Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

lundi 29 octobre 2018

Netanyahou en voyage à Oman


NETANYAHOU EN VOYAGE À OMAN

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps


           
          
          Benjamin Netanyahou s’est rendu secrètement à Oman. Son voyage n’a été rendu public qu’après son retour en Israël. Oman, pays de la péninsule d'Arabie, situé au sud de l’Arabie saoudite et des Émirats, disposant d’une frontière commune avec le Yémen, n’entretient pas de relations diplomatiques avec Israël. Cette visite a été organisée par le responsable des pourparlers clandestins avec les gouvernements arabes du Golfe, le chef du Mossad Yossi Cohen, l'homme des secrets des alcôves. 







          Le Premier ministre et son épouse ont effectué une visite officielle à Oman le 26 octobre. Ils ont été invités par le Sultan Qaboos bin Saïd, souverain d'Oman, à l'issue d'une longue négociation entre les deux pays. Ils étaient accompagnés par le directeur du Mossad, Yossi Cohen, du conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, du directeur général du ministère des Affaires étrangères, Youval Rotem, du directeur du cabinet militaire du premier ministre, Yoav Horowitz, et du secrétaire militaire, le général de brigade, Avi Blot. 


          Pour Netanyahou : «La visite est une étape importante dans la mise en œuvre de la politique conçue pour renforcer les liens avec les pays de la région tout en exploitant les avantages d'Israël en matière de sécurité, de technologie et d'économie». 


          Bien qu’Israël et Oman n'aient pas de relations diplomatiques officielles et que les citoyens israéliens soient interdits d’entrée, la coopération économique entre les deux pays, certes non significative, a permis à Oman de devenir un pont entre le monde arabe et Israël. Aucun des sept pays arabes du Golfe ne reconnaît officiellement Israël. Pourtant ce n’est pas la première fois qu’un haut dirigeant israélien rencontre le sultan d’Oman. 






          En 1994, le premier ministre israélien, Yitzhak Rabin, avait été accueilli à Mascate par Qaboos bin Saïd al Saïd. Les deux parties avaient notamment abordé les questions du partage de l'eau et de l'amélioration des approvisionnements en eau. En 1995, quelques jours après l'assassinat de Rabin, le Premier ministre par intérim, Shimon Peres, avait accueilli à Jérusalem le ministre des Affaires étrangères omanais, Yusuf Ibn Alawi. 
          En janvier 1996, Israël et Oman avaient signé un accord sur l’ouverture réciproque de bureaux de représentation commerciale mais les relations officielles avaient été gelées avec le début de la deuxième Intifada en octobre 2000. Malgré cela, la ministre des affaires étrangères Tsipi Livni avait rencontré en 2008 le ministre des Affaires étrangères d'Oman, Yusuf bin Alawi bin Abdullah, lors de sa visite au Qatar. 


          Les relations entre Oman et Israël ont toujours été pacifiques. Contrairement aux autres pays de la région, Oman n'a participé à aucun des conflits armés qui ont opposé les États arabes et Israël. Ce voyage marque une avancée majeure dans les tentatives d'Israël pour développer des liens avec les pays arabes du Golfe. Dans une déclaration commune, les deux parties «ont discuté des moyens de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient et ont abordé un certain nombre de questions d'intérêt mutuel pour réaliser la paix et la stabilité au Moyen-Orient». 
          Il semble que des gesticulations diplomatiques ont lieu à Oman puisque le président palestinien Mahmoud Abbas s'y trouvait plus tôt cette semaine. Par ailleurs, la ministre israélienne de la Culture et des Sports, Miri Regev, est arrivée vendredi dans les Émirats arabes unis pour le tournoi de judo du Grand Chelem d'Abou Dhabi, auquel participe l'équipe nationale israélienne. Si les athlètes israéliens réussissent à Doha, il n’est pas impossible que le drapeau israélien flottera au Qatar, comme l’ont assuré les dirigeants du Qatar.

          Benjamin Netanyahou cherche à renforcer les liens avec les pays arabes du Golfe pour contrer l’Iran. D’ailleurs, il n’est plus un secret qu’il partage des renseignements militaires sécuritaires avec les pays du Golfe, l’Arabie saoudite et les Émirats ce qui justifie la présence dans la délégation des chefs sécuritaires israéliens. Pour lui, son objectif est «d'approfondir les relations avec les États de la région tout en exploitant les avantages d'Israël en matière de sécurité, de technologie et d'économie». Il s’agit d’un changement majeur des pays arabes modérés qui ont compris qu’ils devaient travailler avec Israël pour assurer leur sécurité devant les capacités de nuisance de l’Iran.
Le trajet de l'avion de Netanyahou au dessus de pays arabes

          Cette visite ne s’est pas effectuée en catimini puisque la télévision nationale omanaise a diffusé de nombreuses photos du Sultan en compagnie des époux Netanyahou et surtout la poignée de main des deux dirigeants. Il n’est pas certain qu'Oman ait beaucoup d’influence sur les Palestiniens mais le sultan cherche à rapprocher les deux parties pour favoriser les négociations de paix.

Aucun commentaire: