ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 22 février 2014

LES LIGNES DE DÉMARCATION Par Jean SMIA



LES LIGNES DE DÉMARCATION

Par Jean SMIA

copyright © Temps et Contretemps


Les pays satellites russes

          Les signes de désengagement des États-Unis de l'Orient Musulman et du Moyen-Orient rendent perméables certains territoires à des approches pour satellisations. Ainsi, l'Union Européenne projetait d'ajouter l'Ukraine à ses adhérents. C'est sans compter sur le fait que la Russie, non seulement n'est pas prêteuse, mais particulièrement jalouse quant à ses satellites. Il est vrai que, paralysé de réactions violentes par Sotchi, Poutine a seulement fait  savoir que les événements en Ukraine sont la «conséquence directe de la connivence de responsables politiques occidentaux et des structures européennes qui ont fermé les yeux sur les actions agressives de forces radicales».



Amitié active
Mort à Kiev

Donc ces forces radicales, des hooligans en fait, sont en train de mettre en danger un gouvernement ami qui peut compter sur l'«amitié active» de son voisin russe qui, juste après la cérémonie de clôture de Sotchi, dépêchera quelques chars pour mettre au pas ces hooligans. Comme mesures de rétorsion, on a clairement entendu dire que «les biens mal acquis» des responsables ukrainiens seraient saisis. Il existerait, donc, des biens mal acquis appartenant à des responsables ukrainiens ? Et que c'est de cette monnaie d'échange qu'il faut se servir pour obtenir qu'ils se démettent ? Autrement dit : «si tu es sage on ne te confisquera pas ce que tu as volé, sinon tu ne pourras plus en bénéficier». Beaucoup, à Fleury-Mérogis, aimeraient adhérer à cette convention: ils resteraient très sages.
Mais si les responsables politiques européens ont connaissance de la présence en Europe de biens mal acquis et qu'ils ne l'avaient pas dénoncé aussitôt certitude établie, cela ne constitue-t-il pas un délit de recel et de complicité de recel ? Et de combien d'autres biens mal acquis, non encore sous séquestre, sont-ils informés, nos responsables politiques, à part ceux des Ukrainiens ?
Qui peut m’empêcher d'imaginer qu'un «impôt libératoire occulte» ne permettrait pas à ces richesses de s'accumuler en paix ? Le ridicule de ces sanctions ne fait que souligner l'impuissance et l'incapacité de l'Europe d’être considérée comme une puissance avec laquelle il faut compter. L’Europe : c'est combien de divisions ? L’Europe, divisée comme elle est, ce n'est que de la division.

Échange standard

Iran-Russie

Cependant, s'il y avait un projet politique construit : à présent qu'on a mordu dans l'Ukraine, on pourrait, comme aux échecs, faire lâcher l'Iran par les Russes en échange d'une accalmie sur l'Ukraine. Ou l'inverse. Le rouble n'a plus les moyens de maintenir deux fronts. Mais pour faire ça, il faut avoir des chefs qui agissent et non des fonctionnaires qui réagissent.
L'autre ligne de démarcation qui est en train de se déplacer, c'est la ligne de démarcation entre le prosélytisme démocratique et le prosélytisme théocratique. Et là, ce ne sont ni les chars, ni le nombre de fantassins, ni les divisions blindées qui feront la différence, mais le progrès social obtenu par les citoyens des pays qui tenteraient la démocratie. C'est pourquoi cette nouvelle ligne de démarcation ne se situe plus au Mali, ni en Centrafrique, ni en Afghanistan, mais en Tunisie.
Assemblée tunisienne

Si la nouvelle constitution tunisienne permettait une rapide avancée sociale des Tunisiens, elle serait l’exemple à suivre pour tous les asservis par les imams et les ayatollahs. Mais cette ligne de front est malheureusement bien loin des préoccupations de l'Union Européenne et hormis quelques déploiements militaires, qui s'éparpillent selon le gré de groupuscules labellisés, il n’existe pas d'activisme démocratique. S'opposer militairement à ces groupuscules rapporte beaucoup d'argent aux marchands d'armes, qui disposent d'un lobby à Bruxelles. S'opposer à l'appauvrissement des démocraties naissantes : ça rapporte quoi et à qui ? C'est normal : Ils n'ont pas de lobby, donc Mme Ashton ne les entend pas.

1 commentaire:

Agathe DUBOIS a dit…

mais c'est en regardant une intervention de Adler hier dans "c'est dans l'air", qui disait "il faut geler les avoirs et les actions des oligarques ukrainiens "????

Nous abriterions donc de l'argent sale, et ça ne pose de problème à personne en Europe ??