Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 13 août 2018

Les jolies colonies de vacances de Gaza



LES JOLIES COLONIES DE VACANCES DE GAZA

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps



On s’étonne de l’engouement des jeunes du Hamas à suivre les instructions quasi militaires données par leurs dirigeants pour participer aux manifestations d’ampleur à la frontière israélienne. On ne s’étonne plus quand on sait que, dès leur jeune âge, ils sont intoxiqués avec un esprit de vengeance dans des camps d'été du Hamas qui n'ont rien de réelles colonies de vacances. Les jeunes, en uniforme, suivent une formation militaire et paramilitaire dans des avants-postes et dans les installations de la branche militaire du Hamas. On les habitue très jeunes au danger et au feu.



Les camps ont ouvert le 6 août 2018 et sont intitulés «pionniers de la libération». Il s’agit de stages intensifs, organisés dans les écoles par des miliciens des brigades Ezzedine al-Qasem à proximité des avant-postes d’Al-Qadisiyyah, Yarmouk et Al-Shuhadaa. La formation est théorique et pratique à base d’endoctrinement idéologique du Hamas ce qui ne prête à aucune interprétation. Les instructeurs portent sur le bras gauche l’insigne des brigades. Certains exercices sont dangereux puisque les jeunes doivent évoluer au dessus d’un feu dans la province de Khan Yunis. En plus des leçons théoriques en classe, des cours pratiques sont organisés sur le maniement des armes ainsi que des exercices d’escalade de murs.  

Le but du Hamas est de créer une nouvelle génération de membres, qui seront intégrés dans les activités politiques, militaires et gouvernementales du mouvement pour garantir son autorité à long terme sur la bande de Gaza.
Fathi Hamad

Dans son programme de formation, le Hamas enseigne une idéologie radicale incluant la haine d’Israël, la «libération» de toute la Palestine uniquement à travers la lutte militaire et les valeurs de l’islam radical inspirées des Frères musulmans. Fathi Hamad, ancien ministre de l’intérieur du Hamas leur inculque la nécessité «du retour des réfugiés palestiniens à Ashdod, Yavne Jaffa, Acre, Lod, Ramla et tous les villages de Palestine». Avec ce genre d’objectif, la nouvelle génération ne pense pas à la paix et s’acharne à vouloir régler le conflit uniquement par les armes.
Les Chahid

La direction du Hamas est inconsciente du mal qu’elle entretient.  Elle est très impliquée  puisque, le 7 août 2018, une visite de hauts responsables de l’organisation s’est rendue dans la province de Khan Yunis. Les visiteurs étaient dirigés par Yahya Moussa, membre du Conseil législatif palestinien, et Imad Aslim, président du Comité des camps d'été de la province de Khan Yunis. Tout au long du parcours de la visite,  des photos de chahids de la branche militaire ont été dressées pour glorifier leurs mémoires mais surtout pour développer auprès des jeunes l’esprit de sacrifice des martyrs.
Visite de dirigeants

Les camps d’été ont ouvert le 14 juillet avec pour thème cette année «je retourne dans mon pays». Des activités inspirées des «marches du retour» ont consisté à des lancers de ballons et de pierres. La colonie de vacances a inclus un entrainement militaire avec des miliciens armés qui leur ont appris à démonter et à remonter des armes, à tirer à la carabine et surtout à s’entraîner à l’enlèvement d’Israéliens.  Drôle de colonie de vacances. où on enseigne la mort!

Des dizaines de milliers sont envoyés par leurs parents à l’école de la haine, parfois financée par l’UNRWA, l’organisation d’aide aux réfugiés. Le Hamas veut endoctriner les jeunes très tôt pour ne pas qu’ils échappent à son emprise. Il ne s’en cache pas. Amjad Mazid, président du comité des camps d’été a déclaré que «l’objectif des camps est d'inculquer le «concept de retour» parmi les campeurs et de les éduquer à respecter les principes et droits des Palestiniens». Un autre responsable, Hamad al-Raqab , a loué «les héros du chahid, les blessés et les prisonniers».
Formation des gamins à l'usage des pneus enflammés

C'est dans cet esprit que l'intoxication des jeunes palestiniens est organisée. Elle laisse peu de place au concept de la paix et de la réconciliation. Le Hamas porte l'entière responsabilité du sacrifice volontaire d'une génération, voire deux. Il a fait la preuve que son éradication permettra seule de donner un sens à l'avenir pacifique des populations de Gaza.

4 commentaires:

David a dit…

Avec une idéologie pareille, la paix est bien loin...

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

De tous temps - et surtout dans les périodes troublées - les pouvoirs politiques n'ont-ils pas toujours enrôlé leur jeunesse ?

Les Allemands ont eu leurs Hitlerjugend et l'URSS a eu le Komsomol. Quant à la France, de 1940 à 1944, n'a-t-elle pas eu les Chantiers de la Jeunesse "conçus comme le phare que le régime de Vichy entendait faire rayonner dans le cadre de sa politique de la jeunesse" ?
Christophe Pecout de l'Université Lille-II explique même que "l'organisation était en réalité une armée secrète mise en place par le maréchal Pétain pour reprendre les combats le moment venu".

Comment voulez qu'il en soit autrement pour le Hamas ?

Très cordialement.

denis sabrié a dit…

Chalom à tous,

Un article qui nous " parle.." hélas..
en ce qui concerne cette école de la haine financée par l'UNRWA en partie, on peut donc affirmer que cette organisation, l'UNRWA est antisémite et que les Services de renseignements seront se souvenir des individus qui la composent...




The Old Dreamer a dit…

Patience. Le temps est notre meilleur allié