ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

jeudi 5 mars 2015

LA SOUCHE ET LA RACINE Par Jean SMIA



LA SOUCHE ET LA RACINE

Le billet d'humeur de Jean SMIA

C'est horripilant, dès qu'il est question d'un propos sur les communautés, de devoir scrupuleusement tamiser ses mots, sous l'automatique menace du soupçon de racisme.

Souche

D’après Wikipédia :
En botanique : une souche est ce qui reste en terre d'un arbre dont on a coupé le tronc jusqu'au sol. En général, c'était un arbre malade ou détruit par la foudre. Les agriculteurs ont un mal fou à l'extirper du sol pour que les charrues puissent tracer le labour.



Bonne source

En élevage : Il s'agit de subdivision de la race. Les souches (ovins, lapins) et les lignées (volailles, bovins, équins,) sont des produits de sélection issus d’un petit groupe d’individus d’une race donnée. Ils permettent d’obtenir des caractères reproductibles avec peu de variabilité. 
Donc lorsqu'on parle de «Français de souche» : il manque de savoir de quelle souche il s'agit. S'agirait-il de ce qui se rapporte au reste enfoui d'un arbre mort ? Ou bien alors il manquerait une précision : un Français de souche Bretonne, ou un Français de souche sémite ou un Français de souche africaine etc...

C'est là qu'on comprend que le mot «souche» est inapproprié. Et qu'il serait plus pertinent de parler de racines. La définition d'une racine, toujours selon la même source : partie souterraine d’un végétal qui lui permet de puiser dans le sol les éléments nécessaires à sa nutrition et d’assurer sa fixation à son support. Alors on dirait un Français de racines asiatiques ou un Français de racines alsaciennes etc.... et pour l'ancestral Français, que l'on caricature avec son béret, sa baguette et ses charentaises : on dirait un Français de racines indigènes. Et là, contrairement à la souche qui, elle, est morte, la racine, elle, reste vivante.

Cependant, il semble que le jardin de la nation soit comparable à n'importe quel potager : Si le voisinage de racines différentes reste souvent profitable à l'ensemble des plants qui vivent en symbiose, il existe certaines racines qui ont un effet négatif, comme arrêter la croissance de leurs voisines. Ce qui est le cas pour les mauvaises herbes et les plantes parasites.

Les bons horticulteurs semblent se faire rares. Je ne parle que de culture et de transmission, bien entendu.

1 commentaire:

邓大平 עמנואל דובשק Emmanuel Doubchak a dit…

C'est pour cela que l'intégration a planté !