ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

vendredi 4 septembre 2015

NE LAISSONS PAS L’HISTOIRE BÉGAYER, SOYONS SOLIDAIRES Par Gérard AKOUN



NE LAISSONS PAS L’HISTOIRE BÉGAYER,  SOYONS SOLIDAIRES

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM


Migrants, immigrants, quelle que soit  la manière dont on les qualifie, des hommes, maintenant des femmes, des familles entières risquent leur vie pour fuir leur pays. Les uns, parce que leur pays est en proie à une guerre civile ou à une guerre de religion et que le risque est grand s’ils y restent d’être massacrés, les autres parce qu’ils espèrent se construire un avenir meilleur, dans un pays d’Europe dont ils ont une vision édénique.



Un tombeau

Par dizaines de milliers, conduits par des passeurs qui les pressurent financièrement, qui les maltraitent, qui souvent les dépouillent,  ils fuient,  par terre,  par mer, dans des conditions effroyables vers des pays qui ne sont pas très chauds  pour les accueillir. Cela se passe chez nous dans le bassin méditerranéen, et pour beaucoup d’entre eux, la Méditerranée est devenue un tombeau.

L’Europe, bien qu’elle soit la deuxième puissance économique mondiale ne peut accueillir toute la misère du monde, nous rabâche t’on pour justifier la lutte contre  l’immigration illégale et à l’extrême-droite, l’immigration tout court. Admettons-le, même si les avis des économistes sont très partagés sur les bienfaits et les méfaits de l’immigration pour nos pays à la population vieillissante. Faisons la distinction entre les demandeurs d’asile, ceux qui sont menacés de mort, pour leurs idées, leurs croyances, leurs origines et les immigrants économiques dont on peut comprendre la demande sans nécessairement pouvoir la satisfaire.

En tant que juif, j’ai du mal à ne pas m’identifier à ces gens qui sont expulsés ou qui sont obligés de fuir des persécutions. Depuis la destruction du second Temple par les Romains et l’expulsion des Juifs de Jérusalem, les Juifs n’ont cessé de fuir à la recherche de pays d’accueil ; citons pour mémoire l’expulsion des Juifs de France, par Philippe le Bel, des Juifs d’Angleterre, d’Allemagne, l’Inquisition et l’expulsion des Juifs d’Espagne dont beaucoup traversèrent la Méditerranée pour trouver un asile en Afrique. Cela fait partie d’une histoire ancienne, d’une histoire qui date du Moyen-âge,  me direz-vous mais je vais vous rappeler une période, pas si lointaine, juste avant que n’éclate la deuxième guerre mondiale : 1933- 1938.

Mesures antisémites

Hitler est élu et les Nazis prennent aussitôt les premières mesures antisémites et cela va aller crescendo, les persécutions sont condamnées dans la presse internationale par les ennemis du nazisme, l’indignation est générale mais elle ne se traduit pas par un élargissement de la politique d’accueil des Juifs qui essaient de quitter l’Allemagne, ce qu’ils pouvaient faire jusqu’en 1938, au contraire les portes se ferment. Les États-Unis limitent l’accès à leur territoire, des bateaux d’immigrants juifs allemands sont renvoyés à leur point de départ. La Grande-Bretagne ferme, de fait, les portes de la Palestine à l’immigration juive. Les autres pays démocratiques agissent de la même manière. On connait la suite.

Loin de moi de vouloir faire une comparaison entre les deux situations, celles des Juifs avant le déclenchement de la deuxième guerre mondiale et celle des demandeurs d’asile d’aujourd’hui. Par contre, on peut comparer l’attitude des démocraties d’hier à celles d’aujourd’hui. Grande est l’indignation. Grand est l’égoïsme. La France, patrie des Droits de l’Homme  n’a pas été jusqu’à présent des plus accueillantes aux demandeurs d’asile pas plus que la Grande-Bretagne ; les pays d’Europe centrale refusent la répartition par quotas, proposée par l’Union européenne, la Hongrie a érigé un mur de barbelés de 175 kms sur sa frontière avec la Serbie. La Pologne, les pays Baltes ne se sentent pas concernés. Ces pays ont déjà oublié qu’ils ne doivent  leur développement économique  qu’à la solidarité manifestée  à leur égard dans le cadre des institutions européennes.
La police détient des migrants


Madame Merkel a eu raison de rappeler les valeurs sur lesquelles s’est forgée l’Europe de l’après guerre et elle était sans doute la mieux placée pour le faire tant l’accueil des réfugiés par les autorités allemandes est exemplaire. Elle a déclaré : «Les droits civils universels étaient jusqu’ici étroitement associés à l’Europe et à son histoire. Si elle échoue sur la question des réfugiés, ce lien étroit se briserait et ce ne serait plus l’Europe telle que nous nous la représentons». En cas d’échec, ne nous voilons pas la face, ce sera la porte ouverte au populisme.

9 commentaires:

Gérard AMSELLEM des Bastides a dit…

Belle leçon de morale....les juifs errants n'étaient inspirés que par les devoirs envers ces pays d'accueil....dîna Malkhout dîna....les nouveaux migrants, dont il faut faire le tri entre vrais et faux demandeurs d'asile, single plus attirés par les droits que par les devoirs.

Mihal VAKNIN a dit…

l'Europe nous devoile son vrai visage et s'arretera de parler des pauvres palestiniens refugies........je ne suis pas sure??

