Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

mercredi 31 octobre 2018

Israël et l'attraction des populistes



ISRAËL ET L’ATTRACTION DES POPULISTES

Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps



A défaut de liens étroits avec les chancelleries européennes démocratiques, Israël développe ses relations avec les États populistes, tous d’obédience d’extrême-droite, parce qu’il partage avec eux la crainte de l’islam radical et la haine de l’extrême-gauche. On peut s’étonner a priori de ces convergences mais elles se justifient par les attaques permanentes des mouvements anti-israéliens téléguidés par les gauchistes, et le premier d’entre eux BDS.


Députés gauchistes à l'Assemblée

Le 13 novembre 2017, Israël avait d’ailleurs refusé l'entrée à des élus français du Parti communiste et de la France insoumise qui voulaient rencontrer Marwan Barghouti, chef militaire du Fatah jugé et emprisonné en Israël pour faits de terrorisme. Le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, les avait pourtant prévenus : «Nous n'autoriserons pas l'accès au territoire à ceux qui appellent activement à s'en prendre à Israël, en particulier quand ils demandent à rencontrer et à conforter un fieffé meurtrier comme Barghouti, incitant ainsi à soutenir le terrorisme». Ces élus français, dont quatre députés qui n’avaient jamais voyagé en Syrie, avaient dénoncé avec culot «un déni de démocratie et de liberté aussi consternant qu'inacceptable».

Depuis plusieurs années, les forces nationalistes du Vieux Continent manifestent un intérêt croissant pour Israël. Malgré un antisémitisme historique, elles sont à présent convaincues qu’Israël représente l’avant-garde de l’Occident contre ses ennemis d’hier et d’aujourd’hui : le panarabisme socialisant naguère, puis le fondamentalisme islamiste aujourd’hui quand il ne s’agit pas de l’islam tout court. Les Israéliens avaient compris ces craintes et ont estimé devoir en profiter.
Geert Wilders

Il n’est un secret pour personne que les nationalistes israéliens ont toujours souhaité que l’aile droite triomphe en Europe car ils ont des affinités avec elle. Le chef du Parti de la liberté, Geert Wilders, en visite en Israël, s’était entretenu dans «une atmosphère amicale» avec le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman. Il était accompagné lors de son voyage par 35 parlementaires européens d’extrême droite, dont le Belge Filip Dewinter et ses collègues députés du Parti de la liberté, Wim Kortenoeven et Raymond de Roon.


Pessin de Slate.fr

Wilders a voulu se démarquer du fascisme classique des mouvements d'extrême droite en Occident en adoptant une rhétorique libertaire de droite. A la base de son idéologie, il a utilisé un double langage, d’une part il veut préserver les libertés des citoyens néerlandais, blancs et indigènes, mais en revanche il veut restreindre ou supprimer les libertés des autres résidents, bruns et musulmans. Il veut distinguer l'antisémitisme du fascisme en diabolisant les Musulmans au lieu des Juifs, accusant l'islam de tous les problèmes de la planète. Wilders a comparé le Coran au manifeste de Hitler, Mein Kampf, et a insisté ouvertement sur le fait que «l'islam menace le monde entier». Ce langage plait aux Israéliens mais certains se sont étonnés de l'alliance impie entre la droite israélienne et les antisémites de l'Europe. Le vice-ministre Ayoub Kara (Likoud) s'était dit en revanche ravi de rencontrer «des amoureux d'Israël, que nous devons renforcer».
En 1999, le gouvernement israélien avait dénoncé la formation, en Autriche, d’un exécutif associant les conservateurs au Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ), fondé par d’anciens nazis. Le Premier ministre travailliste Ehud Barak avait alors qualifié l’attelage de «pacte avec le Diable», et rappelé son ambassadeur à Vienne. Après la reconduction à l’issue des élections générales d’octobre 2017 de la coalition «noire-bleue», Benjamin Netanyahou avait suspendu provisoirement les contacts avec les ministres d’extrême droite, tout en félicitant chaleureusement le leader conservateur, le chancelier Sebastian Kurz en lui a demandant de continuer à lutter contre l'antisémitisme. Il n’y a pas eu de condamnation israélienne, pas de mise en garde sur l'impact que l'entrée du FPÖ aurait sur les relations israélo-autrichiennes, sachant que ce parti était accusé d'être antisémite puisque son chef de l'époque, Jörg Haider, avait notamment déclaré que les camps de concentration nazis n'étaient que «des camps disciplinaires».
Sebastian Kurz 

Mais par principe de réalité, puisque l'extrême droite est arrivée au gouvernement dans d'autres pays européens, le gouvernement ne peut pas rappeler à chaque fois ses ambassadeurs sans prendre le risque de s'isoler. Cependant, Israël n’hésita pas à voir dans les anciens bastions antisémites des alliés potentiels. Ainsi, en janvier 2017, le vice-président du Front national, Nicolas Bay, était venu à Jérusalem, certes en visite privée, pour rencontrer des cadres du Likoud.

Nicolas Bay aux côtés de David Ish-Shalom, membre du comité central du Likoud

Pour des raisons d’opportunité, le gouvernement israélien a ignoré les actes antisémites en Hongrie. Le tropisme pro-israélien du populiste de droite Victor Orban au pouvoir en Hongrie ne l’a pas empêché de mener une campagne contre le milliardaire George Soros aux forts accents antisémites. Le 15 mars 2017, le dirigeant avait notamment vilipendé le philanthrope d’origine juive pour son soutien aux associations de défense des droits de l’Homme, en réactivant le cliché du Juif apatride, spéculateur et dominateur. L’ambassadeur israélien, Yossi Amrani, s’était ému des affiches violemment antisémites qui «évoquent non seulement de tristes souvenirs mais sèment la haine et la peur». Mais Netanyahou a préféré soutenir les Hongrois en estimant que Soros portait «atteinte aux gouvernements israéliens démocratiquement élus en finançant des organisations qui diffament l’État juif et cherchent à lui nier le droit à se défendre».
Orban et Netanyahou

Le président autrichien Heinz-Christian Strache manifeste, comme Geert Wilders, son soutien inconditionnel aux options politiques défendues par les Israéliens en étant favorable au déplacement de l’ambassade autrichienne à Jérusalem. Le Likoud avait ignoré la ligne gouvernementale officielle consistant à refuser tout contact avec les forces antisémites et l’avait invité à Tel-Aviv. Strache s’était entretenu secrètement avec plusieurs ministres tandis que le député Yehuda Glick s’était rendu en février 2018 à Vienne pour favoriser la normalisation avec le FPÖ.
Yehuda Glick et Heinz-Christian Strache

L’idéologie des partis d’extrême-droite cristallise la haine sur l’immigré musulman. Le Juif n’est plus le bouc émissaire et il est associé au destin d’un Occident prétendument menacé. Voulant à la fois conforter son image de respectabilité et donner du poids à sa croisade contre l’islam, l’extrême-droite qui aspire à gouverner cherche une onction israélienne pour faire oublier le soutien apporté par le Front national et le FPÖ au très antisioniste dictateur irakien Saddam Hussein. Marine le Pen n’a pas hésité à se présenter comme «le meilleur bouclier des Français juifs face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste».  
Oren Hazan avec Valen Siderov

Le député Oren Hazan avait rencontré à Sofia le député bulgare Valen Siderov, chef de file du parti négationniste d’extrême-droite «Ataka». Par ailleurs, le président philippin Rodrigo Duterte qui s’était longtemps comparé à Hitler a été reçu en grandes pompes en Israël dans le cadre d’une visite qualifiée par Netanyahou comme «historique». Israël a aussi beaucoup apprécié l’arrivée aux commandes de l’Italie de la Ligue, fondée sur le rejet de l’immigration. Son président, le populiste ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, se définit comme un «ami et un frère d’Israël» et a d’ores et déjà annoncé un changement de politique de l’Italie à l’égard d’Israël.
Salvini et Di Maio

Certains Israéliens contestent la rapidité de l’oubli de l’extermination juive. Le président Réouven Rivlin, ancien du Likoud, a ainsi rompu l’unanimité : «Les prises de position pro-israéliennes de ces partis ne peuvent pas effacer leur idéologie qui rappelle celle des heures les plus sombres de l’Histoire». Il est vrai que les positions de certains pays européens sont paradoxales. En Autriche, le FPÖ présente l’islam comme la principale menace mais feint d’ignorer que 24% des actes antisémites chez lui sont imputés directement à des militants d’extrême-droite. En Allemagne, les élus de l’AfD sont certes les fervents soutiens d’Israël mais en revanche ils s’opposent à l’enseignement de la Shoah aux jeunes élèves.
Bolsonaro

Le dernier événement concerne le Brésil où le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro, pro-israélien, a été élu président. Il avait annoncé pendant sa campagne qu’il transférerait l’ambassade brésilienne de Tel Aviv à Jérusalem en cas de victoire. L’ancien dirigeant néo-nazi du Ku Klux Klan, David Duke, considéré comme une figure marquante de ce mouvement raciste l’avait soutenu : «Il est un descendant d’Européen. Il ressemble à n’importe quel Blanc des États-Unis, du Portugal, d’Allemagne et de France». Antisémite militant, Duke considère néanmoins que Bolsonaro a raison d’avoir une attitude positive à l’égard des Juifs nationalistes d’Israël.
Le gouvernement israélien ne semble pas voir le danger de soutenir les tendances réactionnaires et xénophobes de certains pays étrangers et de leurs dirigeants populistes qui n’ont pas totalement renoncé à l’antisémitisme. Il donne l’impression que la défense des Juifs ne se confond plus avec l’intérêt israélien.


7 commentaires:

Yaakov NEEMAN a dit…

Bonjour Jacques. L'adjectif populiste n'est pas neutre. Son utilisation est immédiatement péjorative. Et c'est bien dommage. Car elle laisse entendre que tout ce qui est populiste est à rejeter. Et que tout ce qui n'est pas populiste est a priori beaucoup plus valable... Si vous aviez été journaliste en 1790, auriez vous écrit que la prise de la Bastille était le résultat des harangues populistes des députés du Tiers Etat ? Si vous aviez été journaliste pendant le Front Populaire, auriez vous écrit qu'il fallait condamner, au nom du populisme, le grand mouvement de grèves qui aboutirent aux congés payés ?

Arie WOLFF a dit…

Sujet douloureux.
Qui nous ramène au vieil axiome, lequel dit que les états n'ont pas d'amis, que des intérêts.

Jacques OSMAN a dit…

Profond dégoût pour cette caste de dirigeants. Merci aux musulmans de faire involontairement office De bouclier contre ce piège infernal, la haine populiste neo-nazie. Le racisme n'a rien à envier à son cousin l'antisémitisme.

Valérie BERCOVICI a dit…

Excellent! On ne doit jamais faire de pacte avec le diable. C'est pourtant évident!

André ZEP a dit…

j'ai du mal avec cet article...
Quels sont les débouchés commerciaux et les liens intellectuels dans l'europe d'aujourd'hui ?
Assez nuls convenons-en.

en géopol, (re)prendre pied en europe avec des pays ne laissant plus une certaine presse vomir sur israel avec comme seule argumentation devant "prouver" qu'ils ne sont pas "contre israel" puisqu'ils soutiennent le "2 états" (encore heureux non ?) alors que dans les faits ils icônisent l'un et diabolisent l'autre...

ensuite "Wilders a comparé le Coran au manifeste de Hitler, Mein Kampf, et a insisté ouvertement sur le fait que «l'islam menace le monde entier». Ce langage plait aux Israéliens..."
Avez-vous lu le Coran ?
J'ai passé un an a le mettre en base de données et a taguer la moindre phrase selon sa dangerosité.
Je signe le moindre mot de wilders sur ce sujet.

ensuite(bis) "Le Juif n’est plus le bouc émissaire et il est associé au destin d’un Occident prétendument menacé. "
Sans rire ? C'est vous qui écrivez "Occident prétendument menacé" ?

Ayant vécu en Hollande, j'ai vu le changement de ce peuple ontologiquement d'ouverture vers l'autre, passer dans le rejet. La faute à qui ? J'ai vu l'afflux en Suede d'immigrés ne venant pas pour adhérer à un rêve, un pays, mais à une facilité d'installation, sans donc volonté d'intégration.
La "Droitisation" de ces pays n'est que la réponse à ce qui est ressenti comme une agression, un "corps étranger"...
Voilà pourquoi je suis de moins en moins de Gauche, car ma gauche est entrée dans la même orthodoxie crasse que le rabbin que vous dénonciez avec justesse.

Et pour finir, où voulez vous en venir ?
Que soutenir des démocratures, ce n'est pas bien ? C'est perdre son âme ?

Pourquoi ne pas parler alors du rapprochement d'israel avec les Saoud pourtant bien pires, et surtout bien plus proche d'israel ?
Ou de la France qui pudiquement "ne pas reconnaitre les gouvernements mais les pays"

cercle des intellectuels soufis a dit…

Wilders a comparé le Coran au manifeste de Hitler, Mein Kampf, et a insisté ouvertement sur le fait que «l'islam menace le monde entier». Ce langage plait aux Israéliens.
Cette romance narcissique d'amour propre entre alliées élitistes n'honore pas Israël, et va l'éloigner de sa merveilleuse carapace hébraïque et biblique.

Donc La récupération par Israël de ses tendances populiste et néo-nationalistes ne fait que à contrario contrarier les intérêts d'Isrël et fleurir les poncifs antisémites.

denis sabrié a dit…

C'est pas la joie comme ambiance...maintenant, si certain dirigeants d'ISRAEL serrent la main de personnages douteux, cela ne veut pas dire pour autant que les Services de Renseignements ne font plus leur travail "en profondeur"...bien au contraire..et depuis la Shoah et autres pogroms, il ne peut y avoir aucun oubli, c'est un peu le signe que nous fait le Président d'ISRAEL, Mr. Réouven Rivlin, ensuite s'il faut "les caresser" dans le sens du poil pour qu'ils déménagent leur ambassade à Jérusalem..pourquoi pas..mais restons les yeux ouverts..!