ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

dimanche 9 février 2014

NETANYAHOU VEUT JOUER LA CARTE DE MOHAMED DAHLAN




NETANYAHOU VEUT JOUER LA CARTE DE MOHAMED DAHLAN

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps


Haniyeh, Abbas et Dahlan
            
          Nous avons soulevé à plusieurs reprises le cas de Mohamed Dahlan  pressenti comme recours pour jouer à nouveau un grand rôle au sein de l’Autorité palestinienne. Avec la chute des Frères musulmans au Caire et l’affaiblissement du Hamas à Gaza, l’ancien dirigeant palestinien estime qu’il est temps pour lui de refaire surface sur la scène politique. Il avait été, durant plusieurs années, ministre et haut responsable de la sécurité de l’Autorité palestinienne. Le premier ministre Benjamin Netanyahou semble à présent vouloir jouer la carte de Mohamed Dahlan pour de débarrasser de Mahmoud Abbas.





Rempart contre l’islamisme

Mohamed Dahlan et Ehoud Olmert




En tant que combattant du Fatah, il avait connu les prisons israéliennes où il a appris couramment l'hébreu ce qui lui facilite les contacts avec le gouvernement israélien. Longtemps homme fort à Gaza, il est qualifié d’habile politicien et de rempart contre les islamistes qui le considèrent comme l’homme à abattre. Il avait été sacrifié par Mahmoud Abbas sur l’autel de la réconciliation avec le Hamas et avait été contraint à l’exil en Jordanie en 2011. Depuis il vit dans un exil doré entre Amman, le Qatar et les Émirats.

Mohamed Dahlan, symbole de la collaboration arabo-américano-israélienne, rêvait d’occuper le poste de vice-président qu’il n’a jamais obtenu. Il sort à présent de l’ombre car il sent que la situation pourrait tourner en sa faveur devant la montée des mécontentements à la fois en Cisjordanie et à Gaza. En effet la fermeture partielle du passage de Rafah, la destruction des tunnels de contrebande et l’isolement du Hamas ont créé une situation économique dramatique qui est pour l’instant sauvée par une collaboration économique tacite avec Israël.

Après avoir gardé le silence durant plusieurs années, il a publié plusieurs communiqués où il accuse le Hamas de se présenter comme «seul représentant du peuple palestinien et de vouloir éliminer le Fatah et l’OLP de la scène internationale». Il pense que le pourrissement de la situation risque d’offrir «la possibilité au Hamas d’annoncer la création d’un émirat dans la bande de Gaza». 
Il s’estime seul capable,  avec ses miliciens formés par la CIA en Jordanie, d’éradiquer le Djihad islamique au Sinaï et à Gaza. Il dispose en effet d’une structure paramilitaire financée par George W. Bush, la CIA et même le Mossad. C’est pour cela que Mohammed Nazal, membre du bureau politique du Hamas, l’accuse de travailler pour les services de renseignements israéliens et de leur transmettre des informations sur certains membres du Hamas à Gaza.


Expert illuminé


Mohamed Dahlan est un nationaliste convaincu que le régime de Gaza nuit aux intérêts de tous les palestiniens en maintenant une partition entre la Cisjordanie et Gaza. Il justifie donc son activisme pro-occidental par la nécessité de donner à l’Autorité les moyens financiers et militaires pour étendre son pouvoir à Gaza. Certains le considèrent comme un illuminé parce qu’il avait, en tant que ministre, présenté à son comité central un plan d’invasion de Gaza pour restaurer le pouvoir de l’Autorité palestinienne grâce à la collaboration avec les experts sécuritaires jordaniens, israéliens et même égyptiens. 
Coup d'Etat du Hamas en 2007

Mais le coup d’État des islamistes, en 2007 à Gaza, fut un échec cuisant et la fuite des généraux du Fatah vers l’Égypte n’avait pas été perçue comme une preuve de courage. Dahlan avait alors engagé ses troupes dans une guerre de renseignements contre Al-Qaeda pour s’attirer les faveurs américaines.

Aujourd’hui des informations en provenance du Fatah confirment que plusieurs militants ont poussé le président Mahmoud Abbas à modifier sa position vis-à-vis de Dahlan. Par ailleurs, les Émirats arabes unis et l’Égypte ont joué les médiateurs pour les réconcilier car ils pensent que Dahlan est celui qui pourrait apporter un changement à Gaza. Dans une vidéo postée sur You Tube le 28 octobre 2013, Mohamed Dahlan vient de confirmer que trois personnalités de premier plan ont servi d’intermédiaires : Yasser Abed Rabbo, secrétaire du Comité exécutif de l'OLP, Said Khoury, homme d'affaires palestinien installé aux Émirats arabes unis, et l'ambassadeur de Libye en Jordanie.
video



Réconciliation pour motif financier



Mahmoud Abbas ne se plierait pas à cette réconciliation de bonne grâce car la rancune est tenace mais il aurait besoin des Émirats, où Dahlan est installé, pour obtenir un financement des riches Arabes du Golfe. L’autorité palestinienne traverse une crise financière grave parce que tous les engagements économiques pris par les États du Golfe, à l’occasion des sommets de la Ligue Arabe, n’ont pas été respectés. 
Moubarak Al Nahyan