Gilles ORSELLY a dit…

Mais comment pouvez-vous écrire une horreur pareille monsieur Amsellem ? Le bébé mort noyé dont la photo sort aujourd'hui ne se posait pas de questions sur ses droits et devoirs, pas plus qu'il n''espérait abuser de nos transferts sociaux. Vous êtes le penisé si vous pensez ce que vous écrivez. Relisez la Torah plutôt que Valeurs actuelles !

Daphna POZNANSKI a dit…

Merci d'avoir rappelé ces faits historiques douloureux. Hormis l'Allemagne, quelle ironie ! l'Europe montre un égoïsme forcené allié à un manque de vision certain. Madame Merkel, elle, a compris que ces migrants représentaient un miracle pour l'Allemagne alors que les démographes pouvaient quasiment donner une date à la fin du peuple allemand, un peuple qui ne renouvelle plus ses générations. Mais il est bien d'autres pays vieillissants partout dans le monde qui devront faire face au manque de bras, ne serait-ce que pour s'occuper de leurs personnes âgées. Plus près de nous en Israël, j'ai eu honte en voyant passer en boucle sur les TV un reportage dans lequel on voyait l'Etat d'lsraël ! rejeter ses migrants en plein désert du Neguev par plus de 40°. Pourtant, ceux-là venaient de pays en guerre comme le Soudan ou confrontés à une féroce et sanglante dictature comme l'Erythrée...Je n'ai pas souvenir d'avoir lu et entendu de vives protestations. Les bonnes âmes étaient en vacances? Je tiens à rendre hommage ici aux associations israéliennes qui tentent d'aider les migrants en Israël. Elles défendent au jour le jour l'image et l'honneur de ce bel Israël pour lequel nous avons tout quitté.

Cordialement,
daphna.poznanski

Moshe Bar Eli a dit…

Bravo pour votre article et bravo Mme Poznanski pour votre courage
La photo du petit migrant mort échoué sur une plage est forte en émotion, insupportable et porte une charge symbolique énorme . Elle me rappelle celle du petit juif les mains en l'air arrêté par les nazis dans le ghetto. Elle nous rappelle la petite Viet nue sur une route et brulée au napalm, le petit Palestinien brulé dans sa maison et le bébé Israélien écrasé par une voiture bélier.
Tous sont des victimes innocentes, ce sont des vies perdues et qui, qui sait, auraient pu peut-être, sauver l'HUMANITÉ toute entière. Ils ont tous été assassinés par l'indifférence et l'égoïsme .
Les mots me manquent mais je suis révolté par ce qui nous est donné à vivre. Et comment continuer à vivre dans cette horreur quotidienne.
N'est-il pas temps d'arrêter le massacre?
L'humanité mérite mieux.
Faudra-t-il qu'il y ait éternellement des Juifs, des Palestiniens, des Biafrais, etc...
Arrêter le massacre.
Donnons au moins une chance aux enfants qui n'ont rien demandé

Le Veilleur a dit…

La solution, c'est peut-être de reconquérir ces pays qui ont été incapables de subvenir aux besoins de leurs populations. Je m'étonne que personne n'y ait pensé. Après tout, ce ne serait qu'une application du droit d'ingérence humanitaire. Si l'Europe est un modèle, un modèle ça s'exporte. Naturellement, pour l'instant il manque la volonté politique de mettre en place ce projet qui pourrait redynamiser nos économies, créer des emplois et donner de l'espoir à ces migrants. (Le Veilleur)

Yaakov Neeman a dit…

La solution, c'est peut-être de reconquérir ces pays qui ont été incapables de subvenir aux besoins de leurs populations. Je m'étonne que personne n'y ait pensé. Après tout, ce ne serait qu'une application du droit d'ingérence humanitaire. Si l'Europe est un modèle, un modèle ça s'exporte. Naturellement, pour l'instant il manque la volonté politique de mettre en place ce projet qui pourrait redynamiser nos économies, créer des emplois et donner de l'espoir à ces migrants. (Le Veilleur)

Lowcarber a dit…

Comme si quelqu'un en avait a faire de ce gamin de 3ans, des centaines sont mort de la meme maniere cette annee sans que cela fasse pleurer dans les chaumieres, sans compter tous les gamins vaporises par les bombes francaises en Libye.

Rididcule.

Faites donc rentrer plus d'islamistes ( oui la pluspart sont islamistes sunni) mais ne vous plaignez pas lorsque ces populations habitues a la violence egorgeront des journalistes, des homos ou mitrailleront dans les synagogues.

Véronique ALLOUCHE a dit…

Bravo pour votre article monsieur Akoun. Et honte à Gérard Amsellem qui oublie l'histoire jalonnée de siècles d'errance pour le peuple juif.
Madame Merkel a le courage de son action quand d'autres pays tel la Hongrie qui dresse un mur de barbelés entre elle et la Serbie et qui dans quelques jours mettra des militaires le long de sa frontière...
Quant à la France, elle accepte de recevoir 8000 migrants. Je pense que sur soixante cinq millions d'habitants, ce n'est pas huit mille personnes de plus qui mettra en péril la stabilité et l'économie du pays.
L'extrême droite monte au créneau comme d'habitude mais a néanmoins peu d'arguments à défendre devant cette intolérable et épouvantable catastrophe humaine.
Bien cordialement
Véronique Allouche