Après l’affichage du premier article, le chargement des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.

ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

jeudi 23 août 2018

Hezbollah : Deuxième armée du Moyen-Orient


HEZBOLLAH : DEUXIÈME ARMÉE DU MOYEN-ORIENT
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps
            

          On comprend mieux pourquoi l’État-major a voulu isoler les risques du Sud en négociant au mieux avec le Hamas pour concentrer tous les moyens militaires au nord, aux frontières syrienne et libanaise. Le quotidien israélien Yediot Aharonot rapporte, sur la base d’informations sécuritaires, que le Hezbollah est à présent la deuxième armée du Moyen-Orient au vu de ses capacités militaires : «La plus forte armée du Moyen-Orient après l’armée israélienne a reçu un nouvel arsenal d’armes comportant des dispositifs de vision nocturne spéciaux et de haute qualité, des armes de combat électroniques des drones, ainsi que des mortiers transportant une demie-tonne d’explosifs et des roquettes».


Hezbollah en Syrie

On n’ira pas jusqu’à dire comme Hassan Nasrallah que «la Résistance au Liban, avec ses armes, ses hommes, ses capacités, son expertise, sa foi, sa détermination est plus forte que l'armée israélienne». Mais le risque s’est accru et le Hezbollah est devenu une véritable armée avec qui il faut compter. En cas de conflit, il ne s’agirait plus d’une guerre asymétrique mais d’une guerre entre armées de métier.
Enterrement Hezbollah

            Les miliciens libanais ont acquis chèrement, au prix de centaines de morts, une certaine expertise des combats en Syrie. Selon Yediot : «L’armée israélienne réalise que le Hezbollah a acquis une grande expérience dans la guerre en Syrie. Voilà pourquoi elle ressent plus que jamais la nécessité d’instaurer des changements radicaux pour se préparer à la prochaine épreuve de force avec l’armée la plus forte du Moyen-Orient après l’armée israélienne. Pour la première fois, les forces terrestres de l’armée israélienne mettent en œuvre une stratégie de « bataille combinée » en quatre dimensions en prévision d’une éventuelle guerre avec le Hezbollah. Ces derniers jours, les militaires israéliens ont mené les exercices d’entraînement les plus importants menés par la 36ème division blindée, y compris la 7ème brigade blindée».

            Il ne s’agit pas de propos alarmistes mais réalistes car on ne doit pas sous-estimer ses ennemis. C’est pourquoi les gesticulations politiques pour la nomination du prochain chef de Tsahal sont déplacées car l’armée doit se sentir unie et soutenue par la population. La politique et la religion n’ont rien à y faire. Le gouvernement doit désigner le véritable général qui aura la charge d’améliorer les capacités stratégiques de Tsahal sachant que la compétence doit être le seul credo du général choisi.

            Gadi Eizenkot, qui est un stratège reconnu, avait anticipé ce risque en 2015 en présentant son plan quinquennal «Gideon», du nom du guerrier de la Bible à qui Dieu avait ordonné de combattre les Madianites et de détruire leurs idoles. Le plan Gideon, qui reconnaît que dans un État démocratique l'armée est soumise à la suprématie du gouvernement, repose sur trois piliers définis depuis la création de l’État par David Ben Gourion : dissuasion, alerte rapide et résultat décisif. Un quatrième vient d’être rajouté : la défense.  Tsahal considère que sa mission consiste à repousser et à neutraliser les menaces, créant ainsi une dissuasion efficace, à reporter si possible la confrontation, mais aussi à utiliser des stratégies défensives et offensives et la force de la manière la plus déterminée et la plus efficace, dans le respect du droit international et des règles de la guerre.
            Eizenkot avait alors décrit le Printemps arabe comme un bouleversement aux rebondissements inattendus : «L'ancien ordre s'est effondré. Quatre pays - la Syrie, la Libye, le Yémen et l’Irak - ont été façonnés par la guerre civile et le déclin du gouvernement central». Il avait vu juste. La stratégie de Tsahal considère aujourd’hui le Hezbollah comme un ennemi dangereux en possession de près de 100.000 missiles et roquettes pouvant être dirigés sur presque tous les sites militaires ou stratégiques en Israël.  Fait étonnant, Eizenkot, se référant certainement aux renseignements de l’armée, a peu mentionné l’Iran dans son document et il le définit comme une menace contre Israël, uniquement à travers son soutien aux groupes terroristes dans la région. Contrairement à Benjamin Netanyahou, il ne soulève pas le problème de son programme nucléaire. Eizenkot et ses principaux commandants militaires ont en effet critiqué l’accord nucléaire avec l’Iran mais ils reconnaissent qu’il contient des éléments positifs, au moins pour la durée de 10 ans, sauf si l’Iran trichait.
Eizenkot avec la brigade golani au Golan

