ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 21 janvier 2017

L'illusion d'un accord Fatah-Hamas




L’ILLUSION D’UN ACCORD FATAH-HAMAS

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps 

            

          C’est devenu cyclique ; tous les six mois les Palestiniens ressortent l’idée d’une nouvelle réconciliation. Les frères ennemis ont réellement une difficulté pour s’entendre. Comment concilier la laïcité des uns et l’islamisme intégriste des autres ? Les principaux partis palestiniens ont annoncé, le 17 janvier 2017 à Moscou, avoir trouvé sous les auspices de la Russie un accord sur la formation d’un gouvernement d’union nationale avant la tenue d’élections. Ces mêmes élections qui sont retardées de mois en mois, tant les parties ont peur de ce que la démocratie décidera.



Azzam al-Ahmad du Fatah et Haniyeh du Hamas 

            Azzam al-Ahmad du Fatah et membre du Conseil législatif palestinien, a donné le ton : «Après notre réunion à Moscou, nous sommes tombés d’accord pour nous adresser dans un délai de 48 heures à Mahmoud Abbas pour lancer des consultations sur la création d’un gouvernement d’union nationale». Il s’agira certainement encore de vœux pieux car un calendrier précis doit être respecté puisque la formation de ce gouvernement d’union nationale doit précéder celle d’un Conseil national comprenant des représentants palestiniens en exil et la tenue d’élections.
            Les Russes ont cependant réussi à réunir des représentants palestiniens de toutes tendances, Fatah, Hamas, djihad islamique et autres factions palestiniennes qui ont discuté de manière non officielle pour rétablir «l’unité du peuple palestinien» et qui ont été reçus par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Ils en ont profité pour fustiger l’incapacité du Quartet (États-Unis, Russie, UE, ONU) à faire avancer le règlement du conflit israélo-palestinien. Ils comptent sur la Russie pour «faire avancer les décisions prises par la communauté internationale, y compris les résolutions de l’ONU».

            Tous les accords entre Fatah et Hamas sont des exemples d’accord sans lendemain car ils esquivent tous les problèmes réels en ne s’attachant qu’à l’illusion d’une réconciliation. Le monde change mais les principes restent au Proche-Orient. Les dirigeants palestiniens et israéliens se comportent comme si rien ne s’était passé dans la région et comme si aucune révolution n’était intervenue dans le monde arabe. Les procès d’intention persistent et la méfiance est élevée au rang de dogme.
            Tous les accords précédents paraphés par les deux factions palestiniennes rivales ont été à chaque fois salués comme «historiques». Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou s’est toujours montré sceptique, sinon négatif : «Vous ne pouvez pas avoir la paix à la fois avec Israël et le Hamas». Et cela parce que le Hamas prévient par avance ses adversaires que le gouvernement transitoire n'aura pas de mandat pour négocier avec Israël, ce qui ferme les portes à toute négociation.
            Le premier ministre israélien prétend que son attitude est liée à la faiblesse de l’Autorité palestinienne alors que lui-même n’a pas de prise sur sa coalition qui l’empêche de prendre des décisions courageuses. Il s’appuie sur les effets stériles des précédents trois pactes de réconciliation entre Hamas et Fatah qui ont été signés dans le passé, sans grand résultat. Mais le contexte, aujourd’hui, est différent. La Syrie qui parrainait le Hamas est  dans la tourmente et elle entraîne dans l’inconnu l’Iran qui soutient son vassal au Proche-Orient. Les Iraniens n’en demeurent pas moins actifs en sous-main pour aider les organisations islamistes à émerger dans les pays où la révolution est passée.
            Les lignes ont ainsi bougé et nul ne peut rester insensible aux changements qui sont attendus. Alors que la majorité des Israéliens ne veut rien entendre à une éventuelle restitution d’une partie de la Cisjordanie, chaque faction palestinienne recherche ses propres intérêts. L’ambition, pour l’instant, de Mahmoud Abbas est d’améliorer sa crédibilité et sa légitimité internationale face aux Nations-Unis. Quant au Hamas, il voit disparaître ses appuis et ses moyens syriens ; seul le Qatar, proche de l’idéologie des Frères musulmans, accepte encore de le financer.
            Un accord éventuel peut conduire les Palestiniens et certains pays occidentaux à un optimisme relatif alors que les Israéliens restent sceptiques sur l’issue réelle d’un accord réalisé en toute hâte, même sous l’égide de la Russie. Netanyahou ne fera jamais confiance à un gouvernement qui comprend «les terroristes du Hamas» tandis que Mahmoud Abbas n’est pas prêt à renoncer à la position dominante du Fatah en Cisjordanie et au principe que l’accord éventuel de paix avec Israël ne doit être négocié qu’avec la seule l’OLP car toute nouvelle Autorité, sortant d’élections, aura en son sein des membres islamistes.
            Le gouvernement Netanyahou n’a pas de stratégie à opposer à l’accord Fatah-Hamas d’autant plus que le Hamas exige toujours l'établissement d'un «État palestinien indépendant et souverain en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avec Jérusalem pour capitale, sans renoncer d'un pouce au droit au retour». Il n’est pas certain que la stratégie de violence prônée par le Hamas puisse aujourd’hui faire des adeptes avec la nouvelle administration américaine. Les États-Unis pensent que l’idéologie du Hamas et de ses alliés, les Frères musulmans et Al-Qaeda, semble avoir souffert des soulèvements arabes dans des pays qui ne veulent pas tomber d’une dictature militaire à une dictature religieuse.

            La victoire de Donald Trump pourrait amener les Palestiniens à réviser leur position vis-à-vis des négociations avec les Israéliens et toute éventuelle réunification devrait inciter les deux parties à tracer les contours d’un projet commun qui sera proposé lors de prochains pourparlers de paix.

        L’idée que la violence et le terrorisme pourraient permettre aux Palestiniens de recouvrer leurs droits semble dépassée; l’avenir du conflit israélo-palestinien passe par la marginalisation des extrémistes islamistes pour que les Arabes, enfin, se battent pour les droits de l'homme, la dignité et l’émergence de gouvernements démocratiques. Il est fort improbable que le Hamas choisisse la voie de la démocratie bien qu’on constate une évolution notable de la situation vers moins de violence contre Israël. Les Israéliens, quant à eux, se satisfont de la stagnation de la situation et seul un changement du logiciel politique du peuple palestinien vers une initiative pacifique et originale pourrait les contraindre à comprendre que la donne a changé.

2 commentaires:

Véronique Allouche a dit…

En quoi Israël devrait être contraint de comprendre "que la donne a changé " comme dit dans l'article dans la mesure où même si un accord devait être conclu entre le Fatah et le Hamas, ce dernier n'acceptera jamais un état palestinien démilitarisé.
Dernière observation que les occidentaux ont du mal a intégrer: en fait cette paix est plus que jamais tripartite puisque comme il est très justement dit:"Il est fort improbable que le Hamas choisisse la voix de la démocratie".
Bien cordialement

דוב קרבי a dit…

Pensez-vous réellement que l'OLP a renoncé au terrorisme alors que chaque meurtre d' Israéliens est célébré par des distributions de douceurs et que la famille des assassins est grassement rémunérée ?