ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 17 mars 2016

L'Iran attise la révolte des Chiites d'Arabie



L’IRAN ATTISE LA RÉVOLTE DES CHIITES D’ARABIE

Par Jacques BENILLOUCHE

copyright © Temps et Contretemps

            
Nimr Baqr Al-Nimr

          L’assassinat de Nimr Baqr al-Nimr ne s’est pas estompé dans les esprits. Ce cheikh ayatollah chiite s’était fait remarqué comme dissident politique saoudien. À la suite d’un procès bâclé, le tribunal pénal spécial de Riyad l’a condamné à mort, en novembre 2014, pour «incitation à la haine, recherche d’ingérence étrangère et prise d'arme contre les forces de l'ordre». Il avait maudit et insulté publiquement la famille royale. Le 2 janvier 2016, Al Nimr a été décapité en même temps que 47 autres individus condamnés pour «terrorisme».



Awamiya ville chiite

            Cette exécution a aggravé la tension et la révolte des chiites dans la province orientale de l'Arabie Saoudite. Le pouvoir a pris le risque de semer le trouble dans cette province acquise à l’ayatollah et peuplée de 30.000 Chiites qui n’attendent que le feu vert et le soutien de l’Iran pour lancer leur «printemps arabe». La capitale de cette province, Awamiya, est en ébullition tandis que la tension persiste dans une ville entièrement recouverte par les portraits du supplicié aux côtés de ceux de l’imam Hussein, lui aussi victime des sunnites. D’ailleurs le gouvernement a pris la précaution de déserter la ville, entièrement abandonnée aux Chiites.

            Le cimetière ne désemplit pas de femmes en noir qui, à tour de rôle, pleurent les tombes de l’ayatollah et des 23 autres «martyrs» qui ont payé pour avoir réclamé plus de démocratie et plus de liberté dans la pratique de leur religion. Les Chiites ne représentent que 10% de la population mais ils ont une grande capacité de nuisance avec un ancien passé de résistants, souvent violent. Au fur et à mesure que les relations politiques entre l’Iran et l’Arabie Saoudite se détériorent, le réchauffement dans les villes chiites s’amplifie.
            Le royaume saoudien n’a pas craint de provoquer sa minorité alors qu’elle soulève depuis longtemps les questions des discriminations sociales et politiques dont elle est victime. Les minorités chiites font toujours l’objet d’un discours salafiste et wahhabite haineux et sont la cible d’une propagande politique les stigmatisant comme éléments d’une «5 ème colonne iranienne». En fait, ils sont utilisés de manière politique pour promouvoir la stratégie du royaume saoudien au Bahreïn, en Syrie et au Yémen. L’exécution de Nimr Baqr al-Nimr  était également un message contre les courants salafistes-djihadistes du type d’Al-Qaida et Daesh, qui ont tous deux promis de renverser le régime des Saoud et de venger ces exécutions.
            Ce n’est pas la première fois dans l’histoire du royaume que la famille des Saoud est menacée à l’intérieur du pays par des courants fondamentalistes et ultra fondamentalistes :
– La conquête d'Al-Hasa en 1913, contrôlée par les Ottomans, avait été obtenue par les forces saoudiennes d’Ibn Saoud avec le soutien du mouvement extrémiste des Frères (Ikhwân).  Bien que les leaders de la communauté chiite aient négocié une reddition rapide et la reconnaissance de l'islam sunnite comme autorité politique saoudienne en échange de la clémence, ils furent l’objet d’un massacre généralisé.
– Le 5 septembre 1924, les Frères (Ikhwân) étaient entrés à Taëf où ils s’étaient livrés à des exactions d’une telle ampleur qu’Ibn Saoud s’engage personnellement à préserver la sécurité et les biens des habitants chiites du Hedjaz.

            Le royaume a mis les gros moyens pour contrôler, sinon contrer, cette minorité chiite en installant des check-points à la sortie de tous les villages chiites sous le prétexte de rechercher les djihadistes du Daesh. C’est un alibi qui est rejeté par la communauté chiite  qui préfère assurer elle-même sa sécurité en utilisant ses jeunes pour protéger les mosquées chiites. Plus les relations devenaient difficiles avec l’Iran et plus le régime saoudien créait des interdits comme l’interdiction de pèlerinage dans les Lieux Saints iraniens. Cela n’allait pas dans le sens d’un apaisement, ce qui a poussé des jeunes activistes chiites à prendre le risque d’abattre plusieurs policiers et d’incendier un immeuble d'habitation d'employés de la compagnie pétrolière saoudienne Aramco, à Khobar, dans l'est de l'Arabie saoudite. 
Incendie Aramco

            Les saoudiens savent qu’ils doivent éviter un conflit avec leur minorité. D’ailleurs les medias gouvernementaux ne cessent de condamner les attaques contre les mosquées chiites. Le prince Mohamed Bin Salman veut éviter le déclenchement d’une guerre civile dans son pays. Il espère qu’un règlement du conflit syrien apportera plus de retenue parmi les Chiites d’Arabie qui sont prêts à calmer le jeu s’ils sont traités de manière équitable par les autorités. Ils souhaitent une preuve tangible du Royaume sur ses réelles intentions ce qui pourrait se traduire par l’élargissement de neuf Chiites condamnés à mort.
            L’exemple de l’Irak devrait conduire l’Arabie à plus de prudence et de circonspection. L’Iran a contribué à une augmentation de la force des Chiites irakiens aux dépens de la dominance historique des Sunnites dans ce pays. Le Royaume devrait s’inquiéter du risque de contagion du mouvement chiite en Arabie Saoudite. Les dirigeants de Riyad qui sont soucieux pour leur rôle dans le monde arabo-islamique, ne tolèrent pas le renforcement des Chiites dans les pays de la région, et c'est pourquoi ils se sont permis une ingérence militaire au Bahreïn, à majorité écrasante chiite, pour mater le soulèvement populaire. Les Chiites d'Arabie Saoudite doivent choisir entre quatre stratégies:
- Isolement: Selon cette stratégie, les Chiites évitent la confrontation avec le Royaume tout en préservant leur mode de vie communautaire, leur culture religieuse, les formes d'entraides, et en s'appuyant sur les aides étrangères pour leur survie.
- Contestation active : Cette stratégie est basée sur une lutte armée. Mais pour cela ils doivent obtenir des armes d’Iran et l'aide des conseillers issus des Gardiens de la Révolution pour un entraînement militaire efficace. L’Arabie a un  grand espace à surveiller et sa frontière avec l’Irak voisin est poreuse.


- Contestation pacifique : Cette stratégie consiste à sensibiliser au moyen des medias à condition de collaborer avec d’autres éléments d'opposition comme les forces à tendance séculaire et libérale de la société saoudienne qui vivent en exil et qui pourraient s'appuyer sur des relais locaux déterminés.
- Collaboration et coexistence : C'est la stratégie suivie actuellement pas le mouvement réformiste, confirmée par la plupart des Chiites y compris Cheikh Hassan Alsafar, l'un des leaders chiites saoudites. Selon cette stratégie, les chiites essayent d'exploiter les moindres opportunités de changement par la voie du dialogue. Mais les Chiites saoudiens ont encore un long chemin à faire pour accéder à leur droit, à commencer par l’affirmation de leur identité religieuse et la libre pratique de leur religion.

            L’Arabie saoudite devrait prendre au sérieux ces mouvements d’humeur de sa communauté chiite en constatant avec quelle rapidité et quel art, l’Irak a été absorbé par l’Iran. 

Aucun commentaire: