ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 23 mai 2016

La tentation Lieberman



LA TENTATION LIEBERMAN

Par Jacques BENILLOUCHE

Copyright © Temps et Contretemps

            

          C’est tout naturellement vers Avigdor Lieberman que Benjamin Netanyahou s’est tourné lorsque l’accord avec les Travaillistes n’a pu être réalisé. La gauche se sent rassurée de l’échec car elle savait qu’elle s'orientait vers un gouvernement d’inertie nationale. C’était déjà dans les tuyaux ; Lieberman piaffait d’impatience. Netanyahou a berné Herzog en lui faisant croire qu’il adhérait à ses exigences pour mieux convaincre le parti Israël Beiteinou d’entrer dans la coalition. Le premier ministre a usé de son art politique pour donner des espérances à l’opposition alors qu'il voulait en fait la réduire en lambeaux. Il y est parvenu en créant la zizanie entre les leaders de gauche. Yitzhak Herzog, l’erreur de casting des travaillistes, aura du mal à se relever de ses illusions et son résultat sera de permettre au gouvernement actuel de survivre jusqu’en 2019.
Voir la vidéo du débat de Jacques Benillouche avec Emmanuel Navon sur I24news



            Netanyahou avaient de multiples raisons pour expliquer son choix politique. Sa coalition de 61 députés sur 120 à la Knesset s'effilochait au fil du temps. Or Netanyahou n’est pas homme à accepter de se faire dicter sa politique. La majorité étroite permettait à chaque député d’imposer sa volonté. On l’a vu avec le cas du député Oren Hazan qui avait volontairement raté certains votes. Il avait été sanctionné en étant exclu de la commission intérieure et de la commission de la Défense et des affaires étrangères de la Knesset. La majorité n’était plus réduite qu’à 60 voix. On a constaté aussi que quelques apparatchiks du Likoud, David Amsalem et Avraham Neguise, menaçaient de mettre en danger le gouvernement s’il n’autorisait pas l’alyah de 1.300 Juifs éthiopiens.  Ces deux députés avaient donc décidé de s’abstenir de donner leur voix au gouvernement. Le premier ministre ne pouvait pas mécontenter les Juifs orthodoxes qui voyaient d’un mauvais œil l’arrivée des derniers Falash Moura qui ne sont pas reconnus comme Juifs après s’être convertis depuis deux générations.
Rivlin-Yaalon

            Benjamin Netanyahou voulait «muscler» son gouvernement accusé de faiblesse en raison des libertés prises par certains dirigeants à exprimer des critiques «dans les forums pertinents». Mais le choix de remplacer un leader de l’aile modérée du Likoud, proche du président Réouven Rivlin, par un homme politique qualifié d’extrême-droite en raison de ses positions racistes anti arabes, peut sembler inapproprié.  Le ministère de la défense est le poste le plus puissant après celui de premier ministre. Il paraît donc paradoxal de confier ce ministère à un ancien caporal magasinier, qui n’a effectué que 12 mois de service militaire actif.  D’autre part, les politiques ont la mémoire courte car Lieberman avait accusé le premier ministre d'être «un menteur et un fraudeur et un chef de file qui ne sait pas prendre des décisions». À l'époque un porte-parole du Likoud avait raillé Lieberman sur les questions de sécurité en disant que «la seule balle qui ait sifflé à ses oreilles et qui l’ait frôlé était une balle de tennis».
            Netanyahou a préféré oublier que depuis un an, Lieberman complotait avec d'autres chefs de partis pour le remplacer. Ses propos populistes ont souvent choqué mais c’était la marque de fabrique du personnage. Il avait menacé l’Égypte de bombarder le barrage d’Assouan et recommandé la décapitation des traîtres parmi les citoyens arabes israéliens. Il était prêt, s'il était nommé à la Défense, à ordonner la mise à mort des dirigeants du Hamas s'ils n’acceptaient pas le retour des corps des soldats israéliens tués à Gaza en 2014. Il a proposé la peine de mort pour les terroristes et a exigé des Arabes israéliens un serment d'allégeance à l'État comme condition à leur citoyenneté.
"Le tireur fou de Hébron ouvre à Lieberman les portes du ministère de La Défense (Amos Biderman).

            La nomination d’un «civil» à la Défense, qui se fait dans toutes les démocraties occidentales, aurait cependant plusieurs avantages. Cela réduirait les tensions et les rivalités entre le Chef d’État-major et son ministre bien que les rôles soient strictement définis. Ehud Barak avait développé des relations exécrables avec Tsahal parce qu’il ne voulait pas concentrer sa charge sur les options politiques, laissant les militaires préparer les projets et conseiller le gouvernement sur les questions sécuritaires.
            Netanyahou pouvait difficilement proposer à nouveau à Lieberman le ministère des Affaires étrangères qu’il avait occupé entre 2009 et 2015, dans des conditions dramatiques pour la diplomatie israélienne. Il était devenu persona non grata dans toutes les chancelleries européennes ce qui réduisait les occasions d’Israël d’exposer ses positions. Il avait géré son ministère à coups de trique en poussant à la sortie les meilleurs diplomates qui lui faisaient de l’ombre ou en les menaçant de révocation.
            Mais en plus de consolider sa majorité, Netanyahou voulait modifier l’image qu’il était à la tête d’une coalition faible, faisant du sur place et tiraillée par les rivalités internes entre dirigeants. L’arrivée de Lieberman rehausserait le prestige du gouvernement auprès des nationalistes. Le premier ministre espère masquer ainsi les concessions douloureuses par lesquels l’État d’Israël devra passer s’il veut atteindre un accord avec les Palestiniens. 

          Or, contrairement à sa réputation, Lieberman a changé et est devenu pragmatique par la force des événements. Il a compris que c’était pour lui le seul moyen d’arriver au pouvoir. Ainsi, il n’est plus le défenseur du dogme du Grand Israël qu’il estime dorénavant caduc. Il prône une séparation avec les Palestiniens quitte à ce qu’ils créent  leur État. Il en a parlé secrètement à Paris avec Mohamed Dahlan avec qui il entretient des relations étroites pour l'aider à remplacer Mahmoud Abbas.

            Il a publié son programme ce qui est original pour un homme politique israélien. Il veut garder les trois grands blocs d’implantations de Cisjordanie, Maale Adoumim, Ariel et Goush Etsion après avoir évacué les petites entités isolées au sein des zones arabes. Il veut faire admettre un échange de territoires en offrant une bande de territoires de trois kilomètres de large, le long de la «ligne verte» délimitée par les villes d’Oum El Fahm, Ara, Tira et Kfar Kassem, pour intégrer ces villages arabes israéliens à la Cisjordanie. La séparation aurait pour conséquence de se débarrasser des villes arabes qui n’ont jamais admis la création d’Israël et qui sont des foyers de terrorisme. Cela permettrait à certains députés arabes contestataires, Ahmed Tibi, Jamal Zahalka, et Hanin Zoabi, de mettre leurs compétences au service de leur État arabe palestinien. Pour toute éventuelle reprise des négociations, Netanyahou a donc besoin d’un gouvernement fort, marqué à droite, pour imposer une solution aux Israéliens comme naguère Begin ou Sharon.  Lieberman lui offrirait sa caution nationaliste.
            Sur le plan du fonctionnement du gouvernement, le premier ministre ne pouvait pas continuer à cumuler plusieurs ministères et laisser vacant le ministère des affaires étrangères au moment où des gesticulations européennes sont de plus en plus pressantes et où l’incertitude plane sur le nouveau président des États-Unis. Hillary Clinton ferait pratiquement la même politique qu’Obama, avec cependant des méthodes un peu plus lisses. L’entrée de Lieberman permettrait de reconfigurer un gouvernement sans âme. Par ailleurs, des mesures urgentes sont à prendre sur le plan économique puisque  la Banque d’Israël vient de lancer un message d’alerte sur une possible récession avec à la clef de nombreux licenciements dans le high-tech.

            Enfin, les conséquences fondamentales de la recomposition dans la région du Moyen-Orient se sont traduites par le retour en force de la Russie. L’homme fort du moment, Poutine, entretient des relations intéressées, presque cordiales, avec Lieberman. En plus de parler la même langue natale, ils parlent le même langage de fermeté. Or les Russes ont déployé des défenses aériennes de pointe au-dessus de la Syrie et contrôlent le ciel avec l’aide de leurs avions de chasse, en réduisant la liberté de mouvement d'Israël. Il est important qu’un dialogue s’engage pour éviter le pire.
Ehud Barak en 2016

            La question complexe reste la méthode qui sera utilisée par le «caporal» dans ses relations avec les officiers qui ne sont pas du genre à se laisser traiter comme l’ont été les diplomates. La nomination de Lieberman fait des vagues à l’intérieur du pays et il est fort probable qu’elle sera aussi condamnée à l’étranger car le personnage est sulfureux. L’ancien ministre de la défense Ehud Barak en est aux mises en garde : «le gouvernement montre des signes de fascisme. Le renvoi de Yaalon devrait être une lumière rouge pour nous tous, sur ce qui se passe au sein du gouvernement. Ce renvoi est la fin d'une chaîne d'événements qui a commencé avec le soldat qui a tiré sur le terroriste. Ces incidents montrent qu’il y a une prise de contrôle hostile du gouvernement israélien par des éléments dangereux. La nomination de ministres de la défense inappropriés conduit à des résultats dangereux. Lieberman va essayer de paraître modéré, mais tôt ou tard, nous allons payer le prix».

            Cette charge terrible d’un ancien dirigeant militaire et politique démontre que Netanyahou n’aura pas la tâche facile. La remise en selle d’Avigdor Lieberman risque de réveiller des ambitions auprès de ceux qui avaient jusqu'alors adopté un profil bas en se mettant en réserve de la politique. Il n'est pas certain que nous attendrons 2019 pour voir les choses changer. 

1 commentaire:

andre a dit…

Excellente analyse ! Pour arriver à un accord avec les palestiniens,, si tant est qu'ils le souhaitent, il ne faut pas qu'il y ait des réticences et des résistances du côté israélien. Liebermann, classé à l'extrême droite, à tort d'ailleurs, permettra l'union nationale ou quelque chose qui en tienne lieu. Bravo Jacques !