ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

lundi 29 juillet 2013

LA TUNISIE SUR LA VOIE D'UNE DEUXIÈME RÉVOLUTION



LA TUNISIE SUR LA VOIE D'UNE DEUXIÈME RÉVOLUTION 

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps
            
          
          Les manifestations en Tunisie ont pris de l’ampleur le 28 juillet à travers tout le pays, avec des milliers de personnes qui ont occupé la chaussée, avec calme et détermination. La Tunisie avait été la première à déclencher la révolution le 14 janvier 2011, avant celle d’Égypte du 25, mais à présent elle suit le mouvement qui a mis fin au régime des Frères musulmans. La contestation pacifique a gagné les députés puisque 60 d’entre eux ont décidé de démissionner  de l’ANC (Assemblée Nationale Constituante).




Dirigeants tunisiens sourds
Assemblée nationale


            Tout comme en Égypte, les dirigeants tunisiens restent sourds aux doléances d’un peuple qui réclame un changement de gouvernance parce que la voie islamique choisie mène à l’impasse et à la misère économique. Ils ne veulent pas assimiler les évènements d’Égypte et ils pensent qu’ils pourront indéfiniment s’accrocher au pouvoir sous prétexte que les urnes ont parlé pour eux, dans un moment d’égarement. La saison touristique tunisienne est perdue au profit de la Grèce qui engrange les euros des estivants qui ont changé de destination. 
            Seuls l’ancien chef de gouvernement et actuel secrétaire général d’Ennahda, Hamadi Jebali, et Abdelfattah Mourou, vice-président d’Ennahda, avouent à voix basse l’échec de leur parti à apporter le changement espéré par la révolution.  L’idée d’un gouvernement de technocrates, qui germait dans les esprits, a fait long feu tant les islamistes refusent la concurrence. Jebali et Mourou reconnaissent que leurs remplaçants islamistes, qui souffrent de la même incompétence, n’ont rien pu faire de mieux face à une situation économique qui empire.
Habib Khedher

            La rue craint qu’on lui vole sa révolution et réclame des élections qui ne sont pas planifiées encore. Pourtant l’ANC, qui a été élue le 22 octobre 2011 pour une année, n’a plus d’existence légale et n’a pas réussi à voter une nouvelle constitution. Le gouvernement utilise tous les moyens pour durer. Ainsi le rapporteur général de la Constitution, l’islamiste Habib Khedher, a falsifié plusieurs dispositions en introduisant par exemple des articles qui interdisent toute contestation judiciaire pendant trois ans, même si les textes sont contraires aux principes démocratiques.
         Il a imposé une loi d’immunisation de la révolution bien à propos pour écarter de la course aux élections les candidats jugés dangereux par les islamistes, quand il ne s’agit pas de menacer ou d’assassiner les opposants charismatiques. Ceux qui accusaient les régimes de Bourguiba et de Ben Ali de dictatures reconnaissent aujourd’hui, qu’à l’exception de l’assassinat à l’étranger de l’opposant Salah Ben Youssef, les meurtres politiques n’entraient pas dans la doctrine tunisienne.


Manifestations pacifiques


La population, comme le témoignent les photos  prises par des participants au cours de manifestations bon enfant, réclame le départ des dirigeants qui persistent dans leur intransigeance et dans leurs certitudes. Des tentes commencent à être dressées à travers la ville dans un calme et une discipline absolus. Mais les forces de l’ordre, qui s’opposaient à une répression non justifiée et qui pour certaines pactisaient avec le peuple, ont été progressivement remplacées par une police parallèle, issue des rangs d’Ennahda, qui n’hésite pas à user de violence et de  provocation. Des islamistes de ce parti tentent de se joindre aux manifestations pour, soi-disant, défendre la légitimité du gouvernement. En fait ils veulent provoquer des manifestants qui refusent de tomber dans leur piège. Par provocation, ils procèdent à des prières de rues tout en les accusant de ne pas observer le jeûne du ramadan. 



