Après l’affichage du premier article, le chargement des nombreuses images des articles suivants nécessite environ une minute d’attente.


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


 

dimanche 7 octobre 2018

L'évolution politique du Hamas depuis sa création



L’ÉVOLUTION POLITIQUE DU HAMAS DEPUIS SA CRÉATION 
Par Jacques BENILLOUCHE
Copyright ©  Temps et Contretemps
            

          Le Hamas est conscient de l’impasse politique dans laquelle il se trouve depuis sa création en 1987, après le déclenchement de la première Intifada en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Il a besoin d’évoluer pour ne pas disparaître et pour ne pas perdre ses militants désespérés de voir leur situation bloquée. C’est pourquoi il a organisé une conférence non politique, plutôt intellectuelle, le 18 septembre 2018, intitulée «Hamas : 30 ans plus tard, réalité et espoirs» pour faire le point de l’organisation et préparer une éventuelle mutation.



1.200 dirigeants et cadres du mouvement, ainsi que des intellectuels et des chercheurs, ont participé à la conférence pour évaluer la situation du mouvement dans tous les domaines et pour améliorer sa visibilité internationale. La volonté de juger son action et son efficacité prouve que le mouvement est à présent sensible au changement et aux critiques.
Israël n’a jamais envisagé de détruire le régime sorti des urnes après les élections législatives palestiniennes tenues en 2006 qui ont vu le Hamas arriver en tête, même au cours des guerres qui ont ensanglanté Gaza. Les dirigeants sécuritaires ont toujours estimé qu'il était dans l'intérêt d'Israël de maintenir intacts les systèmes de gouvernement dans le monde arabe. C’est pourquoi ils n’ont pas agi contre Bachar Al Assad. En effet, l'existence de régimes répressifs étouffait le sentiment d'appartenance au peuple arabe.
Israël est conscient que la transformation démocratique dans les pays voisins est un risque stratégique pour l'existence même de l'État juif car la démocratisation du monde arabe conduira inévitablement à l’arrivée d’une élite avec laquelle il sera impossible de parvenir à des compromis politiques. Dans cet état d’esprit, il fallait donc accepter l’arrivée des islamistes au pouvoir et exploiter l’existence de régimes arabes totalitaires, les seuls à permettre de verrouiller la contestation.
La conférence a examiné 38 thèmes  analysant les résultats obtenus par le Hamas depuis sa création dans les domaines variés de la science, de la politique et des questions sociales, militaires et médiatiques. Mais elle n’a pas soulevé la question de la charte de 1988 qui s’appuyait sur des principes illusoires et des thèses dépassées. Le Hamas avait déjà évolué  puisqu’en 2017 il avait apporté des amendements importants pour l’adapter à l’évolution politique dans la région. 

Alors que la première charte était plutôt de conception religieuse, celle de  2017 avait pris un virage politique et juridique. En effet elle acceptait l’existence d’une Palestine basée sur les frontières de 1967. Le Hamas avait ainsi assoupli sa position vis-à-vis d’Israël en acceptant l'idée d'un État palestinien en Cisjordanie. Il avait précisé que le mouvement islamiste ne cherchait pas la guerre contre le peuple juif, mais uniquement contre le sionisme. Le Hamas n'était plus une force révolutionnaire cherchant à intervenir dans d'autres pays, à savoir l'Égypte.
Le but principal de ce document était de dissiper les divisions au sein du mouvement palestinien et de faciliter le processus de paix. Il acceptait implicitement l’existence d’une autre entité étatique, même s’il ne mentionnait pas ouvertement Israël. En fait cette nouvelle charte avait pour but d’améliorer les relations difficiles avec le président Abdel Fattah al-Sissi, qui avait renversé en 2013 son prédécesseur islamiste, Mohamed Morsi, pour ensuite mener une répression sanglante contre les Frères musulmans proches du Hamas.
La conférence du 18 septembre 2018 s'intéressait à l'opinion de chercheurs et des spécialistes politiques sur les performances du mouvement qui publiera la totalité des documents de recherche sous forme de recommandations à l'intention du bureau politique du mouvement pour qu’elles soient mises en œuvre.
Peu de nouveautés dans ces principes. La lutte contre Israël est maintenue mais pas la guerre. Les chercheurs ont suggéré au Hamas de développer ses relations internationales auprès des pays qui critiquent Israël, de soutenir et de renforcer les campagnes internationales de BDS.  Ils ont conseillé de restructurer le Bureau des relations internationales pour que le Hamas ajuste sa politique étrangère et sa rhétorique et d’adopter une approche plus intellectuelle pour faire face aux nouveaux défis. Ils ont surtout souligné la nécessité de mettre fin à la division entre Hamas et Fatah et d’analyser les négociations avec Israël.
Le Hamas a entamé en juillet 2018 des négociations indirectes avec Israël, avec la médiation de l'Égypte, des Nations Unies et du Qatar, pour parvenir à une trêve en échange de la levée du siège de Gaza. Mais ces discussions ont provoqué la colère de Mahmoud Abbas qui a menacé de cesser de financer Gaza si un accord unilatéral était signé sans son accord. Pourtant le Hamas se sent en position de force depuis qu’il a eu connaissance d’un sondage du 20 septembre réalisé par le Centre palestinien pour la recherche en politiques de Ramallah qui révèle que 55% des palestiniens interrogés soutiennent la signature par le Hamas d’une trêve à long terme avec Israël, même s’il n’y a pas de réconciliation entre Fatah et Hamas.

Les participants à la conférence ont mis en évidence la dissonance entre les administrations américaines et le Hamas depuis sa création. Ils estiment que pour que le Hamas soit supprimé de la liste des organisations terroristes, il fallait établir un canal de communication entre les deux parties à condition que le Hamas cesse de combattre Israël et reconnaisse Israël en tant qu'État pour les Israéliens.
On ignore si le Hamas tiendra compte des recommandations de la conférence. A la rigueur, seules certaines seront appliquées car la conférence, purement consultative, a pour but d’innover sur le plan de ses principes. Mais le Hamas doit supprimer cette ambiguïté consistant à vouloir montrer un visage nouveau et une attitude intellectuelle, en totale contradiction avec l’encouragement aux émeutes à la frontière avec Israël. 
Il n’est pas encore crédible dans une approche nouvelle. Ismail Haniyeh, chef adjoint du bureau politique du Hamas, ne semble pas vouloir  évoluer d’un pouce : «le nouveau document ne compromettra ni nos principes ni notre stratégie. Jérusalem, le droit de retour, l'unité palestinienne et les forces de résistance sont des principes fondamentaux. Les changements concernent les développements régionaux et conviennent à l'époque». Une conférence pour répéter les poncifs et pour intéresser la galerie. La grande mutation du Hamas attendra. 

Aucun commentaire: