ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 5 janvier 2017

L'enquête pour corruption contre Netanyahou



Radio Judaïques FM

L'ENQUÊTE POUR CORRUPTION CONTRE NETANYAHOU

Jacques BENILLOUCHE
Au micro de
Eva SOTO

            
Netanyahou et Mandelbit
         Les enquêteurs de l'Unité nationale contre la fraude, Lahav 433, ont interrogé le premier ministre dans sa résidence officielle à la Balfour à Jérusalem sur les allégations de corruption. La police a demandé au Procureur Général, Avichai Mandelbit, de transformer l’enquête secrète en cours depuis plusieurs mois en enquête généralisée suite à la découverte de nouveaux éléments. Le chef de la police Roni Alsheich avait donné son feu vert à l’enquête secrète mais il avait exigé la discrétion nécessaire pour qu’aucun détail ne fuite auprès des media.

Cliquer sur la suite pour entendre l'émission

video
            

          L’affaire semble sérieuse car le procureur est un ami du premier ministre. Il a longtemps été assis à sa gauche au Conseil des ministres, en tant que secrétaire du gouvernement, avant d’être nommé à ce nouveau poste. Les mauvaises langues affirment que Netanyahou l'a nommé comme procureur pour freiner toute enquête à son sujet. Mais Mandelbit n’a pas pu empêcher l’enquête de se poursuivre. La police lui a demandé de transformer l’enquête secrète en cours depuis plusieurs mois en enquête généralisée à partir de nouveaux documents que la police a reçus.

Ron Lauder

            Le premier ministre doit répondre aux questions des enquêteurs sur trois affaires distinctes. Dans la première affaire, Netanyahu est soupçonné d'avoir reçu et des cadeaux d'un certain nombre d'hommes d'affaires riches qui lui sont proches. Il ne s’agit pas d’enveloppes d'argent ou de gros transferts bancaires, mais de cadeaux symboliques de peu de valeur, pouvant atteindre cependant atteignant des centaines de milliers de shekels. L'homme d'affaires soupçonné d'avoir versé des gratifications conséquentes n'est autre que le milliardaire américain Ron Lauder, héritier d'Esthée Lauder, ancien président du Congrès juif mondial mais aussi ex actionnaire principal de la chaîne de TV israélienne Channel 10. Ron Lauder a confirmé avoir versé des dons à Netanyahou et à son fils.
Une preuve d'un des virements de don

            Netanyahou ne nie pas avoir reçu les dons, mais fait plutôt valoir qu'il n'y avait pas de péché à recevoir des cadeaux de la part d’amis. Le don de cadeaux entre amis est normal et accepté mais Netanyahou ne sera pas en mesure de démontrer la réciprocité puisqu’il n’arrive pas à prouver l’achat de sa propre poche de cadeau précieux pour ses bienfaiteurs. Le Procureur se demande donc s’il n’y a pas eu contrepartie politique à ces cadeaux.
Mimran et Netanyahou

            Sa deuxième affaire est liée à ses liens avec les membres de la jet-set et à une certaine mafia financière qui l’ont invité, photo à l’appui, sur leur yacht. Il semble que la justice française ait communiqué des informations sur une somme considérable versée par l’homme d'affaire français, Arnaud Mimran, qui purge actuellement huit années de prison pour fraude fiscale liée à l’affaire dite du CO2 où plusieurs millions d’euros de tva n’avaient pas été versés au fisc français. Arnaud Mimran avait reconnu lors de son procès avoir financé la campagne électorale du Premier ministre israélien à hauteur d'un million d’euros. Mais si Netanyahou a démenti les faits, il a toutefois reconnu avoir touché près de 38 000 euros sans en informer les autorités israéliennes.
David Shimron et Netanyahou

            Enfin la troisième affaire concerne des soupçons de corruption et de fraude. Une enquête a été ouverte concernant la conclusion d’un accord passé par le ministère de la Défense pour l’acquisition de sous-marins allemands. La chaîne israélienne de télévision, Channel 10, a mis les pieds dans le plat en révélant que l’avocat israélien David Shimron, qui défend les intérêts privés du premier ministre, faisait partie du conseil d’administration d’une filiale du groupe allemand. Il partage par ailleurs un cabinet d'avocats avec Yitzhak Molcho, l’homme de confiance de Netanyahou et son négociateur attitré sur les questions officielles, y compris les négociations secrètes avec les gouvernements étrangers.
Roni Alsheikh chef de la police


            Netanyahou semble personnellement impliqué dans le projet d'acquisition de trois nouveaux sous-marins, contre l’avis de l’État-major qui n’en voyait pas l’utilité, par le fait que son avocat personnel Shimron est également l'avocat de Micky Ganor, représentant en Israël de l'entreprise allemande qui fabrique et commercialise ces sous-marins. 
          Une épée de Damoclès est suspendue au dessus de la tête du premier ministre car la législation israélienne prévoit que tout membre d'un gouvernement, contre lequel un acte d'accusation pour corruption est présenté, doit démissionner. Israël risque alors d'entrer dans une période de turbulence.

4 commentaires:

Marianne ARNAUD a dit…

Je vois que là non plus, les commentateurs ne se bousculent pas au portillon ! Alors que dire, si ce n'est de constater que dans une démocratie moderne, la meilleure façon de se débarrasser d'un homme politique qui a les faveurs des électeurs, c'est encore de le convaincre - à tort ou à raison - de corruption.
Demandez à Valéry Giscard d'Estaing ce qu'il en pense, lui à qui les "diamants de Bokassa" ont coûté son fauteuil ?

Jacques BENILLOUCHE a dit…

Chère Marianne,

La justice israélienne et la police sont indépendantes et équitables. Les juges ne s'appuient que sur des pièces probantes. On peut leur faire confiance. Les ministres, le président de l'Etat et le précédent premier ministre ont fait l'objet d'un procès équitable qui fait honneur au pays et qui a montré leur culpabilité.

Rien de comparable avec les publications de journaux qui ont fait tomber Giscard.

Netanyahou n'est pas au dessus des lois et il pourra se défendre.

Cordialement

andre a dit…

Pour le moment, IL n'y a qu'une enquête menée par la police pour établir ou non un délit de corruption.
C'est tout à l'honneur de la démocratie israélienne de vérifier si les allégations sont fondées ou ne le sont pas. Je suis très réticent sur les articles publiés qui font sournoisement le travail de ceux qui voudraient tant se débarrasser d'un leader qui les a toujours battus.
Laissons la justice faire son travail . IL y a bcp de sujets d'articles ! Pourquoi choisir de commenter perfidement une enquête pas terminée ?
On va voir, on verra et puis on écrira !
André M Tribune juive

Jacques BENILLOUCHE a dit…

&André

André défend toujours la veuve et l’orphelin. C’est normal, il anime un site français financé par des publicités communautaires et donc il ne doit pas choquer, ni faire de vagues. Il doit assurer le consensuspour vivre et durer.

Quand le Procureur de l’État et le directeur général de la Police diligentent une enquête, même s’il s’agit du premier ministre, il est normal pour un site d’information indépendant d’en relater les faits, tout comme la dizaine de journaux israéliens qui l’ont fait.

Nous n’avons pas pris position et nous nous sommes contentés de rapporter les déclarations officielles. Il ne s’agit nullement de chiens écrasés. Et c’est à l’honneur de la justice israélienne de montrer son indépendance, cette indépendance qui a envoyé en prison des députés, un ancien président de l’État et un ancien premier ministre. Fermer les yeux, boucher les oreilles, n’est pas notre attitude, ne vous en déplaise!