pour les juifs qui n'ont pas contracté la " haine de soi" . Israël est la réponse à toutes les interrogations des juifs dans le monde .Tsahal c'est l'armée du peuple juif et elle obéira toujours à ceux qui ont le droit de la commander .
Bonne fête aux israéliens et gloire à tous ceux qui sont tombés pour que vive Israël!