Le député Sahbi Atig, chef du groupe Ennahda à l’ANC, lance des appels au meurtre, les mêmes qu’il avait prononcés quelques jours avant la chute de Morsi dans un meeting de soutien aux Frères d’Égypte. Il appelle de ses vœux des affrontements sanglants pour justifier une répression forte et l’élimination des meneurs. Le même scénario se profile, comme en Égypte, avec la différence qu’en Tunisie l’armée n’est pas partie prenante dans le conflit ; elle reste dans ses casernes. Le gouvernement, dont le mandat et expiré, refuse de démissionner.
Sahbi Atig



La presse visée




En raison des troubles qui mettent en danger le régime, Rached Ghanouchi, leader d'Ennahda, semble à présent vouloir s’allier avec les salafistes qui participent aux polices parallèles. Les témoins ont affirmé que le 27 juillet, devant le siège de l’ANC au Bardo, des milices occultes recevaient leurs instructions, non pas du ministère de l’Intérieur, mais directement du gouvernement. La députée Karima Souid a confirmé les réserves de la police : «Ils se sont avancés avec la matraque prêts à nous frapper, certains policiers se sont réfugiés avec nous, d’autres tiraient même sur leurs collègues.» Le député Abdelaziz Kotti a confirmé l’existence de ligues de protection de la révolution constituées de militants d’Ennahda déguisés en policiers qui font un usage disproportionné de la violence. Le député Mongi Rahoui en a fait l’amère expérience puisqu’il a été conduit à l’hôpital pour des soins intensifs.
Sofiane Ben Farhat

Les plus hauts responsables des partis d’opposition abondent dans le même sens et le régime s’en prend à présent à certains journalistes, qui ont diffusé des informations au sujet de ces troubles. Après s'en être pris aux opposants politiques, le régime veut faire taire les fines plumes. Le journaliste de La Presse et chroniqueur de la chaîne Nessma TV, Sofiane Ben Farhat, a été menacé. Alors qu’il était en direct du plateau, le 27 juillet, un appel téléphonique du ministère de l’Intérieur l’informait qu’il disposait désormais d’une garde rapprochée. En effet des informations sérieuses étaient parvenues aux forces de l’ordre faisant état de menaces de mort le concernant. Un nouvel assassinat pouvait faire tâche.

Comme Mohamed Morsi, le parti islamiste procède à des nominations partisanes pour consolider son pouvoir sur les institutions. Mais l’opposition n’accepte plus de fermer les yeux sur ces magouilles politiques. Elle est prête  à aller jusqu’au bout pour mener la Tunisie vers des élections libres et démocratiques et pour mettre en place une administration compétente et neutre. La deuxième révolution est en marche.

2 commentaires:

Pat Quartier a dit…

oh la la je comprends plus : on parle de la Tunisie ou de l'Egypte là?

Mêmes causes memes effets?
Le monde arabe se cherche entre modernistes et arriérés de l'islam...
Les arriérés de l'Islam se divisent en clans qui se haissent.
Une belle mayonnaise qui tourne mal une fois les démons et l'armée libérés. Et la religion occupe quand on a rien à se mettre sous la dent.
Le problème du siècle s'internationalise en Syrie ailleurs.
Les islamistes et les intellectuels à la solde de régimes qui ont peur ne sont pas en reste.
Ainsi des 'intellectuels' algériens viennent de rendre public un communiqué appelant à déférer devant la justice le ministre de la defense Egyptien AL SISSI.
L'unité du monde arabe est un mythe.
Heureusement qu'Israel est là pour leur donner un semblant d'unité.!

Sarah SEBAG a dit…

Arafat disait il y a une trentaine d'années "Nous ne voulons pas d'un Etat ni de la paix, nous voulons un Etat qui naitra dans le sang"..Une généralité dans le monde arabe???