            Après la guerre du Liban et dans cet esprit, Eizenkot a réorganisé l’armée à sa façon pour l’adapter à la réalité émergente. Le nombre de chars a été réduit de 75% et celui des avions de combat de 50% en éliminant les modèles anciens ou périmés pour garder les plus efficaces. Il a étendu la flotte de sous-marins à six avec, selon les informations des chancelleries étrangères, une capacité de lancer des missiles nucléaires. Il a augmenté de 400% le nombre de drones, amélioré les capacités de renseignement et de cyber. Eizenkot, dont on parle de lui comme du meilleur chef d’État-major de l’Histoire d’Israël,  a précisément mesuré les défis, les risques et les opportunités auxquels Israël est confronté mais il sent qu’il existe une certaine réticence de la part du gouvernement à admettre sa stratégie.
            Le bataillon «Gideon», faisant partie de la brigade Golani, a été renforcé pour prendre en charge la défense de la zone de Gilboa. Ce bataillon célèbre a conduit l’opération «Assaf» pendant la guerre d’Indépendance, la prise de Tel Facher, de Tel Azziat et des ruines de Bāniyās pendant la Guerre des Six Jours, enfin le combat sur le mont Hermon pendant la Guerre du Kippour et l’Opération «Litani» du Liban. Il assure aujourd’hui la protection des communautés israéliennes de la frontière nord. Le bataillon utilise à présent la haute technologie avec ses 24 drones-espions capables de détecter tout élément douteux émettant un signal, d’identifier sa position et de le neutraliser. Les soldats du bataillon, sont aussi équipés d’obus de mortier dotés de capacités de contrôle de vol et d’un rayon d’une précision de cinq mètres.
            Tout a été prévu par l’État-major selon Yediot : «Chaque unité des forces terrestres disposera d’une batterie de défense anti-aérienne pour combattre les mortiers lourds et les menaces balistiques des drones. L’unité de l’armée de l’air disposera d’un petit aéroport avec une équipe de contrôle aérien qui gérera tout ce qui se passe jusqu’à 1.000 pieds d’altitude. Les forces terrestres et l’aviation couvriront également le territoire aérien au-dessus de 1.000 pieds, tandis que la seule zone située au-dessus de 3.000 pieds serait couverte par l’armée de l’air».

            Près de 400 soldats ont été chargés d’analyser le potentiel du Hezbollah au Golan, certainement en s’infiltrant derrière les lignes ennemies. Ils constituent les effectifs pour consolider les services de renseignements de l’armée.  Il n’y aura pas de surprise pour Tsahal au Golan. La deuxième armée du Moyen-Orient est attendue de pied ferme si d’aventure elle cherchait à se confronter aux Israéliens qui sont cependant convaincus qu’elle n’en a pas l’intention, pour l’instant, préférant se couvrir derrière les mercenaires iraniens et les Gardiens de la révolution.   



1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

"Hezbollah deuxième armée du Moyen-Orient", ça fait son petit effet après l'article sur le "tigre en papier" !
"On n'ira pas jusqu'à dire..." mais on dit quand même, et ce qu'on dit fait froid dans le dos.

Mais ce qu'on ne dit pas - que tout le monde sait - c'est que derrière la première armée du Moyen-Orient, il y a la première armée du monde, et que l'Iran est devenu l'ennemi irréductible de Trump.
"Tout est prévu par l'état-major", dites-vous, gageons qu'il a même déjà prévu le nombre de morts.

Très cordialement.