Dahlan, grâce à son expérience dans la gestion sécuritaire, est devenu un conseiller officiel des Émirats et en particulier de Moubarak Al Nahyan, héritier au trône d'Abou Dhabi et commandant adjoint des forces armées des Émirats Arabes Unis. Par ailleurs les Égyptiens pensent qu’il est l’expert militaire capable de résoudre les problèmes sécuritaires au Sinaï et l’homme fort pour verrouiller la frontière avec Gaza. 
Dahlan décoré par le président serbe en tant que représentant des Emirats

Il n’est pas certain que les ennemis de Dahlan au sein du Comité central du Fatah  faciliteront son retour parce que les appétits politiques se font plus intenses face à la succession ouverte de Mahmoud Abbas à la tête de l’Autorité. Mais Dahlan a l’avantage d’être à la fois un expert politique et militaire qui pourra sortir l’Autorité des sentiers politiques habituels. Il a l’oreille des Américains et des Israéliens et représente la nouvelle vague des dirigeants palestiniens. Il rappelle souvent avec fierté les onze arrestations qu’il a subies de la part des forces israéliennes même s’il a choisi de trouver un arrangement avec Israël. 
Comité central du Fatah

Deux clans antagonistes

Mohamed Rashid

Les guerres intestines au sein du peuple palestinien risquent d’être un blocage pour son retour. Par ailleurs un certain nombre de dirigeants palestiniens corrompus ne souhaitent pas perdre leur part de gâteau à l’instar de Muhammad Rashid, condamné par contumace pour avoir détourné 34 millions de dollars à l’Autorité palestinienne. The Sunday Times a révélé par ailleurs le 13 octobre 2013 que 2,3 milliards d’euros ont été transférés de l’Union Européenne aux Palestiniens, sans que soit contrôlé leur usage. Les contrôleurs de la Cour des comptes accusent l’Union européenne, qui connait le «très haut niveau» de risque de corruption de l’Autorité palestinienne, de n’avoir pris aucune mesure pour vérifier que les fonds versés étaient utilisés selon le programme planifié.

Cour des comptes de l'UE


Mohamed Dahlan est à nouveau dans l’attente que son rôle de recours soit reconnu. Son avenir politique dépend en particulier de l’état d’avancement des pourparlers israélo-palestiniens qui, selon les dernières indiscrétions, sont dans l’impasse au point que Saeb Erakat, le négociateur palestinien, ait présenté puis retiré sa démission.

Mahmoud Abbas a anticipé l’arrivée éventuelle de Dahlan en écartant ses partisans dans les services de sécurité, les ambassades et les ministères. Il a donné ordre de limiter leurs déplacements à l’étranger, au Liban en particulier, et dans les camps de réfugiés. D'ailleurs la femme de Dahlan, Jalila, n’a pas été autorisée à entrer dans un camp palestinien au Liban.  Bref tous les sympathisants de Dahlan sont tricards dans les rouages de l’Autorité palestinienne.

Mais la force de Mohamed Dahlan est que, contrairement à Mahmoud Abbas, il dispose de nombreux relais parmi les Palestiniens de l’étranger qui n’apprécient pas la corruption généralisée des dirigeants de l’intérieur. Il peut compter sur le soutien important de Marwan Barghouti, emprisonné en Israël, qui dispose toujours d’une grande influence en tant qu'ancien chef armé du Fatah. Il est persuadé qu'il pourra obtenir des Israéliens son élargissement pour constituer avec lui un duo solide capable de faire avancer les négociations.

Les tentatives de réconciliation ayant échoué, les attaques fusent de plus belle. Dahlan a accusé Abbas «de ne pas s'acquitter de ses responsabilités envers les Palestiniens et de les laisser se vautrer dans la pauvreté, ce qui oblige certains d'entre eux à travailler dans la construction de colonies israéliennes». Il se considère le plus qualifié pour occuper la présidence de l’Autorité en tant qu’ancien proche de Yasser Arafat, alors que tous les membres fondateurs du Fatah sont morts. Contrairement à Abbas, il est sûr de pouvoir apporter à la fois la sécurité en Cisjordanie et à Gaza et surtout l’argent nécessaire pour remonter l’économie palestinienne. Il estime que le président actuel est trop faible pour s’opposer aux constructions israéliennes dans les territoires.

Les dissensions internes au Fatah s’expriment à présent au grand jour puisque deux clans se sont créés en raison de la rivalité d’Abbas et de Dahlan ce qui fait l’affaire du Hamas qui montre une organisation unie et disciplinée. Nul ne sait qui sortira vainqueur d'un combat qui ne pourra être arbitré que de l'étranger.
 

3 commentaires:

Michel LEVY a dit…

Ceci n'empêche pas de penser que Dahlan soit un politicien ambigüe et ambitieux. Mais est-il le seul en Palestine ?
La gestion des conflits politiques par la kalachnikoff n'est pas très... disons, démocratique.

Arie AVIDOR a dit…

Toujours cette puérile recherche d'un "roitelet indigène" vénal et corrompu qui serait à notre botte ... Un fantasme qui retarde d'un siècle sur l'Histoire.

Hannah Gamrasni a dit…

Peut importe la personne, ils sont tous déterminer à ne jamais vouloir la paix ...