ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

mardi 8 mars 2016

Unité palestinienne en panne



UNITÉ PALESTINIENNE EN PANNE

Par Jacques BENILLOUCHE
copyright © Temps et Contretemps

            
Hamas et Fatah lors d'un précédent accord

          Israël n’est pas seul responsable de l’absence d’avancée dans le processus de paix moribond. Les Palestiniens n’arrivent pas à s’entendre entre eux sur une politique commune qui leur permettrait d’afficher un front uni face aux Israéliens. Les discussions entre le Hamas et le Fatah, entamées à Doha le 8 février 2016, se sont poursuivies durant deux jours avec la présentation des doléances des parties, sans résultat concret. Aucune solution n’a été trouvée pour mettre un terme aux divisions internes qui perdurent depuis 2006. Les pourparlers se sont interrompus dans un silence officiel sur l’avancée des négociations.


Manifestation à Gaza

            Un certain désenchantement régnait au sein des délégations qui ne donnaient pas l’impression de vouloir concrétiser tant les positions, diamétralement opposées, évoluaient peu. Les délégués, désabusés parce qu’ils sentaient avoir perdu la confiance du peuple, ne semblaient plus avoir la foi. Cette attitude perdure depuis la victoire du Hamas aux élections législatives de 2006, suivie de peu par une tentative de putsch fomentée à Gaza. En effet le Fatah avait refusé le résultat des urnes ce qui lui fit perdre toute crédibilité. Cet échec de la prise du pouvoir du Fatah à Gaza entraîna une traque généralisée des membres du Hamas vivant en Cisjordanie, orchestrée par l’Autorité palestinienne.
Répression du Hamas par le Fatah en Cisjordanie

            Cette guerre, qui n’en portait pas le nom entre deux factions palestiniennes, a donné naissance à deux instances dirigeantes dans des zones géographiques bien définies, avec des pouvoirs dilués. Les pays arabes avaient compris que cette situation empêchait tout règlement avec Israël qui jugeait que les interlocuteurs s’étaient disqualifiés en raison de leur rivalité. Ils ont pesé de leur poids auprès des adversaires pour les réconcilier, en vain. 

Ligue arabe

          Des accords ont pourtant été conclus sous l’égide de plusieurs dirigeants arabes; à la Mecque en 2007, au Caire en 2011, à Doha en 2012, à Gaza et au Caire en 2014 sans négliger la déclaration de Sanaa en 2008 et l’accord du Caire de 2012. Les signatures des accords ont été filmées à grand renfort de flash et de sourires mais aucun n’a résisté avec le temps.
            D’ailleurs le peuple palestinien lui-même a fini par ne plus y croire. Le Qatar, organisateur des rencontres pour débloquer la situation, a perdu la foi dans son rôle de médiateur alors qu’il avait tout fait pour obtenir quelques points pragmatiques à offrir au peuple palestinien. Mais pour cela, il fallait des concessions mutuelles parce que chacune des parties s’accrochait à ses revendications.
Passage de Rafah

            Le Hamas est étranglé économiquement et il tient absolument à obtenir l’ouverture permanente de la frontière avec l’Égypte pour son approvisionnement. Il a autorisé Mahmoud Abbas à former un gouvernement d’union nationale à sa mesure et a accepté que l’Autorité palestinienne se charge du contrôle exclusif à Rafah, sans participation du Hamas. C’était une exigence, voire un ultimatum, de l’Égypte pour envisager l’ouverture de la frontière avec Gaza. Le Hamas veut bien d’un accord de réconciliation mais il le conditionne à la fixation de dates précises pour les élections législatives et présidentielle.
            Pour faire bonne mesure, le Fatah a accepté que les fonctionnaires du Hamas à Gaza soit payés par lui et que certains puissent travailler pour l’Autorité en toute liberté. Il sait que le Hamas n’a plus les moyens économiques de sa politique au point d’envisager, en secret pour l’instant, des discussions avancées avec Israël pour un cessez-le-feu de dix ans. La partition du peuple palestinien est en bonne voie à l’image de la partition physique entre le  Pakistan occidental, devenu le Pakistan, et le Pakistan oriental devenu le Bengladesh.

            Le résultat de Doha n’est pas à la hauteur des espérances puisqu’aucune décision ne concerne une éventuelle union nationale alors que sur le terrain tout stagne. Les querelles de clans ne participent pas à l’avènement d’un État palestinien indépendant dans les prochaines années et consolident l’intransigeance de Benjamin Netanyahou.  Pour de nombreux Palestiniens, l’Autorité palestinienne n’a plus de raison d’être et ils souhaitent à présent un État binational, comme du temps où Israël gérait toute la Cisjordanie, ce qui leur donnerait au moins une plus grande liberté de circulation.
            En fait les Palestiniens ne croient plus à la fin de la rupture entre le Fatah et le Hamas, seule condition  pour modifier la stratégie palestinienne vis-à-vis d’Israël. Pour l'instant, le temps joue en faveur d’Israël. Mais l’Union européenne se fait de plus en plus pressante : «Ces nouveaux développements en Cisjordanie risquent de saper la viabilité d'un futur État palestinien et d'éloigner encore un peu plus les différentes parties». Les morts des deux côtés s’amoncellent sans vision optimiste de l’avenir. 

          Aucune date de rencontre entre Mahmoud Abbas et Khaled Mechaal n’a été planifiée, remettant aux calendes grecques tout projet d’unification du mouvement palestinien, ce qui en dit long sur l’étendue de la brouille. D’ailleurs des Chrétiens palestiniens de Beit Jala, rencontrés la semaine dernière, ne souhaitent plus l’émergence d’un État palestinien. Ils entérinent ainsi la victoire des nationalistes juifs qui excluent toute indépendance palestinienne et qui envisagent d'offrir aux Arabes 40% de la Cisjordanie pour y installer une région autonome sans les attributs d’un État, à savoir une armée, une frontière, une nationalité et une monnaie.  

1 commentaire:

Marianne ARNAUD a dit…

Cher monsieur Benillouche,

Étant donné le nombre de commentaires suscités par cet excellent article, ne serait-on pas en droit de se demander si vous n'avez pas, en quelque sorte, enfoncé une porte ouverte ? Car quand a-t-on vu un pays soumis à la loi islamique faire ami-ami avec un quelconque voisin ? On peut faire le tour de la Terre et on ne peut que constater que chaque fois qu'il y a eu une certaine unité de vues momentanée entre deux pays musulmans ce n'était que parce qu'ils étaient confrontés à un ennemi extérieur commun, grand ou petit Satan ! C'est ainsi que j'ai bien peur que s'il doit y avoir une unité palestinienne, elle ne pourra se faire que contre Israël.

Très cordialement.