ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE DEPUIS JUIN 2010 - LE BEST DU BEST OFF - CLIQUER UNE IMAGE POUR LIRE OU ARRÊTER LE DEROULEMENT


ARTICLES LES PLUS LUS SUR LE SITE - Cliquer l'image pour lire ou arrêter le déroulement

 

samedi 29 novembre 2014

POURQUOI IL NE FAUT PAS CRAINDRE LA RECONNAISSANCE Par Gérard AKOUN


POURQUOI IL NE FAUT PAS CRAINDRE LA RECONNAISSANCE

Par Gérard AKOUN
Judaïques FM



L’Autorité palestinienne a demandé à l’assemblée générale de l’ONU une reconnaissance pleine et entière de l’État de Palestine, et un vote du Conseil de Sécurité d’un calendrier pour mettre fin à l’occupation israélienne. Un certain nombre de pays européens la Suède, la Grande-Bretagne, l’Espagne ont déjà soutenu, mais avec des nuances, cette demande, dans la mesure où il s’agit  de reconnaître un État virtuel, un État à  naître, de manière unilatérale. 
135 États auraient déjà reconnu, ces dernières années, la Palestine mais les États-Unis et l’Union Européenne ont jusqu’à présent considéré que la reconnaissance de cet État ne pourrait avoir lieu qu’à la suite d’un accord entre les Palestiniens et les Israéliens.


Frontières sûres et reconnues

Oslo 1993

 La fin du conflit qui les oppose devait se conclure par la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël, dans des frontières sûres et reconnues par les deux parties. Depuis les accords d’Oslo, en 1993, qui  enclenchaient un processus de paix, toutes les négociations qui ont suivi, se sont soldées par des échecs.
Les deux protagonistes en sont responsables. On a tendance en Europe à considérer Israël, parce qu’il est l’occupant, comme le seul responsable de ces échecs.  Il faut reconnaitre qu’il porte une lourde responsabilité, dans la mesure où les différents gouvernements, qui se sont succédé depuis les accords d’Oslo, n’ont  jamais, réellement, renoncé à développer les implantations, donc à élargir, indéfiniment, les frontières de leur État aux dépens du futur État palestinien. Mais il est  évident que les torts sont partagés.
Abba Eban

Abba Eban qui fut ministre des affaires étrangères d’Israël, (entre 1966 et 1974)  fervent partisan, après la Guerre des Six-Jours, d’un échange des territoires occupés contre un accord de paix,  disait des Palestiniens, je cite de mémoire : «ils ne ratent  jamais l’occasion de rater une occasion». Ils ont raté deux occasions qui auraient permis de déboucher sur un accord, en 2000 entre  Barak et Arafat,  en 2008 entre Abbas et Olmert. Pour ce faire, ils devaient accepter, dans les faits, et pas seulement en paroles, l’existence d’un État juif dans la Palestine historique, dans le monde arabe et, une fois l’accord négocié, ils devaient signer l’abandon de toute revendication ultérieure. Ils ne s’y sont pas résolus.

Aidez-nous à divorcer

Amos Oz

Demain, l’Assemblée nationale va débattre d’un texte, présenté par le groupe socialiste «invitant le gouvernement à reconnaître l’État de Palestine en vue d’obtenir un règlement définitif du conflit». Le texte  souligne «que le statu quo est intenable et dangereux» d’où «l’impératif d’une reprise rapide des négociations entre les parties selon des paramètres clairs et un calendrier déterminé». En 2004 la situation était déjà bloquée, Amos Oz écrivait, à l’intention des Européens  «aidez-nous à divorcer». 10 ans après, elle l’est toujours autant, dans un contexte régional encore plus explosif. Ce conflit entre deux nationalismes, pourrait très rapidement se transformer  en guerre de religion et devenir totalement incontrôlable.
Hamas et Fatah

Aujourd’hui « il faut les forcer à divorcer». Il n’y a pas d’autre solution mais il est dommage que  la résolution présentée devant l’Assemblée nationale, ne fasse peser les responsabilités du blocage que sur Israël. Pour symbolique qu’elle soit, cette reconnaissance unilatérale d’un État palestinien ne peut esquiver l’irrédentisme du Hamas, une organisation terroriste qui fait, au moins, jeu égal avec le Fatah de Mahmoud Abbas et qui veut rayer de la carte, l’État d’Israël. Il est absurde de penser que le vote de ce texte par l’Assemblée nationale éloignerait la paix, nous n’en avons jamais été aussi loin. De surcroît, comme l’a déclaré le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, «le Parlement peut voter des invitations.., la décision relève du gouvernement, du Président de la République et eux seuls».
Il est probable que les Américains opposeront, au Conseil de Sécurité, leur veto à une reconnaissance unilatérale de l’État palestinien. Toutefois, il est possible que la reconnaissance, avec plus ou moins de réserves, de cet État palestinien par de nombreux pays européens, renforce la légitimité et l’autorité de Mahmoud Abbas, le contraignant à maîtriser les factions extrêmes de sa population. Cette autorité retrouvée pourrait par ailleurs contraindre le gouvernement israélien à faire des compromis nécessaires pour aboutir à un accord de paix en bonne et due forme. Israël ne peut pas se permettre de s’isoler encore sur la scène internationale.

3 commentaires:

AMMONRUSQ a dit…

Je suis toujours surpris que ce soit à Israël de faire des concessions et à lui seul et de plus c'est un conflit religieux,les arabes ne veulent absolument pas d'état juif dans la région.

Il me semble que ce n'est pas de cette façon qu'il y aura véritablement la paix.

Marianne ARNAUD a dit…

Mais quelle idée vous faites-vous de ce que doit être la souveraineté d'un Etat de droit démocratique, pour accepter qu'un faction ultra-minoritaire d'un pays qui se dit "ami", s'autorise à "faire pression" sur cet Etat pour quelque raison que ce soit ?

Kader a dit…

La.Paix c'est de vivre ensemble. C'est accepter l'un l'autre. Alors oui pour un etat pour les deux peuples.