ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 23 juillet 2013

LA CHUTE DES FRÈRES MUSULMANS MET LES SALAFISTES EN ORBITE




LE REGARD DE JACQUES BENILLOUCHE POUR  TRIBUNEJUIVE.INFO


LA CHUTE DES FRÈRES MUSULMANS MET LES SALAFISTES EN ORBITE


            La chute des Frères musulmans en Égypte accroit l’influence grandissante des salafistes arabes. Elle est le résultat des relations conflictuelles entre le Qatar, proche des Frères musulmans, et l’Arabie saoudite inspiratrice des salafistes. La différence idéologique des deux clans de l’islam tient à leur méthode pour arriver au pouvoir. 
          Les Frères musulmans veulent islamiser le pays par le haut, c’est-à-dire par une prise de pouvoir politique au sommet après utilisation des structures étatiques. Les salafistes ont le même objectif  d’islamiser le pays, mais par le bas, en utilisant la population pour remodeler les instances du pouvoir par une application intensive de la charia. Contrairement aux Frères musulmans, mieux organisés, les mouvances fondamentalistes restent hétéroclites.





Printemps arabes
Salafistes en Jordanie




            Le printemps arabe a permis aux adeptes d’un retour aux sources des «pieux ancêtres» (al-salaf el-saleh, en arabe) dont une seule petite frange prône le recours à la violence. La stratégie des salafistes s’explique, selon Jean-Pierre Filiu professeur à Sciences Po, par «une volonté de créer un rapport de force dans la rue, en prenant prétexte de la dénonciation des atteintes au sacré». L’Arabie saoudite a encouragé la propagation du discours salafiste à travers ses différentes chaines de télévision dans le seul but  de diviser les islamistes et d’affaiblir les Frères musulmans. Les partisans du Qatar ont instrumentalisé les salafistes pour leur faire jouer le rôle d’épouvantails, dans les pays en butte à une insurrection populaire. Bachar Al-Assad a d’ailleurs trouvé en Syrie, grâce à eux, une justification aux massacres des groupes terroristes qui s’opposent à lui.
Cheikh salafiste libanais al-Assir

            Pour permettre un maillage de toute une population dans plusieurs pays, les salafistes se regroupent en petites formations hétéroclites dirigées par des cheikhs influents. S’ils axent leur message sur l’aspect religieux et social, ils n’oublient pas de défendre leur dogme. Certes, ils n’excellent pas dans le discours politique, souvent mal compris par leurs adeptes, mais ils arrivent à convaincre de la nécessité de réformes religieuses fondées sur la charia.

            Tous les pays arabes sans exception ont réprimé la mouvance salafiste. En Libye, Mouammar Kadhafi avait pris prétexte de la destruction de mausolées musulmans pour combattre l’organisation salafiste radicale libyenne, «Katibat ansar el-charia», à l’origine d’ailleurs de l’attaque du consulat américain à Benghazi. Le président de Ben Ali les avait pourchassés en Tunisie  tandis que le régime actuel islamiste d’Ennahda les combat dans les montagnes de Chaambi pour les renvoyer au-delà de la frontière algérienne.
Salafiste tunisien : Abou Iyyadh Al-Tunisi,



Salafistes égyptiens



            Les salafistes n’ont pas de culture de gouvernement et ne cherchent pas à entrer en politique. Ils ont souvent tendance à susciter les débordements dans les pays faibles pour essayer de récupérer à leur profit le mécontentement des populations.
Salafistes égyptiens

            En Égypte en revanche, sur les conseils de l’Arabie saoudite, ils ont appris à modérer leur discours pour entrer dans le jeu politique. Aux dernières élections législatives, ils avaient remporté 25% des sièges en deuxième place derrière les Frères musulmans. Mais la chute des Frères musulmans hypothèque l’avenir de l’islam politique qui disposait du  plus grand pays arabe pour se crédibiliser et pour se diffuser.  Ce problème a d’ailleurs été discuté au sommet, au sein de l’Organisation internationale des Frères musulmans, Tanzim Dawli,  qui a convoqué d’urgence une réunion de crise à Istanbul pour prendre les mesures contre le coup subi par la Confrérie. Elle a analysé les raisons de l’échec égyptien et les risques sur l’avenir de l’islam politique.

