ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 21 mai 2016

L'extrême droite a le vent en poupe par Gérard AKOUN



L’EXTRÊME DROITE A LE VENT EN  POUPE

Par Gérard AKOUN

            
Les deux candidats, à droite Norbert Hofer

          Le  22 mai, dimanche prochain, se déroulera, en Autriche, le deuxième tour de l’élection présidentielle et toutes les conditions sont réunies pour que Norbert Hofer le candidat du FPO, le parti d’extrême droite, soit élu. Son adversaire, Alexander Van der Bellen, soutenu par les  écologistes,  avait été largement devancé au premier tour. Il ne peut rattraper son retard et battre le candidat de l’extrême droite, cela tiendrait du miracle, dans la mesure où les conservateurs et les sociaux-démocrates éliminés dès le premier tour n’ont pas appelé à voter pour lui.



            En l’absence d’un front républicain les jeux sont faits : l’Union Européenne  comprendra en son sein un État dirigé par une extrême droite xénophobe, autoritaire et eurosceptique. La nouvelle Autriche va renforcer ainsi au sein de l’Europe les positions du groupe de Višegrad (Pologne, Hongrie, Slovaquie, République tchèque). Les pays qui composent ce groupe ont une conception très particulière de la solidarité, elle ne peut s’exercer qu’à leur avantage, il n’y a pas de retour d’ascenseur  et quant à la démocratie, leurs gouvernements s’efforcent de rogner autant que se peut les  libertés, la liberté de la presse par exemple, sans que cela ne trouble particulièrement les populations qui continuent à leur apporter leur soutien. Ils n’ont retenu du libéralisme que le libéralisme économique comme les dirigeants  chinois.

            Il ne faut pas se cacher la tête dans le sable ; on assiste dans toute l’Europe et au-delà, pour des raisons qui ne sont pas seulement économiques, à une montée de la xénophobie, du racisme, des nationalismes, au rejet des élites, au repli sur soi, à la recherche de boucs émissaires.  Ces poisons pénètrent tout le corps social. Les populistes  font leur miel de ce malaise.   Nous risquons nous même d’en être les victimes. Marine Le Pen qui avait assisté à Vienne, en 2012, au bal annuel organisé par les néo-nazis,  doit jubiler ; elle saluera cette victoire de ses amis du FPO comme un  prélude à la sienne. Elle est certes créditée en 2017, au premier tour, d’un score  qui lui permettrait d’être présente au second tour mais sa victoire à l’issue  de ce scrutin n’est pas encore, heureusement, inscrite dans les sondages. Opposée à un  candidat de droite, Marine Le Pen serait  battue.  
            La gauche appliquerait le front républicain et  appellerait à voter contre la fille, comme elle l’avait fait contre le père en 2002. Beaucoup s’abstiendront, mais les autres, iront voter la rage au cœur, mais ils voteront.  Si le duel avait  lieu entre elle et un candidat de gauche, il n’est pas certain que les droites  appelleraient à lui  faire barrage.  Ce  serait comme  pour les dernières élections le «ni, ni» qui primerait. Il existe une porosité entre les deux électorats qui ne peut être niée, reposant sur des valeurs qui leurs sont communes et qui ont été  avivées par la loi sur le mariage pour tous. Le résultat restera incertain.
            Ce ne sont bien sur que des hypothèses. A un an de l’élection, tout reste à la fois  possible et imprévisible.  Nous sommes  à la merci d’événements extérieurs sur lesquels nous n’avons pas de prise réelle ou intérieurs comme ces manifestations qui se perpétuent et qui peuvent à tout moment devenir incontrôlables. Mais il est certain que l’amplification de  cette violence, condamnée par 74 %  de la population y compris par ceux qui éprouvent de la sympathie pour le mouvement, ne peut, à terme, que servir l’extrême droite.  

2 commentaires:

Véronique ALLOUCHE a dit…

La xénophobie, le racisme et le repli sur soi ne sont effectivement pas uniquement dus aux seules conséquences économiques. Le nombre important de migrants arrivant en masse et devant lequel les différents gouvernements semblent débordés inquiète les européens. Les attentats meurtriers ont également joué sur les peurs et le rejet de l'autre, c'est à dire des musulmans très nombreux et pour la plupart, peu enclins à partager les valeurs de nos sociétés occidentales.
Enfin pour ne parler que de la France, ces manifestations ultra violentes auxquelles nous assistons démontre l'incompétence et le laisser-faire d'une gauche au pouvoir, qui a pourtant mis en place un supposé état d'urgence dont on ne voit pas l'application en ces temps de troubles sociaux.
C'est ainsi que toutes les conditions sont réunies pour mener à bien le projet de l'extrême droite et personne ne s'en étonnera.
Bien cordialement

Bernard Meyer a dit…

@j.Benillouche
Lire un article Euro-Francais concernant la politique, sans aucune allusion à Israel et aux juifs dans un blog Franco-juif-Israelien, est une grande première et il serait intéressant de continuer à offrir de temps à autre à vos lecteurs de tels articles compte tenu de l'origine et de la culture du plus grand nombre d'entre eux.
Bernard Meyer