ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 13 février 2014

ISRAËL ET LA TURQUIE Par Gérard AKOUN



ISRAËL ET LA TURQUIE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Il semblait à la lecture d’un certain nombre de déclarations faites par Tayyip Erdogan, premier ministre turc, et surtout de celle de son ministre des affaires étrangères Ahmet Davutoglu, que les relations entre Israël et la Turquie allait s’améliorer. En effet, les deux parties s’étaient mises d’accord sur la somme, qui servirait à indemniser les victimes du Mavi  Marmara ; on a parlé de 20 millions de dollars, et sur quelques autres dispositions.
Il s’agissait, vous vous en souvenez peut-être, de ce bateau, affrété, en mai 2010, par une association «humanitaire» proche du pouvoir, pour forcer «pacifiquement» le blocus de Gaza et qui en avait été empêché par les commandos israéliens. Mais, avant-hier Monsieur Erdogan a exigé aussi la levée du siège maritime de Gaza pour clore définitivement l’affaire. Comment expliquer cette volte-face ? 
Cliquer sur la suite pour entendre la chronique


video

Élections

Dans quelques semaines auront lieu des élections municipales que le premier ministre et son parti l’AKP ne peuvent se permettre de perdre. Un échec dans les grandes villes signerait la fin des rêves d’Erdogan qui se voit comme le futur Atatürk, version islamiste ou même comme le prochain calife.  Or la situation économique n’est pas des plus brillantes, la livre turque est dévaluée et des affaires de corruption jusqu’aux plus hauts sommets ont obligé plusieurs ministres à démissionner. 
Gülen

De plus Erdogan a perdu le soutien  de l’imam Fethullah Gülen, un  intellectuel et penseur  musulman, partisan d’un islam tolérant et moderne. Une personnalité de poids qui se trouve à la tête de la puissante confrérie Hizmet qui  regroupe 150 millions de personnes à travers le monde, des intellectuels et des cadres issus des couches moyennes et  qui dispose en  Turquie d’un réseau d’un millier d’écoles. Son influence est très forte, jusque dans les plus hautes sphères de l’État. 
Il avait soutenu l’AKP et son chef pendant de longues années, mais la mégalomanie et la dérive dictatoriale de Tayyip Erdogan ont provoqué la rupture entre les deux hommes. Ils  n’étaient plus d’accord sur le plan politique : Fethullah Gülen  avait critiqué la répression contre les manifestations étudiantes,  il est pour le dialogue interculturel et religieux, et n’a pas hésité à rentrer en relation avec le lobby juif aux États-Unis. Mais, il  est surtout très proche des américains dont il soutient la volonté de rapprocher Israël et la Turquie.

L’alibi des Palestiniens


Erdogan avait absolument besoin de mobiliser son électorat populaire qui commence à souffrir du ralentissement de la croissance, et qui est déçu par la corruption de l’AKP, «parti de la justice et du développement», le parti blanc qui devait lutter contre la corruption. Quelle meilleure carte pouvait-il jouer, pour ce faire, que le soutien au Hamas à Gaza, des frères musulmans et des sunnites comme lui, contre Israël.
Une fois de plus les Palestiniens sont utilisés à des fins personnelles qui leurs sont totalement étrangères. On remarquera que les Iraniens qui ne sont ni Arabes ni sunnites mais qui aspirent, eux aussi, à prendre la tête du monde arabe, soutiennent le Hamas. «Rien ne se fera sans la levée du siège de Gaza »a déclaré Erdogan, il faudra, sans doute, attendre les résultats électoraux de l’année 2014 pour que la situation puisse se débloquer.  Mais le ver est dans le fruit  et la bataille au sommet pour la présidence de la république est déjà commencée entre Abdullah Gul un disciple  de Gülen et un  Erdogan démonétisé. Des chances pour que les relations entre Israël et la Turquie se normalisent.

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

"Des chances pour que les relations entre Israël et la Turquie se normalisent."
Acceptons-en l'augure !