Les divisions s'enveniment au sein même des Frères car le clivage entre jeunes et anciens dirigeants s’exprime au grand jour. Le mouvement créé par Hassan Al-Banna il y a 80 ans n’a pas résisté à sa première expérience gouvernementale. Les printemps arabes ont perdu leur idéologie constitutive des révolutions. Le chercheur Ammar Ali Hassan attribue cet échec à «un orgueil soutenu par une volonté de s’accaparer le pouvoir, mais avec une incapacité et une inefficacité de gouvernance. L’islam est la solution  s’est révélé illusoire». L’effondrement de Morsi n’est pas dû à un problème d’idéologie ou de charia mais à son pouvoir personnel : «la légitimité c’est moi». La Confrérie a pourtant résisté aux coups de Nasser et de Moubarak car son organisation était semi-secrète mais elle s’est effondrée après seulement une année de pouvoir de Morsi.



Al-Nour au pouvoir en Égypte



            Les salafistes profitent donc de la crise au sein des Frères musulmans pour tenter de représenter, à leur place, le nouvel islam politique. D’ailleurs  le parti salafiste Al-Nour se pose à présent en leader des partis islamiques.  Les salafistes avaient disparu du champ de vision mondial mais ils réapparaissent à présent pour être courtisés  par les forces politiques en Égypte. 
La réunion du 3 juillet 2013

          Une image reste dans les esprits pour conforter leur place dans l’échiquier égyptien. Le général Al-Sissi avait annoncé le 3 juillet le départ du président Morsi alors qu’il était  accompagné de personnalités politiques et religieuses représentatives dont le cheikh d’Al-Azhar Ahmad Al-Tayeb, le pape Tawadros II, le prix Nobel de la paix Mohamed Baradei et  Galal Morra, secrétaire général du parti Al-Nour.

            L’entrée en politique des salafistes est une surprise car il n’est pas dans leur culture de participer aux affaires d’un pays, surtout quand il s’agit de cautionner l’éviction de l’islamiste Morsi. L’Arabie saoudite a voulu battre le fer chaud pour installer ses pions dans un pays qui l’avait boudée au profit du Qatar et de ses millions de dollars. Les salafistes ont donc analysé  les erreurs des Frères musulmans pour les éviter. 
Ziad Bahaeddine

          Mais leurs relations avec l’armée restent une inconnue car ils n’ont jamais pactisé avec les militaires. Par pragmatisme, ils ont été contraints de se rapprocher des nouveaux tenants du régime égyptien pour sauver ce qu’ils pouvaient encore sauver, la Constitution avec ses pans entiers de dogme islamiste et le Parlement où ils occupent 25% des sièges. Ils disposent d’une influence certaine puisqu’ils ont réussi à bloquer la nomination de Mohamed El-Baradei et du socialiste Ziad Bahaeddine du poste de premier ministre. La fragilité du nouveau gouvernement les met en position d’imposer leur avis sur certaines décisions politiques.
Les salafistes d'Al-Nour

            Il est certain que leur présence au pouvoir va exacerber la rivalité entre Al-Nour et les Frères musulmans qui n’est pas nouvelle puisqu’ils avaient présenté des listes distinctes aux élections législatives et que Abdel-Moneim Aboul-Foutouh a été le candidat présidentiel sans succès des salafistes. Ils n’hésitent pas aujourd’hui à critiquer ouvertement l’hégémonie de Morsi qui ne leur a laissé aucune petite place dans les institutions, en particulier dans le contrôle sur les mosquées par le biais du ministère des Waqfs. Le parti Al-Nour s’est aussi distingué dans le traitement du conflit syrien en s’alignant, contrairement à Morsi, sur la stratégie de l’Arabie saoudite.

            Les Frères musulmans, bien que partisans de la charia, gardent cependant leur étiquette surfaite de «modérés», sous prétexte qu’ils ne rejettent pas la démocratie et la laïcité accusées par les salafistes de corrompre la foi musulmane. Mais les salafistes veulent exploiter les changements intervenus dans les révolutions arabes car ils voient dans les processus de transition une occasion historique de créer un État et une société islamiques. L’entrée en politique des salafistes représente cependant une radicalisation de l’islam politique. Elle entérine la victoire de l’Arabie saoudite sur le Qatar qui n’a plus d’autres alliés que le Hamas et d’une certaine mesure la Turquie.

http://www.tribunejuive.info/moyen-orient/la-chute-des-freres-musulmans-met-les-salafistes-en-orbite
 


Aucun commentaire: